Mon compte
    DIG !
    Bande-annonce DIG !
    13 avril 2005 en salle | 1h 47min | Documentaire
    De Ondi Timoner
    Avec Courtney Taylor, Anton Newcombe, Peter Holmstrom
    Presse
    4,3 24 critiques
    Spectateurs
    3,5 359 notes, 32 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis

    L'histoire exemplaire de deux groupes de la scène indépendante américaine vue de l'intérieur : les Brian Jonestown Massacre de San Francisco et les Dandy Warhols de Portland. Unis au départ par un même esprit de révolte et de création, par une admiration réciproque, chacun va gérer à sa façon le tiraillement entre ses aspirations artistiques et sa soif de notoriété.

    Regarder ce film

    En DVD BLU-RAY
    Dig !
    neuf à partir de 12,98 €
    Acheter

    Bande-annonce

    DIG ! Bande-annonce VO 2:11
    DIG ! Bande-annonce VO
    15 894 vues

    Dernières news

    Les coups de coeur 2005 de la rédac'
    News - Festivals
    mardi 20 décembre 2005
    "Dig !" : rencontre avec la réalisatrice Ondi Timoner
    News - Interviews
    A travers le portrait de deux groupes américains ambitieux et attachants, Ondi Timoner signe, avec "Dig", un documentaire…
    vendredi 15 avril 2005
    1ères séances : un petit doigt de comédie sur Paris
    News - Box Office
    La comédie "Mon petit doigt m'a dit" réalise le meilleur démarrage parisien de ce mercredi 13 avril avec 1582 entrées, devant…
    mercredi 13 avril 2005

    Acteurs et actrices

    Courtney Taylor
    Rôle : lui-même / narrateur
    Anton Newcombe
    Rôle : lui-même
    Peter Holmstrom
    Rôle : lui-même
    Brent DeBoer
    Rôle : lui-même

    Critiques Presse

    • Ciné Live
    • Elle
    • L'Humanité
    • Le Point
    • Les Inrockuptibles
    • MCinéma.com
    • Positif
    • Première
    • Rolling Stone
    • Score
    • aVoir-aLire.com
    • Brazil
    • Cinéastes
    • L'Express
    • Le Monde
    • Libération
    • Studio Magazine
    • TéléCinéObs
    • Télérama
    • Zurban
    • Chronic'art.com
    • Le Figaro
    • Ouest France
    • Cahiers du Cinéma

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    Critiques Spectateurs : ils ont aimé

    Meilleures critiques les plus utiles
    landofshit0
    landofshit0

    242 abonnés 1 745 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 11 juin 2013
    L'inclusion dans des groupes en devenir est formidablement restituée dans ce documentaire. Qui montre tous les facteurs qui font ou défont un groupe de rock. Il y a d'un coté le génie créatif instable,voir totalement ingérable de l'autre le groupe qui à compris qu'il valait mieux être un petit élève bien appliquer pour décrocher un contrat.
    SpiderBaby
    SpiderBaby

    35 abonnés 619 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 12 février 2007
    Ondi Timoner a eu beaucoup de chance. Ayant décidé de filmer deux groupes proches au début des 90's, prônant un retour aux sources musical, se vautrant dans le stupre et les paradis artificiels, passant des semaines sans eau claire ni pain blanc, jouant à poil sur scène dans des salles chauffées à blanc ; il ne pouvait se douter que l'évolution des deux combos serait aussi opposée, aussi cinématographique. Les Dandy vendent leurs âmes ...
    Lire plus
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 4 octobre 2012
    Tout d'abord, ce documentaire montre l'injustice réelle qui existe dans l'industrie musicale. D'un côté, on a The Brian Jonestown Massacre, menés par le génial Anton Newcombe, qui ont sortis 19 albums (en comptant les lives) et 7 Eps en une vingtaine d'année, sans grosse maison de disque. Dans le groupe, on retrouve de nombreux musiciens talentueux (Y compris le jeune Peter Hayes, qui a depuis explosé avec son Black Rebel Motorcycle Club), ...
    Lire plus
    JamesDomb
    JamesDomb

    77 abonnés 1 061 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Autant le dire tout de suite, je ne connais absolument rien à cet univers musical, étant resté au rock'n roll des années '70. Après un début assez long je me suis finalement pris au jeu de ce documentaire qui se révèle être très intéressant vis à vis des rapports entre l'art musical et l'industrie. La réalisation capte des moments de rare vérité car la vie de ses musiciens est montrée de l'intérieur. Le film fait donc un ...
    Lire plus

    Photos

    Secrets de tournage

    We used to be friends

    La réalisatrice Ondi Timoner précise ses intentions : "Dig s'intéresse à ce qui se passe quand l'art et l'industrie se rencontrent, à travers le regard des leaders de deux groupes rock, qui sont les deux meilleurs amis au monde avant de devenir les rivaux les plus hargneux -mais qui restent une référence l'un pour l'autre. Il montre aussi la folie et l'esprit d'autodestruction, les compromis qu'il faut peut-être accepter pour réussir et ce qu'il Lire plus

    Grand Prix à Sundance

    Le documentaire de Ondi Timoner a remporté le Grand Prix du Documentaire au Festival de Sundance 2004.

    La genèse du projet

    La réalisatrice se souvient : "J'ai commencé en rencontrant une dizaine de groupes qui tentaient de signer avec des maisons de disque, pour un projet, The Cut. J'avais l'intention de les suivre pendant plusieurs années pour voir comment les groupes gardent les identités quand ils accèdent à l'industrie et au grand public." Après avoir découvert les Dandy Warhols de Courtney Taylor et The Brian Jonestown Massacre d'Anton Newcombe, elle a modifié Lire plus

    Infos techniques

    Nationalité U.S.A.
    Distributeur Celluloïd Dreams
    Année de production 2004
    Date de sortie DVD -
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD -
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 12 anecdotes
    Budget -
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 112382

    Commentaires

    • Blaste
      je n'ai mis qu'une étoile à ce "film", précisément car je le trouve, comme indiqué par le système de notation, "très mauvais". à mes yeux, ce film n'a rien d'original dans sa mise en scène comme dans ses montages image et son : non seulement c'est ultra classique (un comble pour un truc filmant un sujet prétendument révolutionnaire), mais ça reprend un peu trop souvent des éléments typiquement journalistiques, vainement tape-à-l’œil, racoleurs, vulgaires et putassiers, notamment un nombre incalculable de gros plans, unilatéralement frontaux (l'essence même de la passivité la plus décérébrée et la plus ennuyeuse du cinéma contemporain), ce qui est plutôt drôle, puisque le plan frontal est théoriquement le plan "neutre", où le réalisateur nous épargne son petit point de vue nombriliste. là, manque de bol et contradiction paradoxale (et paradoxe contradictoire, ça va presque systématiquement ensemble), Ondi Timoner s'est farci, pour nous (c'est quand même gentil, il ne s'agit pas de le nier), le montage de rushes de 7 ans de tournage (autant dire que c'est colossal) uniquement pour nous refourguer, au bout du compte, un jugement moralisateur type "psychothérapeute de comptoir dominical" d'un pauvre type complètement mégalomane et pompeusement violent. le film ne parle en effet pas de 2 groupes de musique, attention à l'arnaque des synopsis copiés / collés d'après dossier de presse (la Bible des critiques "cinéphiliques"). même le singe leader des Dandy Warhols n'intervient en voix off que pour parler de ce Newcombe. tandis que le postulat de départ de Timoner était de "montrer" (...) les tensions diaboliques entre le merveilleux génie artistique tout fleuri et tout gentil face à la méchante méchante et re-méchante industrie du disque (on sent donc déjà bien que dès le départ la pauvre documentariste n'a que ça à faire que de porter des jugements de valeur infondés, manichéens et débilitants sur le système dont elle tire un maximum de profits - cf Sundance), elle se range gentiment mais surement du côté des bouffons dandys (warhols : ils supposent leur originalité dès leur pseudonyme...) en dressant un portrait tout en subjectivité, à travers moult interviews plus stupides et creuses les unes que les autres ("oh la la, ce type est fantastique / incroyable / merveilleux !") d'Anton Newcombe, le frontman des Brian Jonestown Massacre, qu'elle surestime et dresse en idole d'une manière totalement exagérée, hystérique et fanatique tout au long du film avant de le juger violemment (tout de même) immoral dans son mode de vie et dans son comportement. bref, Timoner n'a pas l'air de savoir ce qu'elle film, ce qu'elle veut dire, alors on sait pas ce qu'on regarde. tout simplement. peut-être un portrait vulgaire dont le seul enjeu pour le spectateur le plus ambitieux est de déterminer qui, parmi ces braves gens, est gentil et qui est méchant méchant et re-méchant ; l'opinion imbécile et aveuglée d'une cinéaste en mal de notoriété, car, il faut également le savoir, pour elle, en sept ans, il n'y a rien eu d'autre dans le monde - jamais vu d’œillères aussi grosses et aussi efficaces. limite le mec il a une diarrhée c'est plus important et fondamental que l'attentat contre les Twin Towers... un énième film sans enjeu ni intérêt.
    Back to Top