Mon AlloCiné
Le Discours d'un roi
note moyenne
4,3
22345 notes dont 2206 critiques
32% (700 critiques)
45% (983 critiques)
16% (362 critiques)
4% (98 critiques)
2% (44 critiques)
1% (19 critiques)
Votre avis sur Le Discours d'un roi ?

2206 critiques spectateurs

McClane04

Suivre son activité Lire ses 18 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 27/03/2018

Une œuvre bouleversante et sublime, "Le Discours d'un Roi" nous raconte l'histoire ou plutôt le combat, peu connu, de Georges VI contre le bégaiement. De ce combat naitra une amitié que même la mort ne pourra briser comme le raconte l'épilogue du film. Un film bouleversant et incroyablement bien interprété par Colin Firth, accompagné du très bon Geoffrey Rush et de la magnifique Helena-Bohnam Carter qui forme un trio a la mesure du film, juste exceptionnelle. Cela faisait longtemps que je n'avais pas pris une telle claque cinématographique. La réalisation est taillée à la perfection, la photographie est tout simplement extraordinaire, le scénario original, passionnant et historique, tout est réglé sur le fil d'un rasoir, c'est simplement la perfection C'est toute une page de l’histoire de l'Angleterre qui nous est raconté avec une grande précision et beaucoup de détails. "Le Discours d'un Roi" rentre dans la catégorie très fermé des chefs-d’œuvre absolue. Pour moi tout simplement le meilleur film de 2011.

ptitmayo

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 809 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 31/01/2018

"Le Discours d'un Roi" est un drame intimiste globalement réussi mais imparfait sur plusieurs points. Il n'y a rien à redire sur la reconstitution visuelle, extrêmement soignée (décors, costumes), qui place le cadre de l'histoire de manière parfaite. En revanche, la réalisation est très classique et le démarrage souffre de longueurs, vite effacées quand la trame se lance et que le scénario offre une magnifique relation humaine touchanteSpoiler: (qui va au-delà du cadre professionnel) entre un homme bègue (devenu Roi plus vite que prévu) et un thérapeute du langage aux méthodes particulières, souvent drôles Spoiler: (les grands mouvements, le chant, les jeux d'articulation) mais jamais ridicules. Le duo formé par les excellents Colin Firth et Geoffrey Rush est primordial dans la qualité de cette partie (tout comme Helena Bonham Carter qui tire son épingle du jeu en soutien indéfectible du Roi) ainsi que le bon équilibre trouvé entre comédie et sérieux Spoiler: (la scène finale du discours est forte en émotions). Il est alors fortement dommageable de constater que le film est trop replié sur son personnage principal au détriment du peuple britannique, totalement en arrière-plan et dont la révolte et les questionnements sur le Roi sont étouffés. De même, le contexte général extérieur (Hitler et l'Allemagne Nazie) n'est pas suffisamment mis en avant pour relater l'urgence entourant le nouveau Roi et la problématique de l'importance de la communication dans la politique passe au second plan. Au final, "Le Discours d'un Roi" est une aventure intime soignée visuellement et excellemment interprétée, amusante et sensible mais incapable de sortir de son univers restreint pour dépeindre une situation politique complexe et tendue.

Somchanh

Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 653 critiques

4,0Très bien
Publiée le 22/01/2018

Centré sur la culture britannique, notamment sur la royauté et ses doctrines, Tom Hooper dénoue une problématique qui touche tout individu, possédant un blocage qu’il se doit de dominer pour avancer. Le contexte veut que le bégaiement d’un futur Roi lui ampute de sa crédibilité et de son respect, qu’on devrait lui accorder en tant que personne, malgré tout. Aborder cette condition sous une forme de maladie a de quoi adoucir l’approche, et cela répond à de nombreuses phobies que tout orateur occasionnel se doit de prendre en compte. Bien évidemment, il est fortement conseillé de se lancer dans une lecture en version originale, rendant ainsi justice à la performance de Colin Firth dans le rôle du Roi, mais cela apporte également une dimension plus crédible et réaliste de la maladie, tout comme les nuances que l’on apprend à son sujet. On ouvre avec toute cette problématique, induisant l’importance pour le profit personnel et la responsabilité commune dans un discours disfluent. On prend alors l’occasion de nous présenter le duc d’York, dans l’ombre de son père le Roi et de son frère Edward VIII (Guy Pearce). Le récit l’installe alors dans une situation inconfortable sous différents formats. La lutte contre son bégaiement est un handicap qui le rabaisse peu à peu, tout comme son tempérament impulsif et peu commode, indigne de la royauté qu’il symbolise. Il se referme ainsi à toute résolution, car la peur le guette et le premier facteur qui le boque autant est un conflit interne qu’il a envers son image. Seule son épouse (Helena Bonham Carter) soutient sa peine et propose de palier à sa « maladie » que tout son entourage juge au premier abord. Le fait de restreindre les interactions à la noblesse ajoute une pression supplémentaire, du fait de la responsabilité que l’on incarne et on le comprend assez vite. Sa famille ou bien l’Archevêque n’hésitent pas à le lui rappeler. Il ne demande rien, il pensait passer une vie paisible dissimulant son mal, mais il vient toujours un moment où il faut affronter ses faiblesses, et pourquoi pas les dompter pour les transformer en force ? Assez rapidement, nous faisons la connaissance d’un thérapeute aux méthodes peu orthodoxes, mais qui s’avèrent payantes en un sens. Lionel Logue (Goeffrey Rush) aide ainsi son altesse dans une totale modestie et envie de réussir dans son pari. Il le place ainsi comme son égal, l’appelant Bertie, et peu à peu une relation de confiance s’installe entre eux. Cependant, il est inévitable de signaler un soupçon de relâchement dans une motivation saccadée par la vie privée. Logue use ainsi d’astuces pour aider le duc à comprendre d’où vient le mal qui lui colle à la peau. Le souci du bégaiement n’est alors qu’un détail à la vue du réel problème qui le préoccupe réellement. La confiance en soi est la clé de voûte qu’il doit acquérir afin de gérer la mécanique de son élocution. Passé un certain âge, on devient un homme. La maturité doit pouvoir restreindre les jugements sur sa propre personne. C’est ce que vit le duc en s’écoutant parler, il se jugeait. Ainsi, il devra se défaire de ce jugement qui gouverne son tempérament. Il doit renouer avec l’enfance qui n’a pas été aussi glorieux qu’il l’a vécu, malgré le rang qu’il occupe. Vient ensuite le moment fort du film. Le fameux discours de George VI à l’aube de la guerre est une transition importante pour le moral du peuple, représentant une grande majorité de la population mondiale. L’exercice pour cet homme est de peser chacun de ses mots, sans que son bégaiement ne lui fasse défaut, afin de rester crédible et afin qu’il puisse enfin honorer son peuple de son statut de leader et d’espoir. Chaque mot devient une révélation, chaque mot devient un espoir, chaque silence se transforme en émotion et il n’y a plus qu’une voix pour tous les guider. On ne manquera pas une brève comparaison avec un autre grand orateur de l’autre côté de la manche, qui menace la stabilité d’un monde aux portes de sa haine et sa terreur. De même, les apparitions de Winston Churchill sont fortement rafraichissantes, en connaissant le personnage et ce qu’il induira par la suite. Ainsi, il est reconnu comme Roi et la fierté d’avoir surmonté un obstacle est justifiée par un mental rudement mis à l’épreuve. « Le Discours d’un Roi » symbolise alors une thérapie hors du commun, où une complicité se dresse pour vaincre les préjugés. Et par le biais d’une véracité historique, l’intrigue y parvient et réussit à faire jaillir l’émotion à chaque moment de faiblesse du Roi, alors qu’il se démène avec effort pour la canaliser en force et en caractère. Cela ne manquera donc pas de nous surprendre, mais la simplicité de la mise en scène l’emporte sur ce qui est à la base l’autobiographie d’un fait, que l’on jugeait anecdotique. Et pourtant le retour émotionnel comble tout bonnement la plus belle des morales, accompagnée d’un message de courage des plus singulières.

Januzaz

Suivre son activité Lire ses 28 critiques

4,5Excellent
Publiée le 16/01/2018

Le Discours d'un Roi, un film d'une émotion folle au travers d'une histoire peu connue du grand public. Tom Hooper nous révèle la toute l'étendue de son talent au travers d'une reconstitution minutieuse de l'Angleterre des années 30, plongée dans le trouble avec la montée de l'Allemagne Nazie et l'obligation d'assurer une transition royale efficace pour y faire face suite à la mort de George V. La mise en scène est somptueuse, sans être trop portée sur la volonté d'être belle, elle se met avant tout au service du récit pour servir le jeu des acteurs et leurs émotions. Un choix judicieux de la part du réalisateur. Colin Firth et Geoffrey Rush sont tous simplement grandioses, sans doute leur meilleur performance tant leur palette d'acteur se révèle être troublante de sincérité et de puissance charismatique. Un film à voir absolument.

Sergent Zirivkiand

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 1 066 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 07/01/2018

Un chef d'œuvre émouvant, humain, réel, sublime et intelligemment écrit avec des dialogues bien ficelés, un très bon scénario, un sens de la narration superbe, des acteurs au sommet de leurs arts et une belle musique de la part d’Alexandre Desplat.

Robrex

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 398 critiques

4,5Excellent
Publiée le 03/01/2018

Vraiment un très bon film !!!! Inspiré d'une vraie histoire, "Le Discours d'un Roi" est un film émouvant, fascinant, dramatique mais avec quand même quelques doses d'humour. On reste ébahi et impressionné devant ce film car en plus d'être bien monté, les acteurs sont tous excellents. Colin Firth est tout simplement génial. Il est crédible dans son jeu et interprète son rôle à la perfection. Pareil pour Geoffrey Rush, qui est impressionnant et ça change de le voir dans ce film que dans "Pirates des Caraïbes" par exemple. Vraiment, le rapprochement amical entre les personnages de Colin Firth et de Geoffrey Rush est intéressant, drôle et émouvant (tout ça en même temps purée !!!). Quant aux autres acteurs, Helena Bonham Carter, Michael Gambon, ils sont bons aussi. Vraiment, "Le Discours d'un roi" est l'un des meilleurs films sortis en 2011, et est pas loin d'un chef d'oeuvre. Vraiment, je dirais même que ça pourrait être un film culte avec ses scènes, ses dialogues, le jeu des acteurs, etc... Bref, un grand film à voir et à ne pas jeter aux oubliettes, sinon c'est que vous êtes pas humains !!!

Christiane H.

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 564 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 30/11/2017

Un film grandiose pour un grand oscar, le roi George VI n’est pas arrivé par le hasard de l’histoire, les soutiens de ses collaborateurs, proches, amis ont fait de lui ce qu’il est devenu, un émouvant personnage humain, le père de la princesse Elisabeth.

Christopher G.

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 29 critiques

4,5Excellent
Publiée le 05/11/2017

Depuis le temps que j'entendais parler de ce film, je me suis enfin lancé et quel beau film! Les deux acteurs principaux sont sensationnels. La seul chose qui me frustre c'est que le film s'arrête trop tôt! j'aurais fortement aimé voir comment ils s'en sortent pour la suite.

gerald_w-a

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 158 critiques

4,5Excellent
Publiée le 24/10/2017

A priori, je pensais m'em... royalement. A posteriori, je ressors enchanté du visionnage d'un film aux acteurs inspirés, qui vous attrape l'air de rien à partir d'un problème à l'apparence futile, le bégaiement, mais qui l'accompagne d'une réflexion psychologique et tout en côtoyant la grande Histoire, c'est une sacrée surprise, un vrai bonheur.

Say-me

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 78 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/10/2017

Un agréable biopic qui nous fait découvrir une facette historique surprenante ! Je trouve que le scénario n’en fait pas trop et que le jeu d’acteur est très bien réalisé, c’est impressionnant de découvrir cette facette d’un homme de pouvoir ayant historiquement fait tant ! Sa revanche progressive contre son handicap est belle à voir ! La scène finale fait du bien tout comme la complicité naissante entre lui et son “docteur

bouboulab

Suivre son activité Lire ses 15 critiques

3,5Bien
Publiée le 23/09/2017

Pas facile d être roi et qqfois ç est dans le détail le plus anodin. L époque est bien retranscrite, j ai découvert un bout d histoire méconnue et ca j adore surtout qd ç est bien joué

Les Razmottes

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 675 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 14/09/2017

Un chef d'œuvre émouvant, humain, réel, sublime et porté par des acteurs à la perfection. Un grand moment de cinéma intelligemment écrit doublé d'une belle histoire d'amitié avec des dialogues bien ficelés, un très bon scénario, un sens de la narration superbe et une belle musique de la part d’Alexandre Desplat.

Anton Ego

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 339 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 15/08/2017

C’est un chef d'œuvre émouvant, humain, réel, sublime et porté par des acteurs à la perfection. Un grand moment de cinéma intelligemment écrit doublé d'une belle histoire d'amitié avec des dialogues bien ficelés, un très bon scénario, un sens de la narration superbe et une belle musique de la part d’Alexandre Desplat.

Arthur de Bussy

Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 585 critiques

3,5Bien
Publiée le 11/08/2017

Dès les premières minutes du « Discours d’un roi » on se sent en terrain connu : mise en scène classique, photographie léchée, presque artificielle, stars du moment au casting… Pas de toute, nous voilà face à un film tout ce qu’il y a de plus académique. Mais assez rapidement une petite musique se fait entendre, celle d’un drame intimiste original, d’autant plus touchant que les deux personnages principaux semblent incapables de dépasser le carcan qui les enserre, malgré des enjeux extraordinaires. L’un est prince de la famille royale d’Angleterre, peut-être voué à régner un jour sur l’Empire britannique, mais bègue depuis son plus jeune âge, impuissant à exprimer en public toute la noblesse de son rang : sa vie n’est qu’autorité bafouée, honte, désespoir. L’autre est semble-t-il un excentrique, un orthophoniste australien aux méthodes étranges, un acteur raté qui veut redonner au premier confiance et le libérer de son incapacité à parler à haute voix. La force de ce film doit beaucoup au face à face entre ces deux hommes, entre un aristocrate fier et orgueilleux mais brisé, détruit par son défaut d’élocution, et cet étranger bienveillant, méprisé de beaucoup, mais aux talents prodigieux. Tous deux doivent surmonter le regard humiliant des autres, essayer sans relâche de prouver leur valeur profonde, de défendre leur dignité face à l’adversité, qui peut se révéler dans son propre frère, un jury inhumain ou un auditeur anonyme. Tous deux, heureusement, peuvent compter sur l’appui d’une épouse combative et aimante. A ce titre, Helena Bonham Carter force le respect par son jeu, pour une fois sobre et sincère. Et peu à peu, en s’apprivoisant mutuellement, le Duc d'York et le « docteur » Lionel Logue vont réussir à grandir ensemble, au gré d’une relation « professionnelle » qui se muera progressivement en amitié profonde et indéfectible. D’une « histoire vraie », ces fameuses trames dont Hollywood est si friand, qui veulent tout et rien dire, et peuvent mener aux films les plus vils, Tom Hooper a su tirer toute la substantifique moelle, tout le tragique de cette histoire d’ambitions contrariées. Plus encore, il a su dépeindre une confrontation entre un homme au sommet de l’échelle sociale mais qui ne peut jouir de son statut, rongeant son frein alors que la guerre est aux portes de l’Angleterre et qu’il veut trouver les mots pour engager son peuple dans la résistance face à l’oppresseur, et cet homme simple mais qui sait tant de choses, dont les plus essentielles, d’abord moqué puis respecté. « Le Discours d’un roi » est ainsi un long métrage multiple : drame intérieur mais aussi social, film historique et biopic singulier. En bref, sans être novateur ni flamboyant, un film subtil et profond. Une belle réussite.

Jérémie Deuzé

Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 424 critiques

4,0Très bien
Publiée le 06/08/2017

J'ai tardé avant de le voir car il est catalogué comme "chiant". Plutôt à juste titre il est vrai car le film ne justifie pas d'un rythme détonnant. Qu'à cela ne tienne, on embarque dans une fabuleuse histoire attachante. Inspiré d'une histoire vraie, bien qu'à mon goût trop accentué (il n'avait qu'un "simple" bégaiement...), on se pose devant un drame plaisant où l'on comprend pourquoi on aime tant le cinéma.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top