Notez des films
Mon AlloCiné
    Twilight - Chapitre 5 : Révélation 2e partie
    note moyenne
    3,7
    13938 notes dont 1620 critiques
    répartition des 1620 critiques par note
    542 critiques
    339 critiques
    228 critiques
    195 critiques
    141 critiques
    175 critiques
    Votre avis sur Twilight - Chapitre 5 : Révélation 2e partie ?

    1620 critiques spectateurs

    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 265 abonnés Lire ses 517 critiques

    0,5
    Publiée le 12 juin 2013
    Cette saga est magique, vraiment. Il ne me manque que le 3 à mon tableau de chasse mais je prend un plaisir pas possible à regarder tous ces films. Je dois dire que je me suis toujours demandé si les auteurs et acteurs étaient réellement sérieux ou ce que pourrait donner une parodie... Et bien là j'ai été servi! Toute l'équipe semble avoir réalisé qu'ils tournaient dans une sombre bouse et a donc décidé de s'amuser! Pattison est en roue libre, il en faisait pas beaucoup avant mais là ça crève les yeux qu'il s'en tape, pour le coup il remonte dans mon estime. Michael Sheen, le chef des volturi est en mode acteur studio, il est déjà pas bon à la base mais là il bas des records, une vraie performance d'acteur, il en fait des caisses, il prend son pied en faisant n'importe quoi et j'ai adoré! Les dialogues sont écrits avec les pieds, la scène où pattinson explique que les lits ne servent pas à dormir est magique, et les supposées phrases chocs sont balancées pêle-mêle sans conviction. L'histoire est dénué d'enjeu. A la base c'est une histoire d'amour, bien chiante il faut le dire, mais là c'est du n'importe quoi. Les volturi veulent tuer la gamine sans avoir aucune preuve, puis ils ont une preuve qu'il ne faut pas la tuer mais trouvent un prétexte bidon pour se battre, les Cullen recrutent une armée pour se battre alors qu'ils disent 2 secondes plus tôt qu'ils ne cherchent que des témoins pour prouver que la gamine n'est pas dangereuse, les loups-garous font de la figuration, bref c'est n'importe quoi. J'ajoute à cela la présentation des super-pouvoir des vampires, qui au final ne vont servir à rien puisqu'ils se battent à mains nues... A quoi ça sert de leur donner des pouvoirs surpuissants alors? On aussi des scènes d'anthologie, la meilleure étant celle où Jacob se déshabille entièrement et très lentement(il garde son slip quand même rassurez-vous) pour montrer au père de Bella qu'il est un loup-garou. Au-delà du ridicule de la scène et de son immense potentiel gay, le mieux est que cela ne sert à rien dans l'intrigue et que depuis 4 films Jacob ne se déshabillait jamais pour se transformer! Et vient le meilleur, le dénouement final. La bataille a lieu, des gens meurent mais en fait, pirouette, ce n'était qu'une vision de l'avenir si la bataille avait eu lieu, donc pouf pouf on ne se bat pas, tout le monde reste en vie, on a montré 15 minutes de film qui n'ont servi à rien, bravo! Je conclu sur la fin du film, déjà on a une gamine de 18 ans qui sort avec un vampire de 90 ans, mais en plus Jacob et Renesmée finissent aussi ensemble. On a donc un mec de 20 ans qui a aimé Bella, et qui finit par sortir avec sa fille, qu'il aime depuis qu'elle est née. C'est... profondément glauque mais jubilatoire de voir qu'une telle connerie a pu être pondue! Le meilleur de la saga, sans hésitation, le 1er était sérieux et relativement pas mal, les suivants étaient nuls mais se prenaient au sérieux, celui-ci est une vraie parodie assumée (c'est pas possible autrement) et est un vrai plaisir à voir (presque).
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1571 abonnés Lire ses 8 738 critiques

    1,5
    Publiée le 18 février 2016
    Ça y est!!! Son existence humaine prend fin et Bella Swan ne s'est jamais sentie aussi vivante que dans ce cinquième volet de "Twilight". Elle ètait nèe pour être une vampire! Tout finissait par se règler! Même les Volturi acceptaient son nouveau statut [...] Tout à une fin même si la recette est toujours la même! Bref, il ètait temps que la franchise "Twilight" se termine car on peut affirmer aujourd'hui que cette saga à l'eau de rose ne marquera pas l'histoire du 7e art! Pas mal de longueurs pour raconter au fond peu de choses si ce n'est plus d'action dans cet opus! La grande bataille finale est plutôt pas mal en terme de divertissement! Mais que de bavardage il faut subir avant cette longue sèquence! A part ça, on commence à faire du vu et revu dans les flash-back (l'histoire d'amour qui lie Bella & Edward). L'histoire n'a ni queue ni tête mais on peut prendre plaisir à voir des têtes arrachèes! Allez saluons ô mes frères le tombeur de ces dames, Taylor Lautner, car c'est sans doute le personnage de Jacob qui èvolue le mieux dans la saga! Bon et bien voilà, Twilight c'est fini! Arrosons comme il se doit cet èvènement...
    scoubi2004
    scoubi2004

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 344 critiques

    0,5
    Publiée le 3 avril 2013
    A l'instar du 4éme volet, ce film est une extension dans la nullité et l'ennui de toute la saga. A un moment donné j'avais l'impression de regarder un épisode des X men avec tous les pouvoirs octroyés à chaque vampire. Les effets spéciaux et scènes de combats sont tout ce qu'il y a de plus classique de nos jours et ne durent qu'une dizaine de minutes pour un final tellement prévisible. Enfin j'ai trouvé tellement hilarant le changement opéré dans le personnage de Jacob qui ne quitte plus un instant les vampires (devenus ses grands potes). Une fin à l'eau de rose ou tout le monde est heureux, amoureux et miraculeusement vivant
    Mystletain
    Mystletain

    Suivre son activité Lire ses 42 critiques

    0,5
    Publiée le 6 janvier 2013
    Je critique ici l'intégralité de la saga . L’histoire : Une fille tombe amoureuse d’un vampire. C’est tout. Bon alors, il était une fois, une gonzesse hystérico-dépréssive mormone qui ne buvait ni ne fumait jamais. Et donc un jour elle a décidé de prendre le mythe du vampire pour le détruire. Et comme c’était rigolo, elle en a fait 4 livres, devenus des best-sellers puis des adaptations au ciné à succès par le sacro-saint pouvoir du public féminin a être incapable de détecter une catastrophe artistique dès qu’il s’agit de romantisme à deux balles. La preuve avec le premier film reprenant grosso modo le livre à la lettre. Donc tout commence par l’arrivée de Bella Swan, 16 ans dans un petit bled paumé nommé Forks (fourchette-pointues-dents, gros boulot symbolique). Donc elle tombe sur un gars qui s’appelle Edward Cullen, l’emo dans toute sa splendeur, sans l’acné et la marginalité. Pour des raisons qui échappent encore à la science, Edward trouve que les atermoiements insupportables de Bella sont très excitants, donc ils tombent amoureux. Comme c’est écrit par une mormone pur et dure personne ne couchera avec personne durant les prochaines 2h10. Après une suite de dialogues plus consternants les uns que les autres dans le milieu forestier, on apprend donc que Edward est un vampire puceau imberbe centenaire, ce qui fait de lui le plus gros pédophile epic-win de l’histoire du cinéma. c’est-y-pas mignon. Ensuite, allez on accélère blablablabla exposition, exposition, exposition, blablablabla les vampires brillent au soleil, n’ont pas besoin de boire du sang, jouent au baseball, bref du vampire hardcore viscéral et sans concessions comme on les aime blablabla ah ça y est il se passe un truc ! Des types ressemblant un poil plus a de vrais vampires (ils veulent boire du sang, bouh les vilaines !) s’en prennent a bella. Plutôt que de demander à sa demi-douzaine de potes vampires de lui venir en aide, elle décide d’affronter seule le méchant du film (c’est dire a quel point elle est conne)(d’où rapport d’identification maximal du public-cible ?) et puis au dernier moment elle se fait sauver par l’autre tantouze en cuir. Non pas batman, Edward. Suivez un peu. Elle se fait mordre, on pense qu’elle va devenir vampire et en fait non, tout est bien qui finit bien et elle peut aller au bal danser sur de la musique de supermarché trouvable au rayon charcuterie tandis qu’une autre méchante se barre au ralenti dans les escaliers. générique. Et c’est absolument tout ce qui se passe en 2h10. Le second film : L’histoire : Le vampire s’en va alors la fille tombe amoureuse d’un loup-garou. Après un premier épisode navrant de bout en bout, voilà que la saga change (un poil) d’orientation en donnant la réal à Christ Weitz, le réal d’American Pie, comme quoi, le karma, c’est pas forcément du vent. Pas de bol pour Chris, il tombe sur le ventre mou de la saga, et vu qu’il ne se passe pas grand chose de plus dans les trois autres volets, c’est pas bon signe. Alors qu’en est-il de ce deuxième opus ? Bella est avec son mec soi-disant hétéro Edward Cullen avec qui elle ne couche pas, tout va bien. Et comme tout va bien, Edward décide de se barrer (son grand moment de lucidité en 4 h de métrage) le plus loin possible de la mégère adolescente qui lui colle à la chemise. Alors là, la bella elle devient encore plus insupportable qu’avant, si c’était possible. Elle tombe dans une déprime qui plombe le film sur près d’1h30 de film. Mais tout ne va pas si mal, car attention twist twist twist : Et voilà elle rencontre Jacob, le loup-garou. Enfin il était déjà dans le 1, mais c’est pas la question. Et puis, comme elle est la Attention Whore par définition, elle tente de se suicider pour provoquer des visions d’Edward (mais surtout parce que c’est une Attention Whore). Forcément, comme dans le 1 un méchant vampire (une rouqmoutte cette fois, celle de la fin du 1, d’ailleurs l’actrice s’est fait viré, mais je garde l’histoire pour le 3) menace bella, comme dans le 1, la tribu de gros gays (les mineurs torse-nus latinos ont remplacé les emo-cuirs mais le gay radar indique le même taux de radiation) vont la protéger. Comme dans le premier pour les vampires, ici les loups-garous n’ont de garous que le nom : ils se transforment juste a volonté, en plein jour, en de gros clébards en CGI plus moches que les ours polaires de golden compass (tiens c’est le même réal, comme quoi on se refait pas). Et puis comme toute attention whore qui se respecte, Bella allume Jacob sans jamais lui donner quoi que ce soit pendant plus d’une heure avant que le climax arrive comme un cheveu sur la soupe : il faut vite aller en Italie sauver les fesses de Robert Pattinson et sa personne par la même occasion parce qu’il est allé provoquer les Volturi (les gros méchants gays-européens, parmi lesquels dakota fanning et Michael sheen qui détruisent d’un coup sec sans vaseline leur carrières si respectables). Et quand enfin on pense quil va y’avoir une vraie baston inter-vampires, les méchants changent d’avis et laissent filer les gentils comme ça parce que…et ben parce que. Les potes vampires de Bella arrivent a la conclusion qu’il faut transformer bella en vampire pour la protéger. Et donc du coup Edward accepte de la transformer a condition qu’elle l’épouse. là, elle lâche une espèce de petit pet vaginal en gros plan et hop, générique. Et c’est tout ce qui se passe en 2h10 de film. Maintenant le troisieme opus : L’histoire : Le vampire revient alors la fille hésite entre le loup-garou et le vampire. Et voilà on est en 2010 et déjà à mi-chemin de nôtre rendez-vous annuel des réquisitoires contre les films qui ne devraient pas exister et qui se foutent royalement de vôtre gueule en ramassant à la pelle vos si jolis petits billets. Non je ne parle pas d’Harry Potter, mais de la définitivement pire saloperie qui soit jamais arrivé au mythe du vampire, de quoi filer des complexes à tous les pieux dans le coeur de toutes les versions de Van Helsing qu’on ait connu, la saga Twilight. Après deux films dont la seule existence remet en cause bon nombre de principes de physique élémentaire de l’univers connu (par exemple comment les acteurs peuvent-ils jouer et dormir les yeux ouverts en même temps ? Kristen Stewart, femme ou chainon manquant entre l’huitre et le poisson rouge ? la science retient son verdict), voilà que les exécutifs de Summit Entertainment (des gros en costume avec de gros cigares qui portent des sacs très lourds avec des $ marqués dessus) se mettent a avoir des lubies. Ils ont engagé un vrai réalisateur. La folie des grandeurs, quoi. Cette facétie douteuse permet ainsi à la saga quelques excentricités de taille, telles qu’une tentative de narration, parfois même autre chose que du champ/contrechamp, du jamais vu. Enfin pour les Twilight. Quiconque ayant vu un vrai bon film dans sa vie comprendra assez vite le cheminement de la réflexion de David Slade : puisque l’histoire n’a absolument aucun intérêt, et que ça consiste à 90% en des dialogues si épouvantables qu’ils feraient rougir les scénaristes de Plus Belle la Vie, il faut prendre un…excusez l’expression, monsieur Zombie-Diggory… prendre un “chemin de traverse”. Autrement dit, à la moindre occasion, dès qu’il peut l’exploiter, chaque scène peut avoir le maximum d’action qu’on peut lui en donner. Du coup, là où on se branlait royalement des origines des personnages secondaires, on leur donne ici des tout petits, minuscules, mais pourtant bien réels moments de gloire via le flashback. C’est très court, parfois anodin ou futile, mais ça donne des petits moments de répit à n’importe quel esprit sain devant le film. Parce que… oui y’a un moment où il faut bien que je vende la mèche (ou la frange si vous préférez)… ce film est une putain de torture. Comme les deux autres. Allez au bout de 3 films, vous vous en doutiez, non ? Quand même… vous vous faites avoir une fois, honte sur le film, vous vous faites avoir deux fois, honte sur vous, mais au bout du 3e coup, vous n’avez plus aucune excuse. Soit vous êtes comme moi un cinéphile maso, ou “avide de connaissance” (ce qui revient strictement au même), soit votre copine vous y a trainé de force et vous subissez cet affront dans un vague espoir de faveurs sexuelles. Dans ce cas, primo, vous vous faites avoir, ça n’en vaut pas la peine, et surtout deuxio, changez de copine. Run. Run as fast as you can. Run for your life, run for your fucking soul ! Il y a un troisième cas. On va encore me reprocher de l’aborder, mais éviter le sujet reviendrait à ne pas cerner dans son ensemble l’étendue du “problème” du phénomène. C’est le cas des fans. Au cours de votre vie, il se peut que vous soyez amené à rencontrer une de ces sordides créatures que sont les fans de Twilight. Pour les reconnaitre, nous pouvons déterminer plusieurs caractéristiques chez ce genre d’individus pathétiques : -un gout prononcé pour le romantisme à deux balles. -un âge ne dépassant jamais les 14 ans (au moins sur le plan émotionnel ou en matière d’expérience de vie). -une sexualité trouble, le plus souvent inexistante. -une méconnaissance redoutable du mythe du vampire, du loup-garou ou du fantastique en général (ou limitée à des bouffonneries atteignant rarement le seuil du respectable comme Anne Rice ou Buffy). -une méconnaissance totale du cinéma. -une impossibilité physique (ou psycho-motrice) à entrer dans toute forme possible de débat ou d’argumentation basée sur des faits, la logique, la raison, la réalité ou les mécanismes de la fiction. -et un vagin. Pour combattre ce type de monstres (et ainsi alléger les souffrances de la pauvre bête), un nombre raisonnable de choix s’offre à vous : -le pieu dans le coeur -lui trancher la tête (elles ne peuvent rien faire sans même si elles ne s’en servent jamais. Ironique, non ?) -le crucifix…dans la gueule -l’eau bénite…ou pas, pour la noyer -la gousse d’ail….pour l’étrangler avec -ou tenter de lui démontrer par la logique que Twilight c’est de la merde. Cette dernière option est la plus dangereuse. Toutefois, si l’occasion venait à se présenter, et si le courage vous dictait un acte aussi héroïque que suicidaire, voici comment détruire l’ennemi : -La fan de Twilight : “Je pense que Twilight est le/la meilleur/e film/livre/histoire de vampires de tous les temps.” -Vous : “Je suis en désaccord avec chaque partie de ta phrase. En commençant par “je pense”.” (Surtout restez calme et rationnels, elles n’ont pas d’armes assez puissantes pour contrer quelque chose d’aussi élémentaire) -Vous : “Il n’y a pas de vampires dans Twilight.” -La fan de Twilight : “La moitié des personnages sont des vampires !” -Vous : “Peuvent-ils se transformer en chauve-souris ?” -La fan de Twilight : “…non.” -Vous : “Est-ce que le soleil peut les blesser ou les tuer ?” -La fan de Twilight : “…non. Mais ils boivent du sang !” -Vous : “ça n’en fait pas des vampires. ça en fait des hommes-sangsues, au mieux.” (Une fois que vous avez prouvé qu’elles ont tort, vous les tenez. Soyez juste et montrez-leur pourquoi il est important que vous avez raison et pas elles) -Vous : “Il est vrai que les sangsues peuvent luire au soleil.” -La fan de Twilight : “Et alors, qu’est ce que ça peut faire que Stephanie Meyer ait jeté les règles de base et qu’elle ait brisé les codes ? Elle a fait son propre truc, sa propre version, et c’est bien comme ça.” -Vous : “Non, car elle baisse nos standards. Désormais à chaque halloween, on a des gens qui diront être déguisés en vampires juste parce qu’ils auront des paillettes sur la tronche et un peu de gel dans les cheveux.” (Et là, il faut l’achever. Tenez bon.) -Vous : “Et ça, c’est que le premier film/livre. Parce qu’à partir du moment où on n’appelle plus un chat un chat, on peut dire et faire n’importe quoi avec n’importe quel genre de monstres, comme des Loups-garous qui se transformeraient à volonté, auraient rien a foutre de la pleine lune et se changeraient juste en gros clébards en CGI.” Si jamais vous tombez sur une hystérique incapable d’écouter son interlocuteur, ce sera baisé d’avance, mais si elle a un ou deux neurones encore en fonction, l’idée fera son chemin pour que d’ici le prochain film, elle comprenne que c’est tout sauf une bonne histoire de vampires. Elles peuvent aussi dévier le débat à volonté (puisque mal à l’aise avec des sujets qu’elles ne maîtrisent pas) et dire “oui mais moi les vampires pour moi c’est pas important, pour moi ce qui compte c’est l’histoire d’amour”. Alors là, il faudra faire un travail sur soi pour ne pas sortir le shotgun, le bazooka, le napalm et la hache, mais en se contrôlant un peu, même là, on peut faire très mal. Tout doit s’accorder selon cette phrase : Stephanie Meyer est mormone. Ces quatre mots, si simples à retenir, sont la clef de la destruction de Twilight. Stephanie Meyer est mormone. Elle est mormone et tout ce qu’elle a écrit est en accord avec sa religion. Bien sûr, on pourra vous répondre que peut-être justement pour des mormons, c’est osé ou qu’il n’y a pas de vampires dans l’histoire de Joseph Smith ou encore qu’elles ne connaissent rien à l’histoire des mormons, qui ont l’air de braves gens, après tout. Là il faut réfréner à tout prix cette pulsion qui vous ordonne de prendre ce cendrier en verre sur la table à côté de vous pour lui briser le front avec. Ne cédez pas à la violence, ça ne sert à rien. Vous avez raison, et vous allez le prouver. Patience. On va éviter l’histoire des mormons sinon j’en ai encore pour 50 pages, mais inculquons quelques principes de base : -Sans homme dans sa vie, une femme est incomplète et vice-versa quand elle a trouvé un homme, elle est “entière” (Bella, Victoria, Alice, n’importe quel personnage féminin). Une dévalorisation pure et simple de l’individu ramenant au moyen-âge et à des traditions phallocrates ancestrales (j’ai rien contre perso, mais pour une nana, ça craint). Indéfendable de par nature. -L’abstinence avant le mariage est une règle fondamentale et jamais transgressée dans Twilight (alors que le moteur du vampire, sa justification passe nécessairement par l’acte inévitable de transgression). Une tradition puritaine, nauséabonde, socialement régressive et inacceptable pour l’épanouissement physique et mental. C’est juste une question de bon sens. -L’amour, un amour pur, entre un homme et un enfant est admis, toléré et possible (dans le bouquin, c’est entre Jacob et spoiler alert le bébé de Edward et Bella dans Breaking Dawn). La pédophilie est un crime, amour pur ou pas. On rejoint aussi là l’idée fondamentaliste de la polygamie qui se voit a plusieurs niveaux dans Twilight, surtout dans Eclipse et Breaking Dawn). Cette transposition des valeurs mormones dans la littérature fantastique en tant que tel, on s’en branle, évidemment. Le problème c’est quand le bouquin devient un tel best-seller qu’il en devient un phénomène culturel de masse au cinéma. Parce que c’est là qu’on touche au fond du problème (et que je reviens au film par la même occasion). Avec Twilight, on dépasse le simple stade de nanar, ou de purge. On est dans la pornographie. La pornographie la plus pure, la plus violente, la plus efficace. la réelle pornographie, une pornographie intellectuelle. La pornographie culturelle de masse. Une industrie de mort (Godard parlait de “monnaie de l’absolu”, de “contrôle absolu de l’univers” et “des signes parmi nous”, pour une fois le suisse grabataire n’avait pas entièrement tort) qui fait régresser les mentalités, patiemment, méticuleusement, mécaniquement. Asservir les masses. en commençant par les esprits faibles et influençables. Les gamines. les adolescentes, les femmes confuses, peu sûres d’elles, remettant indéfiniment en cause leur physique, cherchant un idéal, des idéaux, en perte de repères ou sans repère du tout. Alors elles ne connaissent pas grand chose à la littérature ou aux vampires et encore moins au cinéma, mais quand elles voient le torse nu d’un jeune métrosexuel imberbe ou le visage quasi-androgyne et cadavérique d’un Robert Pattinson faisant la moue, elles gloussent, elles gesticulent, elles hurlent, elles pleurent, elles sourient et le reste passe comme une lettre à la poste. Destruction du mythe du vampire ? Oh le vampire de toute façon ça a toujours changé, alors bon, 2-3 règles de plus ou de moins… La culture mormone ? Qu’est-ce qu’elles y connaissent ? Elles ne voient pas ce qu’il y’a de malsain à ce qu’un homme force une femme ou l’espionne et la regarde dormir en douce. Elles ne voient pas ce qu’il y’a de répugnant à ce qu’un homme arrache avec sa bouche le placenta d’une femme qui accouche et coupe le cordon ombilical d’un nouveau-né avec ses dents. Elles ne voient pas ce qu’il y’a de choquant à ce qu’un puceau de 107 ans continue à aller au lycée et tente de se taper une gamine de 17 ans. Tout ce qu’elles voient c’est “la plus belle histoire d’amour de nôtre génération”. Alors que se passe-t-il de si terrible dans ce film pour qu’on en fasse une montagne chez nos congénères à ovaires ? Et bien comme d’habitude, rien ou presque. Tout commence dans un champ de fleurs où Bella dit non, tout se termine dans un champ de fleurs où Bella dit oui. Tout ce qui se passe entre ces deux scènes (putassières au demeurant) est d’une futilité sans nom. On essaye de nous faire croire qu’il se passe VRAIMENT quelque chose cette fois, y’a des meurtres en ville. Une armée de vampires “plus puissante que n’importe quelle armée d’hommes”. Meyer n’a jamais du entendre parler du Napalm ou du nucléaire, en même temps elle doit sûrement croire que les USA ont gagné la guerre du Vietnam, que Nixon s’est fait piégé par les cocos, que les nordistes ont triché, que l’esclavagisme avait du bon (déjà vu un vampire noir et gentil dans Twilight ? même les italiens sont des blonds aux yeux bleus…), que l’homme n’a jamais marché sur la lune et que dieu veille sur nous dans le ciel et que tous les démocrates brûleront en enfer avec les homosexuels et les pédés, oui oui les deux. Enfin bref, pour cette grande femme, l’armée la plus puissante jamais constituée c’est 20 blaireaux qui se battent comme des alcooliques à 4h du mat’ à la sortie d’une rave au fond des bois. Tout ça pour ça. Pour que cette histoire niaise (elle hésite et “la guerre approche”) culmine dans une bataille de 5 minutes. Pour que ça se conclue sur une baston façon buffy/smallville, l’excitation et le sang en moins. 2h de film, que dis-je, 6h de film, 3 films entiers, pour en arriver là. “oh finalement la nana et le vampire s’aiment et les méchants ne font rien”. Comme au bout de 30 minutes dans le premier film, donc. Voilà où on en est en 3 bouquins et en 3 films. Ma conception du vide prend soudain une nouvelle dimension à mesure que j’évalue l’ampleur du gouffre créatif de vôtre oeuvre, miss Meyer. Et c’est filmé de façon très fidèle. Voyez, le problème pour Slade, c’est qu’il a beau tenter d’exploiter au maximum chaque parcelle possible d’action ou de vraie narration de l’histoire, il se heurte à un mur. C’est a dire l’histoire. Car avec un matériau de base aussi nul à chier, on aura beau prendre les meilleur réals du monde (et Slade n’est pas non plus un maître hein), ça ne suffira pas à rattraper les éternels atermoiements de Bella, les dialogues de série z et les adolescents torse-nus toutes les 10 minutes montre en main. Il ne peut pas non plus changer le casting. Kristen Stewart. De toute l’histoire des blockbusters ou films vendus comme tels, jamais je n’aurai vu une actrice aussi pitoyable jouer un personnage aussi pathétique et ridicule. Et pourtant, je crois que j’ai bien du voir 2 ou 3 films dans ma vie, non ? au moins, hein ? et pas que des bons, ça c’est certain. Diggory et le garou-garou se lâchent un peu, à peine, juste un peu plus que d’habitude, ils enlèvent à une ou deux occasions le balai qu’ils ont dans le cul pour sourire un peu avec sincérité, ce qui donne 2 ou 3 plans de répits à vôtre serviteur. Mais c’est pas ça qui nous sauvera d’une Bryce Dallas Howard remplaçante (l’autre a trop ouvert sa gueule et se voit rayé du seul moment de gloire de son personnage) affublée du pire maquillage de “”"vampire”"” qu’on ai jamais vu, en plus de jouer aussi bien qu’une actrice porno dans un film amateur. C’est pas ça qui nous sauvera de perruques minables, d’effets spéciaux merdiques (aaah ces loups en CGI qui s’intègrent jamais aux plans comme il faut, je crois que je m’en lasserai jamais), d’une Dakota Fanning faisant tout ce qu’elle peut (la pauvre) pour ne pas se ridiculiser (en vain), de faux-raccords qu’on croyait disparus de la circulation depuis X-men 3 (vous vous souvenez du coup du pont ? ben c’est rien. Ici on a Edward qui dit “je sens une présence”, dans le plan d’après y’a 5 gars en face d’eux à même pas 10 mètres dans un espace vide ! et qui marchent au ralenti !), des punchlines historiques (“je suis comme la suisse entre vous deux !” tu veux dire blanche, raciste et futile ?), de rebondissements dignes de figurer au panthéon de nanarland (“il y a des meurtres et plein de nouveaux vampires..” (…plus tard…) “je crois que ça veut dire que ces meurtres cachent de nouveaux vampires.” (…) “ces nouveaux vampires, ce serait comme une armée ?” (…) “et si cette armée c’était pour nous attaquer ?”), ça en devient si débile et si pathétique que c’en est souvent drôle mais toujours involontairement. Pourtant, c’est clair et évident : c’est le meilleur film de la saga, et de loin. Mais même avec les meilleures intentions, même avec un peu d’action, plus de narration, un peu plus de réal et un poil de vrai jeu d’acteurs….on peut pas changer le purin en or. Et ce qui restait vrai pour le premier et le deuxième film reste vrai pour le troisième. Histoire d’une pauvreté insensée (les intrigues des 3 premiers livres réunis auraient pu se condenser en un seul film sans qu’on y perde quoi que ce soit de narrativement ou de structurellement essentiel), personnages sans aucune profondeur, les mormons, le contraire des vampires, le contraire des loup-garous, les régressions sociales, la connerie ambiante, le premier degré jamais crédible, l’action molle inefficace de pacotille, les effets à vomir, le montage amateur…. Quelque soit le film, quelque soit la franchise, ça fait trop, beaucoup trop, et quelque soit le réalisateur ou le sujet, la sentence serait identique. je ris toujours, mais il y a maintenant du désespoir dans ce rire. Après tout, peut-être que c’est là que réside la véritable représentation des forces des ténèbres de cette sinistre saga. Et si c’était le cas, alors sans doute devrait-on commencer à prier pour l’âme de Stephanie Meyer. Car ce qui l’attend de l’autre côté du Styx, ce sera pas jojo. Vivement le 4… Par pitié pour vous , adolescents puériles , je stoppe ici ma critique ici . Mais je pari que les suivants ne valent pas mieux .
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 1 073 critiques

    0,5
    Publiée le 15 mars 2013
    Enfin !! La saga la plus grossière du cinéma s’arrête... D’une nullité absolue, l’univers débile et immonde de cette love story vampirique n’aura conquis que les fillettes adeptes du néant artistique et de la "pseudo-sentimentalité" ridicule. Chaque épisode est une catastrophe visuelle, que ce soit la réalisation, le jeu d’acteurs, les dialogues en passant par les effets-spéciaux...sans oublier le scénario qui mérite à lui seul le plus prestigieux des prix... C’est brouillon comme pas possible, les évènements ne sont même pas crédibles entre eux ; l’unique suspens qui nous tient un minimum en haleine pour arriver au générique est le fait de découvrir jusqu’où l’équipe du film a pu sombrer dans cet amateurisme qui fera de ce conte, une honte audio-visuelle. On a atteint le sommet de la niaiserie avec cette saga...mais on l’enterre avant d’en sortir une autre similaire.
    truffiparker
    truffiparker

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 22 critiques

    0,5
    Publiée le 19 novembre 2012
    Arrêtons avec l'unique motivation des fans qui est que "Edward et Jacob ils sont trop beauuuux". Alors les fan ne soyez pas déçu(e)s, il y a bien une scène de Jacob à moitié à poil. Par contre Edward ne brille pas au soleil dans celui-ci.... Sinon concrètement (enfin c'est un bien grand mot, rien de concret ne se passe), on attend pendant 1h30 qu'il se passe quelque chose. Nous voyons Renésmée grandir (nom de merde d'ailleurs), la gosse est en image de synthèse sauf dans sa forme "définitive". Ensuite, nous voyons "s'énerver" les Volturi, les Cullen courir vaguement le monde pour trouver des potes... En gros, en 1h30 se passe ce que tout bon scénariste aurait mis en 20 minutes (comme dans le 4 au final, mais sous la mouvance Harry Potter ils se sont dit "ouais on va allonger le truc et faire deux films! comme ça, on aura encore plus de fric"!). Enfin parler de Twilight et de bon scénariste c'est comme parler de whisky sans alcool, c'est pas un concept imaginable. Ainsi, comme amis pour venir les aider dans leur quête de spoiler: "nan faut pas tuer le bébé!" , nous allons trouver un faux sosie de Kurt Cobain, le tueur de glace s'étant égaré avec deux blondes refaites, deux amazones sorties d'une mauvaise BD, deux (trois?) irlandais (bien évidement roux, l'irlandais mâle étant vêtu comme un paysan. Ayant vu ce "film" à Dublin je vous laisse imaginer la réaction de la salle face à ce cliché...), et deux personnes qu'on en sait pas qui ils sont mais qui font acte de présence. Bref, au bout de cette fameuse heure et demi arrive le moment de la bagarre. spoiler: Le camp des gentil dit qu'il ne faut pas tuer Renésmée, le camp des méchants dit qu'il faut la tuer par ce que c'est une immortelle. Mais non voyons! et même qu'elle grandit trop vite! Peut être ne va-t-elle vivre que quelques année?? Bref, la bagarre se lance. Des têtes sont arrachées (le ridicule de cette scène me fait encore rire), on se demande ce que Dakota Fanning fait ici. La pauvre petite à l'air perdue, elle s'est peut être cru sur le tournage de Runaways... spoiler: Au bout de peut être 10 minutes d'un bordel sans nom, on se rend compte que tout cela est faux (là encore, jolie réaction du public qui a bien ri). C'est alors que Pocahontas et Kocoum arrivent (on ne sait pas qui ils sont, on ne sait pas d'où ils débarquent.... un vrai bordel). On apprend donc que la gamine n'est pas la seule mi-humaine mi-vampire (ah oui, Kocoum en est un et il a 150 ans), les Volturi se cassent, Jacob et la gamine peuvent vivre leur amour et papa/maman s'en vont dans les champs batifoler comme à leurs premières heures . Et comme pour se rattraper avant de finir le film, ils nous font un résumé des 4 bouses précédentes. Il ne se passe donc rien. Que dalle. Pas la moindre petite action. Que du toc. Kristen Stewart est toujours aussi énervante, ne transmet toujours pas un semblant d'émotion (enfin elle arrive vaguement à froncer les sourcils....), Taylor Lautner n'a d'attrait que son torse musclé qu'il met en évidence en se déshabillant devant le père de Bella pour se transformer en loup (depuis quand il doit se mettre à poil pour ça?), Robert Patinson n'est pas là. Juste absent. Cette épopée m'aura bien fait rire, les talents du réalisateur sont toujours aussi moindre que dans l'épisode précédent... Au moins cette saga aura été dans une bonne continuité. Mais c'est enfin fini! Et pour les groupies qui se demandent pourquoi je suis allée le voir en sachant que je n'aimerai probablement pas, et bien c'est pour mieux critiquer mon enfant...
    Grognasse77
    Grognasse77

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 40 critiques

    0,5
    Publiée le 11 mars 2013
    Ce film est tout simplement un étron. Au moins, c'était le dernier.
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 619 critiques

    1,5
    Publiée le 30 avril 2013
    Dernier épisode d’une saga qui aura marqué l’histoire du box-office mais certainement pas l’histoire du cinéma, "Twilight - Chapitre 5 : Révélation (2e partie)" est peut-être le pire opus de l’histoire de Bella, Edward et Jacob. Et pourtant, ce dernier film devait être le plus énergique et le plus chargé émotionnellement. Malheureusement, les acteurs, le réalisateur et, plus généralement, toute l’équipe du film, semblaient très pressés d’en finir avec la saga vampirique et ont franchement salopé le boulot. Résultat : une mise en scène mollassonne qui ne parvient pas à dynamiser une intrigue d’une pauvreté indigente. A ce titre, la "grande idée" des producteurs de diviser le dernier livre de Stephenie Meyer en deux films s’avère être une lamentable supercherie puisque un seul épisode aurait été amplement suffisant (on est bien loin de l’exceptionnel dernier opus des "Harry Potter"). Plus grave encore, les effets spéciaux sont indignes surtout pour une saga de cette envergure (le visage ridiculement rajeunie de Renesmée, les bien peu crédibles loups-garous, les improbables envolées pendant les combats…). Quant au casting, que dire si ce n’est que Kristen Stewart sourit enfin (ce qui est le seul truc qu’on retiendra de sa prestation), que Robert Pattinson parait de faire gravement chier, que Taylor Lautner, qui était jusque-là le personnage le plus intéressant, s’avère inutile à l’intrigue et que, parmi les seconds rôles, seul Michel Sheen, qui cabotine avec plaisir, échappe à la pauvreté dont pâtissent ses camarades de jeu. Le seul intérêt de ce cinquième épisode réside dans sa bataille finale (survendue dans les multiples bandes-annonces) qui étonne par sa violence, bien loin aseptisée que dans les opus précédents (on ne compte plus les démembrements et autres décapitations), et par son nombre de morts de personnages importants. Enfin, l’intérêt existerait vraiment s’il n’était pas gâché par un twist scénaristique certes inattendu mais qui interdit toute émotion. La saga "Twilight" s’achève donc sur une mauvaise note et ne devrait pas bénéficier, dans les prochaines années, de la même respectabilité que d’autres sagas comme "Star Wars" ou "Harry Potter"… ce qui sera de la faute exclusive des producteurs qui ont préféré exploiter rapidement le filon plutôt que de soigner leurs copies.
    Kill-Jay
    Kill-Jay

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 875 critiques

    1,0
    Publiée le 30 janvier 2014
    Et merde, j'ai encore perdu quasiment 2 heures de ma vie. Enfin, en même temps j'avais vu les quatre premiers (oui je suis maso) que j'avais par ailleurs détesté, donc bon un de plus ou un de moins y'a pas beaucoup de différences. Et puis, il fallait bien que je vois comment ça finissait pour m'assurer que la saga, du début à la fin, était merdique. Donc, je vous rassure, c'est bel et bien le cas. En fait, j'avais vu les quatre premiers il y a tellement longtemps que je ne me souvenais même plus de quoique ce soit. Ouais Bella a failli crever (dommage d'ailleurs), elle est devenue vampire et elle a eu son gosse. Donc tout va bien évidemment ! Jacob est imprégné de la fille. Ah ouais, ils ont dû trouver une raison pour l'éjecter du triangle amoureux en le gardant dans l'intrigue. C'est absolument pas fin, mais on fera avec. Et nous v'là lancé au cœur d'une intrigue sans intérêt. Les Volturi veulent tuer la gamine. Putain qu'ils y arrivent et qu'on soit débarrassé ! Ça sera pas le cas, ne vous faites pas d'idée. Bon déjà, sur un film de 1h55, y'a au moins la moitié des plans qui ne servent à rien dans l'intrigue. Je passe les moments qui me font gerber, du genre "je t'aime, moi aussi, on a l'éternité" et compagnie. Ça dure depuis le début donc on commence à être habitué ! Une armée se constitue et la bataille finale s'annonce. Bon j'avoue que l'idée d'avoir une bataille finale me plaisait bien. Je passe les raisons débiles, sans queue ni tête, qui poussent le Volturi (j'ai oublié son nom) à se battre. La baston éclate donc, et en fait c'est le moment du film qui m'a bien plu. Bah faut dire que depuis le premier, on a pas eu la masse d'action dans les films quand même. Donc une bonne baston ça fait du bien. On sait comment ça va finir mais c'est cool. Mais là, c'est le drame. Bordel en fait c'est l'avenir qu'on nous montre !!! Bah ouais, du coup, ils se battent pas les Volturi puisqu'ils savent qu'ils vont perdre ! Tout ça pour ça ?! Merde, je suis dégoûté, j'ai à peu près kiffé le moment pour me rendre compte qu'il n'a pas existé ! Ensuite, embrassade, et ils vivent heureux, tout le monde est sauvé et tout va bien dans le meilleur des mondes. En fait, tout ça pour... RIEN ! La conclusion, c'est qu'il ne s'est rien passé et que cet épisode aurait pu s'arrêter à la fin du quatrième ! Mais qu'ils aillent mourir ! Je m'en fous de savoir si c'est bien dans le lire ou pas, ce que je vois sans avoir lu les livres c'est que cet épisode est 100% commercial. Et puis merde, Bill Condon, le gars a strictement aucun talent. Les acteurs, c'est pareil, c'est pas d'aujourd'hui mais ils ne savent pas jouer. Le seul point positif de ce cinquième opus, c'est de se dire que c'est enfin fini et qu'on en entendra plus parler !
    chloe D.
    chloe D.

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 21 critiques

    1,5
    Publiée le 5 octobre 2013
    Je n'ai jamais vraiment compris l’engouement pour cette saga mais en tant que cinéphile je m'attache toujours à regarder les films qui ont du succés pour mieux en comprendre les raisons. Mais ici j'avoue être restée perplexe. j'imagine que c'est le mélange d'amour et de fantastique qui plait aux jeunes, pourtant aucune de ces deux dimensions ne sont vraiment traitées dans le film à mon gout: l'histoire d'amour est superficielle, les sentiments loin d’être profond et l'osmose du couple inexistante à mes yeux. De plus pour un film de vampire la sensualité devrai être au rendez vous ce qui n'est certainement pas le cas de cette saga. Le coté fantastique gothique est traité comme un narnia, on perd toute la signification de mythe du vampire, mort vivant assoiffé de sang, condamnée à tuer pour survivre. le mal être et le coté maudit de ses créatures est quasiment inexistant. voilà pour ce qui est de mon point de vue sur la saga. Quant à ce dernier volé, les premiers pas de bella en vampire auraient put être très fort en intensité et en psychologie. pourtant le film en est complétement dénuée et bella se fait à sa nouvelle enveloppe comme si elle venait d'enfiler une nouvelle robe. tous se fait trop vite, trop facilement, je n'ai pas pu y croire vraiment c'est très décevant. le jeux de kristen ne s'est toujours pas amélioré malheureusement. elle ne se défait pas de ses tics et de ses manies c'est assez insupportable, surtout quand elle est censé jouer une femme vampire, qui devrait être gracieuse, élancée, souple et sensuelle. aucun de ses adjectifs ne lui correspondent ici. Je donnerai pour exemple spoiler: la scene où elle "s’énerve" contre jacob, apprenant qu'il s'est imprégné de sa fille. la scène est tellement mal jouée que j'en ai fermée les yeux. Seul point positif de ce dernier volet : la fille de bella qui à mon gout illumine l'écran. enfin un peu de mystère et de beauté. La grâce que dégage cette enfant est assez envoutante . il est certain que celle ci se rapproche davantage de l'ange que du démon mais peut importe, heureusement que cette petite fille était là c'est la seule qui m'a fait mettre un peu plus d'une étoile dans ma critique. Je ne parlerai que très peu de la fin qui se met au niveau de séries télé américaine, avec un montage digne d'un clip. Les dialogues sont toujours à pleurer tant ils sont vides et creux. je suis heureuse que pour le cinéma cette saga prenne fin.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 24 novembre 2012
    Qu'est-ce qu'il m'a pris d'aller voir ce truc? Pour être tout à fait franc, j'en ai aucune idée si ce n'est simplement d'être aller accompagner des amis et d'avoir un sacré tempérament masochiste. Finalement, il s'avère que j'ai passé un agréable moment. Oui, oui! Jamais je n'ai autant ris devant un film avec ce dernier opus de la franchise "Twilight". Rarement un long-métrage n'aura fait preuve d'autant de stupidité, si ce n'est peut-être les précédents opus (j'insiste sur le peut-être étant donné que je n'ai pas vu les autres épisodes). Ce "Twilight 5" aurait du s'appeler "Enquête sur les ravages de l'alcool dans le milieu cinématographique". La mise en scène est ignoble, le montage est ignoble, le jeu d'acteur est ignoble (grosse mention pour Michael Sheen qui visiblement adore cabotiner), la réalisation est ignoble et bon dieu que c'est génial! On se croirait devant une bonne parodie de films sentimentaux entre les dialogues tout droit sortis de l'imagination d'une vieille junkie toujours en attente d'un potentiel prince charmant et le jeu digne de l'Actor's Studio des protagonistes. Bon j'avoue, y'a de la belle nana. Pour se rincer l'oeil, c'est le top. Mais entre les intentions maléfiques des méchants très méchants qui n'hésitent pas à jeter des gosses au bûcher tout en riant comme une grand-mère de quatre-vingt dix ans (n'est-ce pas Michael Sheen?) et les débats neu-neu vis à vis de la pédophilie assumée de Taylor Lautner et des positions de Kristen Stewart sur son amour avec Pattinson (t'as intérêt à revenir chez Cronenberg coco), ce chapitre 5 est d'un vide sidérant. En gros, il ne se passe rien. RIEN. Uniquement des discutions bêtes et dénuées d'intérêt avec un montage à la MTV maîtrisé nullement. Mais le plus terrifiant dans tout ça, c'est de voir toute cette cohue de gens se précipiter pour aller voir cette m*rde. A croire que moins Hollywood se foule dans ses longs-métrages, plus ça rapporte. En tout cas, "Twilight Chapitre 5" m'a bien fait marré, avant que je ne sombre dans une dépression intense en me répétant sans cesse cette même question: "comment peut-on faire des films pareils?".
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 28 juillet 2013
    Le déclin est fait... Autant j'avais bien aimé le premier opus qui j'était déjà pas fameux en soi, autant la sage empire de plus en plus ! C'est de plus en plus plat, de plus en plus ennuyeux et bourré d'incohérences, avec des scènes d'action plus que classiques et une copie pure et simple des films de super-héros avec leurs pouvoirs. Bref, Twilight c'est juste histoire de vendre du rêve aux gamines pour qu'elle s'évanouissent genre "oh il est trop beau" ou "oh c'est trop beau j'adore" ... C'est pitoyable.... En fait ce chapitre se résume à : Énormément de scènes sensuelles, des dialogues inutiles, une intrigue qui ne tient pas la route ainsi que beaucoup de mauvais acteurs (Il y'en a des bons aussi !) et des effets visuels déjà dépassés sans efficacité.
    Blue Pepper
    Blue Pepper

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    0,5
    Publiée le 25 novembre 2012
    Plus rien ne m'étonne dans l'incroyable monde du cinéma. En particulier le cinéma hollywoodien. Hypocrisie, leurre,tromperie, ... fascination.. Cette même fascination qui nous oblige à ralentir (ou même à s'arrêter pour certains) pour être témoin d'un accident de voiture, pouvant créer ainsi d'énormes embouteillages, histoire d'accrocher un nouveau trophée à notre mur d'évènements extraordinaires. Nous prenons conscience que notre vie pourrait être plus palpitante étant donné que le cerveau humain est incroyablement imaginatif. Mais l'imagination peut avoir de terribles effets secondaires, comme, par exemple : Twilight. J'ai regardé, écouté et analysé les 5 volets histoire de m'intéresser à cette fameuse série qui a marqué une génération (comme ils disent à Hollywood). C'était un long et pénible abrutissement, jonché d'incohérences et de subtilités bovines. Je me suis posé cette question : de quelle génération parlent-ils ? Le fait que l'on expose des vampires, créatures incroyablement parfaites, excuserait-il le manque profond de scénario ? Est-ce que l'amour impossible entre un humain et un vampire doit obligatoirement se résumer à une histoire digne des feux de l'amour? Un sujet pareil aurait pu générer énormément de rebondissements, complications, et surtout énormément de sagesse, car certains personnages ont plus de mille ans. Après tant d'années, il y a probablement moyen de relativiser, un minimum, les évènements de la vie, non ? Non. Au lieu de ça, on nous présente une bande d'adolescents gâtés, colériques, en pleine crise hormonale. Jalousie gratuite, "gnangnantisme" puissance +, et j'en passe... leurs problèmes sont balourds et leurs idées pour les résoudre sont encore pires. Cette série est totalement absurde. J'en ai terminé avec mon venin, ce n'est pas de cette manière que je m'initierai à l'art de la critique constructive. Il n'empêche que quelques frissons d'effroi ont parcouru mon échine. Je me suis revu en train de regarder “Idiocraty” et me suis vu être projeté dedans, l'espace d'un court instant. A regarder absolument, sans rester axé sur le côté “lourdingue”. Je dramatise peut-être. Au final qui s'intéresse à Twilight ? Une nouvelle génération d'adolescentes probablement. Il faut bien passer par quelque chose, comme les enfants passent par des histoires de chevaliers et de dragons...histoire de me donner bonne conscience... A mon sens, cette série n'a pas sa place. Mais critiquer ne sert avant tout qu'à exprimer sa propre opinion, en bien ou mal. A vous de voir. Ceux pour qui cette série n'a aucun sens, je vous propose d'aller voir les critiques d' « odieux connard » sur les 5 twilight. Il est un peu prétentieux à mon goût, mais c'est merveilleusement bien écrit : http://www.senscritique.com/liste/Spoiled_by_Odieux_Connard/49467
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 941 abonnés Lire ses 2 636 critiques

    3,5
    Publiée le 15 novembre 2012
    Je me sens bizarre, pour la première fois de ma vie je paye une place de cinéma en sachant que ça va être nul. Les précédents j'ai beau les avoir vu au cinéma et sans frauder, j'avais pas payé, merci à la carte illimitée. Mais là du coup je peux tester la citation d'Orson Welles (pas le dernier des crétins) qui disait qu'un bon film est celui qui vaut le prix de la place de cinéma. Et là, la question horrible qui fait s'ébranler toutes mes certitudes se pose à moi, et si Twilight 5 (enfin 4 seconde partie) était un bon film ? Parce que oui, ça vaut la place de cinéma, ça envoie du rêve à des kilomètres. J'ai franchement cru au début que le réalisateur et les acteurs avaient captés que c'était de la merde ce qu'ils faisaient, enfin du moins Robert Pattinson et que du coup ils s'amusaient exprès à en faire des caisses pour justement tourner ça en teen comedy. Bon je ne pense pas que ça soit le cas finalement, mais ça envoie du pâté, ça c'est sûr. Déjà faut resituer le contexte, le premier s'adressait aux pucelles, puis ensuite ces pucelles avec le temps ont pu s'intéresser à la maternité et voilà donc un film qui parle d'un bébé ignoble spécialement pour elles. Un film qui évolue avec son public, c'est beau, ça rappelle l'escroquerie Harry Potter (même si bon ça a l'avantage d'être un peu moins con que Twilight qui est quand même la pire merde que j'ai lu). Donc on a ce bébé dégueulasse dont est amoureux un ados de 17 ans. Et ça ne choque personne ? PERSONNE ! Putain c'était déjà crade la coup du vieux de 100 ans qui veux se taper une ado de 17 ans, mais là c'est vraiment ignoble. Et c'est ça le message du film : seul le physique compte ? On dirait bien, mais c'est pas étonnant. On ne va pas demander à une grenouille de bénitier d'être profonde (enfin si, mais au sens propre). Donc ce film offre des barres de rire, c'est le plus drôle de la saga dans sa première partie je dirai. J'ai hurlé de rire au cinéma comme je n'avais pas ris depuis une éternité. Il faut le voir pour le croire. Lorsqu'on à Jacob qui se fout à poil devant le père de Bella (qui porte toujours aussi sublimement la moustache, il faut honneur à tous ces gros hommes qui portaient la moustache, je ne vise personne, bien entendu), mais il faut voir cette scène, c'est juste énorme. En fait je crois que dans la salle on entendait pas les bonnes femmes mais on entendait les mecs rires à gorges déployées. Autre moment de fou rire généralisé, lorsque tous les tocards montrent leur pouvoir, je n'ai pas pu m'empêcher de faire remarquer à la salle que c'était des X-Men. Par contre si j'ai des doutes sur le fait que Pattinson soit au courant de la merditude du truc, Sheen ça ne fait aucun doute qu'il est au courant lui qui est un bon acteur a dû s'en donner à coeur joie à rouler des yeux et à avoir l'air d'un abruti complet. Et puis il y a dans ce film un côté maison de poupée ou bien maison de démonstration, on sent bien que c'est du chiqué. Ils sont là, posés tranquillement dans leur maison de merde et font genre ils sont trop occupés à faire des trucs, genre toi dans ton salon tu lis un gros bouquin pendant que des gens discutent à voix haute autour de toi de banalités affligeantes. On sent le mec qui n'a aucune idée de ce qu'est le réel. Et puis durant tout le film tout sert de prétexte à foutre une bataille finale. Bataille qui finalement est bien mieux que celle du dernier Harry Potter. Et puis ils font genre non mais on ne veut pas la faire la bataille et trouvent un prétexte scénaristique débile pour se la jouer pacifiste tout en recrutant une armée. C'est juste idiot au possible. On a vraiment l'impression d'être pris pour des cons. J'aime beaucoup aussi l'idée que si tu ouvres un lac gelé juste en dessous il y a de la lave. Non mais ils ont raison ! Et tant qu'à faire on a les dialogues les plus nuls du monde, on sent que Bella et Eddddwwwward n'ont rien à ce dire, c'est limite s'ils ne parlent pas de la météo. Navrant. Mais bon c'est ça l'amour être une belle plante. Et puis l'évolution du personnage de Bella est navrante. En fait elle devient une sorte d'élue des vampires elle est trop forte. Putain à un moment il faut dire non aux deus ex machina. Je veux dire si Satan lui-même vient frapper à ta porte pour te dire, écoute ne te tracasse pas, cède au pêché de paresse et fout nous un bon deus ex machina de derrière les fagots histoire que tu ne te fasses pas chier, il faut dire non. Auteur de tous pays, dites non aux deus ex machina.
    maximemaxf
    maximemaxf

    Suivre son activité 282 abonnés Lire ses 160 critiques

    0,5
    Publiée le 10 mai 2014
    TROP C'EST TROP ! NON ET NON MEYER, NON ! Ne me demandez pas de me calmer, c'est vraiment pas la peine, j'ais vraiment besoin de me lâcher à fond pour cette... GROSSE ARNAQUE ! Oui, j'ais bien dis ARNAQUE, parce que dans une de mes précédentes critiques sur Twilight j'avais dit qu'il y avait 3 catégories de mauvais films : les films mauvais chiant mais avec des qualités à sauver, les navets beaucoup plus foireux mais avec quelques très rares point positifs et les nanards bourrés d'erreur technique et vide de scénario, et vous pouvez ajouter à ma liste un quatrième genre que j'appelle "les arnaques" ou "escroqueries" du cinéma que je situerais entre les nanards et les navets. Et je vais pas me priver, cette fois pour dire TOUT et je dis bien TOUT ce qui ne va pas avec ce film et l'intégralité de la saga que ce soit les personnages, l'histoire, bref TOUT et ne comptez pas sur moi pour cacher les tonnes de spoilers qu'il y aura dans ma critique parce que ce film se torche le cul avec sa bande-annonce qui prend définitivement les cinéphiles et les spectateurs pour des cons. Pour commencer, on reprend là on ou en était dans le film précédent, dans la première partie du chapitre 4 de la saga Twilight, pourtant ce film s'appelle "Twilight - Chapitre 5 : Révélation partie 2", pourquoi chapitre 5 ? C'est complètement débile à souhait, appelez le chapitre 4 puisque c'est censé être la seconde partie du même chapitre ! Donc, on retrouve Edward, Bella changée en vampire et Jacob, et je vais commencer par lui car il a perdu tout estime que j'avais pu éprouvé pour lui dés le début de ce dernier film de la saga. Premièrement, c'est devenu un fucking de pédophile qui fantasme sur Renesmée qu'il a intitulé Nessi dans un premier temps, ce qui est quand même assez jolie et plus jolie que l'autre nom DE MERDE que cette POUFFIASSE de mère avait choisi ! Et ensuite, comme si ça suffisait pas, il va voir le père de Bella pour se changer en loup-garou et lui montrer sa vraie nature pour que Bella ne soit pas obligée de s'enfuir, Charlie Swan est donc obligé de supporter cette GROGNASSE QUOIQU'IL ARRIVE. En gros vous l'aurez compris : Jacob est un nudiste anymagus doublé d'un pédophile plus que répugnant, et tout le monde dans cette saga trouve ça normal ? VA TE FAIRE METTRE JACOB, NON EN FAIT VA CREVER ! Et dire que Taylor Lautner a du interpréter un protagoniste potentiellement bon mais massacré dans les deux derniers films. Du côté d'Edward, je la ferais simple : c'est toujours pareil, que ce soit le personnage ou l'acteur Robert Pattinson, il est toujours aussi ridicule même quand il essai d'être intéressant ou de montrer des émotions par moment, son maquillage est tellement mal foutu que le résultat est insignifiant et ridicule. Pour Bella en revanche, j'en parlerais à la fin de ma critique parce que j'aurais beaucoup trop de choses à dire et je préfère garder le plus constructif pour la fin, façon de parler bien sur puisque ce personnage est l'un des pires qui aient été crée, en plus d'être interprété par une actrice incompétente. Niveau incohérences, on est servi dés la onzième minute du film avec Bella qui se plaint auprès de Jacob de vouloir "posséder" sa fille et de lui donner un autre prénom... NON CONNASSE, C'EST PAS ÇA LE PROBLÈME ACTUEL ! LE VRAIE PROBLÈME C'EST QUE CETTE TÂCHE EST AMOUREUX D'UN BÉBÉ ET QUE ÇA FAIT DE LUI UN GROS PÉDOPHILE, RÉFLÉCHIE UN PEU PAUVRE GLANDASSE ! Autre problème, Alice et Jasper s'enfuit en laissant un message caché à Bella sur le dos d'une page du "Marchand de Venise" de William Shakespeare, car son esprit et impénétrable à celui d'Aro. Sauf que : de un, Edward aussi adore Shakespeare la preuve il récite tout une partie dans le deuxième film, et de deux ça aurait été plus logique de mettre un message caché dans un livre que seul Bella a lu parce qu'autrement c'est pas discret... même Alice Cullen passe pour une conne, alors que c'était un des rares personnages que j'appréciais bordel avec Jasper Cullen, hé franchement je plains les acteurs qui ont du jouer ces personnages et aussi ces deux personnages dans le même temps. On reparlera de tout cela plus bas, parce qu'en plus de cela, si j'appelle ce film une arnaque c'est pour plusieurs raisons. La première est la raison : dans Twilight chapitre 3, on découvrait le passé de Jasper et Rosalie qui avaient tout les deux du potentiel, étaient tout deux plus charismatique et méritaient d'être plus développé que ça mais ont carrément été laissé de côté pour l'histoire d'amour mal foutu et lourd entre Edward et Bella. Ici c'est pareil mais EN PIRE, ou devrais-je dire 1000 FOIS PIRE ! Parce qu'ici, si le film est fidèle au livre, Meyer prouve clairement qu'elle est capable de créer des personnages intéressants et des concepts géniaux, et je vais tâcher de tous les citer parce que je suis dans un état de démence temporaire à évacuer : tout d'abord, on a le vampire indien Benjamin, rien qu'avec son putain de beau sourire et ses pouvoirs il a un charisme pas possible. On a aussi le vampire à l'apparence de rockeur, qui a participé à chaque bataille américaine et qui n'hésite pas à dévorer un humain parce qu'il chante vraiment faux, un sens de l'humour noir et une histoire certes vite résumé mais qui permet à ce protagoniste d'être mille fois plus intéressant que le personnage d'Edward Cullen, un personnage cool dans Twilight nom de dieu. On a aussi un vampire clochard à la belle gueule et qui se montre plus intéressant en UNE, et je dis bien UNE PHRASE adressé à cette chieuse de Bella : "C'est romantique pas vrai, qu'une poignée de juste puisse défier le mal suprême ? Et je reconnais que tu as même failli me convaincre, pendant un moment." Si ça c'est pas classe, rien qu'avec un caméo il a eu un développement plus profond qu'Edward Cullen. Ensuite, on a le trio de blonde cousines des Cullen, dont une (Irina) qui pense que l'enfant de Bella et Edward représente une menace et va les dénoncer au Volturi, un personnage avec un minimum de jugeote, moralement juste et des convictions intéressantes hein ? Et y'a pas qu'elles, ont a aussi deux frères vampires qui souhaitent se venger des Volturi avec un putain de beau visage et de la personnalité même si leur gueule ne me plaisent pas spécialement. Et on a aussi deux amazones vampires sexy comme pas possible... mais tout ces personnages on un problème : ILS N'APPARAISSENT QUE POUR DES CAMEOS ! SALOPERIE DE DIEU, LES APPARITIONS SONT PLUS INTÉRESSANTS QUE LES 3 PERSONNAGES PRINCIPAUX MERDE ! Meyer nous nargue à ce stade, elle se fout littéralement de la gueule du monde, elle montre qu'elle a du potentiel et qu'elle peut nous faire des protagonistes de qualité mais messieurs et mesdames : n'oubliez pas que c'est Twilight, et la qualité ça n'existe pas chez eux. La seconde raison qui me pousse à haïr ce film plus que les autres : la bataille finale entre les Volturis et les vampires ainsi que les loups réunis par les Cullen. Et pour parler honnêtement, la bataille est cool avec une musique plus épique et dantesque que dans la bataille du troisième film, mais surtout : il y a des morts dans les deux camps, Jasper et Carlisle meurt, des loups meurent, on a des démonstration de pouvoir de la part des vampires de chaque camp, des décapitations et des démembrement en série, de la lave sous la glace, et on voit même Edward et Bella en mode Bad-ass, je ne plaisante pas ils en jettent ici et mettent une belle raclée à Aro, Jane et à la famille Volturi, il y a même une course poursuite pas trop mal dans la forêt avec Jacob et Renesmée poursuivit par un des Volturi. Faudrait vraiment un truc ultra stupide pour gâcher la scène, sincèrement devinez comment ridiculiser une scène pareille et tout gâcher en un éclair... vous ne voyez pas ? Et bien c'est très simple... CETTE BATAILLE N'A JAMAIS EU LIEU BORDEL DE CHIASSE ! TOUT ÇA PARCE QUE C’ÉTAIT UNE VISION D'ALICE PARTAGÉE AVEC ARO ! C'EST UNE PUTAIN D'INSULTE AU BON GOÛT ET AU CINÉMA ! MAIS POURQUOI ? POURQUOI, POURQUOI, POURQUOI, POURQUOI ? SALETÉ DE SAGA, tu avais enfin fait quelque chose de bien et de qualité et tu casses tout sans le moindre remord, et le plus navrant c'est que c'est même pas le pire dans ce film, après il y a l'excuse de merde amenée par Alice avec un homme mi-humain mi-vampire pour innocenter Renesmée auprès des Volturi... est-ce que j'ais vraiment besoin de dire que c'est une excuse absurde et complètement irritante crée uniquement pour qu'il n'y ait pas de bataille et bâcler ce film en beauté ? Je crois que c'est bien la première fois que je vois quelque chose d'aussi pathétique dans un long-métrage, sérieusement j'ais jamais vu quelque chose d'aussi ringard pour achever une saga. Oh ben tiens, tant qu'à tout dire, même le méchant de la saga est un étron plus ridicule qu'un homme en tutu, rien que son costume et son... son rire de dessin animé hors-sujet avec la scène le font passer pour un gros looser... quoique son rire de merde à le mérite de faire rire ceux qui voient la saga... c'est à se demander comment ils travaillaient sur le plateau de tournage, je plains ce pauvre Micheal Sheen et Dakota Fanning par la même occasion, pour avoir dû incarner des méchants aussi pathétiques et idiots. Est-ce qu'il y a quand même quelque chose à sauver dans ce film : oui, 3 choses seulement ! La musique, composé par Carter Burwell est bonne comme pour le film précédent, même si les chansons repris pour le film ne m'ont pas séduits, je vais pas mentir sur ça non plus. Et si on retire les images de synthèses du bébé et de la fille de Bella qui est quand même dégueulasse à voir, les effets spéciaux ne sont pas raté quand même, c'est même bien fait en général. Et le doublage français qui est quand même très bon que ce soit dans ce film ou les autres de la saga : que ce soit la voix de Kelly Marot (Jennifer Lawrence dans la saga Hunger Games) pour le personnage de Jane, Stéphane Ronchewski (Voix française du Joker d'Heath Ledger dans le film "The Dark Knight") pour Aro, Bruno Choel (Voix française de Johnny Depp, Matthew McConaughey et Ewan McGregor) pour Carlisle Cullen, Yoann Sover (Voix française de Zac Efron et il a aussi doublé des personnages d'animé japonais) pour Jasper Cullen, Emmanuel Garijo (Voix d'Anakin Skywalker) et Donald Reignoux (Voix française de Jesse Einsenberg) pour deux des amis idiots de Bella, et plusieurs autres que je ne cites pas pour cette fois, on a tellement de bon comédien qui ont prêté leur voix aux personnages d'une des plus mauvaises saga de l'histoire, si ce n'est la plus mauvaises. C'est d'un tel gâchis et d'une telle absurdité de prendre de si bon comédien de doublage pour un saga qui ne mérite pas le succès qu'on lui a attribué. Je plains aussi tout les acteurs, les bons acteurs des personnages de second plan qui ont du jouer dans ces films, les pauvres... sauf Stewart et Pattinson : ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE TOUT LES DEUX ! Pour finir, je terminerais sur les 2 pires défauts de toute la saga : Bella Swan Cullen qui a absolument TOUT CE QU'ELLE DÉSIRE SANS AUCUN SACRIFICE AINSI QUE LA PIRE ROMANCE QUE J'AIS PU VOIR ! Pour être plus explicatif, elle n'a pas d'évolution pendant les 5 films qui défilent, pendant les 5 long-métrages elles est confronté à des décisions compliqué y compris dans le dernier film et avec cette soi-disant romance avec Edward. Bella à la personnalité la plus vide qui soit, parce qu'on n'apprend pas grand-chose d'elle et de son passé, de ses goûts dans la vie en dehors du fait qu'Edward la fascine parce que c'est un vampire (MON CUL, COMME LE DIRAIT LE SERGENT HEARTMAN DE "FULL METAL JACKET") et qu'il va lui donner l'immortalité tôt ou tard alors qu'elle aurait pu accepter l'idée de vieillir seule avec Edward pour mûrir un minimum. On n'apprend rien sur son passé, et elle n'est pas fichu de prendre des décisions face à des dilemmes parce que, d'une façon ou une autre elle trouve toujours une solution pour sortir grande gagnante à chaque fois : prenons des exemples pour démontrer ou je veux en venir, dans le dernier film Bella doit prendre un terrible dilemme entre continuer à voir son père malgré le fait que ce soit un vampire désormais ou ne plus jamais le revoir, et bien comme elle fait sa boudeuse et qu'une ride menace de détruire son monde parfait (CONNASSE VA !), Jacob décide de révéler sa vraie nature à Charlie, ce dernier ira ensuite voir sa fille pour avoir une discussion, et ils peuvent continuer à se voir, voilà pas de sacrifice, une solution ridicule à ce problème. Autre exemple avec Renesmée qui a une croissance accélérée, on peut penser qu'elle va certainement mourir très vite à cause de cela puisqu'elle est né du sang d'une humaine, ben non elle est mi-humaine mi-immortelle et en plus de cela le twist à la con à la fin du film fait d'elle une immortelle pour régler ce problème. Ou encore, Bella découvre qu'on lui a laissé des billets pour Jacob et Renesmée afin qu'elle soit sauvé ce qui veut dire qu'elle ne reverra plus jamais sa fille, mais comme la bataille n'a pas lieu, elle n'est pas séparé de sa fille. Bella est un personnage égocentrique, dépendante des hommes, possessive, suicidaire, sans-gêne, manipulatrice et encore plus vide que le néant absolu dans le même temps, elle profite de son entourage pour avoir le bonheur et même plus encore sans avoir à sacrifier quoique ce soit, elle n'a aucune évolution que ce soit physique ou intérieur, par conséquent on pourrait facilement la classer dans un top des pires personnages féminins jamais crées dans toutes l'histoires des romanes et du cinéma. Et en ce qui concerne la romance, mesdemoiselles et chères Twilettes, je vous donne un conseil : regardez "Moulin Rouge", regardez des Disney comme "La belle et la bête", "La petite sirène", Raiponce" et même "La Reine des Neiges", regardez "Titanic", regardez "N'oublie Jamais", ou encore "Eternal Sunshine of the spotless mind", ça ce sont des bons films de romance avec des vrais histoire d'amour un minimum travaillé et réussi. Visionnez même des films ou la romance n'est pas le centre du film comme "Ame et Yuki les enfants loups", "Jackie Brown" ou encore "Forest Gump", et là vous verrez ce que c'est que la romance d'une manière ou d'une autre. Je ne suis peut être pas amoureux mais j'en connais quand même un minimum sur les histoires d'amour et le romantisme, les principes fondamentaux d'une vraie romance entre deux personnes est tout d'abord que chacun des deux personnes s'intéressent à l'autre, lui demande quels sont ses goûts et ce qui l'intéressent. Ensuite, quand on aime quelqu'un du plus profond de son être, cela signifie être prêt à faire des actes inimaginable pour gagner son coeur voire des sacrifices incroyables, dans "L'effet papillon" de Eric Bress et Gruber, Evan ira jusqu'à utiliser son pouvoir de voyager dans le temps pour sauver la fille qu'il aime afin de lui éviter une série de drame censé s'abattre sur elle, je ne vous cite pas tout les détails mais voyez ce film, il est super. Autre exemple, dans Django Unchained de Tarantino, Django un ancien esclave noir sauvé par un allemand chasseur de primer ira jusqu'à devenir chasseur de prime, renoncer à son innocence et à faire un carnage dans la plantation du négrier Calvin Candie rien que pour sauver sa femme BroomHilda, il se fera même passer pour un négrier noir et à jouer les salauds afin d'extirper sa femme des mains du négrier Calvin Candie, ça c'est des vrai actes d'amour. Dernière exemple sinon je vais m'éterniser, parlons du film Disney "Le Roi Lion", pourquoi Simba aime Nala ? Parce que, ils sont amis d'enfance donc on en connait déjà beaucoup sur eux et ils ont une personnalité propre vraiment bien écrite, et aussi parce que contrairement à Bella et Edward, ils savent montrer des émotions et leur amour l'un envers l'autres en étant heureux de se retrouver et la chanson "L'amour brille sous les étoiles" démontrent parfaitement leur relation parce qu'ils n'y a pas de dialogue entre eux pour montrer leur émotion, juste une chanson et des scènes touchantes entre eux deux sans qu'ils ne se disent quoique ce soit pour éprouver leurs sentiments. Même "Le Roi Lion" est plus intelligent et il a plus de profondeur que la saga, alors que c'est un film tout public surtout pour enfant. Alors que dans Twilight, les ingrédients de bases ne sont mêmes pas utilisés pour la romance entre Edward et Bella, ils ne s'intéressent pas aux goûts de l'autre, Edward est obligé de lui montrer ce qu'il aime pour pouvoir se faire connaître un peu mieux. Et bien sur, qui dit romance dit bien sur drame et coups durs parce que ça fait partie de la vie d'un couple, et c'est totalement absent dans cette saga, et ce concept est tourné en ridicule dans le second film avec Bella qui tente de se suicider rien que pour voir Edward, et Edward prêt à se donner la mort en croyant Bella morte, ça c'est pas de l'amour mais de l'obsession et puis l'amour n'est pas censé rendre triste, après une séparation on est censé continuer à vivre parce que ça fait partie de notre existence les coeurs brisés, ça nous arrive tous au moins une fois, mais là non un coeur brisé vaut apparemment un suicide dans cette série de films vraiment NULLISSIME. Voilà, pour terminer ma critique la plus longue jusqu'à présent : je considère que Twilight ne mérite pas du tout le succès qu'on lui attribue, merci les pisseuses. Le peu de qualité et de dignité est rapidement détruit par toutes les conneries de la saga et le couple le plus absurdes que l'on a pu voir, à cause de deux acteurs A CHIER DES CACAHUÈTES, et ce pauvre Jacob qui devient répugnant dans le dernier chapitre de la saga alors qu'il aurait mérité une romance avant cela. La bande-annonce se fout de la gueule du monde, en nous vendant enfin de bonnes scènes d'actions avant qu'on ne se fasse avoir comme des couillons en payant une place de cinéma ou le DVD pour une scène qui n'aura même pas lieu et des personnages totalement inutiles, ce qui fait de ce film une des plus grosses arnaques que j'ais pu voir durant toute ma vie, je n'exagère pas croyez moi. Quand je pense que toute une génération de bourdasses a adulé ces films, c'est tellement triste que c'est même pas possible d'en rire, sincèrement. En plus la saga n'a même pas une conclusion réelle tellement elle est raté. Je ne vois même pas comment on peut réparer tout ça, parce que si à la base ça avait du potentiel, Meyer en a fait n'importe quoi et du coup je ne sais plus du tout quoi en pensé mise à part que Twilight est une des pires histoires que j'ais pu voir, et encore j'ais surement oublié un ou deux trucs, j'aurais pu mettre 2 à ce film mais la fin est tellement insultante qu'il aurait mérité 0 si on pouvait mettre des 0 sur allociné. Après, je vais pas revenir sur les conneries en ce qui concerne les vampires qui brillent au soleil et les loups-garous dans les premiers films ce serait retourner le couteau dans la plaie. Enfin bon, au moins j'en ais finis avec cette saga de merde, plus jamais je veux revoir un truc aussi merdique, mais alors PLUS JAMAIS ! JE VEUX MÊME PAS REVOIR CE FILM !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top