Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Deuxième souffle
    note moyenne
    2,3
    849 notes dont 247 critiques
    répartition des 247 critiques par note
    39 critiques
    47 critiques
    11 critiques
    69 critiques
    44 critiques
    37 critiques
    Votre avis sur Le Deuxième souffle ?

    247 critiques spectateurs

    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 157 abonnés Lire ses 1 924 critiques

    4,0
    Publiée le 21 décembre 2018
    40 ans après la version mise en scène par Jean-Pierre Melville et scénarisée par José Giovanni, Alain Corneau réalise son avant dernier film en hommage à José Giovanni. Ce remake dirigé de belle façon nous offre une série noire de très belle facture, une belle reconstitution des années 60 en immersion dans le milieu des truands de la bourgeoisie. Le scénario est solide, les dialogues forts et la distribution est à faire pâlir l'équipe de casting la plus audacieuse : Si Daniel Auteuil n'excelle pas dans le rôle de gangster, le talent de Michel Blanc, la classe de Jacques Dutronc, le charisme d'Eric Cantona, l'efficacité de Nicolas Duvauchelle (entre autres) nous donnent de belles prestations d'acteurs.
    JR Les Iffs
    JR Les Iffs

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 151 critiques

    4,0
    Publiée le 3 février 2013
    Remake du film de Melville. C'est exactement la même histoire avec les mêmes personnages, et parfois les mêmes textes. C'est un bel exercice de style que de reprendre le chef d'oeuvre de Melville, et c'est très réussi : la réalisation est excellente : couleurs, mouvements de caméra, cadrages esthétisants, musique. L'intrigue est bien connue, l'important ici c'est la forme. Le problème vient surtout des acteurs, car on compare forcément avec l'original. Auteuil et Blanc défendent bien leur rôle. Par contre Monica Bellucci fait trop poupée (ce n'était pas le cas pour Christine Fabrega). L'histoire est très bien menée, très agréable à suivre, avec une très belle photographie. C'est un film plus violent, sombre, un bon thriller à la française, mais je reste nostalgique de l'original, malgré une très belle reconstitution de l'époque des années 50/60.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 513 abonnés Lire ses 3 421 critiques

    5,0
    Publiée le 12 octobre 2015
    Un polar passionnant, magnifiquement filmé et photographié, (certains plans sont hallucinants, l spoiler: e guet-apens dans les docks de Marseille, le final dans l'escalier en colimaçon) .  La direction d'acteurs est excellente malgré quelques faiblesses dans les dialogues. Les scènes d'actions sont remarquables et malgré les 155 minutes on ne voit pas le temps passer. Un très grand polar français très influencé par ce que le cinéma américain a fait de meilleur dans le genre.
    Viggo90
    Viggo90

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 110 critiques

    4,0
    Publiée le 24 octobre 2007
    Gu ? C’est moi ! Je suis un truand. Mais voilà, ce truand, cette forte tête à grand caractère est amoureux d’une certaine prénommé Simona…ou Manouche. Pour elle, je donnerais tout, absolument tout. Si j’ai réussi à m’évader de prison, et à surmonter mon vertige, ce n’est pas pour aller pourrir en tôle ! J’ai maintenant tout pour être heureux. Mais voilà, un dernier braquage se prépare, avec en prime une toute petite somme de 100 000 000 Frs. Rien que ça ! Alors, l’Amour ou l’Argent ? Les deux tant qu’à faire. Mais en faisant ce braquage, j’oubliais laisser souffrir Manouche, et laisser derrière elle un passé, si prometteur était-il, disparaître à jamais. Et cependant, j’ai laissé un cœur rempli d’amour se vider petit à petit… Mais sera-t-il se re-remplir ou bien l’ai-je brisé pour toujours ? Alain Corneau revisite le chef-d’œuvre (indépassable ?) de Jean-Pierre Melville réalisé en 1966. Pour ce faire, il réunit un casting en or massif, tel que Auteuil, Blanc, Dutronc, Melki… Et le résultat est là ! Corneau ne fait pas un remake, mais réadapte le livre. Un rêve qui voit le jour après plus de 30 ans d’attente. Comme quoi, il faut avoir des rêves. Corneau livre un film noir excellent, jouant sur le clair-obscur, et le rouge et vert intense. On pourra cependant regretter le son, qui, dans un polar doit être une priorité, là, il en est exactement le contraire. C’est dommage. En travaillant de trop près le scénario, et en voulant lui donner beaucoup (trop ?) de sens, Corneau le rend (involontairement ?) parfois difficile à comprendre. Le côté musical est sublime : on est vraiment dans les années 60. Le réalisateur n’hésite pas à utiliser des longs plans séquences, où il ajoute des scènes parfois à la limite du gore : on voit l’évolution du cinéma des années 60 à aujourd’hui. Un très beau polar signé Corneau !
    Stéphane D
    Stéphane D

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 414 critiques

    5,0
    Publiée le 25 novembre 2013
    Que c'est beau, quel casting! Un chef d'oeuvre absolu à tout point de vue. Référence moderne du film de gangster. "Le Parrain" français, rien de moins. Bémol sur Monica Bellucci : on ne comprend rien à son accent
    Martin B
    Martin B

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 468 critiques

    4,0
    Publiée le 4 novembre 2007
    Certes la violence reigne un peu trop dans ce remake mais il faut bien dire que c’est magnifique porté par un casting français d’exeption (Blanc en grande forme) ! Une réalisation impeccable une technique spendide. On reprochera une seul chose a ce film c’est sa longueur !! Alain Corneau s’en va dans des choses un peu trop inutile pour en faite faire ennuyer le spectateur malgré l’action omniprésente ! A voir cela dit c’est un très bon film !!
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 387 abonnés Lire ses 3 266 critiques

    4,0
    Publiée le 3 décembre 2019
    Alain Corneau, un peu en panne d’inspiration à la fin de sa carrière revient au polar – genre qui lui a apporté la notoriété – en s’attaquant au remake du « Deuxième souffle » de Melville . On sait que José Giovanni auteur du roman n’a jamais aimé la version du réalisateur au chapeau blanc et aux lunettes noires. Fidèle à son style fait d’économie de dialogues, Melville avec Ventura, Constantin, Meurisse et Fabregga avait livré un opus froid là où Corneau s'attache aux motivations des personnages, en premier lieu celles de Gu Manda dont la rancœur et le désenchantement sont clairement exprimés par un Daniel Auteuil qui le premier quart d’heure passé supporte la comparaison avec son glorieux aîné. Le parti pris sur les couleurs accentue encore la différence avec le noir et blanc minéral de Melville en donnant la priorité au jeu des acteurs par le floutage quasi systématique des arrières plans. Corneau est un chirurgien de l’âme humaine là où Melville pensait que les situations se suffisaient à elles-mêmes. Tout en restant fidèle au film de Melville, monument inscrit au panthéon du polar à la française des sixties, Corneau est sans doute plus proche de l’esprit de José Giovanni. On n'est bien sûr pas obligé de choisir entre les deux versions car elles offrent deux point vue sur un même sujet. Tous les acteurs sont au diapason d’Auteuil et l’on retiendra la performance du duo Dutronc/Duval qui au festival des gueules cassées nous rappelle celle des plus célèbres tronches d’Hollywood de Bogart en passant par Errol Flynn (sur la fin de sa vie) jusqu’à Lee Marvin pour finir avec Dennis Hopper et Christopher Walken.
    Flex07
    Flex07

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 705 critiques

    0,5
    Publiée le 16 novembre 2008
    Superbe mix entre Derrick (pour le rythme) et Commissaire Moulin (pour le jeu d'acteurs). Bref que du bonheur...
    mazou31
    mazou31

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 936 critiques

    1,0
    Publiée le 3 mai 2013
    Remake raté et désespérant qui est une pâle copie, sauf dans ses couleurs clinquantes et esthétiquement douteuses, du véritable chef-d’œuvre qui est son aîné. Pourquoi gâcher de la pellicule dans ce film kitsch, outrancier, sans âme, sans vie, où les interprètes, brillants acteurs au demeurant, sont pris au piège de la redite ? Daniel Auteuil, Michel Blanc, immenses acteurs je le répète, paraissent des figurants après Lino Ventura ou Paul Meurisse ; j’en veux à Corneau de les avoir rabaisser de la sorte ! Seul Éric Cantona soutient la comparaison avec son prédécesseur, Michel Constantin. Et je m’indigne encore devant ces chers critiques parisiens, nombreux, qui badent au simple nom d’Alain Corneau… mais peut-être n’ont-ils pas vu l’original ? Enfin, la loi est respectée : la majorité des remakes des grands films sont des navets !
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 292 abonnés Lire ses 4 071 critiques

    2,0
    Publiée le 19 février 2015
    Je n'ai pas été fan de l'histoire et de l'orgueil du gangster face à ses ennemis. L'interprétation des acteurs reste bonne. Le climat est sombre et jaune, les costumes sont dans le coup. Mais Michel Blanc en commissaire, je n'ai pas du tout adhéré non plus. Les impacts de balles sont sanglants pour donner un peu de relief à tout ça, mais dans l'ensemble, le personnage de Daniel Auteuil et son caractère m'ont plus énervé qu'autre chose. Dommage car il y a quelque scènes de qualités malgré le fait qu'on ait l'impression d'arriver nulle part.
    ketzaldev
    ketzaldev

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 234 critiques

    4,0
    Publiée le 11 mai 2008
    Excellent film joué par des acteurs de prestige. Cette dimension ou couleur rougeâtres nous fait penser à un film d'époque. J'ai énormément aimé la prestation des acteurs qui sont éblouissant dans ce film. Je ne le juge pas par rapport a son ainé, mais en toute objectivité, je suis séduit. A voir...
    Thibault L
    Thibault L

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 1 265 critiques

    0,5
    Publiée le 24 octobre 2007
    Ennuyant , les acteurs , le film l'histoire ca m'emballe pas .
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 158 abonnés Lire ses 1 024 critiques

    1,0
    Publiée le 17 février 2009
    L’Europe et les Etats-Unis ont toujours, au-delà de leur correspondance historique, entretenu une relation. «Le deuxième souffle» (France, 2007) d’Alain Corneau s’en veut la preuve en renouvelant les emprunts culturels échangés entre le vieux continent et Hollywood. Film de gangster, cette seconde adaptation du roman de José Giovanni, extrait son atmosphère du film noir, de ceux de Melville entre autres, tout en modernisant son esthétique. Reproduisant l’aspect clinquant des films ultra-stylisés hollywoodiens, Corneau, par soucis de nouveauté, plonge son œuvre dans un bouillon de couleur tout en préservant les tons obscurs des films noirs. Le rouge des décors tire au bordeaux, le jaune des coiffures tend vers le bronze et le vert des tapis devient glauque. Cet obscurcissement des teintes préserve la noirceur des films de gangster en appliquant au visuel les mêmes ténèbres moraux de l’intrigue. Le fond scénaristique ne propose rien de singulier et recycle les intrigues policières qui font s'affronter les clans criminels avec la police. Corneau, pour rendre hommage au film policier tout en prenant garde de donner à son film une forme actuelle, orchestre les parangons du flic, du ripou, de la belle femme, du criminel expérimenté... Malgré l'honorable volonté de réussir une oeuvre à la croisée de la tradition du genre et de la nouvelle esthétique, Corneau se confond dans un film, qui à trop vouloir être moderne et classique, finit par être tiède, à n'exprimer que la volonté fade de ne pas savoir choisir. «Le deuxième souffle» et sa pléthore d'acteurs prestigieux, ses décors aux tons expressifs et ses atmosphère retranscrits selon les codes imposants du cinéma américain porte au nu, dans le même temps, les cinémas de Siodmak, de Melville en les mêlant, dans un geste d'hybridation, aux films de la dernière génération en date, ceux de Snyder et de tous ce cinéma américain populaire qui, plutôt que de travailler les rapports humains préfère exalter le fastueux des images.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1719 abonnés Lire ses 3 096 critiques

    0,5
    Publiée le 12 novembre 2007
    Nul doute qu’Alain Corneau entend ici assumer jusqu’au bout la dimension désuète et pastiche de cet hommage aux films policiers faits à l’ancienne. On veut donc bien être indulgent avec l’ami Corneau parce qu’il est gentil et parce qu’il nous a sorti quelques films chefs d’œuvres, mais il est ici impossible de prendre un quelconque plaisir à ce " deuxième souffle" (ou alors il faut être un grand adepte des téléfilms de France 3). Le film est construit autour d’une intrigue honteusement creuse, qui peine d’ailleurs à se dérouler, et que Corneau entend nous masquer derrière une atmosphère grotesque faite de couleurs criardes d’un mauvais goût inqualifiable, et d’un casting de stars dans le brouillard duquel seul Michel Blanc parvient à émerger tant bien que mal. Ajoutons à cela une réalisation d’une incroyable incohérence, qui s’emmêle les pinceaux à chaque effet et chaque plan, et vous comprendrez que l’ami Corneau n’y était pas du tout pour ce coup-là. Bref, voila bien un incroyable fiasco que ce "deuxième souffle" !
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1261 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    0,5
    Publiée le 15 novembre 2008
    "Le deuxième souffle" est le remake dispensable d'un film culte de Jean-Pierre Melville.Un polar hybride,qui se veut stylisé et rendant hommage aux films de gangsters des années 50.Mais en réalité,difficile d'ètre séduit par cette esthétique criarde et ces longues scènes sentencieuses.Il n'y a aucune ame.C'est froid,distancié,avec des personnages statiques et dépourvus d'intéret.Alain Corneau,veut suivre les traces de Johnny To,le maitre du genre hong-kongais.Très bien.Mais il oublie de faire son propre film,et se sert d'artifices pour approfondir une histoire vue et revue.le comble,c'est que le casting long comme le bras ne sait pas du tout ou se placer.On dirait une réunion d'anciens combattants venus cachetonner.Totalement inutile.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top