Mon compte
    Star Wars : les pires films inspirés par la saga
    13 oct. 2021 à 17:30
    Corentin Palanchini
    Corentin Palanchini
    -Chef de rubrique Infotainment
    Passionné par le cinéma hollywoodien des années 10 à 70, il suit avec intérêt l’évolution actuelle de l’industrie du 7e Art, et regarde tout ce qui lui passe devant les yeux : comédie française, polar des années 90, Palme d’or oubliée ou films du moment. Et avec le temps qu’il lui reste, des séries.

    Star Wars a été un énorme succès en 1977, lançant immédiatement une vague de copies plus ou moins réussies imaginées par des producteurs cherchant l'argent facile. Petit tour d'horizon des pires d'entre elles.

    Que cela soit par la faute de distributeurs peu scrupuleux sortant des films anciens des cartons en les retitrant ou par des productions lancées à la va-vite et sans moyens, nombreux sont les films qui ont essayé de surfer sur le succès de Star Wars.
    Nous avons retenu ceux dont le contexte de sortie ou le contenu prouvent qu'ils ont effectivement tenté de suivre la "recette" Star Wars, en nous limitant aux longs métrages sortis entre 1977 et 1983, les dates de la première trilogie de George Lucas.

    La Bataille des étoiles (1978)

    Cinema International Associates

    Réalisé par Al Bradley qui cache en réalité l'Italien Alfonso BresciaLa Bataille des étoiles est sorti dès 1978 en Italie, mais distribué très à propos en 1983 en France, quelques mois avant la sortie du Retour du Jedi. Ici, pas d'Étoile de la mort, de Dark Vador ou de Luke Skywalker, mais plutôt zéro moyen, peu d'idées et l'histoire d'une invasion extraterrestre par une espèce sur le déclin cherchant à ce que les humains leur servent d'hôtes. Barbant ! Du même réalisateur et dans le même genre, découvrez (ou pas) : La guerre des robots (1978) et Star Odyssey (1979).

    L'Humanoïde (1979)

    Columbia

    En 1979, l'acteur Richard Kiel ne joue pas que le rôle de Requin dans Moonraker, il se prête aussi à un film de science-fiction : L'Humanoïde, réalisé par Aldo Lado. Seconde production italienne de cette sélection, elle copie cette fois entièrement Star Wars : du texte déroulant au début aux costumes des méchants, en passant par un robot-chien aux sons de R2-D2 et le pseudonyme du réalisateur qui devient George B. Lewis ! Le plus inattendu : Ennio Morricone assure la bande originale. Une curiosité à tous les niveaux.

    Les Mercenaires de l'espace (1980)

    Warner Columbia

    Pour seulement 2 millions de dollars (6 millions d'aujourd'hui), Roger Corman produit un remake dans l'espace des Sept samouraïs de Kurosawa, afin de surfer sur le Star Wars de George Lucas, qui lui-même s'inspirait en partie de La Forteresse cachée, autre film de Kurosawa. Contrairement à d'autres titres de notre sélection, Les Mercenaires de l'espace assure un divertissement tout à fait correct, et on y retrouve d'anciennes gloires comme George Peppard (Hannibal de L'Agence tous risques), Robert Vaughn (Des agents très spéciaux) et John Saxon (Les Griffes de la nuit).
    L'info en plus : James Cameron est le directeur artistique du film, tandis que Bill Paxton y travaille comme charpentier et peintre.

    Mystérieuse planète (1982)

    Jaguar Video

    Un vaisseau spatial disparaît sans laisser de trace et atterrit sur une planète... mystérieuse, peuplée de monstres. Produit, écrit, réalisé, monté, filmé par Brett Piper, qui assure aussi les effets spéciaux, Mystérieuse planète n'a pas d'argent et en conséquence, boucle son sujet en 1h10 en se permettant tout de même des digressions pour allonger le temps. S'il ne cherche pas vraiment à copier Star Wars, Piper s'inspire beaucoup de l'ambiance visuelle du premier film de la saga de Lucas avec les moyens qu'il a à sa portée, c'est-à-dire qu'il reprend les mêmes types de vêtements pour les héros, et laisse de côté les coûteux vaisseaux et lasers.

    Les guerriers des étoiles (1984)

    M.G.M.

    Une police de titre copiant Indiana Jones, un empereur calqué sur Jabba le Hutt version 77, un héros et des véhicules à la Mad Max, une petite créature mignonne, un Boba Fett à noeud papillon... L'affiche mange clairement à tous les râteliers mais ce n'est pas de sa faute, car le film dont elle s'inspire fait exactement pareil. Au point que les producteurs changeront l'optique des Guerriers des étoiles en cours de route afin d'en faire une comédie/parodie, sans doute pour éviter des problèmes de plagiat. Max von Sydow apparaît en caméo (la même année, il tournera une autre aventure spatiale, Dune, et apparaîtra des décennies plus tard dans Star Wars 7), et on retrouve aussi au générique Anjelica Huston, Ron PerlmanJohn Matuszak et John Carradine.

    Starcrash / Turkish Star Wars

    SND / Anit Ticaret

    Hors compétition, nous avons Starcrash, le choc des étoiles (1979) et Turkish Star Wars (1982), deux nanars surréalistes. Le premier est une production italienne dont le kitsch est tel qu'il repousse les limites connues, le second vient de Turquie et utilise carrément des stock shots (images "empruntées") de la saga Star Wars, en toute illégalité. Dans les deux cas, il faut le voir pour le croire tant le ratage (et donc, le plaisir) est complet. A savourer entre ami(e)s.
    L'info en plus : Roger Corman, toujours dans les bons coups, distribuera Starcrash aux Etats-Unis, avec un doublage anglais.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Mad Man In The Blue Box
      Vu la plupart des films cités et je peux vous affirmer qu'il en manque un: Brazilian Star Wars. Une véritable épreuve. Il faudrait faire des t-shirts, j'ai survécu à ce film. En comparaison, Starcrash et la version turque sont des monuments de contenus et professionnalisme. Mystérieuse Planète est aussi une expérience sensorielle mais on arrive à en rire. Le pastiche auriverde, par contre... j'ai du me sangler pour le finir.
    • Urb 7
      on peut mettre le 1, 2, 3, 7, 8, 9 ? ;)
    • cyril b.
      les indien et les thai aussi ils se posent là dans le genre
    • Might Guy
      Vu les mercenaires de l'espace. Tellement quelconque que je ne le qualifierai même pas de culte. J'ajoute que John Sayles au scénario et James Horner à la musique ont fait bien mieux après.
    • meiyo
      Dans le domaine des copies pourries, les Turcs sont souvent bien placés.
    Voir les commentaires
    Back to Top