Notez des films
Mon AlloCiné
    OSS 117 en Afrique noire : vers une suite encore plus transgressive ?
    Par Brigitte Baronnet (@bbaronnet) — 6 févr. 2021 à 10:15
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Jusqu'où ira le troisième volet de la franchise "OSS 117"? En attendant la sortie de "Alerte rouge en Afrique noire", prévue pour le 14 avril 2021 au cinéma, quelques éléments de réponse...

    15 ans après OSS 117, Le Caire nid d'espions, et 12 ans après OSS 117 : Rio ne répond plus, le troisième volet de la saga nommé Alerte rouge en Afrique noire, devrait sortir très bientôt sur grand écran, précisément le 14 avril 2021. A deux mois de cette date de lancement (si la situation sanitaire le permet), et alors que le film dévoile petit à petit de premières images (deux teasers ont déjà été diffusés), on fait le point sur ce que l'on sait du film.

    Cap sur les années 80

    Changement d'époque d'abord. Cette suite fera un saut dans le temps puisque nous serons projetés en 1981. Hubert Bonisseur de la Bath sera envoyé en Afrique noire. Nicolas Bedos, qui réalise cette suite, promet "exotisme, aventure et transgression", comme il l'indiquait récemment à nos confrères de Première. Selon Jean-François Halin, scénariste de la trilogie, un esprit à la Philippe de Broca (réalisateur du Magnifique ou encore L'Homme de Rio) devrait souffler sur le film : "Il y a de l’aventure, des paysages, du rire… Le film a un esprit un peu De Broca", nous avait-il confié en podcast cet été

    Côté casting, Pierre Niney rejoint l'aventure, promettant de belles joutes verbales face à Jean DujardinFatou N'Diaye aura aussi un rôle important. Notons également la présence du regretté Wladimir Yordanoff.

    Encore plus d'humour et d'irréverence ?

    Avec les années et la forte attente qui s'est installée, les deux premiers OSS ont accédé à un statut particulier, celui de film culte pour tout une partie du public. Comme nous l'expliquait Jean-François Halin, ce statut a rendu la mise en oeuvre de cette suite "difficile" : "il y a une partie du public qui aime beaucoup beaucoup ces films, qui les connaît par cœur et qui attend donc le troisième avec beaucoup d’impatience. 10 ans après, c’est beaucoup trop long, et donc il ne faut pas décevoir les gens. Je ne veux pas décevoir moi-même. J'ai passé beaucoup de temps à l’écrire". 

    OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire
    OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire
    De Nicolas Bedos
    Avec Jean Dujardin, Pierre Niney, Fatou N'Diaye, Wladimir Yordanoff, Ricky Tribord
    Sortie le 4 août 2021

    Dans les premières interviews données par le scénariste Jean-François Halin et le réalisateur Nicolas Bedos, il semble acquis que cette suite jouera à nouveau la carte de l'humour poil à gratter."Il n’était pas question de faire un film aseptisé", nous a affirmé Jean-François Halin lors de notre podcast dont la thématique était les nombreuses polémiques qui ont entouré la sortie ou réédition de films dernièrement, comme Autant en emporte le vent.

    Pour Jean-François Halin, il est hors de question de céder à une forme d'"uniformisation" de l'humour. "Cette tendance à l'uniformisation rend les choses plus difficiles", explique-t-il. "Je voulais que (ce nouveau volet) choque autant, car les deux premiers ont choqué par moment. De ce choc peut naître le rire... Je voulais la même chose, et je voulais surprendre les gens. (...) Et puis l’humour, il n’y a rien qui divise plus les gens que ça. Donc si on demande l’avis de tout le monde, si on veut faire rire tout le monde, selon moi, on ne fait plus rire personne."

    On constate tous les jours que le politiquement correct fait des ravages, plus que jamais.

    Et d'ajouter : "Evidemment qu’(OSS 117) se conduit de manière assez honteuse, mais pas de la façon dont on l’attend. (...) Le film n’est pas timide. Voilà, il va gêner par moments, car c’est aussi le regard du Français en 1981 sur l’Afrique, c’est à dire son pré carré, son territoire conquis, les rapports avec les dirigeants africains, les rapports avec la rébellion, les rapports avec les Soviétiques là-bas, avec la population..."

    "Je voulais parler de tous ces clichés que les gens ne supportent plus de la part des Européens, poursuit Jean-François Halin à notre micro. J’ai traité de tout ça. Vous avez vu les deux premiers, donc ne vous imaginez pas deux secondes que le film soit raciste ou anti-africain. Absolument pas."

    Nicolas Bedos, récemment interrogé par Première, soulignait  "la pertinence très grande de faire un OSS en 2021" : "on constate tous les jours que le politiquement correct fait des ravages, plus que jamais. En plus d'être une pure comédie, le film est un acte de résistance".

    Alors que la sortie du film approche, Nicolas Bedos a d'ailleurs annoncé la semaine dernière quitter les réseaux sociaux, ne semblant plus être en phase avec les codes de cet espace d'expression :"Voilà plusieurs mois que, tout au chagrin de la mort de mes parents, les réseaux sociaux servent de jardin en friche à mes rancœurs personnelles et colères impulsives, m'offrant une tribune plus ou moins efficace face au fléau du politiquement correct qui menace gravement nos arts non essentiels et la liberté d'expression si chère à mes aïeux ". Il dénonce précisément "les limites de l'expression directe et la perversion médiatique qu'elle provoque". Le cinéaste a indiqué vouloir désormais se "consacrer exclusivement à (son) travail".

    Polémique, censure, pédagogie : faut-il recontextualiser les films et séries ?

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • JulietteM
      Absolument pas tentée. Ca arrive trop tard et l'humour de Bedos mwarf...
    • -Nomade-
      Octobre 2020, Gerald Darmanin menace publiquement l'artiste Paolo Cirio de poursuites judiciaires s'il ne retire pas l'exposition de son œuvre Capture visant à dénoncer l'usage de la reconnaissance faciale par les autorités.J'ai pas eu à chercher très loin...Chaque bord politique à ses sujets de prédilection en matière de censure : censure de tendance progressiste pour la gauche, censure morale ou religieuse pour la droite, etc
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Ah bon ? Tu as des exemples précis de personnalités de gauche appelées à être censurées par des personnes de droite ?
    • Melnibonéen
      Si tu le dis.Edit : Mais du coup si c'est la réalité, on doit donc en déduire, si on est logique, que seuls les gays sont homophobes ?
    • Sirus
      C'est pas un cliché mais la réalité
    • tueurnain
      C'est tout à fait ça...
    • Super Trump
      Ouf! J’ai eu peur j’ai cru que c’était écrit transgenre en haut.
    • Melnibonéen
      ça, c'est le vieux cliché de l'hétéro homophobe qui est forcément un homo refoulé. C'est dans le ton du reste.
    • The French Doctor
      Oui. Les gauchos sont des moralisateur hypocrite qui se comportent de la même façon que les personnes soit disant injuste qu'ils prétendent combattre.
    • -Nomade-
      Mais non. Donner des leçons de morale n'est (fort heureusement, d'ailleurs) pas l'apanage d'une couleur politique...La droite en donne sur ses sujets de prédilection, la gauche fait pareil, les centristes aussi d'ailleurs. Et ne parlons même pas des extrêmes, qui passent leurs journées à le faire.
    • LeMeilleurPseudoDuMonde
      Pourtant une observation rapide du débat public permet clairement d'identifier une tendance à la moralisation chez la gauche (en général j'entends).Les personnes de gauche revendiquent souvent d'être les plus humaines, égalitaires, respectueuses. Ce sont les premiers à psychiatriser les personnes de droite et à appeler à leur censure dès que ceux-ci sont contre leurs idées.Quoi qu'on en pense, on ne verra jamais Eric Zemmour empêcher quelqu'un d'autre de parler. De l'autre côté on va avoir Rokhaya Diallo, Danièle Obono, Alexis Corbière et toute la clique qui vont estimer que lui n'a pas le droit de parler. Arrêtons l'hypocrisie 2 minutes. Qu'est ce qu'il faut pas lire sur Allociné, je vous jure.
    • -Nomade-
      Ah bon ? Genre il n'y a que la droite qui puisse être politiquement incorrecte ? Parce que ça dépend du bord politique ?Qu'est-ce qu'il faut pas lire sur Allociné, des fois, j'vous jure...
    • Chris Leftyhand
      Tout à fait d'accord, je ne déteste pas Nicolas Bedos, il fait des choses intéressantes mais sa lignée gaucho me laisse perplexe sur ses capacités à résister au politiquement correct
    • Cooper1992
      1) Je suis fan d'Interstellar, pas trop du reste de sa filmo (je critique méchamment Tenet récemment d'ailleurs, ce qui énerve son fanclub)2) Hazanavicius n'arrive pas à la cheville d'un Nolan en petite forme.
    • Bruce W
      Tu es certain d'avoir vu les films ? Hubert n'est pas vraiment hétéro ;)D'ailleurs je vois arriver à dix kilomètres la scène d'amour homosexuelle avec le personnage de Pierre Niney.Après tout, un doigt dans les fesses, sorti de son contexte...
    • Johnson J.
      Le miracle d'OSS 117 c'est d'être des films écrits et le personnage incarne ça contre le vieux réac français mais le succès du film est beaucoup plus subtil et dans cette volonté de dénoncer plus ambigu.Le film voudrait se moquer d'OSS 117 mais on l'aime se personnage, les films laisseraient penser qu'on rit de lui mais on rit aussi beaucoup avec lui et que ça choque certains tant pis mais je pense que malgré tout il y a énormément du français d'aujourd'hui en OSS, même dans les plus bien-pensants d'entre nous comme dirait Bedos.J'adore ces films pour cette ambiguïté, en plus de leur humour et de leur réalisation qui colle aussi aux codes et aux techniques utilisées à l'époque où les films sont censés être tournés/ se dérouler.J'espère ne pas être déçu pour celui là, si l'écriture est au rendez-vous et que le personnage d'OSS n'est pas trahi le film à toutes ses chances d'être une franche réussite.
    • Super Trump
      Oui c’est grave
    • Splendiiiiide
      Majoritairement je ne sais pas... J'ai jamais compris l'engouement autour de ces films.
    • Ringo
      Venant d'un fan de Nolan..
    • Dmitrram
      C'est dire le niveau du cinéma comique en France. Je rejoins Cooper, l'humour d'OSS me passe totalement au-dessus de la tête, et il n'y a rien d'autre dans ces films pour compenser (rythme mou, enjeux inexistants).Reste la frimousse sympathique de Dujardin.
    Voir les commentaires
    Back to Top