Notez des films
Mon AlloCiné
    Blue Velvet
    note moyenne
    3,9
    6907 notes dont 306 critiques
    répartition des 306 critiques par note
    88 critiques
    105 critiques
    43 critiques
    35 critiques
    22 critiques
    13 critiques
    Votre avis sur Blue Velvet ?

    306 critiques spectateurs

    CinéPhil
    CinéPhil

    Suivre son activité Lire ses 42 critiques

    3,0
    Publiée le 20 avril 2021
    Ce film de David Lynch que certains qualifient de très accessible, reste en soit très intello. La mise en scène, les acteurs et la musique sont très travaillés et nous marquent. C'est un films que l'on n'oublie pas et dont certaines scènes nous reviennent en boucle après l'avoir vu. Un film qu'on est amené à revoir plusieurs fois pour en saisir toutes les subtilités. On pourrait se passer de la scènes de viol sado maso qui a mon sens n'apporte pas. grand chose à part choquer le spectateur. La violence, le voyeurisme et le sexe ce n'est pas trop mon truc. surtout quand cela nous est présenté de façon aussi choquante.. Bon c'est du Lynch, on n'est pas là pour se divertir mais pour réfléchir... À mon sens ce n'est pas le monde qui est étrange mais plutôt les gens. C'est sans doute la diversité qui favorise cela. Mais pourquoi chercher le mal derrière la beaute alors que c'est plutôt le contraire qui nous rend meilleur...
    stans007
    stans007

    Suivre son activité Lire ses 852 critiques

    3,5
    Publiée le 14 mars 2021
    Dommage qu’un tel talent de mise en scène soit mis au service d’un scénario délirant et d’un intérêt limité. Bonne BO.
    Ykarpathakis157
    Ykarpathakis157

    Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 7 068 critiques

    0,5
    Publiée le 6 mars 2021
    L'histoire commence quand un étudiant naïf trouve une oreille humaine dans un terrain abandonné près de la maison de son père la met dans un sac et l'emmène au poste de police où sa découverte est accueillie avec un regard méfiant le flic dit oui c'est bien une oreille humaine. Une conversation avec la fille adolescente du shérif de la ville révèle que cela pourrait avoir un rapport avec un mystérieux chanteur glamour. Jeffrey fait donc ce que n'importe qui ferait il entre par effraction dans son appartement et l'espionne. Et le trouvant caché dans son placard écoutant ses conversations téléphoniques et la regardant se déshabiller la chanteuse Dorothy fait ce que toute femme ferait dans ces circonstances lui donner du sexe. Les deux hommes se lancent dans une liaison asymétrique qui ne s'épanouit jamais complètement tandis que Jeffrey courtise la douce Sandy une adolescente. Pendant ce temps enveloppé dans le psychodrame sexuel instable de Dorothy Jeffrey il joue le rôle d'un croisement entre le détective et le chevalier vêtu d'une armure brillante pour une demoiselle en détresse. Mais ce qui me tape vraiment sur les nerfs c'est le dialogue terriblement ringard avec des phrases absurdes comme pourquoi y a-t-il tant de problèmes dans le monde ou tu es mon ami spécial. Sans oublier je t'ai cherché dans le placard hier soir (?????). Je ne saurai jamais comment des films de ce genre sont soutenus et encore moins comment ils deviennent culte...
    NusaDua
    NusaDua

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 1 577 critiques

    4,0
    Publiée le 5 février 2021
    Considéré comme l'un des films les plus accessibles de David Lynch, Blue Velvet baigne néanmoins clairement dans son univers peuplé de mystères et de bizarreries. Dans un petite ville champêtre fleurant bon l'été et les grands arbres, un jeune homme désœuvré joue au détective privé, accompagné de la fille du shérif local, et se retrouve rapidement mêlé à des événements qui le dépassent. Superbement réalisée, assez captivante, difficile de résister à cette enquête grisante qui joue avec les sens et qui flirte avec les frontières du réalisme !
    Thierry G
    Thierry G

    Suivre son activité Lire ses 28 critiques

    4,5
    Publiée le 19 décembre 2020
    Un film énigmatique et effrayant, avec un psychopatique Denis Hopper. Formellement très beau et délicieusement malsain.
    Shephard69
    Shephard69

    Suivre son activité 163 abonnés Lire ses 2 097 critiques

    4,0
    Publiée le 17 novembre 2020
    Ma sixième incursion dans la filmographie de David Lynch et, à part le dérangeant "Eraserhead" et son complexe "Mulholland Drive", je me suis plutôt cantonné aux oeuvres "classiques" du réalisateur, délaissant un peu ses films plus surréalistes. Ici, une subtile variation sur le film noir des années 70 chargée d'onirisme pour un ensemble assez difficile d'accès avec son atmosphère éthérée, son rythme relativement lent et son intrigue touffue, dure à suivre par instants. Mais d'un autre côté, un long-métrage à la mise en scène grandiose, l'une des plus captivantes intrigues que j'ai pu voir et une plongée saisissante dans les névroses d'une Amérique puritaine assez intemporelle. Un impressionnant casting de Kyle McLachlan dans son registre habituel à Dennis Hopper véritablement effrayant en gangster psychopathe aux moeurs sexuelles dépravées sans oublier la candeur de Laura Dern ou la folie destructrice d'Isabella Rossellini. Peut-être pas l'ensemble le plus passionnant qui soit en terme de récit mais une indubitable leçon de cinéma.
    N-Islam B
    N-Islam B

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 35 critiques

    4,0
    Publiée le 18 août 2020
    Ce film est classé parmi les plus énigmatiques dans l'histoire de Hollywood, ce n'est guère étonnant venant du maître incontestable des thrillers cauchemardesques David Lynch. Comme les autres films de Lynch, on se voit noyé dans un monde effrayant, voire sinistre, sombre, et inquiétant, on est malgré nous dérangé et bouleversé par le surréalisme du réalisateur qui impose délicatement son style et soigne ses cadres, tout en inculquant l'esprit malsain et pernicieux de l'être bipède, et le dérèglement de mœurs dans une Amérique puritaines plus ou moins conformiste. Des prix d'une grande renommée ont été décerné à ce long-métrage maléfique et dérangeant, qui pourtant nous fascine et nous rend plus enchanté du septième art.
    Dom Domi
    Dom Domi

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 204 critiques

    4,5
    Publiée le 13 août 2020
    Un film qui ne peut laisser indifférent. Un vrai film de cinéma qui arpente les méandres et les affres de notre condition humaine à travers un rêve ( cauchemar ? ) au cours duquel on visite cette condition humaine, qui, derrière ses masques et ses plumes, dissimule l'ancestral animalité qui nous habite encore, malgré les stratégies que nous développons pour la marginaliser... Un film talentueux conçu par un personnage au talent cinématographique indiscutable... domi...
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6225 abonnés Lire ses 10 702 critiques

    4,0
    Publiée le 2 août 2020
    Une petite ville paisible, une oreille en dècompositon dans la nature, des jeux pervers...Le cauchemar peut commencer! Qu'on se le dise [...] Comme la plupart des films de David Lynch, "Blue Velvet" nous plonge èveillè dans l'onirisme pur et dur! Le rèalisateur de "Elephant Man" revient ici à ses propres idèes! Thriller èrotique, malsain et culte, presque fantastique, excellemment servi par Kyle MacLachlan...et Dennis Hopper, sans nul doute le plus tcharbè des mèchants croquès par Lynch, avec des insultes et des injures à la pelle! Une des scènes les plus marquantes du film rèvèle aussi un Dean Stockwell presleyien, extraordinaire dans sa façon de chanter « In Dreams » de Roy Orbison en play-back, s'èclairant le visage avec un micro vintage! Isabella Rossellini est pourtant le coeur battant du film, chanteuse de cabaret martyrisèe et psychologiquement instable! L'actrice est une fois de plus exceptionnelle! C'est l'enfer qu'on devine dans son regard apeurè! Et l'envie prend de chanter « Blue Velvet » . Fascinant malaise! Grand Prix au Festival d'Avoriaz 87...
    EaalXamar
    EaalXamar

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 121 critiques

    3,0
    Publiée le 11 juillet 2020
    En rendant visite à son père gravement malade, Jeffrey découvre une oreille humaine dans un champ. Après avoir alerté la police, il ne peut s'empêcher d'aller fouiller pour découvrir le fin mot de l'histoire. Cela l’emmènera dans un monde bien étrange. On ne saurait dire si avec ce film Lynch est un mystificateur ou non. Ce qui me paraît évident, c'est que ce film est un brouillon de ce que sera Twin Peaks quatre ans plus tard : une enquête basculant au fur et à mesure dans un univers d'étrangeté, et de malaise pour le spectateur. Mais entre facilités scénaristiques et sensation de vide sur la fin du film, force est de constater que l'élément à sauver est bien les ambiances, rendues par des décors caricaturalement américains mais aussi des salons unicolores inquiétants, ou encore par des personnages indéchiffrables.
    dejihem
    dejihem

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 541 critiques

    5,0
    Publiée le 6 juillet 2020
    Il est très difficile, quand on a moins de 30 ans lors de la sortie du film Blue Velvet, d'en sortir indemne. Tout est tellement sulfureux. Intense. Insensé. Tout y passe : le sexe, la drogue, la mort, l'amour, les bagnoles, la police, le rapport père-fils, etc. Et puis il y a la composition de la lumière ! Des plans incroyable, hallucinants, le travail des ombres, la symbolique des scènes : tout est cauchemardesque. Et en même temps, si vrai, si humain.
    Laurent C.
    Laurent C.

    Suivre son activité 196 abonnés Lire ses 1 084 critiques

    5,0
    Publiée le 5 juillet 2020
    David Lynch signait en 1986 son quatrième long-métrage après les fascinants mais peut-être conventionnels "Elephant man" et "Dune". Cette fois, le cinéaste de génie prépare dans cette œuvre troublante et envoutante, toute la suite de sa carrière. On reconnaît définitivement la patte d'un homme, tout autant cinéaste, peintre que plasticien. Le réalisateur s'entoure de quelques uns des comédiens qui vont le suivre sur la plupart de ses tournages futurs. On reconnaît aussi celle qui fera la puissance de "Sailor et Lula" en la personne de Laura Dern qui interprète une jeune étudiante, naïve et inconsciente. A ses côtés, naturellement, on reconnaît l'inspecteur de Twin Peaks, Kyle MacLachlan, qui assume déjà le côté secret et tourmenté du célèbre agent du FBI à la recherche du tueur de Laura Palmer. Bref, on rentre dans cet immense morceau de cinéma et toutes les œuvres futures de Lynch se découvrent au spectateur. La musique évidemment écrite par son compositeur fétiche, Angelo Badalamenti, habite le récit d'un bout à l'autre, rehaussant l'émotion à son plus haut niveau. Tout le film est peuplé de références aux films noirs des années ,à commencer par des célèbres citations de Hitchcock. "Blue Velvet" dégage un sentiment poisseux, vénéneux presque, avec en contre-fond, la fameuse phrase : "Le monde est étrange". Lynch ne perd pas dans des méandres surréalistes. Il opte pour une œuvre glaciale, tout entière offerte à la beauté magnétique des comédiennes. Isabella Rossellini interprète une chanteuse tourmentée et troublante, dont la puissance émotionnelle envahit tout l'écran. On est retenu par le suspens, par le souffle autant démoniaque que spirituel qui hante cette ville américaine. On croit même reconnaître à travers les figures de ces américains convertis au consumérisme, le petit paysan qu'il a filmé sur son tracteur à la recherche d'un monde meilleur. Voilà donc une œuvre remasterisée qui retrouve sa fougue et son énergie d'origine. Le film fait la démonstration que Lynch est un monstre de cinéma.
    Nadjand
    Nadjand

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 25 juin 2020
    Je ne sais pas J'ai détesté ou adoré mais une José est sure, le visionnaire ne fut pas agréable. Le cinéma de Lynch nous met face aux doutes métaphysiques les plus vertigineux ; qu'est ce qui est de l'ordre du rêve et qu'est ce qui est de l'ordre de la réalité. On ne sait pas et il faut faire face à cette écran du doute. J'ai plusieurs fois eu envie de me lever et quitter la salle tant l'ambiance était pesante. Le jeune couple échanges des paroles si creuses, si niaises que cela en devient irréel. Le kitsch des maisons, des fleurs sous fond de ciel bleu, de velours et sets de table à dentelles semble émane d'un rêve. Mais derrière ces flous ce cachent l'angoisse et la pulsion de mort, d'autodestruction des personnages y compris l'oreille du réalisateur qui fait écho à celle du maudit Van Gogh. L'oreille coupé, le geste mutilateur du réalisateur sert de macguffin au scénario et ce n'est sans doute pas par hasard que le film se brode sur la souffrance de l'artiste. Torturé ou moqueur, Lynch reste néanmoins un maître pour provoquer une palettes de sentiments, passions qui même quand elles sont éprouvantes restent fascinantes.
    bsalvert
    bsalvert

    Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 3 141 critiques

    1,0
    Publiée le 19 mai 2020
    Très belles images mais un univers trop contrasté. Le spectateur est loin de pouvoir s'identifier et se détache du film.
    Roub E.
    Roub E.

    Suivre son activité 244 abonnés Lire ses 3 831 critiques

    3,0
    Publiée le 11 mai 2020
    Je n’ai pas détesté mais ça ne me marquera pas plus que cela. Blue Velvet c’est du David Lynch tel qu’on l’imagine aujourd’hui, pour le coup un cinéma un peu trop abstrait pour moi . Un cinéma tellement vague qu’on peut finalement y trouver ce qu’on veut. Je garderais quand même un Dennis Hopper encore une fois impeccable dans un rôle de salopard. Il me restera aussi L’idée de présenter un monde très lisse en façade mais ou des secrets et les plus vils instincts sévissent derrière les murs.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top