Mon compte
    Jake Gyllenhaal dans The Guilty ou peut-être l'un des meilleurs rôles de l'acteur ?
    1 oct. 2021 à 09:00
    Thomas Desroches
    Thomas Desroches
    -Journaliste cinéma et séries
    Les yeux rivés sur l’écran et la tête dans les magazines, Thomas Desroches se nourrit de films en tout genre dès son plus jeune âge. Il aime le cinéma engagé et extrême, les documentaires, l'œuvre de Xavier Dolan et partage sa passion sur le podcast d'AlloCiné.

    Adaptation hollywoodienne du film éponyme de Gustav Möller, "The Guilty" repose principalement sur la performance de son interprète, ici Jake Gyllenhaal, plus à vif que jamais. À découvrir sur Netflix.

    DE QUOI ÇA PARLE ?
    Relégué au centre d'appels d'urgence, un inspecteur de police tente de sauver une interlocutrice au fil d'une rude journée riche en révélations et règlements de compte.
    The Guilty, écrit par Nic Pizzolatto et Gustav Möller, réalisé par Antoine Fuqua.
    Disponible sur Netflix
    The Guilty
    The Guilty
    Sortie : 1 octobre 2021 | 1h 30min
    De Antoine Fuqua
    Avec Jake Gyllenhaal, Christina Vidal, Eli Goree, David Castañeda, Adrian Martinez
    Presse
    3,0
    Spectateurs
    3,0
    Voir sur Netflix
    C'EST AVEC QUI ?

    Le concept de The Guilty repose sur le huis clos et le contre-champ. Par conséquent, Jake Gyllenhaal est le seul personnage clé du film à apparaître physiquement à l'écran. Le film marque la deuxième collaboration entre l'acteur et le réalisateur Antoine Fuqua, 6 ans après La Rage au ventre. Néanmoins, d'autres interprètes de renom prêtent leurs voix aux différents interlocuteurs. Parmi eux, Ethan Hawke, Peter SarsgaardRiley Keough ou encore Paul Dano. Pour le tournage, chacun était connecté en ligne, sur Zoom, pour communiquer directement avec Jake Gyllenhaal et suivre les consignes du cinéaste.

    ÇA VAUT LE COUP D'ŒIL ?

    Le cinéma scandinave continue d’inspirer Hollywood. De Millénium à Morse, les exemples de remakes ne manquent pas. Le dernier en date, The Guilty, disponible sur Netflix, transpose le film du Danois Gustav Möller en Californie, dans un Los Angeles pris au piège par de nombreux incendies. L’action se situe toujours au cœur d’un centre d’appels d’urgence où un officier de police se donne pour mission de sauver une femme en détresse à l’autre bout du fil. Exit Jakob Cedergren, c’est Jake Gyllenhaal qui incarne le personnage central de cette histoire.

    Connu pour ses films d’action, le cinéaste Antoine Fuqua se penche cette fois sur un thriller qui se veut minimaliste. Il est toujours question d’un huis clos et le hors-champ garde toute son importance. Toutes les actions décrites par les interlocuteurs, aussi terribles soient-elles, ne sont jamais montrées à l’écran. C’est donc aux spectateurs de faire appel à leur imagination. En restant très fidèle à la version originale, ce The Guilty à la sauce US reste hélas dans l’ombre de son modèle. C’est le talent de Jake Gyllenhaal qui vient donner à ce remake tout son intérêt.

    Netflix
    Jake Gyllenhaal tente de noyer sa propre culpabilité dans "The Guilty".

    Présent de tous les plans, il porte le projet de bout en bout et offre une performance impressionnante compte tenu des conditions imposées par le concept du film. Obligé de rester assis sur un fauteuil, l’acteur est limité dans l’espace et ne donne la réplique à aucun partenaire physiquement présent à l’écran. C'est seul, connecté à un téléphone, qu'il doit jouer et embarquer le public avec lui. Une performance qui relève du véritable défi, que le comédien parvient à braver avec force et émotion.

    Jake Gyllenhaal est un habitué des prises de risques. Pour s’en convaincre, il suffit de revoir Prisoners de Denis Villeneuve ou Night Call de Dan Gilroy, dans lequel il incarne un paparazzi aux méthodes douteuses. S’il n’apparaît pas transformé dans The Guilty, l’acteur y livre l’une des interprétations les plus captivantes de sa carrière. De quoi redonner du sel à ce remake moins efficace que l'original.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Bande-annonce The Guilty sur Netflix : Jake Gyllenhaal en opérateur tourmenté dans le remake du film danois
    Commentaires
    • Hunnam29
      Tout à fait d'accord avec le public qui les habitudes qu'on veut bien lui donner. Les américains en soit ne sont pas non plus des gros bêta. J'espère que celui qui aime le cinéma là-bas regarde nos films européens et est tout aussi blasé que nous de ces remakes plan par plan.
    • Plaza De lavega
      1) interpellé... amusé... bref c'est assez remarquable à tes yeux pour en parler... hors critère français quoi.2) Ben si c’était la norme en France les applaudissements pour un film français...on aurait pas cette conversation.3) ce qui me fait pleurer pour notre 7eme art, c'est les téléfilms dit grand public qui ne feront jamais lever une salle à la fin.4) je parlais en général....des pseudos intello de mes 2 qui se la jouent cinéphiles après avoir vu Joker et Tenet... et pour bien montrer qu'ils sont dans le bon camp...l'élite, crache sur Bay et glorifie fight club. y vont même jusqu’à comparer le film de Dune avec lauwrence d'arabie de david LYnch et pas Lean...ah ça ose tout ! a cet age !
    • Tommy Shelby
      Merci
    • Tommy Shelby
      1) j'ai pas été choqué mais amusé2) idem mais je vois pas le rapport. 3) tu ramènes tout à la France, mais je t'explique, puisque j'y ai de la famille et que j'y vais en vacances, que les Usa ont une perception bien différente de la nôtre sur un tas de sujet.Et peut-être bien que c'est dans leur tradition que d'applaudir TOUS les films qu'ils vont voir, j'en sais rien, mais en tant que bon franchouillard de 25 ans que j'étais en juillet 2007 oui ça m'avait fait sourire.4) Perdu, et dans la mesure où j'ai payé ma place pour aller voir son film, c'est bien que le réal me plaisait.
    • Plaza De lavega
      j'ai retiré mon com, j'étais hors sujet ;)..et j'avais pas finis mon café lol ;) (tête dans le c..)Moi ce qui me choque, c'est :1) que ça choque justement (transformer ou autres)2) qu'en plus de 30 ans de salle, je ne l'ai jamais vu pour un film français dit populaire.3) de critiquer la perception du public américain pour les blockbuster popcorn movie dès qu'ils ne rentrent pas dans nos critères franchouillards, alors qu'on est dans l'incapacité d'en faire un depuis la grande vadrouille.4) le bay bashing primaire.
    • TofVW
      Peut-être qu'il faut nuancer les propos de Tommy Shelby: applaudir Avatar ou Interstellar, pourquoi pas. Mais Transformers, franchement… 😕 J'ai pourtant apprécié le 1er film, mais de là à applaudir à la fin…
    • Plaza De lavega
      euhhh...peut-être que quand ils se régalent devant un grand spectacle de divertissement, ils sont démonstratifs.En meme temps, quand on voit le niveau des Blockbusters chez nous, l'anomalie ça serait que ça produisent un jour chez nous.Et oui quand tu vois La totale et true lies, y a pas photo non plus.
    • andiran23
      En fait le problème avec ce remake, c'est même pas qu'ils ont américanisé le truc, c'est que c'est exactement le même film, mais en moins bien. Genre, certaines phrases sont les mêmes, le moindre rebondissement est le même, chaque coup de téléphone, chaque détail, la plaque, les coupures, les deux enfants, le twist sur ce qu'il s'est passé, sur les serpents, la camionnette blanche, l'audience à venir du personnage principal, son pote qui va fouiller chez le mari, etc.Sauf que c'est moins bien filmé, moins tendu, moins intéressant, moins bien réalisé, moins huis clos parce que le décor est plus grand donc plus ouvert ... J'aime bien Antoine Fuqua mais là je comprends pas le projet, vraiment. En plus comme l'original est moins disponible et moins connu, les gens vont cliquer sur le remake Netflix et vont l'oublier, alors qu'il pique tout à un excellent film parce que Netflix c'est un mastodonte de hype pour un rien
    • Madolic
      Vous m'avez eu à Jake Gyllenhaal ^^
    • GTB
      Sérieusement on en est encore à débattre sur l’intérêt des remake et de la réticence des américains aux langues étrangères? La vraie question est: bon film ou pas.Pour le reste, quelques remakes: L'Armée des 12 Singes, Scarface, The Thing, La Mouche, Les Nerfs a Vifs, Les Infiltrés, Heat, Blow Out, Ocean's Eleven, True Lies, Brothers, Insomnia, De Battre Mon Coeur s'est Arreté, Mr Ripley, La Coline a Des yeux, True Grit, 2 Soeurs, Joe Black, Les 10 Commandements, Le Convoi de la Peur, Always, Gladiator, The Bourne Identity, Le Maitre d'Armes, La ligne Rouge, The Revenant etc...
    • Cooper1992
      Remake copier coller totalement inutile à la En Quarantaine (celui de Rec)
    • Grain de Beauté
      Exactement pour eux les États-Unis c'est le monde ! Pareillement lors d'un voyage à Los Angeles, j'évoquais simplement la France avec des américains, et la plupart ne connaissaient même pas notre pays, mais uniquement Paris dans certains cas.Étant donné qu'ils dominent la planète cinéma, pourquoi prendre le risque de sortir un film européen sans stars, alors qu'ils peuvent faire un remake à leur sauce avec plus de budget.C'est dommage pour l'ouverture d'esprit mais chez eux tout est une question de business en priorité.
    • Niels Euler
      Peut-être l'un des meilleurs rôles de l'acteur. Ça brasse large. Bien joué.
    • Tommy Shelby
      J'ai pas dit le contraire. Je cite un exemple que j'ai vécu qui à l'époque m'avait interpellé. Et qui par extension reflète une certaine mentalité américaine qui consiste à se satisfaire de ce qu'on lui propose, sans aller chercher plus loin, pour en revenir au sujet.
    • Plaza De lavega
      Ou tout simplement saluer le spectacle qui leur a été offert...des fois faut pas chercher bien loin sans sur-analyser...A mon époque, pendant le film, on applaudissait les exploits d'Indy en salle... Et ?...voila...
    • Tommy Shelby
      Il y a du vrai dans les deux aspects que tu évoques.De manière générale, les américains ne sont pas curieux sur ce qui se passe en dehors de chez eux. C'est comme ça, c'est un état d'esprit.Ils vont te parler de politique internationale 2 minutes par jour sur CNN, le sport à la tv est une religion pour eux, tant que ça ne dépasse pas leur frontière géographique. Alors imagine la culture ciné. Une fois j'étais aller voir Transformers en salle à L.A, à la fin de la séance les gens applaudissaient comme si ils avaient vu un opéra. Ce jour là, j'ai compris beaucoup de choses sur leur mode de fonctionnement :)
    • Blasi B
      je me suis toujours demandé quel avait été le délire de gus van sant vis à vis de ce film... je me prend a espéré que c'était un pied de nez au studio qui lui aurait imposer la réal du remake de psycho, et ne voulant pas toucher au chef d'œuvre il l'a recopié plan par plan... une manière de dire on ne fera jamais mieux que l'original...non parce que si c'est pas ça ça reviens a s'amuser a décalquer des dessins... c'est rigolo parce que ça donne l'impression qu'on dessine bien, mais ta décalque est systématiquement moins bonne que l'original...
    • Blasi B
      dans le même genre tu as le funny game US, remake identique au funny gam premier du nom, ou encore le psychose de gus van sant, identique plan par plan tout pareil... non je dis parce que tu dis que t'en a jamais vue ^^ la t'en a deux autre si tu veux ^^
    • Blasi B
      Mais je le trouve pas supérieur à l'original. pareil, je préfère l'original, principalement grâce à la performance de noomi rapace, que je trouve excellente dans le film, et infiniment supérieur au jeu de rooney mara, une des actrices dont je ne m'explique pas le succès tant je la trouve inexpressive...
    • Scaar Alexander Trox
      Oulà. Privilégier les originaux par principe est compréhensible, mais se fermer dogmatiquement à tout remake ou toute adaptation est ridicule. D'une, n'allez pas me dire que vous n'aimez AUCUNE adaptation hollywoodienne d'un film étranger. De deux, le film de Fincher, que vous qualifiez d'adaptation inutile alors que vous ne l'avez pas vu, est supérieur à l'adaptation ciné du cru.
    Voir les commentaires
    Back to Top