Mon compte
    Destroyer, Grave... Ces films démontent les clichés sur les films réalisés par des femmes
    Par Léa Bodin — 22 févr. 2019 à 19:00

    Pourquoi dit-on des femmes qui font des films violents qu'elles font des films d'hommes ? Pourquoi considère-t-on qu'un film réalisé par une femme doit remplir un certain nombre de critères et nourrir un certain nombres de clichés ?

    Un film réalisé par une femme ne doit pas être...
    1. Un film réalisé par une femme ne doit pas être... +

    Pourquoi, lorsqu'une femme réalise un film violent, torturé, sadique ou même simplement ambitieux, considère-t-on qu'il s'agit d'une anomalie, d'une exception ? Pourquoi qualifie-t-on ces films de "films badass", de "films avec des balls" ou encore de "films de bonhomme" ?

    Cela fait bien longtemps que les femmes ont prouvé qu'elles avaient autant de brutalité, de complexité et d'ambition que les hommes. Non, avoir un regard féminin, cela ne signifie pas avoir un regard doux, tendre et timoré.

    Pourtant, alors même que les femmes réalisent des films depuis que le cinéma existe, les préjugés sur ce que devrait ou ne devrait pas être un film réalisé par une femme, qu'on appelle souvent "film de femme", persistent. 

    A l'occasion de la sortie cette semaine de Destroyer de Karyn Kusama, retour en images sur quelques "films de femmes" qui démontent ces clichés qui ont la peau dure. 

    La bande-annonce de Destroyer :

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Billy K
      les clichés sur les films réalisés par des femmes ? je n'est jamais eu vent de ces clichés, vous auriez pu juste baptiser cet article ces chefs d'oeuvres réaliser par des femmes plutot que d'inventer des folklores pour se la jouer engager, c'est ultra lourd... Sinon la liste est bonne perso j'aime énormement Vorace de Antonia Bird, un incroyable western horrifique ou se mele comédie dramatique finement décomplexer et épouvante assez gorasque ! gros échec bien injuste a sa sortie le temps aura finalement rendu justice au film de Bird et le publique semble l'apprecier a sa juste valeur, la bande original et particulièrement le thème principal est vraiment génial !
    • tueurnain
      J'ai vue destroyer hier… Ben bof...
    • CONANLEBARBARE
      Les proies, on peut préférer la version de Don Siegelah oui carrément !
    • belitre
      Comme quoi, la femme est un homme comme les autres…
    • Cuderoy
      Je rejoins Scaar sur son premier paragraphe. Je rajouterais que ne pas citer Mélanie Laurent dans ce dossier (quitte à le faire) est dommage alors que son Galveston était assez inattendu des mains d'une femme. Par ailleurs, les critiques qui ressortent de Destroyer laisse présager un film qui a pas mal de chose à envier à un Fincher, que la personne en charge du projet soit XX ou XY...
    • ScaarAlexanderTrox
      C'est pratique, ça, d'inventer dans sa petite tête des préjugés prétendument populaires pour pouvoir vendre sa salade de justicier numérique (et surtout pondre un article de plus...). Pour la violence, qu'elle soit graphique ou psychologique, merci, on est au courant depuis AU MOINS Bigelow et Claire Denis. Pour le reste... philosophique, politique, carrément, et allez on y va ? En gros, cette satanée société patriarcale voit bien les nanas réaliser des documentaires sur les macarons et des mélos à violons, mais ça s'arrête là, quoi. Geez, comme disent les Amerloques, à la pointe de l'hystérie féministe actuelle. Pour finir... je crois que personne n'ignore qu'une femme peut être sadique, les amis. Même pas le plus gros misogyne décérébré. À moins de les idéaliser, bien sûr. Et idéaliser quoi que ce soit n'est jamais une bonne idée.Maintenant que c'est dit, le plus amusant, avec cet article, c'est qu'il surligne la réalité inverse de ce qu'il prétend démontrer : oui, oui, des réalisatrices peuvent mettre en scène un film testostéroné. Sauf qu'elles sont une infime minorité à le faire. En gros, bien moins nombreuses que les réalisateurs. Parce que... ce sont des femmes. Et que la testostérone... c'est les hommes. Hommes... femmes... pas pareil. Pas les mêmes centres d'intérêt. Pas les mêmes sensibilités. Ça peut paraître basique, comme ça, mais certains semblent perdre de vue le bon sens, ces derniers temps.
    Voir les commentaires
    Back to Top