Notez des films
Mon AlloCiné
    La Couleur des sentiments
    note moyenne
    4,3
    15665 notes dont 871 critiques
    répartition des 871 critiques par note
    274 critiques
    341 critiques
    167 critiques
    69 critiques
    10 critiques
    10 critiques
    Votre avis sur La Couleur des sentiments ?

    871 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 28 février 2013
    J'ai lu que l'un des critiques trouvait le film bêtement optimiste d'une société américaine des années 60. Je peux dire qu'après avoir vu plusieurs véritables documentaires de ces époques et aussi lu des ouvrages sur la ségrégation raciale où les noirs (nègres) afro-américains aujourd'hui. Ces noirs de l'époque étaient encore traités comme des moins que rien, avant c'était encore pire et maintenant le racisme est toujours présent mais contre tous ceux qui ne suivent pas le mode et les codes de vie à l'américaine qu’ils soient noirs ou étrangers subissent eux aussi un isolement et une indifférence totale, je sais je connais plusieurs personnes qui y sont allés, certaines sont revenues et ne supportant pas cette mentalité et d’autres y sont encore parce que leurs enfants sont à l’université, mais après ils quitteront ce pays que beaucoup s’imaginent être comme dans les films un paradis, allez demander aux indigents les personnes en difficultés si pour celles-ci c’est le paradis, ah oui les riches et tous ceux qui comme à Hollywood sont des stars du cinéma un du bisness, mais dans ce film on dépeint les gens de maison, les boniches quoi, menées avec un sarcasme exacerbé par le méprit qu'ils avaient de se sentir les nombrils du monde et qui plus est de leurs servantes ou serviteurs noirs. Non cela n'est pas de la fiction mais bien une des réalités d'époque comme il y en a eu plein d'autres, et cela a duré bien au-delà des années 60-70. Croyez-vous que l'Amérique a tellement changée ? Alors allez dans certaines contrées du sud, pour voir tout l'amour qu'ils portent pour les noirs aujourd'hui encore et autres étrangers. Ce dédain de cet américain moyen de l'époque où encore aujourd’hui sauf que cela touche maintenant tous les étrangers à leur communauté, mais à cette époque trouble et au maximum du racisme était bien et bel comme ça et même encore pire dans beaucoup de cas, alors avant de juger et de se prendre pour le devin de l'époque, faut d'abord se regarder dans la glace. C'est vrai, ce n'est qu'un film, mais il a au moins le mérite de nous montrer comment étaient les américains de l'époque. (Avec beaucoup de retenue que moi je n’airais pas eu, mais je ne suis pas réalisateur… Et il a encore pris des gants de gentils pour nous démontrer cette époque bouleversante où les noirs étaient moins bien traités qu’un animal par certains maîtres ou maîtresses Je trouve que le film a été bien joué et l'atmosphère y était présente. J'ai super bien aimé une de ces scènes qui paraissent anodines dans le film et qui l'étaient beaucoup moins dans la vie de ces pauvres noirs de l'époque et des dures batailles futures qu'ils ont dû mener pour avoir les droits qu'ils leurs revenaient. Mais ça est encore une autre histoire que beaucoup aiment encore se voiler les yeux pour ne pas avoir à comprendre. J’ai été super heureux de voir qu’un noir était devenu président de l’Amérique. Les racistes ne devaient sûrement pas faire la fête eux… Ah oui je ne suis pas noir, je suis juste un bon blanc qui parle de ses sentiments contre toutes formes de racisme = Je note ce film 5 étoiles sur 5 amplement méritées.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6213 abonnés Lire ses 10 701 critiques

    3,5
    Publiée le 17 juin 2013
    Un grand changement commence parfois par un murmure...Avec "The Help", on rèalise ce qu'ètait la subtilitè du racisme à cette pèriode de l'histoire et à quel point c'ètait dèsolant de confier ses enfants à quelqu'un a qui on refusait ses toilettes! Durant les 2h26 de projection sur cette sociètè amèricaine des sixties, (l'assassinat de J.F.K...de Martin Luther King en fond de tableau, les exigences et les peurs d'une ville en pleine mutation) le spectateur se met dans la peau de ces femmes en uniforme (Aibileen, Minny, n'ayons pas peur de les citer), invisibles et humilièes au quotidien, et qui trouvent la force de survivre! Toutes les actrices sont remarquables et c'est èvidemment ce qui fait la première qualitè du film de Tate Taylor! Octavia Spencer a obtenu l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle! Viola Davis en eût mèritè un autre pour sa performance, notamment sa relation avec la petite fille dont elle s'occupe ("T'es gentille, t'es intelligente, t'es importante"). Un film passionnant avec de beaux moments, de belles personnes, qui rappelle dans un autre genre "Fried Green Tomatoes at the Whistle Stop Cafe" de Jon Avnet et "The Color Purple" de Steven Spielberg...
    Marc L
    Marc L

    Suivre son activité 239 abonnés Lire ses 432 critiques

    4,5
    Publiée le 12 septembre 2014
    L'émotion est présente du début à la fin, la musique est très belle, les personnages sont vraiment attachants, leurs prestations sont vraiment marquantes... bref, 'La Couleur des sentiments' est un film qui m'a vraiment touché !! J'ai apprécié cette histoire traitant avec brio le racisme américain, et ses beaux personnages. L'histoire est saisissante tout au long du film qui est très émouvant et fais couler quelques larmes. Maintenant je suis encore plus fan d'Emma Stone, son charme et son charisme sont vraiment uniques ! Pour conclure, 'La Couleur des sentiments' est un film brillant, drôle, émouvant et doté d'un panel d'actrices très douées. A voir absolument !!
    LeddyZ
    LeddyZ

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 67 critiques

    3,5
    Publiée le 19 mai 2013
    La Couleur Des Sentiments est le premier film de Tate Taylor. Le réalisateur nous offre ici une belle oeuvre, émouvante, qui dénonce avec ferveur et justesse le racisme sévissant dans l'État américain du Mississippi durant les années 60. On rentre avec facilité dans ce long-métrage plein de bons sentiments, composé d'une myriade d'actrices talentueuses: Emma Stone, Jessica Chastain, Viola Davis ou encore Bryce Dallas Howard. Ces dernières sont bien ancrées dans leur rôle et l'on s'attache facilement à elles (de même, on exècre certains personnages détestables, et l'on se surprend même à s'énerver tout seul devant notre écran durant certaines scènes). Si le film dispose de pleins d'atouts, il est également taché de défauts notables: la mise en scène est très simpliste, si bien que l'on se croirait devant un téléfilm. Par ailleurs, l'histoire ne se révèle pas du tout originale, et limite "gnan-gnan"...En réalité, on devine trop aisément tout ce qui va se dérouler: le film est véritablement cousu de fil blanc. Malgré tout, on parvient à passer outre ces quelques défauts et l'on passe un très agréable moment: loin d'être un chef d'oeuvre (contrairement à ce que la moyenne des critiques spectateurs d'Allociné laisse penser), La Couleur Des Sentiments n'en demeure pas moins une oeuvre très intéressante et émouvante.
    boscopax
    boscopax

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 1 509 critiques

    5,0
    Publiée le 20 mars 2013
    Sur fond des heures noires de l'histoire de la ségrégation américaine, The Help est un petit bijou de conscience et de remise en question. Du point de vue de ces servantes, nourrices d'enfants blancs, The Help nous amène du rire aux larmes dans cette lutte pour la reconnaissance d'être humain. Souvent drôle, toujours insoutenable, ce film de femmes est un cri contre l'absurdité, la bêtise. Sans faire la part belle au sentimentalisme, The Help est un amoncellement magique d'actrices toutes plus impliquées les unes que les autres, dans leur méchanceté, leurs douleurs, leur gentillesse aussi... Un film fleuve pour une cause indispensable et un souvenir de mémoire.
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2849 abonnés Lire ses 1 446 critiques

    2,0
    Publiée le 10 novembre 2011
    "La Couleur des sentiments" est à l'image de son titre, c'est à dire un film mielleux, sans force, sans saveur ! L'Apartheid méritait tout de même une étude, un traitement plus juste, plus pertinent ! Au lieu de cela, on assiste à un défilé de caricatures hystériques qui en font des tonnes face à une journaliste trop timide et sans envergure pour faire le poids... Ici, l'Apartheid en est réduit au problème de l'utilisation des toilettes ! Un peu maigre quand on y pense... Le livre, enjeu principal du film, publié finalement, semble se focaliser sur le fameux gâteau qui était déjà plus que redondant dans cette histoire... Les servantes noires, elles, sont plutôt sacrifiées dans ce film jusqu'à les enfoncer comme dans le vol de la bague ! Quel intérêt ? En tous cas assurément une grosse erreur qui dessert justement leur cause ! Sérieusement, quelle déception que cette dégoulinade de sentiments bien américaine ! Cette lutte historique est vraiment bâclée telle un semblant de farce bien lourde, bien épaisse... Elle exigeait un respect, une dimension, une puissance, donc largement mieux !
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 336 abonnés Lire ses 1 448 critiques

    0,5
    Publiée le 7 septembre 2014
    D'un côté les blanches (méchantes, racistes et bêtes), de l'autre les noires (gentilles, sensibles et intelligentes) et au milieu ce personnage de Skeeter que joue Emma Stone (très gentille, très sensible et très intelligente). Il est d'ailleurs très drôle de voir à quel point ce film est manipulateur. En nous servant un personnage blanc conforme aux noirs, Tate Taylor voulait nous faire croire que son film n'était ni manichéen, ni simpliste. C'est faux. Car le manichéisme ne réside pas ici dans la séparation des couleurs, mais bien dans les caractéristiques des personnages, jamais nuancées. De plus, "The Help" (titre moins gerbant que la traduction française) est formellement banal, avec une joliesse qui n'a d'autre but que de tirer les larmes du spectateur naïf et fragile. Enfin, il serait tant de se poser la question de l'utilité du propos qui est le suivant: Pendant la période de la ségrégation, la quasi totalité des blancs ont été des salauds et tous les noirs des anges persécutés incapables de faire le mal. Conclusion du propos: aimez les noirs. Alors, je ne sais pas à qui s'adresse ce film, mais au XXIème siècle, il me semble que toute personne saine d'esprit acceptera ce postulat. Ce "film" est donc navrant, tant d'un point de vue cinématographique que réflexif.
    CH1218
    CH1218

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 2 029 critiques

    4,5
    Publiée le 22 juillet 2017
    Impossible de ne pas ressentir une profonde empathie pour ces "bonnes" et de rester insensible à cette histoire de ségrégation raciale située dans le Mississippi des années 60. C'est à la fois émouvant, poignant, dur, triste, parfois drôle et souvent révoltant. Un mélange de sentiments que l'on doit à un casting principalement féminin de grande classe où chaque personnage, du plus odieux au plus opprimé, est brillamment interprété. Tellement bien d'ailleurs que l'on aimerait se lever de son siège à plusieurs reprises pour en baffer quelques-unes et serrer les autres dans nos bras. Un grand film dramatique et plein d'humanité.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 781 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    1,5
    Publiée le 12 septembre 2013
    Si l’on ne peut rien reprocher à l’intention bienveillante de La couleur des sentiments de vouloir dépeindre le racisme de la société américaine des années soixante, il est regrettable de l’avoir fait par le biais d’un film où tout, aussi bien le scénario manichéen que la mise en scène sirupeuse et l'imagerie bucolique et artificielle, est à ce point emplis de bon-sentimentalisme mielleux plus près de la Mélodie du bonheur que de La couleur pourpre. L’optimisme et la naïveté sont en effet les deux piliers de ce récit dont la narration faite de flashbacks est maladroitement tarabiscotée et s’étire difficilement sur ses deux heures et demie. La qualité de jeu des actrices donne un semblant de vie et de charme à ce récit faussement tire-larme malgré leurs rôles caricaturaux et leurs dialogues infantiles. A force de sonner faux, La couleur des sentiment n'est bel et bien qu'un récit bien-pensant et pompeux à souhait qui s’inscrit parmi les plus grosses déceptions que le cinéma américain nous ait apporté ces derniers temps.
    Santu2b
    Santu2b

    Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 1 669 critiques

    0,5
    Publiée le 18 décembre 2014
    Voilà encore un bel exemple d'académisme gnangnan et de démagogie binaire basée sur une unique équation : le racisme, c'est mal. Pour l'apport cinématographique en revanche, on repassera. Car dans le sujet, le nouveau film-repentance du moment s'appelle "La Couleur des sentiments" adapté de l'œuvre de Kathryn Stockett. Sous l'égide de Tate Taylor, on reprend les mêmes écueils, le même manichéisme borné et les mêmes personnages caricaturaux. Étrange tendance contemporaine consistant à servir les causes mais pas le cinéma. L'un de ses soucis est d'ailleurs une longueur aberrante conjuguée à un insupportable esprit tire-larmes. Sur ce point, "La Couleur des sentiments" fait un sans faute.
    conrad7893
    conrad7893

    Suivre son activité 186 abonnés Lire ses 1 678 critiques

    5,0
    Publiée le 15 septembre 2013
    j'ai beaucoup aimé ce film qui parle d'une époque où la communauté noire n'était pas bien vue aux U.S.A où la ségrégation se ressentait à tous les coins de rues je pense que ce film est un peu en dessous de la réalité, j'imagine que cela devait être pire reste un film bouleversant et émouvant mené par des actrices toutes au top certains personnage sont un peu surjoué à voir sans hésitation
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2204 abonnés Lire ses 3 148 critiques

    0,5
    Publiée le 2 septembre 2014
    Aaaaaaaaaaah !!! Par tous les dieux mais au secours ! On en fait encore des films comme ça aujourd’hui ? Sérieusement ? Quel horrible académisme nunuche ! On croirait un mix de « la maison dans la prairie » et de « la maison de Mickey » ! Parce que franchement, au niveau de la démarche, ça a l’air de s’arrêter à ça : « Vous savez les enfants ! Le racisme c’est pôô bien ! Regardez comment c’est injuste et comment les vilaines personnes rendent les gens tout triste ! » J’ai jamais compris cette attitude qui consiste à arriver après la bataille et vouloir malgré tout mener le combat… mais surtout en ne blessant personne ! Désolé pour ceux qui ont été émus, mais moi j’ai vraiment eu du mal à voir dans ce film autre chose qu’un cours moralisateur et inoffensif pour enfants…
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1823 abonnés Lire ses 3 787 critiques

    0,5
    Publiée le 15 novembre 2011
    Je suis un peu taquin, voir même beaucoup, donc ce genre de film dont n'importe qui voit à 50 km qu'ils sont destinés à la ménagère qui se félicite tous les jours de ne pas être raciste car elle a une amie "de couleur" (trop effrayée pour dire noire), alors que dès qu'elle voit un arabe dans la rue change de trottoir, je vais les voir, pour le simple plaisir complètement malsain de balancer des vannes racistes durant le film, et me foutre ouvertement de sa gueule. Parce que bon, un film aussi didactique, pleins de bons sentiments, et fondamentalement écœurant, je ne pense pas qu'il arrive à faire changer d'opinion un raciste (si un raciste est assez masochiste pour aller voir ce genre de film). Donc film inutile ? Oh que oui. Donc pour résumer on a un film plein de bons sentiments en plus d'être inutile ? Et ça, je ne raterai ça au cinéma pour rien au monde. Ah si, un truc avait freiné ma frénésie, et ma soif de voir des beaux navets : la durée ! Putain ça dure plus de 2h20 ! Mais bon dans un élan de folie, j'y suis allé, armé de tous mes crocs. Et mon dieu, c'est tout aussi nul que la bande annonce le laissait présager. Je vais tenter de résumer le truc, en retranscrivant vraiment ce manichéisme débile. Si on veut traiter d'un sujet réel, il vaut mieux, retranscrire le sujet dans sa complexité plutôt que de le simplifier à outrance, parce que là on n'y croit pas, mais pire encore, on s'en moque, tellement ça en devient nul. Non parce que là on a les méchantes blanches, contre les gentilles noires. Seulement les noires ont besoin d'une gentille blanche pour les aider, car oui, parfois il y a des blancs gentils, mais c'est rare (si si je vous assure, il y a des blancs gentils, difficile à croire, je vous l'accorde). Déjà là il y a un souci, il pourrait y avoir quelque chose de bien plus complexe, comme dans Vénus Noire en fait. Dans Vénus Noire, il y avait une ambigüité passionnante sur les personnages, ils n'étaient pas juste un trait de caractère poussé jusqu'à la caricature. Et pire le film tente de faire de l'humour, lorsque les noirs parlent de leur patron. C'est nul à chier. Mon dieu, j'ai cru que j'allais mourir, tellement téléphoné comme blagues (et c'est le moment où il faut sortir dans la salle : "c'est ça de l'humour noir ?" (jeu de mots, jeu de mots, qu'est ce qu'on s'amuse)). Les acteurs c'est une CA TA STRO PHE !!! Emma Stone, je l'adore, elle est l'une des actrices les plus fraîches du moment, mais là non quoi, juste non. Avec son petit air faux, ses cheveux blonds, non ça ne colle pas. Et c'est là moins pire des blanches. Les autres sont dans un excès gerbant, dans une caricature affligeante. Et attention la méchante blanche à la fin elle a un bouton de fièvre (si si, je vous assure, oui, on peut se permettre un face palm). Je ne suis pas misogyne (j'ai des amies femmes (comprenne qui veut la boutade)), mais là voir des femmes pendant 2h20 se chamailler sur un sujet réglé depuis avant ma naissance, ça me gonfle royalement on se croirait dans une cours de récréation :"oh tu m'as volé mon copain, j'te cause plus". Et puis le film dit aussi que l'homophobie c'est mal, plus bien pensant tu crèves. Seulement voilà, il n'enlève jamais aux noirs leur statu social de "bonne", elles aiment faire ça, elles sont bonnes pour faire ça. Ah si pardon une devient auteur (lol). Mais donc le propos du film c'est : les noirs aiment être des bonnes, mais il faut les laisser chier dans nos chiottes, car ils ne portent pas de maladies. Bon faut pas s'étonner qu'après que des gens normaux sortent complètement racistes de ce genre de films abrutissants. Donc en résumé : allez voir Vénus Noire. Et puis moi aussi je suis raciste : il y a la race supérieure des bouclés qui doit dominer sur le monde ! (pour rejoindre le club, il faut être un bouclé naturel, et me payer 3000 euros).
    maximemaxf
    maximemaxf

    Suivre son activité 296 abonnés Lire ses 260 critiques

    5,0
    Publiée le 6 avril 2014
    "La couleur des sentiments", adapté du roman de Kathryn Stockett ! Ah là là, que dire de ce film si ce n'est qu'il est M-A-G-N-I-F-I-Q-U-E, à voir d'une façon ou d'une autre !
    Alors déjà, si je peux dire un mot sur cette époque, c'est que le racisme rend vraiment beaucoup de gens crétins et insupportable quand on regarde avec l'oeil d'aujourd'hui et encore, le racisme existe toujours malheureusement et ça on n'y peut rien, des emmerdeurs de ce type y'en aura toujours. Quand on voit à quoi les bonnes étaient soumises à cette époque, on a le droit de dire que les gens étaient vraiment très cons à cette période, prenons un exemple typique du film : demander à avoir des toilettes séparé pour les "gens de couleur"afin d'éviter des contaminations... c'est honteux, juste honteux et intolérable. Heureusement, dans ce film, Skeeter une jeune blanche qui souhaite devenir écrivain et qui n'est pas bourrée d'idée mal placé ou discriminatoire décide de faire un livre et pour cela, deux domestiques vont finir par se confier à elle et par prendre d'énorme risques pour écrire ce livre en faisant part de leurs pensées quand à leurs maîtresses et les conditions de domestiques noir.
    Les trois héroïnes sont interprétés par des actrices toutes excellentes : Emma Stone avait du caractère et du charisme en tant que Skeeter, Viola Davis et Octavia Spencer étaient très touchantes et savaient se montrer drôle, parce que ce film est une comédie sur fond dramatique, on sourit à plusieurs moment spoiler: comme avec le gâteau à la merde préparé par Minny à son ancienne maîtresse pour se venger de l'avoir renvoyé juste à cause d'une histoire de chiotte
    . En revanche, si on adore ces trois principaux personnages, on apprend très vite à détester Hilly Holbrook interprété par Bryce Dallas Howard, cette femme j'avais une folle envie de lui coller une droite à la figure, pas possible de l'aimer. Le scénario mélange très bien l'humour et le drame, et on en ressort avec plusieurs scènes touchantes spoiler: comme le moment ou Aibileen raconte comment son fils est mort, ou encore le meurtre d'un jeune noir qui encoure plusieurs bonnes à faire part de leur expérience et de leur vie à Skeeter, sans oublier les adieux déchirants entre Aibileen et la fillette dont elle s'occupait
    et aussi des moments vraiment très drôle spoiler: j'oublierais pas le moment ou l'on retrouve plusieurs cuves de toilettes devant la maison de l'autre bécasse raciste qu'on peut pas encadrer
    .
    Pour conclure, ce film est un véritable chef d'oeuvre, signé Tate taylor, la photo est belle, l'histoire magnifique, les personnages principaux attachantes avec une bande-son qui s'accorde bien avec le film, merci France 2 d'avoir diffusé ce film ce soir.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3487 abonnés Lire ses 7 267 critiques

    3,0
    Publiée le 11 mars 2012
    Pas de doute : nous sommes dans le classicisme, l'académique, le manque d'audace... Bref, « La Couleur des sentiments » ne révolutionnera rien et ne prétend d'ailleurs pas le faire. Cela dit, c'est aussi cet aspect très humble qui permet de rendre l'entreprise si agréable à regarder. On a beau connaître la chanson par coeur (le racisme, c'est mal), s'y intéresser durant une période où la condescendance envers les noirs était très haute permet de lui donner un réel sens, le contexte et la reconstitution s'avérant d'ailleurs tout à fait acceptables. De plus, Tate Taylor a beau ne pas prendre beaucoup (pour ne pas dire aucun) de risques, son recours à une voix-off discrète mais efficace, son amour pour les beaux personnages et quelques dialogues truculents finissent par emporter le morceau. C'est toutefois bien ce merveilleux casting féminin que l'on retiendra avant tout (Jessica, je t'aime!), l'Académie des Oscars ne s'y étant d'ailleurs pas trompée en nominant pas moins trois d'entre elles. Le public féminin se sentira peut-être plus concerné, mais c'est charmé et même assez ému que je suis sorti de la salle : les amateurs de jolies histoires bien racontées devraient apprécier.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top