Mon compte
    Mort de Marcel Bluwal, génie de la télévision française et créateur de Vidocq
    24 oct. 2021 à 15:30
    Vincent Garnier
    Vincent Garnier
    -Rédacteur en chef
    Jean Renoir, Henri-Georges Clouzot, Jacques Becker, Max Ophuls, Julien Duvivier… Vincent Garnier connaît ses classiques, qu’il voit et revoit depuis des décennies. Autant de madeleines proustiennes qui ravivent les souvenirs des premiers émois cinéphiles.

    Pionnier de la télévision française, Marcel Bluwal avait signé quelques dramatiques d'anthologie et créé l'une des séries mythiques du petit écran. Il s'est éteint ce samedi 23 octobre, à l'âge de 96 ans.

    RINDOFF-GUIREC / BESTIMAGE

    Il appartenait à la race des pionniers. Marcel Bluwal avait 96 ans, et l'une des carrières les plus foisonnantes de la télévision française.

    Né dans un milieu populaire mais cultivé, Marcel Bluwal se prend très tôt de passion pour la littérature et surtout pour le cinéma, où il passe des journées entières. Echappant de justesse à la rafle du Vel' d'Hiv, le jeune Bluwal passe deux années reclus dans une pièce minuscule en compagnie de sa mère. Un épisode qui marquera sa vie à jamais.

    Dom Juan

    Après la Seconde Guerre Mondiale, il entre à la toute jeune ORTF (Office de Radio-Télévision Française) comme réalisateur au département Jeunesse, il y reste 4 ans. Puis il se lance dans les dramatiques en direct, un exercice dans lequel il excelle. Son chef-d'oeuvre, Dom Juan ou Le Festin de Pierres d'après Molière avec Michel Piccoli dans le rôle-titre, lui vaut les louanges de la profession et la reconnaissance publique. Il reviendra toute sa carrière à la dramatique et à l'adaptation des monuments de la littérature (Dostoïevski, Hugo, Marivaux...), fidèle en cela aux pionniers de la télévision, qui voyaient dans ce médium un moyen d'éveiller le plus grand nombre à la culture et à la beauté.

    Le choc Vidocq

    En 1962, Bluwal signe un nouveau coup de maître avec Vidocq, une série télévisée portée par Claude Brasseur mettant en images les mémoires du célèbre bandit (et bagnard) devenu policier. Le succès est tel qu'il donnera deux suites à son héros, en 1970 et 1972.

    Ses (més)aventures au cinéma

    Le cinéma reste pourtant sa première passion. En 1961, des producteurs lui donnent la chance de réaliser son premier long-métrage, Le Monte-Charge avec Robert Hossein et Léa Massari. Adapté d'un roman noir de Frédéric Dard, le film est un modèle de récit pervers particulièrement bien mené. Deux plus tard, Bluwal connaît les honneurs d'une sélection cannoise pour Carambolages, une énorme farce acerbe sur l'arrivisme avec de Funès et Jean-Claude Brialy. Etrillé par la critique, boudé par le public, le film restera une blessure profonde pour son réalisateur, qui rénouera une dernière fois avec le grand écran en 1999 pour Le Plus beau pays du monde, qui revient sur un épisode méconnu de l'Occupation.


    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top