Mon compte
    Le Cavalier du désert sur Arte : Gary Cooper menacé, a été forcé de faire le film
    23 mai 2022 à 18:02
    Corentin Palanchini
    Passionné par le cinéma hollywoodien des années 10 à 70, il suit avec intérêt l’évolution actuelle de l’industrie du 7e Art, et regarde tout ce qui lui passe devant les yeux : comédie française, polar des années 90, Palme d’or oubliée ou films du moment. Et avec le temps qu’il lui reste, des séries.

    Gary Cooper est la star du Cavalier du désert, un très bon western réalisé par William Wyler, mais saviez-vous qu'il avait été contraint de le tourner ?

    United Artists

    Le Cavalier du désert (The Westerner) est un western réalisé par William Wyler, et réunit Gary Cooper, Walter Brennan et Doris Davenport. Mais en coulisses, rien n'a été simple, car la star du film refusait de faire ce long métrage désormais devenu un classique du genre.

    L'histoire voir Cole Hardin (Cooper) être arrêté pour un vol de chevaux qu'il n'a pas commis. Au terme d'un procès expéditif, il est condamné à mort par le juge Roy Bean (Brennan). Il échappe au moins temporairement à la pendaison, en lui promettant de lui amener une mèche de cheveux de la belle Lily Langtry, qu'il prétend connaître et dont le juge est éperdument amoureux...

    Le Cavalier du désert
    Le Cavalier du désert
    1h 40min
    De William Wyler
    Avec Gary Cooper, Walter Brennan, Doris Davenport, Fred Stone, Forrest Tucker
    Spectateurs
    3,3

    Sauf que Gary Cooper voit d'un mauvais oeil le scénario, qui semble donner le beau rôle à Roy Bean, personnage qui a réellement existé et dont une interprétation a été popularisée par l'album Le Juge de Lucky Luke. Il sera des années plus tard incarné par Paul Newman et même Pierre Perret ! Cité dans Gary Cooper, Un héros américain, Cooper déclare :

    On aurait dit [le] film [de Walter Brennan]. Un cowboy arrive à cheval, échange quelques coups de feu au détriment du juge, mais c'est vraiment un hasard. Je ne voyais pas pourquoi la présence de Gary Cooper était nécessaire à ce rôle.

    United Artists

    Le Cavalier du désert est financé par le producteur indépendant Samuel Goldwyn, qui est bien embarrassé par la situation. En réponse aux questionnements de la star, il répond au comédien que son rôle va être étendu et rappelle qu'il est tenu par contrat de tourner le film. Après cette menace, Cooper lui écrit à nouveau, et persiste et signe :

    Après mûre réflexion, je regrette de vous signifier que je trouve que le personnage de Cole Harden est toujours inadéquat et insatisfaisant pour moi, tout comme l'histoire.(...) Comme vous, j'ai une position à tenir, mon standing a été compromis depuis le début.

    Sauf que Goldwyn a le droit pour lui, et que Cooper est obligé de faire le film. En 1936, l'acteur a signé avec le producteur un contrat de six ans pour six films et il ne peut rompre cet accord. Il accepte donc à reculons de faire ce western dans lequel il ne trouve pas le rôle suffisamment développé pour en tenir le haut de l'affiche.

    United Artists
    Walter Brennan

    Une fois le premier coup de manivelle donné, Gary Cooper, qui avait déjà tourné avec Brennan auparavant a une relation amicale sur le plateau, ce dernier imitant Goldwyn enguirlandant Cooper. Ils se retrouveront pour quatre autres films après Le Cavalier : L'Homme de la rueSergent York (1941), Vainqueur du destin (1942) et Horizons en flammes (1949).

    Du reste, sur le plateau, Cooper, en grand connaisseur de l'Ouest américain, est consulté par le scénariste Niven Busch pour affiner les scènes. Il ne s'était cependant pas trompé dans l'importance du rôle de Roy Bean car lorsque Le Cavalier du désert est sorti, Brennan a obtenu l'Oscar du Meilleur second rôle pour son interprétation du célèbre juge de l'Ouest.

    United Artists
    Gary Cooper face à Doris Davenport

    Malgré les tensions en coulisses, Cooper devra encore deux longs métrages à Goldwyn, dont il s'acquittera avec la comédie romantique Boule de feu (1941) et le biopic sur le joueur de baseball Lou Gehrig : Vainqueur du destin (1942).

    A noter enfin que deux autres westerns portent le titre The Westerner mais proposent une toute autre histoire : un film avec Tim McCoy (1934) et la série de 13 épisodes créée par Sam Peckinpah avec Brian Keith (1960).

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top