Mon AlloCiné
    Shadows
    note moyenne
    3,8
    345 notes dont 30 critiques
    répartition des 30 critiques par note
    5 critiques
    9 critiques
    9 critiques
    6 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Shadows ?

    30 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 4 décembre 2017
    Quand la forme fait de l’ombre à la matière ! Shadows aborde dans une tout autre facture la même thématique que celle que l’on retrouve dans Imitation of life de Douglas Sirk, c’est-à-dire la quête d’identité des personnes noires ayant la peau plutôt pâle. Ben et Leila errent dans les rues de New York avec appréhension ne sachant trop comment s’afficher et à qui faire confiance. Malgré l’importance du sujet, le film n’a pas marqué le 7ième art par son contenu, mais par la manière dont il a été produit. Shadows est perçu comme une oeuvre pionnière du cinéma d’auteur. Ces œuvres signées par leur réalisateur et non initiées par les grosses machines de production. Donc pas de budgets faramineux, pas de stars sur l’affiche et encore moins de photos de vedettes enlacées en vue de la promotion. Pas de mise en scène et de découpage technique tout écrit d’avance avec des déplacements de comédiens réglés au quart de tour. Ici c’est la caméra qui s’ajuste à l’action et au jeu improvisé des acteurs. Tout cela occasionne des maladresses ici et là : Des hors foyer non planifiés, un manque de rythme entre les répliques, etc. Mais la finalité dans une telle démarche cinématographique ne se calcule pas par le nombre de beauty shot. Elle réside plutôt dans la liberté de création et dans la vérité non manipulée que l’on retrouve à l’écran. En plus de refléter sa génération, le premier film de John Cassavetes a contribué à l’émergence d’un nouveau cinéma qui allait permettre de jeter un œil différent sur le monde qui nous entoure.
    willydemon
    willydemon

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 1 544 critiques

    3,5
    Publiée le 14 septembre 2012
    Une simplicité et un rythme de tout les instants, malgré ses nombreux défaut et son gros manque de moyens, Cassavates nous sort une œuvre marquante, malgré son côté inabouti. De grands débuts pour ce génie.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2014 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    2,0
    Publiée le 7 juin 2014
    Ce n'est pas le premier style "Nouvelle Vague" dans le Pays de l'oncle Sam puisque Morris Engels est parvenu à faire de la "Nouvelle Vague" quelques années avant la "Nouvelle Vague" de manière plus fraîche et dynamique avec "Le Petit Fugitif", mais c'est un des rares films américains style "Nouvelle Vague".
    John Cassavetes pour son premier film réalise ce qu'il appelle une improvisation dont le sujet tourne autour du racisme autant du côté des noirs que de celui des blancs. L'improvisation donne quelques caractéristiques intéressantes comme la musique jazzy qui colle parfaitement à l'image.
    Mais le manque total de structure scénaristique empêche la profondeur de l'histoire et celle des personnages. On regarde d'un œil vaguement (très vaguement !!!) intéressé ces ombres mais jamais passionné.
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 689 critiques

    3,0
    Publiée le 29 janvier 2012
    De belles qualités mais l'ensemble n'est pas encore assez abouti (par rapport aux grandes qualités de Cassavetes).
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 388 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Shadows est, selon le Dictionnaire du cinéma, un film sur le racisme vu de l'intérieur. Il ne s'agit donc pas de politiser le spectateur, mais plutôt de le faire réagir ( par le biais d'un film intimiste ) face à ce problème fondamental qu'est le racisme entre les Noirs et les Blancs ( du reste, le choix d'une photographie Noir et Blanc n'est certainement pas anodin ): le film raconte l'histoire d'amour entre une femme appartenant à une famille noire ( Leila ) et un homme blanc ( Tony ) qui, lorsqu'il découvre les origines de Leila, prend ses distances et la délaisse. Les frères de Leila, eux mêmes animés par un racisme envers les Blancs, aideront la jeune femme à évincer Tony. John Cassavetes sublime ses personnages en utilisant de façon récurrente des gros plans d'une rare beauté, ce qui donne au film une dimension sensitive, presque organique. Certaines scènes sont de véritables morceaux d'anthologie ( la scène très drôle où Bennie et ses amis se chamaillent autour d'une place où demeurent des statues ) Le tout accompagné d'une musique free jazz illustrant parfaitement les litiges entre les Noirs et les Blancs. John Cassavetes privilégia l'improvisation pour son premier grand film, qui reçut le Grand Prix de la Critique à Venise en 1960.
    JeffPage
    JeffPage

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 534 critiques

    4,0
    Publiée le 29 août 2012
    Premier film de John Cassavetes sorti en 1959, celui-ci nous présente une tranche de vie d'une fratrie au désirs différents.
    La première chose qui frappe dans ce film est la façon dont le film est joué et réalisé : le jeu d'acteur comme, semble t'il, la façon de filmé, sont totalement improvisé par les acteurs. De même que la musique, impro jazz typique de la fin des années 50, qui vient renforcé ce coté "libre" du film.
    Du fait de ces éléments,il émane une aura étrange de l'ensemble, dû aussi au fait que le film n'a pas de réel début ou de fin. Cassavetes capture une tranche de vie sans l'introduire ni la conclure, rapprochant le film d'un documentaire pris sur le vif.
    Cassavetes débute au cinéma à grands éclats grâce à ce film terriblement original.
    Truman.
    Truman.

    Suivre son activité 174 abonnés Lire ses 1 364 critiques

    3,5
    Publiée le 30 mai 2014
    John Cassavetes brise les codes du genre comme la nouvelle vague sut le faire pour offrir un style vif et sobre aux interprétations improvisées .
    La caméra offre de très beau plans, la restauration est très bonne et nous allons dans un vieux New-York des années 50 sous de douces mélodies de trompettes entre des néons et des affiches de Brigitte Bardot, entre la complicité et la difficulté de frères et soeurs face à leur job ou leur amours .

    Cassavetes dénonce le racisme avec subtilité sans trop appuyer cette partie pour ne pas sombrer dans le grossier et offre du Jazz de bout en bout, l'ensemble me rappel du Scorsese dans sa façon de filmer les gens et New-York sous ses airs de jazz .

    Pour un premier Cassavetes c'est du bon malgré que ça ne mène pas très loin
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 339 abonnés Lire ses 1 458 critiques

    3,0
    Publiée le 6 juin 2014
    Un beau film, nuancé et sensible, avec une caméra proche de ses personnages qui provoque l'empathie de façon imparable. Toutefois, le film ne parvient pas à garder un rythme constant, que ce soit dans l'intensité générale ou dans la capacité à faire ressentir les émotions. Du coup, même si quelques scènes sont extrêmement fortes, notamment dans le discours qu'elles proposent et dans leur réalisation, la plupart des images restent un peu trop froides et ne permettent pas au film d'avoir un impact plus fort. Une mise en scène néo-réaliste qui vaut le détour, mais pas impeccablement rôdée.
    cinephile74
    cinephile74

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 175 critiques

    3,0
    Publiée le 22 juin 2010
    Un premier film brouillon mais attachant. Un regard assez inédit sur la Grosse Pomme.
    Mathias Le Quiliec
    Mathias Le Quiliec

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 378 critiques

    4,0
    Publiée le 28 mars 2014
    Premier film de Cassavetes et première grande réussite avec très peu d'éléments.
    L'amour, le racisme, la fratrie tout ça évoqué en 1h20. Sur un rythme jazzy des plus plaisant du début à la fin avec un noir et blanc parfait. Film un peu dur mais avec un message essentiel pour chacun d'entre nous. Son meilleur film après Une femme sous influence.
    Cathedrale
    Cathedrale

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 171 critiques

    4,5
    Publiée le 4 septembre 2012
    Hey, Benny, un triste mégot s'écrase au fond de ton verre , du bout des lèvres Lelia le repêche, les hommes en costumes papotent, les ombres, avec fracas, se meuvent, le ton est posé. Des gloussements idiots des bien pensant, surgit la peine du Noir délaissé, bouillonnant d'une envie irrépressible de chanter, voix chaleureuse, rires caustiques sur fond de contre basse rugueuse, tu sens, ce vent frais, qui s'échappe de l'écran? Emmitouflé d'une veste en cuire sonore, Benny rigole, Hugh s'affole, Lelia s'autorise alors, quelques instants frivoles, l'amour? WHO DO YOU BELONG TO? aux cous des femmes lisses scintillent de coûteux colliers de perles, en arrière plan, quelques fourrures jouent à cache cache, mais le regard, notre regard s'accroche sur ces femmes qui sourient, les yeux en l'air, le teint frémissant, la peau laiteuse, attirante femelle aux lèvres boudeuses qui rougissent en un soupir..
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 116 abonnés Lire ses 2 990 critiques

    2,0
    Publiée le 28 août 2019
    Le premier film de John Cassavetes à l'influence très nouvelle vague qui aborde le sujet du racisme. Film élégant, belle direction d'acteurs mais pas très prenant.
    Nicolas S
    Nicolas S

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 347 critiques

    3,5
    Publiée le 4 octobre 2017
    Avec ses personnages qui, en trois mots, apparaissent plein d'humanité, ses dialogues au cordeau et sa réalisation dynamique, 'Shadows' est un film foisonnant et plaisant. L'histoire, néanmoins, est plutôt anecdotique.
    JacksVDL
    JacksVDL

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 19 critiques

    4,0
    Publiée le 19 avril 2020
    1/ Pour la fiévreuse atmosphère jazzy qui se dégage du film ;
    2/ Pour la mise en scène libre qui ouvre la voie à un nouveau cinéma.
    Sergio-Leone
    Sergio-Leone

    Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 1 093 critiques

    2,0
    Publiée le 20 novembre 2012
    Première expérience de cassavetes peu académique et improvisée, "Shadows" ne joue pas avec les mêmes règles hollywoodiennes sans aucune crainte. Cependant le rendu me laisse tout de même perplexe avec des blancs assez frappant et un manque de dynamisme évident. Une ouverture à une nouvelle façon de tourner? Sans doute un pas important pour l'histoire de la cinématographie indépendante, mais rien de très emballant honnêtement pour le spectateur.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top