Mon compte
    De X-Men à Cannes, qui est Caleb Landry Jones, prix d'interprétation pour Nitram ?
    18 juil. 2021 à 15:00
    Thomas Desroches
    Thomas Desroches
    -Journaliste cinéma et séries
    Les yeux rivés sur l’écran et la tête dans les magazines, Thomas Desroches se nourrit de films en tout genre dès son plus jeune âge. Animé par les œuvres engagées, les films de genre, les documentaires ou encore l’univers de Xavier Dolan, il partage également sa passion sur le podcast d'AlloCiné.

    Il est le "Nitram" de Justin Kurzel, film pour lequel il a reçu, ce 17 juillet, le prix d'interprétation masculine au 74e Festival de Cannes. Lumière sur Caleb Landry Jones, jeune acteur honoré par le monde du cinéma.

    JACOVIDES-BORDE-MOREAU / BESTIMAGE

    Caleb Landry Jones ne connaissait rien de l’homme qu’il interprète dans Nitram de Justin Kurzel. Il ne savait rien non plus de l’existence de cette tuerie à Port-Arthur, en Australie, qui avait fait 35 victimes et 23 blessés en 1996. Le voilà désormais lauréat du prix d’interprétation masculine remis par Spike Lee et son jury à l’occasion du 74e Festival de Cannes. À seulement 31 ans. Avec ce drame âpre, il prête ses traits à un personnage tourmenté qui sombre, doucement mais sûrement, dans la colère et la frustration jusqu’à atteindre un point de non-retour.

    Même s’il n’était pas familier avec ce fait divers, Caleb Landry Jones est américain et ne connaît que trop bien l’horreur et la réalité des tueries de masse. “J’ai ami qui s’est retrouvé au milieu d’un de ces drames à Las Vegas, fait savoir l’acteur. Faire partie de cette hystérie l’a complètement détruit.” Dans Nitram, l’homme qu’il incarne - et qui n’est jamais nommé par son nom civil - est entouré par deux parents aimants, bien qu’impuissants devant la chute de leur fils.

    Ad Vitam
    Caleb Landry Jones dans "Nitram".


    Dès que j’ai commencé à travailler sur ce personnage, j’ai ressenti sa solitude et son incapacité à se connecter aux autres, explique-t-il. Il y a beaucoup d’amour dans ce film, notamment dans la relation avec son père qui le considère encore comme un enfant et qui le relève à chaque fois qu’il trébuche.”

    D’abord apparu dans la série Friday Night Lights, Caleb Landry Jones a, depuis, pris son envol, se frottant à de nombreux genres au cours d’une carrière déjà impressionnante. Après une petite apparition dans The Social Network de David Fincher, il enchaîne les projets malins aux côtés de Neil Jordan avec ByzantiumBrandon Cronenberg pour Antiviral et même Xavier Dolan dans Tom à la ferme.

    Plus tard, il tourne même sous la direction de David Lynch dans la troisième saison de Twin Peaks, de Jordan Peele en frère terrifiant dans Get Out et le 3 Billboards de Martin McDonagh. Après s’être prêté au jeu de la grosse production hollywoodienne, pour X-Men : Le commencement de Matthew Vaughn, Caleb Landry Jones n’a finalement jamais retenté l'expérience de ces machines pilotées par les studios, leur préférant des œuvres plus intimes, à l’image de Nitram, qu’il est venu défendre et célébrer sur la Croisette.

    Figure montante dans le monde du cinéma indépendant, Caleb Landry Jones confirme avec cet honneur son talent indéniable et la pertinence de ces choix qui devraient l’emmener encore plus loin dans les années à venir.

    Propos recueillis par Thomas Desroches, à Cannes, le 16 juillet 2021.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Auvoren
      Quand dans le titre, on tease sur un film, à savoir X-men, la moindre des choses serait au moins de mettre quel rôle il y interprète - en l'occurrence ici, le Hurleur.A moins que j'ai mal lu l'article...
    • François B.
      On oublie aussi de ceiter sa performance dans le très beau Heavens knows waht des frères Safdie, où il était bluffant en junkie SDF toxique.
    • Don Diego de Las Vega
      Dès ses débuts j'avais décelé que ce jeune acteur a d'immenses talent. C'est un génie
    Voir les commentaires
    Back to Top