Mon compte
    Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur
    note moyenne
    3,9
    316 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur ?

    21 critiques spectateurs

    5
    1 critique
    4
    3 critiques
    3
    12 critiques
    2
    3 critiques
    1
    2 critiques
    0
    0 critique
    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 942 abonnés Lire ses 1 224 critiques

    4,5
    Publiée le 19 janvier 2015
    "Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur" est un petit bijoux du cinéma d'épouvante des années 60. Datant plus précisément de 1965, ce petit chef-d'oeuvre du thriller d'épouvante marque de par son atmosphère oppressante et son intrigue parfaitement bien écrite. Pas d'incohérence, rien qui nous ferait tilter par ci par là. Après m'être attaqué à un excellent Sherlock Holmes en la personne de Peter Cushing, il en vient désormais au tour de l'excellent et non moins classe Peter Neville. Alors, que retenir de son interprétation? Certes, il n'est pas Cushing, mais une fois que l'on a oublié ce grand des grands, il résulte un interprète de qualité, quelqu'un qui s'engage et y croit, un homme qui se veut crédible et convaincant. Son jeu d'acteur est excellent, c'est calir, et parmi tous les autres interprètes qui lui donnent la réplique, force est de constater qu'il crève l'écran. Comme je l'ai dit plus haut, il a la classe et, je dois bien le reconnaître, il possède un certain charisme, que je préfèrerai qualifier de charisme certain. En tant que Sherlock, il remplit parfaitement son contrat, et se montre comme étant la pleine représentation que je me faisais au sujet du personnage. Et bien sûr, tous les gimmicks du célèbre détective sont là : la loupe, le violon, les habits british, la drôle de casquette ( j'en ai complètement oublié le nom, désolé ) et les inévitables déductions qui le caractérisent, pour ne pas dire qu'elles le rendent atypiqes. Et de ce côté ci, c'est parfaitement respecté. On a ainsi droit à l'une des meilleures représentations de Sherlock que j'ai pu voir à ce jour ( sans compter celle de Cumberbatch, que je considère comme étant la meilleure de toutes ), d'un niveau bien plus élevé que celui du "Chien des Baskerville". En effet, bien que j'apprécie particulièrement ce dernier ( et ce principalement pour ses acteurs et pour cette géniale touche de la Hamme ), je dois bien concéder à ce "Sherlock Holmes vs Jack l'Eventreur" de lui être bien supérieur. L'autre était excellent, mais ressemblait beaucoup trop, au final, à un film de la Hammer. C'était à la fois l'une de ses principales qualités et l'un de ses défauts les plus importants. En effet, Sherlock se pliait à la Hammer, alors qu'ici, ce sont les scénaristes qui se plient à Sherlock Holmes, et l'on ressent qu'ils appréciaient le personnage ( au point d'en utiliser toutes les ressources ). Ainsi, l'oeuvre est bien plus plaisante dans le registre de l'enquête, cette dernière partie étant bien plus poussée que dans la moyenne des cas. Holmes ne cesse de nous épater, de tirer des conclusions auxquelles nous n'aurions jamais pensées et qui, après explication, nous paraissent d'une logique implacable et d'une évidence frustrante. Et Sherlock joue avec cela par le biais de Watson, sorte de représentation du spectateur dans l'histoire. On est aussi paumés que lui, ce dernier étant interprété par un excellent Donald Houston, acteur ayant tiré le rôle de l'acolyte à demi comic releef. Il est amusant, on ne va pas se le cacher, mais sait faire preuve de son autorité naturelle et prouver qu'il sait quand même jouer comme un bosse. Le reste des acteurs, bien que moins attachants que les deux comparses, se débrouillent eux aussi sans problème, nous fournissant un casting de haute volée. Niveau scénario, comme je vous l'ai déja dit, c'est le top. Les déductions de Holmes sont d'une logique impressionnante et d'une certaine imagination, et les divers retournements de situation, bien que quelques uns soient prévisibles, se révèlent majoritairement efficaces et bienvenus. Ils coupent un peu le récit pour nous fournir une approche différente de l'histoire. Ensuite, voilà une excellente idée que d'avoir entremélé les bien différentes histoires de Sherlock Holmes et de Jack l'Eventreur car bien que mon premier soit fictif et mon dernier bel et bien réel, tous deux ont "évolué" durant la même époque; ils étaient donc logiquement destinés à se croiser un jour ou l'autre à l'écran, puisque nul ne l'avait jamais fait dans la littérature. Chose autrement impressionnante : la mise en scène. Avant cette oeuvre, je ne connaissais pas James Hill, metteur en scène franchement méconnu car n'ayant réalisé que six films au total, sans compter plusieurs séries. Et lorsque l'on voit le résultat de son Sherlock Holmes, je peux vous assurer qu'il y a de quoi vous en boucher un coin. La réalisation est donc réellement impressionnante, et d'une efficacité sans précéent. Les meurtres de Jack l'Eventreur sont vraiment atroces, forts d'une intensité et d'une tension des plus angoissantes. Je ne m'attendais pas du tout à cela, d'autant plus qu'ils sont extrêmement violents pour l'époque ( malgré un fin travail de suggestion ) et que cela ne cadre pas du tout avec l'atmosphère de la première scène dans le bar, des plus joyeuses et des plus chantantes. Et quelle idée de génie d'opérer cette cassure dans le récit, alors que l'on pouvait s'attendre à un quelconque film bébête sur les aventures de notre détective favori. Au final, c'est un életrochoc, une authentique claque en plein visage. La bande-sonore, excellente, ajoute énormément aux scènes "gores", et ajoute beaucoup à la tension et à l'angoisse. Voilà donc une excellente composition de notre ami Hill, malheureusement trop rare sur nos écrans. Je me suis régalé, et si vous appréciez ce genre de films, je pense que vous ne pourrez que faire de même.
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 1 849 critiques

    3,0
    Publiée le 27 septembre 2020
    Forcément, le meilleur détective de fiction contre le serial killer inconnu et insaisissable ça attire, l’affiche est top au point de se demander pourquoi ce film n’est pas connu.
    Et là on voit le début et on commence à comprendre. En effet, on aurait dit qu’il date de 1935 alors qu’il est de 1980… L’image, les couleurs, la musique, la chanson du début, le style etc tout est dépassé d’emblée et ça fait bizarre. Cette manie de mettre des chants, surtout quand c’est moche, est assez agaçante. La B.O. suit certes l’action mais elle n’est pas belle pour autant, trop forte ou absente parfois, voir juste inintéressante. Le rythme est lent et mou, on a quelques longueurs, les dialogues se perdent par moments, le montage louvoie trop (on prend des chemins très détournés pour en arriver à l’enquête), les FX sont passés (les flammes ça fait là encore très 1935 on va dire), ça crie trop souvent, trop fort et trop longuement, les meurtres s’enchaînent sans transitions et la violence est soit mal faite soit trop suggérée.
    Cependant tout n’est pas mauvais. Déjà on a tous les ingrédients d’un bon Holmes : son art du déguisement, son maniement de la canne, son violon, sa pipe, ses tenues, ses déductions sur de menus objets, son frère (pas trop raccord aux livres physiquement mais moralement ça passe), puis faut avouer que Peter Neville fait un bon Holmes, assez stoïque et aux traits typiques (par contre les autres acteurs c’est pas ça). Ce qui m’a surpris c’est qu’on a vraiment les éléments connus de l’enquête sur Jack l’Éventreur (le nombre de meurtres, les types de femmes, les lettres, l’hypothèse qu’une femme soit la tueuse), puis la logique se tient donc ça fait plus immersif, ça et des décors raccords. Enfin on est dans le ton des romans, dans la construction du récit on croirait que Doyle est scénariste, notamment via le récit des vies des protagonistes. Du coup la trame est prévisible mais ça ne gâche pas l’intérêt.
    En somme ça reste un bon long métrage sur Holmes, il y en a énormément donc on peut comparer. C’est juste que vu l’époque je pensais qu’on pouvait espérer mieux (ce qui ne signifie pas plus actuel, hein Ritchie ?).
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 1 060 abonnés Lire ses 4 267 critiques

    3,0
    Publiée le 2 janvier 2015
    Bien sûr Sherlock énerve un peu avec ses conclusions péremptoires, et son manque de scrupule spoiler: (il est quand même responsable de la mort de deux innocents dans la scène finale !)
    mais ça fait partie du personnage, on sent aussi le film tenté de nous faire du moralisme, mais ça reste mesuré. spoiler: (bien que la métaphore avec les flammes de l'enfer à la fin… mais bon passons…)
    L'enquête est alambiquée, mais encore une fois c'est du Sherlock, et le côté policier sans être génial tient la route. Ce film est aussi un film d'ambiance et de ce côté on est servi, le film prend un malsain plaisir à nous montrer de très jolies filles dont on sait pertinemment qu'elles vont finir tuées. Quant à la scène où Georgia Brown interprète le "Tararaboum di-hay" c'est tout simplement l'une des plus fabuleuses scènes de cabaret de l'histoire du cinéma !
    Thibault F.
    Thibault F.

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 822 critiques

    1,5
    Publiée le 27 septembre 2016
    Sherlock Holmes a eu de nombreuses adaptations cinématographiques depuis les années 50. Si certains sont perfectibles (l'attaque de l'Orient Express), d'autres en revanche sont excellents (les Chiens des Baskerville, la vie privée de Holmes...). Pourtant, l'oeuvre Sherlock Holmes contre Jack l’Éventreur qui semble alléchant sur le papier ne devient qu'un simple thriller dans un Londres victorien qui suit une ligne linéaire, sans surprises et sans véritablement explorer la psychologie de notre Holmes ou du tueur. Et c'est sur cette idée manquante que l'oeuvre en devient inintéressante. En effet, poursuivre le meurtrier de meurtres en meurtres sur la base d'indices simplistes voir opportunistes ne conduit pas à une appréciation totale de l'oeuvre. D'autant plus que les acteurs ne sont pas hyper charismatiques et que la réalisation reste très impersonnelle, vous vous retrouvez avec un léger goût amer alors qu'on nous vantait tant de belles choses.
    Frédéric M.
    Frédéric M.

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 1 400 critiques

    3,5
    Publiée le 11 février 2015
    Le film vieillit bien et captive par son intrigue. Neville sonne juste dans le personnage, même si ce n'est pas le meilleur Sherlock Holmes, cela reste un honnête film policier.
    Pauline G.
    Pauline G.

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 555 critiques

    3,0
    Publiée le 20 septembre 2013
    James Hill ne s'est pas contenté pour son interprétation de reprendre les personnages de Sherlock Holmes, qui sont d'ailleurs très bien incarnés par John Neville et Donald Houston. Il retranscrit aussi l'atmosphère des romans d'Arthur Conan Doyle, en s'appuyant notamment sur la même structure narrative, qui s'intensifie au fur et à mesure que l'histoire progresse. Le scénario est habile, dynamique et surprenant. Quelques effets de mise en scène et un peu plus de profondeur aux personnages auraient tout de même agrémenté le ressenti, qui reste malgré tout assez distant.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    3,5
    Publiée le 15 octobre 2018
    Très belle surprise que ce "Sherlock Holmes contre Jack L'Eventreur" ! La rencontre de ces deux mythiques personnages est ici bien intéressante à suivre grâce notamment à la présence d'une très belle photographie qui fait bien honneur à l'époque victorienne mais aussi d'une mise en scène bien maîtrisée qui nous propose quelques moments bien angoissants et d'autres où le suspense est bien présent. Je noterai aussi la présence d'un scénario bien écrit et qui propose une révélation finale qui risque d'en surprendre plus d'un, mais aussi un casting convaincant où l'on peut retrouver un excellent John Neville dans le rôle du célèbre détective.
    Movie_Fan
    Movie_Fan

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 431 critiques

    3,5
    Publiée le 4 mai 2013
    Cette fiction sur Sherlock Holmes dans son combat face au fameux Jack l'Eventreur est de bonne facture. Je préfère cependant le film From Hell.
    Chaill
    Chaill

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 393 critiques

    2,5
    Publiée le 4 décembre 2014
    L'idée de réunir dans une même histoire le célèbre détective et le tueur de Whitechapel tombait sous le sens, même ville, même époque... Le film date certes de 1965 mais on peut tout de même lui reprocher un manque d'effets chocs et de spectaculaire. On peut également lui reprocher de faire la part belle aux géniales déductions et aux filatures de Holmes tout en négligeant l'immensité de l'horreur des crimes de l'éventreur. Les lettres du serial killer, devenues célèbres et commençant par "from hell" ne sont ici mentionnées qu'une seule fois, les scènes de meurtre sont résumées à des gros plans de filles hurlant à la mort, comme dans n'importe quel film de l'époque. Un peu plat pour un tueur si "mythique". Reste le principal défaut du scénario: le mobile des meurtres, à mon goût totalement stupide et bien loin de la réelle histoire. Côté distribution le vénérable John Neville campe un Sherlock Holmes tout à fait crédible même si on peut lui reprocher d'en faire un peu trop dans son côté dandy pédant. Il reste tout de même à mille lieues d'un Peter Cushing ou d'un Jeremy Brett, beaucoup plus sobres lorsqu'ils incarnaient le limier de Baker Street.
    leochou
    leochou

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 695 critiques

    2,0
    Publiée le 27 décembre 2013
    Ce film est bel et bien daté avec un des effets qui feront bien rire les nouvelles générations de spectateurs.
    La mise en scène est un peu linéaire, le récit un peu plat et bavard. Les interprètes manquent cruellement de charismes. Bref laissons ce film dans les limbes des années 60.
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 174 abonnés Lire ses 1 904 critiques

    3,5
    Publiée le 6 janvier 2015
    Adaptation un peu méconnue des aventures du célèbre locataire de Baker Street, "Sherlock Holmes contre Jack l’Eventreur" ne pouvait qu’éveiller ma curiosité d’amateur du détective et de passionné du tueur de Whitechapel. Et, autant le dire tout de suite, le film ne vaut pas particulièrement par la qualité de sa mise en scène (assez classique sans être déshonorante) ou par l’originalité de son intrigue. En effet, les habitués du woodunit devraient deviner, sans trop de difficultés, l’identité du coupable et les ripperologues ne manqueront pas d’être perturbés par le respect très relatif que le réalisateur James Hill a accordé à la reconstitution des faits (le délai écoulé entre les meurtres, le mode opératoire du tueur…). Il n’y a donc pas beaucoup d’illusion à se faire sur les véritables motivations des producteurs ayant mis ce film en chantier et qui espéraient (à juste titre d’ailleurs) attirer le public en réunissant deux noms terriblement évocateurs. Ce film aurait, ainsi, sans doute gagné à se montrer plus fidèle à la réalité tout en se montrant un peu plus ambitieux sur un plan purement visuel. Ce serait oublier un peu vite que ce "Sherlock Holmes contre Jack l’Eventreur" est, avant tout, une enquête de… Sherlock Holmes. C’est donc sans surprise que le détective se taille la part du lion grâce, notamment, à la formidable interprétation du trop rare John Neville. L’acteur (plus connu comme le Baron de Münchhausen) campe un Holmes épatant de charme et de malice mais ne néglige pas, pour autant, l’aspect plus brutal du personnage dans des scènes de combat dont il était, jusque là, peu coutumier. On en peut que regretter que Neville n’ait jamais eu l’occasion de reprendre le rôle tant il se fond parfaitement dans le personnage. A ces côtés, Donald Houston interprète un Dr Watson bien plus attendu et toujours aussi passif (à l’instar de la grande majorité des adaptations sur grand écrant du personnage qui sert, avant tout, à servir la soupe aux déductions de son ami détective). Il en est de même pour les autres acolytes habituels de Holmes, à savoir l’inspecteur Lestrade, son frère Mycroft ou encore sa logeuse Madame Hudson, qui assurent leur "passage obligé" mais n’apportent pas grand-chose de nouveau. A l’inverse, les autres personnages secondaires ne manquent pas non plus d’intérêt et ce d’autant plus que, enquête policière oblige, un vrai soin a été apporté à leur ambivalence. Chacun de ses personnages est soupçonné d’être Jack l’Eventreur mais, même innocentés, ils n’en demeurent pas moins peu recommandables malgré des qualités indéniables, du dévoué Dr Murray (Anthony Quayle) qui profite des meurtres pour haranguer la foule contre les lieux de débauche du quartier à la défigurée Angela Osborne (Adrienne Cori) qui devient la victime de ses propres escroqueries en passant par le trop parfait Lord Carfax (John Fraser) et par le détestable mais amoureux Steiner (Peter Carsten). Ces personnages, ni tout blanc, ni tout noir, s’inscrivent parfaitement dans ce quartier miséreux de Whitechapel et, plus généralement, cette Angleterre victorienne, dont le charme opère toujours, même si une ambiance un peu plus crasseuse n’aurait pas été de trop (à titre d’exemple, les prostituées sont un peu trop en bonne santé et leurs tenues sont bien trop propres). Bref, même s’il n’a pas marqué durablement l’histoire du cinéma, ce film reste un passage obligé pour tous les fans de Sherlock Holmes (davantage que pour les amateurs de Jack l’Eventreur), ne serait-ce qu’en raison de la prestation de John Neville.
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    3,5
    Publiée le 6 février 2011
    Il était fatal que deux personnages aussi emblématiques de l’Angleterre victorienne que Sherlock Holmes et Jack l’Eventreur se retrouvent dans une même fiction. Le résultat est un excellent produit de genre. Le personnage du tueur porte avec lui tout un univers de film d’épouvante, celui de Whitechapel, des bas-fonds misérables de Londres, avec ses bouges, ses prostituées, ses gentlemen encanaillés. Sherlock Holmes de son coté est le héros enquêteur par excellence du roman à énigme. Le film traite les deux aspects avec beaucoup de finesse et d’élégance, en y ajoutant même quelques thèmes habituels de la littérature populaire : celui de la défiguration par exemple. On ne retrouve pas les délires et la plus franche subversion des séries B d’épouvante britanniques postérieures, mais le tableau du fossé social britannique, surtout de la morgue détestable de l’aristocratie (secrètement dégénérée bien sur) ne manque pas d’audace. Du divertissement intelligent donc.
    Flōrens PAB
    Flōrens PAB

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 614 critiques

    2,0
    Publiée le 12 août 2020
    Ce n'est pas la première fois que le plus célèbre des détectives anglais affronte le plus célèbre serial killer anglais mais cette fois-ci c'est au cinéma. Si l'ambiance de l'East End est fidèlement retranscrite, les crimes ne sont pas conformes à la réalité et l'alliance Jack l'Éventreur/Sherlock Holmes ne fonctionne pas. Évidemment le scénario créé une identité au tueur de Whitechapel, mais si vous voulez connaître la vérité, je vous conseille l'enquête menée par Sophie Herfort (JACK L'ÉVENTREUR DÉMASQUÉ).
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 4 117 abonnés Lire ses 7 395 critiques

    3,0
    Publiée le 3 octobre 2010
    Sur une idée originale, James Hill parvient à signer un polar agréable et plutot intelligent. Même si bien sur, le scénario prend beaucoup de libertés quant à la vérité historique, l'ensemble est pleinemement assumé, et l'enquête se révèle finalement assez originale, grace à une reconstitution historique sobre mais sachant parfois se faire envoutante. Et une fois n'est pas coutume, les interprètes sont très convaincants, notamment John Neville et Donald Huston. A noter la présence de Judi Dench dans un second role. Une bonne surprise.
    Renaud  de Montbas
    Renaud de Montbas

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 683 critiques

    4,0
    Publiée le 30 août 2021
    Sir Arthur Conan Doyle ne l'aurait pas imaginé, la Hammer l'a fait. La lutte improbable entre Sherlock Holmes et Jack l'éventreur dans un sinistre quartier de White Chapel superbement reconstitué (du moins l'idée romanesque que je m'en fis, étant un poil trop jeune pour l'avoir connu). Le célébre studio britannique n'a eu qu'à peaufiner ses décors car ce n'est pas la 1ere fois qu'elle situe l'action d'un de ses films dans le coin le plus mal famé de Londres. John Neville et Donald Houston font un parfait duo Holmes / watson et l'enquete est palpitante à suivre, se permettant même une fausse piste (dans laquelle je me suis laissé prendre) avec un personnage jamais évoqué comme suspect mais à la parfaite tête de coupable (vous verrez). Du grand art. 4 / 5
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top