Notez des films
Mon AlloCiné
    Au revoir les enfants
    note moyenne
    4,0
    3095 notes dont 183 critiques
    répartition des 183 critiques par note
    66 critiques
    74 critiques
    25 critiques
    11 critiques
    7 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Au revoir les enfants ?

    183 critiques spectateurs

    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 1 868 critiques

    4,5
    Publiée le 16 novembre 2019
    On entend dès le titre la rupture avec l’enfance, ce temps d’innocence et d’imaginaire où les erreurs sont pardonnées, où les coups portés aux camarades n’ont de conséquences que limitées – une égratignure, un pansement –, où le monde reste encore un grand mystère aussi intrigant qu’inintéressant. Au Revoir les enfants se construit comme la douloureuse réminiscence d’une amitié qui n’a jamais cessé de rassembler Julien et Jean, en dépit de leur séparation finale et de leur sort respectif. Que ce film ait vu le jour constitue la preuve suffisante qu’une telle relation, on l’oublie pas, on vit avec, quoi qu’il en soit. Au commencement, c’est la bagarre, la jalousie aussi : on regarde l’autre, cet étranger arrivé en cours d’année que l’on charrie volontiers. Puis les divergences se conjuguent : le regard du garçon sait qu’il se trame quelque chose, fait aussitôt de lui un détective rassemblant les indices qui sont autant d’étapes de sa prise de conscience humaine. Un Juif, d’accord ; un ami, ça c’est sûr. Louis Malle sait que les coups d’œil en disent plus long – et plus juste – que les discours. La nuit se métamorphose en moment d’observation où les deux amis s’épient discrètement, l’un parce qu’il mouille encore son lit, l’autre parce qu’il prie, deux bougies allumées. Ils s’égarent tous les deux en pleine forêt, traduction de leur singularité tout autant que de leur isolement face aux corps de classe, de dortoir, de réfectoire, d’église, et d’armée enfin : Julien escalade des massifs, rampe au cœur d’une formation rocheuse jusqu’à mettre la main sur le trésor. Son équipe a gagné ! Ils ne sont que deux. Leur cœur bat à l’unisson l’un de l’autre, de la même manière que leurs mains touchent du jazz sur le piano du curé. Une musique qui ne s’écrit pas. On l’improvise en écoutant l’autre. En laissant entrer dans cette France occupée le hasard d’une rencontre et l’impossibilité d’un adieu, Au Revoir les enfants fait scandale, crie une révolte sourde qui se décline par petites frappes a priori anodines, mais qui cache en elle l’amitié interdite entre un Catholique et un Juif. Tout passe par le regard d’enfant qui, seul, est capable de réajuster les perspectives : il faut le miroir pour décoder le nom inscrit sur le livre de Jean, de même que la lampe de poche pour parcourir, le soir, les pages érotiques de Shéhérazade. Apprendre à mieux regarder. Revenir à l’échelle d’un jeune garçon, adopter son point de vue. Lorsque Julien prend conscience de sa culpabilité, les yeux cessent de défier l’instant présent et se figent, ils se focalisent éternellement sur le passé, sur ces dernières heures où tout a filé si vite. Il s’est retourné vers son camarade. Lui a fait signe pour le couvrir de son regard protecteur. L’a condamné à mort sans le vouloir. Derrière cette tragédie intimiste s’active un régime qui prive l’enfant de son âge, le responsabilise trop jeune, tue le droit au sentiment et à l’insouciance. De ce sevrage terrible et traumatisant, Louis Malle tire une œuvre bouleversante sur la culpabilité individuelle face à l’Histoire, dont la retenue décuple la puissance symbolique et sensible.
    brianpatrick
    brianpatrick

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 367 critiques

    3,5
    Publiée le 19 septembre 2010
    Un bon film français traitant de la déportation. La rencontre et l’amitié entre deux adolescents dans un collège français durant l’occupation.
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 504 abonnés Lire ses 4 214 critiques

    3,5
    Publiée le 18 août 2020
    Ambiance collégiale des années 40. Nous suivons quelques enfants, adolescents et corps surveillant sur la période d'occupation. Gestapo, milice, soldats allemands. Bien joué, dramatique, les préoccupations des uns, les trafics des autres. Joué avec beaucoup de naturel.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 286 abonnés Lire ses 3 638 critiques

    4,0
    Publiée le 15 août 2018
    Film émouvant et dur. Historiquement très intéressant sur les internats de l’époque mais également un portrait sensible d’adolescents loin des considérations de la guerre, mais qui font face à la disparition brutale de leur naïveté d’enfants
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 12 août 2013
    Cette histoire filmée de façon très réaliste ne laisse pas indifférent, et les enfants sont globalement convaincants.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 379 abonnés Lire ses 3 087 critiques

    4,0
    Publiée le 5 septembre 2015
    J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le film, d'autant plus difficilement que la fin est déjà connue bien avant le visionnage. Au delà de ça, L. Malle est un grand directeur d'acteurs et ses enfants sont criant de réalisme. Sa caméra scrute le quotidien de ces enfants, pointant leur cruauté mais aussi un quotidien difficile, les frustrations, les brimades, les moments de joie. Le contexte est trouble mais les enfants ne semblent jamais vraiment comprendre comment ni pourquoi. Quelques scènes d'une rare puissance se dégage du film, l'écriture est assez fine et le final évite l'écueil des gros sabots et se dévoile tout en pudeur, révélant les failles de chacun. Pas de jugement, pas de manichéisme imbécile, juste un regard, un geste, une larme qui ne veut pas couler. Perso, la dernier quart d'heure est presque irrespirable, très poignant mais j'ai eu vraiment du mal avec ce qui précède. Un film qui a presque valeur de documentaire, tant la reconstitution semble juste. Beau, touchant et nécessaire. D'autres critiques sur
    gabdias
    gabdias

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 1 407 critiques

    4,0
    Publiée le 5 janvier 2015
    Quelle claque, une magnifique histoire d'amitié dans l'horreur et la haine de la Deuxième Guerre Mondiale. Des sentiments, des vrais sans mièvrerie, des héros, des vrais, de la sensibilité. Louis Malle écrit librement cette histoire inspiré de faits autobiographiques, les deux garçons sont magnifiques, récompensé à Venise très justement !
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 757 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    4,0
    Publiée le 11 novembre 2013
    En revenant sur les souvenirs difficiles de son enfance sous l’occupation allemande, Louis Malle signe l’un des films les plus émouvants sur cette période délicate car, en prenant le point de vue de jeunes enfants, le drame qui va naitre de la séparation entre le jeune catholique Julien et son ami juif Joseph acquiert une universalité déchirante. Les ravages de l’antisémitisme qui s’immiscent dans le quotidien de ses pensionnaires immatures et naïfs sont traités avec tant de réalisme que c’est toute la société française qui est dépeinte à travers ce microcosme. Le jeu plein d’émotions de tous ces acteurs alors âgés d’une douzaine d’années (qui malheureusement ne perceront pas dans le métier) donne à cet indispensable œuvre de travail de mémoire une potentielle tendresse qui marquera son public malgré les longueurs qui pèsent sur la narration.
    Bernard D.
    Bernard D.

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 382 critiques

    1,0
    Publiée le 13 novembre 2020
    « Au revoir les enfants » de Louis Malle est un film qui m’exaspère car il est très lent et son intrigue – si intrigue il y a - n’apporte rien au problème de fond à savoir le sort des juifs durant la seconde guerre mondiale. Ce film soulage la bonne conscience des institutions catholiques et des Français dont bon nombre étaient à l’époque antisémites et proches de Vichy. Espérons que depuis 1987, la vision des Français sur ce sujet et sur le racisme en général ait changé … mais ?
    Jeremy339862369
    Jeremy339862369

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 135 critiques

    4,0
    Publiée le 22 mars 2008
    Louis Malle réalise ici un film autobiographique donc intime qui a pour toile de fond la seconde guerre mondiale et le nazisme dans ce qu'il a de plus affreux : la traque des enfants juifs. Une des réussite du film se trouve dans le choix du déroulement de l'intrigue, en effet on ne nous montre rien de trash et la présence allemande au début du film n'est pas visible, la force de la réalisation de Louis Malle est de créer une tension qui augmente tout au long du film en ajoutant au fur et a mesure des signes de la présence allemande en France, le risque augmente crescendo et l'étau se resserre au fil des minutes jusqu'à une fin inévitable et tragique. La seconde force du film est bien sur le jeu des deux acteurs principaux qui sont très bon, mention spéciale à Gaspard Manesse qui est épatant dans son rôle de ( Louis Malle enfant) Julien Quentin, un jeune garçon au regard curieux, naif et mystérieux. La dernière force du film réside dans le fait que beaucoup des lieux du tournage sont des lieux où s'est vraiment déroulé cette histoire.
    Housecoat
    Housecoat

    Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 365 critiques

    4,0
    Publiée le 31 octobre 2018
    C'est en s'inspirant de sa propre enfance que Louis Malle construisit une histoire hautement véridique et sincère avec Au revoir les enfants. Se contentant du juste minimum et en évitant tout écueil, Malle ne se concentre que sur les enfants spectateurs du climat répressif qui règne durant l'Occupation. Climat dont ils sont d'ailleurs eux aussi responsables pour des critères innocents mais similaires, comme si leur établissement était le microcosme d'une jeunesse aussi péniblement humaine que leur avenir. L'intelligence du réalisateur est de savoir garder sa trajectoire sans perdre de vue ce qui a été pour lui le plus important, pas la guerre mais les enfants. L'ambiance est glaciale mais le regard des garçons maintient une étincelle d'innocence au milieu des occasionnels relents de la répression. On a envie de croire à ce que rien ne se produise, et on y croit jusqu'à la fin qui nous rappelle quelle époque nous suivions. Prendre en flagrant le meurtre de l'innocence est une tâche extrêmement difficile, en être témoin aussi.
    aldanjah
    aldanjah

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 705 critiques

    4,0
    Publiée le 3 mai 2010
    Un film très touchant signé Louis Malle. A travers les yeux de Julien, un enfant en pension dans une école catholique, nous découvrons l'horreur de la seconde guerre mondiale. Comment comprendre que l'un de ses camarades de classe, semblable aux autres enfants, doit cacher sa véritable identité et fuit les allemands car il est "juif". Un simple mot que Julien a du mal à cerner, une distinction injustifiée qui entrainera la déportation et la mort de son ami. Peut-on rester enfant après avoir vécu cela ? Pour rajouter à l'émotion, cette histoire est d'inspiration autobiographique (Louis Malle a effectivement vu des enfants juifs se faire déportés lorsqu'il était jeune). Une époque que nous sommes content de ne pas avoir connu, mais que personne ne devrait oublier.
    Noémie Laurent
    Noémie Laurent

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 141 critiques

    4,0
    Publiée le 11 mai 2015
    Des personnages vrais, pas du tout heroisés, une ambiance realiste qui ne laisse pas supposer que tous les francais etaient soit des collabos, soit des resistants. Un suspence dur.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2360 abonnés Lire ses 5 143 critiques

    4,0
    Publiée le 15 décembre 2013
    Ce film est le premier de la dite "seconde période française" de Louis Malle après 10 ans passées aux Etats-Unis. Inspiré d'un fait réel, souvenir d'enfance vague du réalisateur qui se rappelle que la Gestapo est venu chercher un camarade juif en classe... Comme il le dit lui-même "... Finalement je m'en suis tenu à ce que crois être mon souvenir,..." ; car à la différence du film il n'a pas été ami avec ce camarade, ce qui lui aurait manqué, d'où l'idée de cette histoire. Ce film est un drame intimiste au sein de la grande Histoire, au lieu d'en faire un film de guerre Louis Malle en fait un drame à part entière. Il nous fait vivre dans ce microcosme écolier, décrivant le quotidien dans cet internet catholique en distillant ici et là des petites différences liées à l'Occupation. C'est bien là l'intelligence de Louis Malle, ne pas faire un énième film de guerre, mais une histoire de tolérance et d'amitié presque par accident. On pense évidemment à un précédent grand film du réalisateur, "Lacombe Lucien" (1974), ce qui est logique puisqu'à l'origine l'idée de l'école et du garçon de cuisine qui veut se venger devait être placé au début de "Lacombe Lucien" ... 13 ans après ce dernier film Louis Malle clos la boucle et signe donc un film magnifique d'humanité, témoignant autrement de l'horreur qui se dessine. Un beau film qui sera un succès critique et public, 3,6 milliosn entrées France, 7 Césars en 1988, Lion d'Or à Venise, Prix Louis-Delluc et nommé aux Oscars...
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1867 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    4,0
    Publiée le 19 février 2012
    Film très connu que je ne découvre bizarrement que très tardivement que le réalisateur considére comme son oeuvre la plus personnelle. C'est difficile de penser le contraire, déjà tout simplement parce que c'est en très grande partie autobiographique, ensuite parce que dans nombre de ses films antérieurs Louis Malle avait déjà abordé plusieurs des thématiques, notamment "Le Souffle au coeur" et "Lacombe Lucien", évoquées ici donnant ainsi l'impression qu'"Au revoir les enfants" est une synthèse de tout cela et, bien que ce ne soit pas sa dernière oeuvre, une sorte de testament. Donc l'événement qui y est relaté a fortement marqué la mémoire du cinéaste comme le montre une très grande partie de sa filmographie. La réalisation est classique mais se permet quelques belles envolées comme la séquence dans la fôret, la projection ou la leçon de piano, et évite le manichéisme pour preuve la séquence dans le restaurant. Une oeuvre sensible, intelligente et profonde.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top