Mon compte
    Indiscrétions
    note moyenne
    4,0
    631 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Indiscrétions ?

    65 critiques spectateurs

    5
    26 critiques
    4
    17 critiques
    3
    13 critiques
    2
    9 critiques
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Appeal
    Appeal

    Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 569 critiques

    4,5
    Publiée le 22 avril 2013
    Indiscrétions fait partie de ces perles rares dont nous entendons rarement le nom alors qu'elles sont dans le haut du panier. Le genre de comédie romantique comme on en fait plus, des romances qui ne suivent aucun schéma, a contrario des comédies actuelles qui à l'évidence respectent de trop nombreux codes pour se détacher.

    Indiscrétions n'est pas de ces comédies qui nous donnent de nombreux fous rires, qui alternent les moments forts et les moments creux. C'est un ensemble bien rythmé et toujours intelligent qui est plaisant du début à la fin.

    C'est une vraie comédie de personnages, où chacun est dans un rôle bien précis et différent, chacun forme la partie d'un tout qui accorde une ambiance particulière. Katharine Hepburn que je commence à découvrir est géniale dans son rôle de femme libre (beaucoup plus que les femmes puritaines des comédies actuelles), electrisante, parfois naïve mais qui tient toujours les hommes par le bout de la cravatte. Cary Grant a ce magnifique détachement, cette ironie permanente qu'on voit si clairement dans son regard, tandis que James Stewart joue un rôle parfaitement dans ses cordes, à savoir celui de cet homme un peu bête et malheureux, mais très touchant. Les seconds rôles viennent titiller ce trio, le faire bouger. Ils participent dans l'élaboration de "camps" qui s'affrontent ou qui s'amusent, toujours dans une bonne humeur.

    Indiscretions peut paraître verbeux mais c'est toujours finement écrit. Les personnages sont très modernes, détachés et avec beaucoup d'ironie. Certaines répliques sont fantastiques. Le film surtout ne se prend jamais au sérieux. Il est assez amusant de voir que cette comédie ne veut jamais retomber dans une morale bien pensante, sans jamais jouer la carte de la provocation et du choquant. On boit, on courtise, on trompe, on ignore mais c'est toujours drôle et léger, sans arrière-pensée. Le rythme est parfaitement tenu, l'histoire défile avec cohérence et inattendus, on ne s'ennuie jamais et on est toujours fasciné.

    Une réussite sur tous les points donc, qui doit énormément à son casting. Avec Grant, Hepburn et Stewart, pas question d'y aller discrètement. Ouvrez grand la porte d'une excellente comédie.
    JamesDomb
    JamesDomb

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 1 061 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    La quintessence de la comédie américaine. Dieu que les acteurs et les actrices étaient beaux, élégants et ne se prenaient pas au sérieux durant l’Age d’Or d’Hollywood ! Une comédie romantico-loufoque sophistiquée signée George Cukor. Katharine Hepburn effectuait alors son triomphal retour à l’écran avec cette adaptation de la pièce de Philip Barry, immense succès populaire. Howard Hughes, amant d’Hepburn lui a acheté les droits d’adaptation, sachant que toutes les actrices convoiteraient le rôle principal. C’est ainsi qu’elle devient « propriétaire » du film, le vend à la MGM tout en exigeant le droit de regard sur le réalisateur. Cukor viré du tournage d’Autant en emporte le vent par Selznick est appelé par son amie Katharine pour diriger Indiscrétions. Ce qui intéresse Cukor, c’est cette victoire des femmes sur une certaine idée conventionnelle du couple. Un rôle écrit sur mesure pour Katharine Hepburn, féministe comme sa mère, est sublime de spontanéité, de talent, de tendresse, de drôlerie et…sublime tout simplement. The Philadelphia Story c’est avant tout une éblouissante satire de la haute société américaine, une critique corrosive et peu indulgente des gens de ce monde masquée par la comédie. A ses côtés, on retrouve James Stewart et Cary Grant. Le premier, récompensé par l'Oscar du meilleur acteur, est désopilant de cynisme, fin, nuancé, hilarant dans le rôle de Mac(auley), écrivain obligé de faire un article pour une feuille à scandales américaine. Le deuxième est encore une fois parfait en ex-playboy buveur devenu sage et romantique prêt à tout pour récupérer sa belle et lui mettre les points sur les "i". Le reste de la distribution est à tomber : la belle Ruth Hussey dans le rôle de Liz complice et amoureuse de Mac, Virginia Weidler qui du haut de ses 14 ans tient la dragée haute à ses aînés, une Katharine Hepburn en modèle réduit. Un sommet de la comédie américaine, superbement orchestré par Cukor et chorégraphié au millimètre. Irremplaçable.
    Eldacar
    Eldacar

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 357 critiques

    5,0
    Publiée le 15 février 2008
    Une comédie vraiment excellente ! Les répliques, mordantes, sont inoubliables et hilarantes. Le trio Grant-Hepburn-Stewart est extraordinaire. James Stewart, encore jeune acteur, livre la meilleure interprétation de tout le film. La scéne de la soirée la veille du mariage est géniale et vaut le détour. A voir absolument !
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 4 422 abonnés Lire ses 7 396 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un chef s'oeuvre absolu de la comédie américaine. Tout y est subtil, intelligent et drole. George Cukor est vraiment un grand metteur en scène et le prouve une nouvelle fois, surtout que le scénario est d'une grande ingéniosité et les rapports entre les trois principaux protagonistes est un vrai régal. Enfin, Cary Grant, James Stewart et Katharine Hepburn sont au sommet de leur immense talent. Un vrai bijou!!
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 2 156 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    5,0
    Publiée le 8 octobre 2012
    Chef d'oeuvre incontesté de la comédie sophistiquée américaine,"Indiscrétions"(1940),qui n'oublie pas une certaine critique de la haute société et du journalisme sensationnel,est surtout un irrésistible vaudeville,qui repose sur des dialogues ciselées et une interprétation au timing comique remarquable.Une riche héritière divorce d'un playboy fougueux,et décide de se remarier aussi sec avec un aristocrate très respectable,avant que ne surviennent un journaliste et sa photographe à la recherche d'un scoop.Les personnages de second plan sont hilarants,entre un oncle libidineux,une mère qui plane,et une jeune soeur très maligne.Mais bien sûr,toute notre attention se repose sur le trio infernal.Katharine Hepburn brille de milles feux,dévoilant autant de vulnérabilité que de froideur,pour un personnnage multi-facettes et indéniablement en avançe sur son temps.Cary Grant se délecte à mettre la zizanie,tout en gardant son oeil qui frise et son sourire moqueur.James Stewart,quant à lui,déguingandé et revêche,se fait un devoir d'humaniser son personnage d'immature journaliste.La scène où Hepburn et Stewart se saoûlent avant de finir dans la piscine est culte!George Cukor obtient le maximum de ses interprètes.Le film est un régal de tous les instants.
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 528 abonnés Lire ses 3 936 critiques

    5,0
    Publiée le 13 décembre 2011
    Encore et toujours un grand Cukor! Des acteurs merveilleux et une légèreté dénonciatrice acerbe qui est parfaite. Du grand cinéma.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 8 175 abonnés Lire ses 11 358 critiques

    3,0
    Publiée le 20 mai 2012
    L'un des plus fameux couples selon la tradition hollywoodienne est ici formè par Katharine Hepburn et Cary Grant dans ce classique de George Cukor combinant finesse et humour sans qui l'actrice n'aurait jamais quittè les scènes shakespeariennes pour les sunlights d'Hollywood! La scène d'ouverture, muette et rèussie, donne immèdiatement le ton: ce sera une comèdie pure! il faut dire aussi que Cukor avait ses acteurs en très haute estime! Le plus souvent, il se refusait à les diriger, au sens strict et traditionnel du terme! il les observait plutôt, se faisant en quelque sorte le complice de leur jeu...ou de leurs jeux telle la scène poilante entre Hepburn, lègèrement èmèchèe, et l'excellent James Stewart, (lui ègalement n'est pas net), chantant "Somewhere Over the Rainbow". Car non content de nous raconter une histoire, le rèalisateur nous invite à assister à un spectacle en crèation, au fur et à mesure de son dèroulement comme si "The Philadelphia Story" ètait rèalisè sous nos yeux! Même si les dialogues sont brillants, on peut regretter cependant une tendance au bavardage! Reste heureusement un trio magique où se dètache un James Stewart parfait qui recevra l’Oscar du meilleur acteur! Ce qui fut loin de faire l'unanimitè car la même annèe, Henry Fonda faisait une prestation titanesque dans « The Grapes of Wrath » de John Ford...
    vinetodelveccio
    vinetodelveccio

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 802 critiques

    4,0
    Publiée le 11 octobre 2012
    Cukor signe une comédie romantique remarquable de charme et de finesse. Sa mise en scène est, comme d'habitude, un vrai délice et multiplie les plans pensés et les cadrages fins, mais sans que l'on est l'impression que chaque scène est réfléchie. Tout cela est assorti d'un scénario dont on se fiche un peu, car l'important ici, ce sont les personnages et les acteurs. L'engagement de ceux-ci (y compris les seconds rôles) est total et on ne peut qu'admirer leur maîtrise. James Stewart, notamment, est d'un naturel bluffant et crève ici l'écran.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 740 abonnés Lire ses 3 824 critiques

    3,5
    Publiée le 24 janvier 2012
    George Cukor avec Frank Capa, Gregory la Cava et quelques autres fut le roi des comédies romantiques des années 40. Le scénario d'"Indiscrétions" est pour le moins improbable et artificiel à tel point que Cukor a un peu de mal à installer son histoire. Ce retard à l'allumage semble mettre dans un premier les acteurs un peu mal à l'aise notamment James Stewart qui en fait des tonnes pour démontrer le côté roublard et revêche de son personnage d'écrivain contraint de voler le scoop dans un mariage de la haute société. Mais les choses s'arrangent vite une fois les enjeux du quatuor amoureux posé. Qui de l'ex-mari, du fiancé officiel ou de l'écrivain va emporter le cœur de la belle Katharine Hepburn en pleine crise existentielle ? Les quiproquos s'enchaînent autour de dialogues enlevés, débités par des acteurs en grande forme jusqu'au dénouement final un peu surprenant. Le film est tiré d'une pièce de Phil Barry, "The Philadelphia Story" dans laquelle Katharine Hepburn triomphait au même moment à Broadway aux côtés de Van Heflin et Joseph Cotten ce qui explique sans doute la prédominance des dialogues dans ce film très bavard. Pas étonnant de ce fait de retrouver Joseph Mankiewicz à la tête de la production. Tous ces atouts ont permis au film de triompher aux oscars avec notamment une statuette pour James Stewart. Depuis "Indiscrétions" est érigée en modèle de ce qui doit être entrepris pour approcher la perfection dans l'exercice si périlleux de la comédie. Les quelques imperfections du scénario et le manque de rigueur dans la direction des acteurs nous obligent à être moins dithyrambique que l'ensemble de la critique. "Ange" d'Ernst Lubitsch (1937) ou "Chaînes conjugales" de Mankiewicz (1949) étant sans aucun doute des œuvres plus accomplies et maîtrisées. Depuis George Cukor bénéficie d'un statut sans doute un peu flatteur. A voir pour Gary Crant toujours parfait qui était à l'opposé des ses deux partenaires un véritable acteur de comédie.
    il_Ricordo
    il_Ricordo

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 407 critiques

    5,0
    Publiée le 9 mars 2011
    The Philadelphia Story est béni des cinéphiles pour avoir réuni deux grands mythes du Cinéma américain : Cary Grant et James Stewart. Entre eux, l'autoritaire et assez peu féminine Katharine Hepburn est véritable maîtresse du film. La pièce raffinée de Philip Barry est excellemment mise en scène par un George Cukor au meilleur de sa forme. L'action s'enchaîne d'elle-même à 100 à l'heure. Tour à tour intelligent et burlesque, Indiscrétions est impayable.
    gerard.d
    gerard.d

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 8 critiques

    3,0
    Publiée le 20 mars 2020
    2 étoiles pour l'interprétation. Katharine Hepburn et James Stewart, lumineux, comme toujours, sauvent le film. Pauvre Cary Grant, très mal servi par le scénario (et la direction d'acteur??). C'est long, c'est plat. La fin aussi est toute plate. Décevant.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 2 278 abonnés Lire ses 3 891 critiques

    4,0
    Publiée le 20 avril 2011
    Il s'agit de mon premier film du réalisateur, que je ne connaissais pas avant, je ne savais pas à quel niveau placer la barre dans mes attentes, peut-être que j'en espérais un peu trop, ou peut-être pas assez, je ne sais pas. Parce que la première heure du film ainsi que le dernier quart d'heure j'avais un énorme sourire sur mon visage, c'était très drôle, avec d'excellents dialogues et un trop d'acteurs génial. Grant est toujours aussi excellent à lancer des regards avec un petit sourire en coin lorsqu'il sent qu'il marque un point, Stewart en coeur d'artichaut jouant les durs es vraiment bon lui aussi et Hepburn est magnifique, dans son rôle de bourgeoise austère qui va révéler son coeur.
    J'ai trouvé qu'à part sur la fin ça manquait peut-être un peau d'émotion (sans pour autant demander que ça vire au larmoyant), qui beaucoup plus présente chez Hawks lorsqu'il réalise des comédies similaires.
    Le gros défaut du film (enfin "gros" c'est vite dit) ça serait le début de la seconde heure du film que j'ai trouvé moins inspirée, moins marquante comparé aux répliques tordantes de la première partie. ça reste un bon film, très agréable et rafraîchissant. Comme quoi Very Bad Trip n'a rien inventé.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 3 487 abonnés Lire ses 5 588 critiques

    5,0
    Publiée le 16 décembre 2014
    "Philadelphia Story" (titre original) avant tout d'une adaptation d'une pièce de théâtre qui permet à Katherine Hepburn de reprendre le rôle de Tracy Lord qu'elle a tenu à 665 reprises sur les planches ! Le film est une réussite de la screwball comedy (il n'y a pas que Franck Capra !), qui tient beaucoup à la parfaite symbiose des talents. On peut juste tiquer lors d'un petit baisse de régime lors du bal et la toute fin qui un peu trop longue. Néanmoins rien de grave on reste dans un des très grands films du genre.
    cinéfyl
    cinéfyl

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 134 critiques

    2,5
    Publiée le 25 avril 2016
    Heureusement que le generique de cette comedie possede 3 merveilleux acteurs ainsi que de tres bons seconds roles car cette preparation de mariage m'a plutot laissé de marbre ,la faute a des tunnels de dialogues sans saveurs ni humours qui plombent cette "satire" de la haute societe US.La soiree "arrosée" (genialissime Stewart) precedant la ceremonie vient dynamiser un peu l'ensemble qui retombe malheureusement dans ses travers du debut pour finir sur le remariage des 2 divorcés : vous parlez d'un happy end original !!! Issue d'une piece de theatre ,cette histoire quasiment en huis clos reste bien trop statique et repose uniquement sur le talent de ses 3 stars ,Cukor realise une oeuvre tristement academique qui manque singulierement de legerté et de folie celles ci etant juste entrevuent durant la soirée "champagne/piscine".
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 14 avril 2018
    Born again.
    On a souvent dit qu’« Indiscrétions » (1940) mettait en scène la victoire de la classe dominante sur la classe populaire : la victoire de Dexter Haven (Cary Grant) et de Tracy Lord (Katharine Hepburn) sur Macauley Connor (James Stewart) et George Kittredge le parvenu (John Howard). Je n’en suis pas sûre. Ce film met en scène la victoire de l’hédonisme et de l’humanité sur les déterminations sociales. C’est bien parce que Cary Grant est humain que Katharine Hepburn finit par retomber dans ses bras et par délaisser son richissime fiancé patron d’usine. Ce film est l’histoire d’une révélation. Et Cary Grant en est le catalyseur. Pendant tout le film, il essaye discrètement de toucher le cœur de Katharine Hepburn pour qu’elle accède enfin à l’humanité et qu’elle descende de son piédestal où elle régnait en « déesse » incontestée depuis si longtemps. Il lui apprend à accepter ses faiblesses et celles des autres. Il lui apprend à vivre, tout simplement. Quant à James Stewart, il lui offre un moment d’égarement et de lâcher-prise qui lui permettra, au terme d’une longue nuit d’ivresse, de retrouver la sensibilité qu’elle avait enfouie au fond d’elle-même pour l’offrir avec ingénuité à son premier mari, Cary Grant. C’est une Katharine Hepburn revivifiée, plus humaine et plus éblouissante que jamais, qui dit « oui » une seconde fois à son premier amour – le seul et l’unique – Cary Grant. Et l’on se prend à regretter que celui-ci n’ait pas obtenu l’oscar du meilleur acteur attribué à James Stewart, sachant combien son jeu subtil et délicat, tout en retenue et en suggestion, aura fait pour extraire sa partenaire de la tour d’ivoire où elle s’était enfermée. Tu peux sourire, Cary, et rouler tes yeux de velours, c’est bien sur toi que reposent la magie du film et la renaissance de Katharine Hepburn. Avec cette œuvre, George Cukor a réécrit « Holiday » (1938) et porté aux nues son couple-fétiche, Cary Grant-Katharine Hepburn. Ce deuxième film - comme un second mariage – célèbre une nouvelle fois la victoire de la liberté, de l’amour et de l’art cinématographique. Cette fois-ci, l’alchimie est totale.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top