Mon AlloCiné
    Friday Night Lights
    Anecdotes, potins, actus et secrets inavouables autour de la série "Friday Night Lights" et de son tournage !

    Saison 1 - 100% Culte

    "Clear eyes, full heart, can't lose !"
    A Dillon, petite ville du Texas, les matchs de football de l’équipe du lycée sont l’attraction locale. Dès le premier épisode, la série met l’accent sur quatre joueurs des Dillon Panthers : Jason Street (Scott Porter), Tim Riggins (Taylor Kitsch), Brian « Smash » Williams (Gaius Charles) et Matt Saracen (Zach Gilford) ; ainsi que sur celui qui les dirige depuis peu, le coach Eric Taylor (Kyle Chandler). De lourdes pressions reposent sur ses épaules ainsi que sur celle de Jason, le quaterback vedette. Le vendredi soir, jour de match, les Panthers ne doivent pas perdre. Mais la réalité vient frapper de plein fouet l’équipe lors du fameux match et Jason fait une violente chute. Immobilisé au sol, il est évacué à l’hôpital tandis que le coach Taylor envoie son quaterback remplaçant, Matt Saracen, sur le terrain. Jouant pour la première fois devant toute la ville, le jeune homme fait preuve d’une adresse inattendue et permet aux Panthers de remporter la victoire. Cependant, la joie est de courte durée car l’équipe apprend par la suite que Jason ne pourra plus jamais jouer... Cette première saison va donc mettre en scène comment les Panthers et leur coach vont faire face à cette terrible épreuve et tout faire pour remporter le championnat d’Etat.

    Une équipe, une famille
    Friday Night Lights établit, dès ses premiers épisodes, que la notion de famille renvoie en fait à l’équipe des Dillon Panthers. Les jeunes joueurs que le show met en avant sont tous issus de familles à l’équilibre précaire. C’est donc au sein des Panthers qu’ils trouveront une structure familiale stable, avec le coach Taylor en figure paternelle. Entre Tim Riggins qui vit seul avec son frère aîné et se montre particulièrement immature, Smash, le beau parleur de la bande qui refuse de parler de son père décédé et Matt qui campe le rôle de parent en faisant face à de lourdes responsabilités, on ne peut pas dire que ces jeunes gens évoluent dans des familles traditionnelles. Jason Street est celui qui a la famille la plus équilibrée : deux parents qui lui sont entièrement dévoués, surtout après son accident. Cette tragédie va pousser Jason à grandir brutalement et à reconsidérer son avenir. Le coach Taylor est alors son confident, il est, pour lui comme pour tous les autres joueurs, un père de substitution.
    En résumé, seul la famille d’Eric Taylor tient debout. Avec sa femme et sa fille, il forme la famille que tous ces joueurs souhaiteraient avoir. Cependant, tout n’est pas toujours simple chez les Taylor. Tami (Connie Britton), son épouse, lui reproche son obsession du football, au détriment de son investissement dans la famille. Julie (Aimee Teegarden), sa fille, éprouve le même sentiment, qu’elle transforme en aversion totale du football et qu’elle évacue dans sa crise d’adolescence, se rebellant sans arrêt contre l’autorité parentale. Cerné par les femmes à la maison, le coach Taylor trouve chez ses joueurs les fils qu’il n’a pas, et s’occupe de son équipe comme d’une seconde famille. La série nous montre alors que les liens du sang ne sont pas essentiels pour que l’on considère un groupe de personnes comme notre famille.

    Le sport comme salut
    Le sport est l’élément central de la série, mais pas seulement pour permettre aux jeunes personnages principaux de réaliser leurs rêves. Pour les joueurs des Panthers, le football est leur roue de secours vers une vie meilleure. La perspective de devenir professionnel c’est l’idée de pouvoir enfin quitter Dillon, d’échapper à cette ville où tout tourne autour du football car il n’y a rien d’autre à faire. Ils ont le choix entre miser sur le sport pour changer de vie, ou bien rester coincés à Dillon pour le restant de leurs jours. Comme ils ne sont pas forcément de brillants élèves, le football est leur seul voie vers le salut. Ces joueurs sont dans l’obligation d’affronter la vie avec leurs propres armes et le football est la solution qu’ils ont trouvée pour accéder à tout ce que leurs parents ne peuvent pas leur offrir. Loin du schéma de l’American Dream traditionnel, la série dépeint une Amérique où les jeunes, malgré tous les obstacles qu’ils rencontrent, se battent pour échapper à une vie morose.

    Une réalisation sur le vif
    Les premiers épisodes de Friday Night Lights se déroulent sur de courtes semaines, montrant les jours précédents le match crucial du vendredi soir. L’esthétique de la série prend alors une forme très brute, les mouvements de caméra rappellent le documentaire et confère au show un profond réalisme. Les cadrages saisissent les personnages sur le vif et renforcent l’aspect humain de la série.
    A la différence de nombreuses autres fictions télévisuelles, la réalisation de Friday Night Lights place le spectateur dans une fiction qui a la particularité de s’ancrer si fermement dans le réel qu’elle en paraît véritablement authentique. Ces éléments permettent alors au téléspectateur de s’identifier aux personnages et d’être sensible au propos de la série.

    Danger d'annulation

    La saison 3 de Friday Night Lights a failli ne jamais voir le jour. Au final, c'est un accord commercial convenu entre NBC et Direct TV qui a sauvé de justesse le show de l'annulation. Ainsi, la troisième saison de la série a fait ses débuts le 1er octobre 2008 sur Direct TV avant d'être diffusée au début de l'année 2009 sur NBC.

    Peter "Mo" Berg

    En plus d'être le créateur, le scénariste et le producteur de Friday Night Lights, Peter Berg est également apparu dans un épisode de la série. C'est lors du quinzième et dernier épisode de la saison 2 que les fans ont pu le découvrir dans le rôle de Mo, un ancien ami de Tami, riche et arborant un chapeau de cow-boy !

    Un générique "in the sky"

    La musique du générique de Friday Night Lights est une composition originale du groupe américain Explosions in the Sky. Ce dernier était déjà à l'oeuvre sur la bande-originale du Film qui a inspiré la série de Peter Berg.

    Encensée par la critique, boudée par les fans...

    Friday Night Lights reçoit à son lancement d'excellentes critiques et est même nommée pour les prestigieux American Film Institute Awards. Pourtant, la série est boudée par le public qui lui réserve un accueil mitigé (environ 6 millions de téléspectateurs chaque semaine). Les producteurs ont longtemps hésité à mettre en chantier une seconde saison mais face aux multiples éloges de la profession et la fidélité de ses fans, le show est néanmoins renouvelé...

    C'est toujours mieux la 2ème fois...

    La première incursion de Peter Berg dans le monde des séries télévisées n'a pas été un franc succès. Il est en effet le créateur de Wonderland, retirée de l'antenne au bout de 8 épisodes. Cette série, qui comptait notamment à son casting Ted Levine, Michelle Forbes et Patricia Clarkson, est présentée en France en avril 2002 sur Série Club.

    Un créateur habitué du 7ème art !

    Peter Berg est un réalisateur bien connu des cinéphiles ; il a mis en scène des films tels que Very Bad Things, Bienvenue dans la jungle ou Royaume. Il a également été présent aux castings de Last Seduction, Collateral ou Mi$e à prix.

    Et tout commença sur grand écran...

    La série est inspirée par le film éponyme, Friday night lights, réalisé justement par le créateur de la série, Peter Berg. Le film fut un véritable succès public et engrangea plus de 60 millions de dollars. Il est l'adaptation d'un best-seller inspiré d'une histoire vraie et écrit par le scénariste de quelques épisodes de New York Police Blues, Buzz Bissinger. En 2004, il fit partie de la courte liste des films préférés de l'American Film Institute... Néanmoins, le film ne trouva aucun distributeur en France.
    Les secrets de tournage des series les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • La Guerre des Mondes (Canal+)
    • Chernobyl
    • Luther
    • The Handmaid’s Tale : la servante écarlate
    • Ragnarök
    • Lucifer
    • The Walking Dead
    • Vikings
    • La Casa de Papel
    • Demain nous appartient
    • Peaky Blinders
    • The Sinner
    • Grey's Anatomy
    • Ici Tout Commence
    • Colony
    • Esprits criminels
    • Sex Education
    • Élite
    • 24 heures chrono
    • Fear The Walking Dead
    Back to Top