Mon compte
    Scream : le slasher jouera avec le premier film "de manière brillante"
    13 oct. 2021 à 18:30
    Jérémie Dunand
    Jérémie Dunand
    -Chef de rubrique télé / Journaliste
    Passionné de séries en tous genres, mais aussi d'horreur et de teen movies, Jérémie Dunand a été biberonné aux séries ados et aux slashers des années 90, de Buffy à Scream, en passant par Dawson. Chef de rubrique télé, il écrit aujourd'hui principalement sur les séries et unitaires français.

    Après la sortie hier de la bande-annonce de "Scream", les réalisateurs, David Arquette, Marley Shelton, ainsi que les jeunes comédiens du film, dont Jenna Ortega et Dylan Minnette, nous en disent plus sur ce cinquième volet très attendu.

    Un peu plus de dix ans après la sortie du quatrième film de la saga imaginée par Kevin Williamson, Ghostface s'apprête à faire son grand retour dans les salles obscures avec Scream, un cinquième volet qui, comme son nom l'indique, est présenté comme une "renaissance" de la franchise, même si le scénario voit évidemment revenir le trio de survivants composé de Sidney (Neve Campbell), Gale (Courteney Cox), et Dewey (David Arquette) pour de nouveaux frissons.

    Alors qu'une première bande-annonce sanglante a été dévoilée hier par Paramount, AlloCiné a pu s'entretenir l'an dernier, durant le tournage de Scream, avec les réalisateurs Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett (Wedding Nightmare), ainsi qu'une partie du casting, dont David Arquette, Melissa Barrera, Dylan Minnette, et Jenna Ortega, afin d'évoquer ce nouveau chapitre qui sortira en France le 12 janvier prochain.

    Une "suite" entre hommage à Wes Craven et renaissance de la franchise

    Vingt-cinq ans après les événements du premier Scream, écrit par Williamson et réalisé par Wes Craven, Sidney est une fois de plus rappelée à Woodsboro par Dewey lorsque qu'un nouveau tueur masqué, toujours dissimulé derrière le costume de Ghostface, surgit de l'ombre, bien décidé à orchestrer un énième massacre. Et à révéler des secrets du passé. Parce que "Cette fois-ci c'est différent", promet dans ces premières images le personnage de David Arquette.

    Et si Scream ne s'intitule pas Scream 5, c'est visiblement avant tout pour s'adresser à une nouvelle génération de fans potentiels. Sans pour autant négliger les amoureux de la saga. Mais pour les réalisateurs, qui reprennent le flambeau après le décès en 2015 de Wes Craven, pas question de proposer un remake ou un reboot à proprement parler de la saga.

    "Nous n’étions pas intéressés par un remake", explique Matt Bettinelli-Olpin, l'un des deux réalisateurs qui forme le collectif Radio Silence avec Tyler Gillett, Justin Martinez, et Chad Villella. "Wes et Kevin ont créé un univers si profond. Notre but était d’aller de l’avant, de reprendre le flambeau, et de raconter une nouvelle histoire qui est reliée de la meilleure manière possible à ce qui s’est passé avant. Nous voulons emmener la franchise encore plus loin et explorer de nouveaux territoires".

    "Pour nous, l’objectif principal était de proposer un film à la fois extrêmement divertissant et terrifiant", avoue quant à lui Tyler Gillett, l'autre réalisateur du film. "Scream est plus terrifiant que Wedding Nightmare, notre précédent film, qui était plutôt un thriller de survie amusant. Ici, nous sommes dans un vrai film d’horreur. C’est un film Scream, sans aucun doute, qui s’inscrit dans la continuité de tout ce que Wes Craven et Kevin Williamson ont mis en place en 1996. Nous faisons de notre mieux pour leur rendre hommage et pour insuffler de la nouveauté dans la saga et dans l’univers qu’ils ont créés".

    Paramount Pictures Germany

    Un hommage essentiel et important pour les scénaristes Guy Busick et James Vanderbilt qui, selon l'équipe de Radio Silence, "ont rêvé depuis toujours d’écrire un jour un nouveau film de la saga" et pour qui un tel projet "était en quelque sorte en gestation dans leur esprit depuis près de 25 ans". Mais aussi pour les réalisateurs, qui semblent honorés de marcher dans les traces de Wes Craven, maître incontesté de l'horreur à qui ils doivent beaucoup.

    "Si nous sommes là aujourd'hui c'est en partie grâce à Wes Craven et à son travail", déclare sans hésitation Matt Bettinelli-Olpin. "Le premier Scream est l’une des raisons qui nous ont poussés à devenir réalisateurs. C’est un morceau important de l’histoire du cinéma. On lui doit beaucoup, car son ton est vraiment unique, et nous l’avons depuis appliqué à la plupart des projets sur lesquels nous avons travaillé. En cherchant constamment à mélanger frissons, humour, émotion, et honnêteté. Et faire aujourd’hui partie de cette nouvelle aventure, c’est incroyable. Nous n’en revenons toujours pas. Nous sommes en train de réaliser un nouveau Scream !".

    Les nombreux clins d'oeil aux premiers films présents dans la bande-annonce, et notamment la première séquences avec Jenna Ortega, qui rappelle évidemment la scène d'ouverture culte avec Drew Barrymore, s'expliquent donc par cette volonté de s'inscrire au sein de l'héritage de Wes Craven et de lui écrire un film sous forme de déclaration. Et on comprend alors sans peine que le "Bonsoir Sidney, c'est un honneur" prononcé par Ghostface dans les toutes dernières secondes du trailer est un message à peine déguisé lancé par les réalisateurs et les scénaristes à la saga toute entière et à son héroïne iconique, qu'ils s'apprêtent à emmener ailleurs.

    Scream
    Scream
    De Matt Bettinelli-Olpin, Tyler Gillett
    Avec Neve Campbell, Courteney Cox, David Arquette, Melissa Barrera, Kyle Gallner

    Heureusement, ceux qui n'auraient pas usé leurs vieilles éditions DVD des premiers films peuvent être rassurés, ce Scream version 2022 sera totalement accessible aux néophytes. "Le plus gros challenge était d’offrir aux fans de la saga tout ce qu’ils attendent d’un nouvel opus, tout en attirant une toute nouvelle base de fans, une nouvelle génération qui n’a pas forcément vu les films précédents et chez qui ce nouveau volet aura, on l’espère, le même effet que le premier film a eu sur nous en 1996 et sur toute une génération de fans de films d’horreur", avoue Tyler Gillett.

    "Il n’est pas essentiel d’avoir vu toute la franchise pour se laisser entraîner dans cette nouvelle aventure, c’était très important pour nous. Mais, bien sûr, pour les fans purs et durs, il y a des hommages évidents aux autres films, et surtout au premier". Ce que n'auront pas manqué de remarquer les internautes hier, étant donné que la bande-annonce révèle déjà que les victimes sont toutes reliées d'une manière ou d'une autre aux tueurs du film d'origine. Mais comment au juste ? Réponse en janvier au cinéma.

    Le club des survivants s'agrandit

    Tout comme Halloween n'est pas vraiment Halloween sans Laurie Strode, incarnée par Jamie Lee Curtis, il est bien difficile d'envisager la franchise Scream sans son trio central, à savoir Sidney Prescott, Gale Weathers, et Dewey Riley. Après tout, la série télé Scream, diffusée sur MTV aux États-Unis et sur Netlfix en France, s'y est essayée (sans même Ghostface au début, avant de rectifier le tir en saison 3), et le résultat était loin d'être à la hauteur.

    C'est donc avec bonheur que les fans retrouveront ceux qui ont déjà survécu, par miracle, aux quatre massacres des précédents films. L'occasion pour Neve Campbell, Courteney Cox, et David Arquette de se réunir dix ans après le tournage de Scream 4 et de "retourner" à Woodsboro, là où tout a commencé et où s'est achevé le dernier film en date.

    David Arquette, seul membre du trio présent ce jour-là pour répondre aux questions des médias internationaux, explique n'avoir pas vraiment hésité avant de rempiler dans le costume de Dewey, même si l'idée de continuer l'aventure Scream sans Wes Craven n'était pas facile pour lui.

    "J’adore jouer Dewey. Et il n’y a pas beaucoup de films et de franchises qui durent 25 ans, donc c'est toujours assez plaisant de retrouver ce personnage. (...) Bien sûr, je suis triste d’avoir perdu Wes et de me retrouver sans lui sur le tournage de cette franchise qui lui doit tout. Mais c’est également assez émouvant. J’aime le fait que les nouveaux réalisateurs aient vraiment eu envie de poursuivre l’héritage de Wes. Ils ont été inspirés par son travail, et je crois qu’ils lui rendent vraiment justice avec ce cinquième film. Tout en apportant également leur sensibilité et leur propre vision au projet".

    David Arquette admet également que la présence de Kevin Williamson, le scénariste de trois des quatre premiers films, en tant que producteur sur ce cinquième volet a joué un rôle fondamental dans sa volonté de reprendre du service. "Kevin est un artiste et un auteur incroyable, c’est à lui que l’on doit ce bébé vieux de 25 ans désormais. Donc j’étais forcément ravi qu’il soit impliqué dans le film au moins en tant que producteur. C’était très important pour moi. Je sais qu’il tient beaucoup à cette franchise et il a adoubé le script et cette nouvelle version pensée par l’équipe de Radio Silence".

    Paramount Pictures Germany

    Mais la bonne nouvelle de ce cinquième Scream c'est aussi que, à la manière de Scream 2 qui voyait Randy tenter de percer le mystère de l'identité de Ghostface aux côtés des trois héros (avant de connaître un destin funeste inoubliable), le club des survivants s'agrandit dans ce nouvel opus puisque Judy Hicks, l'adjointe du shérif dans Scream 4, est bel et bien présente au générique, toujours incarnée par Marley Shelton.

    "On ne m’avait jamais proposé de reprendre un rôle auparavant dans ma carrière, donc j’étais ravie d’incarner à nouveau Judy Hicks et de retrouver David, Neve, et Courteney", avoue Marley Shelton lorsqu'on lui demande de nous teaser ce qui attend son personnage dans cette suite.

    "C'était passionnant de me replonger dans ce personnage, mais aussi de voir à quel point elle a évolué. Car Judy est désormais le shérif de la ville. Elle est une survivante, elle fait partie du club très fermé des survivants avec Dewey, Gale, et Sidney, mais elle est aussi et surtout celle qui doit protéger Woodsboro de Ghostface. Elle en fait réellement sa mission dans ce nouveau volet. Et ce que je peux dire c’est que Judy a vécu des choses entre le quatrième et le cinquième film qui font qu’elle est qui elle est aujourd’hui".

    Et si la comédienne assure, amusée, que Woodsboro reste fidèle à elle-même ("On y meurt toujours"), elle se dit ravie d'une grosse nouveauté côté casting par rapport aux volets précédents de la saga : "Il y a bien plus de diversité au sein du casting, ce qui est génial. Woodsboro devient peut-être enfin un reflet plus réaliste de ce qu’est vraiment l’Amérique".

    Une diversité qui passe par une nouvelle génération de personnages aux origines et aux sexualités diverses et variées, incarnés par de jeunes comédiens au sujet desquels David Arquette ne tarit pas d'éloges : "J’ai hâte que le public fasse la connaissance des nouveaux personnages et de leurs interprètes talentueux. Ce sont de jeunes comédiens formidables, et ça a été un plaisir de tourner avec eux".

    Autant de nouveaux personnages que de suspects potentiels

    À l'image de Scream 4, qui voyait Sidney, Gale, et Dewey passer presque au second plan derrière un nouveau groupe de lycéens emmené par Jill (Emma Roberts) et Kirby (Hayden Panettiere), le long métrage de Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett introduira donc une nouvelle génération de jeunes héros incarnés par Melissa Barrera (D'où l'on vient), Jack Quaid (The Boys), Dylan Minnette (13 Reasons Why), Jenna Ortega (You), Mason Gooding (Love Victor), ou encore Jasmin Savoy Brown (The Leftovers).

    De jeunes comédiens très demandés pour la plupart - Jenna Ortega, 19 ans, sera prochainement Mercredi Addams dans la série Netflix Wednesday réalisée par Tim Burton - qui se disent tous fans de la franchise Scream, découverte sur le tard pour certains ("J'avais 19 ans quand j'ai vu le premier Scream", admet Dylan Minnette). Et qui mesurent la chance qu'ils ont de faire partie d'une telle franchise, qui fait vibrer les fans de cinéma de genre depuis si longtemps.

    "Plus que tout, nous avons envie que Neve, David, et Courteney, qui sont adorables, soient fiers de nous", admet Jenna Ortega, alias Tara, tandis que Melissa Barrera, qui incarne Sam Carpenter, présentée comme la nouvelle héroïne du film, confie : "Je suis une grande fan de la franchise, je n’en reviens toujours pas de faire partie de ce cinquième volet. Nous rendons hommage au meilleur des quatre premiers films. Et la manière dont ce nouvel opus est relié aux précédents est brillante. Mais le scénario met également en scène des choses totalement nouvelles qui ne se sont encore jamais produites dans la saga".

    Sur leurs personnages respectifs, impossible d'en savoir beaucoup plus, chacun ayant reçu pour consigne de maintenir secret le moindre détail de Scream. Tout juste apprend-on que "tous les personnages sont extrêmement caractérisés, et ne sont en aucun cas des caricatures ou des stéréotypes", que Mindy, campée par Jasmin Savoy-Brown, est queer, et que Wes, en plus d'avoir un prénom sous forme d'hommage ultime, "porte des chaussettes très cool et tient beaucoup à ses amis", selon un Dylan Minnette clairement amusé par l'exercice de l'interview zéro spoiler.

    Paramount Pictures Germany

    Les stars de cette nouvelle version de Scream teasent tout de même un film "très gore et sanglant", dans la lignée de ce qu'on pu proposer les réalisateurs dans Wedding Nightmare, "des morts incroyables", de "nombreux clins d'oeil à la saga", et "un scénario qui joue avec l’histoire du premier film et avec les personnages d’origine de manière très intelligente et très amusante".

    Sans oublier des twists et des rebondissements à la pelle selon la Franco-tunisienne Sonia Ben Ammar, qui fait ici ses premiers pas de comédienne dans le rôle de Liv McKenzie, et qui poursuit en assurant que "plus que jamais, chaque personnage pourrait tout aussi bien être une victime que le meurtrier". Une sensation de paranoïa qui s'est même installée jusque sur le tournage du film puisque plusieurs versions du scénario circulaient sur le plateau et parmi les comédiens.

    "Sur les précédents films de la franchise, il existait à chaque fois plusieurs versions du script. Avec des rebondissements différents d’une version à l’autre, et pas juste une fin différente. Et nous avons repris en partie ce principe", explique le réalisateur Tyler Gillett.

    "De cette manière, si quelqu’un met la main sur l’un des scripts, tout n’est peut-être pas vrai à l’intérieur. Certains comédiens ne savent d'ailleurs toujours pas qui est le meurtrier. Nous avons veillé à ce que seulement certaines personnes aient telle ou telle information. L’un des comédiens, qui joue le meurtrier, nous a même demandé à plusieurs reprises si on lui mentait et si c'était vraiment lui (rires). C’est pour vous dire à quel point le doute plane sur ce tournage. Et seulement quelques personnes savent quelle version du scénario est la bonne".

    Alors, qui se cachera sous le masque de Ghostface cette fois-ci ? Et Sidney, Gale, et Dewey réussiront-ils une fois de plus à échapper à la mort ? Les paris sont ouverts.

    Scream sortira le 12 janvier 2022 dans les salles françaises.

    Propos recueillis le 18 octobre 2020 en table ronde virtuelle avec d'autres médias internationaux.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Guillaume B.
      Si le 1er jouait de façon jouissive avec les codes d'un genre tombé en désuétude hors circuit videoclub à l'époque, je reste dubitatif sur ce que cet opus pourrait apporter tant le trailer nous vend une suite qui semble beaucoup trop vouloir marcher à l'autoréférence du 1er. J'aime beaucoup Scream (et le 2 pour certains approfondissements thématiques et une écriture plus complexe des héros) mais les précédentes suites ont déjà pas mal essoré le concept whodunit de l'original (qui pour le coup m'avait bien surpris à l'époque) et à trop se regarder le nombril je crains surtout un sentiment de redite couplé au sentiment d'un énième opus tardif et dispensable. Rien dans ce trailer, de ses plans qui sentent le réchauffé (cette scène calquée sur l'intro originale me semble terriblement pauvre d'inventivité, même en y ajoutant un peu de domotique moderne) à son casting de jeunes qui semblent insipides (après, ils sont pas bien mis en valeur dans le trailer faut avouer), ne me donne plus que ça de frissons d'anticipation. J'attends de voir mais aucune hype.La vraie question finalement qui me taraude est est-ce que dewey va y rester cette fois ? :)
    • Urb 7
      la ba donne pas envie. rien de neuf
    • Kurobator
      Mon commentaire est supprimé à chaque fois, tant pis :Le film traitera du « social horror », inspiré par Jordan Peele (Get Out et Us). Au risque d'être subversif, ce serait osé si, pour critiquer le cinéma woke et #MeToo actuel, les tueurs soient les perso féminins, LGBT et issus d'une minorité ethnique dévoilés (voulant faire accuser les perso masculins blancs cisgenres). J'espère au moins trois Ghostfaces dont un arrêté dès le premier acte pour une fois. Je m'attends à tout, même que la soit disante nouvelle jeune héroine soit tuée en milieu de film. Ce serait même encore plus couillu si on terminait avec la survie d'un Final Boy à la place d'une Final Girl comme à l'accoutumée, mais ça me parait improbable (et Scream c'est avant tout des héroines fortes). Vraiment hâte de découvrir quel axe d'Hollywood ce cinquième film satirisera cette fois-ci...
    • demencia
      De façon générale , tout les navets en puissance sont très attendus avec A.C
    Voir les commentaires
    Back to Top