Les Nouveaux chiens de garde
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • VOD, DVD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   4,2 pour 1 077 notes dont 191 critiques  | 
  • 68 critiques     36%
  • 73 critiques     38%
  • 24 critiques     13%
  • 13 critiques     7%
  • 9 critiques     5%
  • 4 critiques     2%

191 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Clémentb.

0 abonné | Lire ses 2 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Un film qui reste tristement d'actualité, et qui arrive à traiter les sujets graves avec humour, parvenant à intéresser tout le monde au sujet.

Loskof

117 abonnés | Lire ses 639 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Aussi simple que 1 1=2, mais édifiant, les nouveaux chiens de garde dissèque en profondeur les liens entre économie, politique et médias. Si le docu montre des choses que l'on sait déjà, la piqure de rappel ne fait pas de mal, et le montage ainsi que les différentes séquences l'élèvent bien au-dessus de la masse et livre un message bien plus subtil que "tous pourris". Une bonne raison de ne plus croire sur parole tous ce que l'on voit ou entend, et une très bonne façon de se rappeler que l'on a un esprit critique !


Kuss D.

5 abonnés | Lire ses 67 critiques |

   3.5 - Bien

Pamphlet salutaire sur la fausse impertinence des journalistes intimes des gens de pouvoir ainsi que sur le fonctionnement en vase clos du milieu médiatique, le documentaire de Gilles Balbastre et Yann Kergoat se veut une réactualisation de l'ouvrage indémodable de Paul Nizan en ce que les accusations portées jadis contre les philosophes sont ici réitérées à l'encontre des journalistes, ces nouveaux vecteurs parfois inconscients de la bouillie dominante. S'appuyant sur des archives audiovisuelles et sur les commentaires de penseurs non-alignés pas ou peu invités sur les plateaux, les réalisateurs de ces Nouveaux chiens de garde effectuent pèle-mêle des portraits au vitriol de journalistes influents (séquence mémorable sur le retournement de veste des anciens révolutionnaires Michel Field et Philippe Val), dénoncent des pratiques déontologiquement incorrectes en vogue chez certains journalistes et pas des moindres (les "ménages" rémunérés plusieurs milliers d'euros par des grandes multinationales), exhument les images d'archives accablantes pour les économistes de plateau télé (l'éternelle rengaine du "il faut travailler plus", le mantra de la "réforme", la fameuse "élasticité du marché" sortie par Minc à la veille de septembre 2008). Peu de figures célèbres tant audio que visuelles sont épargnées, ça fait du bien par là où ça passe, même si l'oeuvre a une certaine tendance au jetage de crotte de nez sur les costards. Il est également dommage que les auteurs ne proposent pour alternative qu'une idéologie marxisante (le passage sur les émeutes "populaires" de 2005).

LALALALALERE

3 abonnés | Lire ses 133 critiques |

   3.5 - Bien

Bon documentaire. Le problème aujourd'hui de dénoncer, c'est que ça ne change rien : les coupables courent toujours. Mais il faut défendre cette action coûte que coûte. C'est le dernier espoir. Donc ce film est utile.

Clément V.

148 abonnés | Lire ses 4 critiques |

   2 - Pas terrible

Lent ! Mal fait ! Nous n'apprenons rien de particulier. Cela doit être le 3e film / documentaire que j'arrête en cours de route

this is my movies

89 abonnés | Lire ses 1944 critiques |

   4.5 - Excellent

Un film militant qui s'attaque de front aux relations voire mêmes aux collusions entre ceux qui occupent les médias et le pouvoir en place, asservissant le peuple sous couvert de débats inexistants (puisqu'ils sont tous d'accord en vrai, chacun bouffant à la même catine) et prétendant que les années où le pouvoir choisissait les titres du journaux télé est désormais révolus. L'abondance des chaînes d'infos et de moyens d'information n'y ont rien fait en vérité car chacun raconte plus ou moins la même chose. Comme tout film engagé, on pourra lui reprocher son côté accusateur ou bien encore quelques raccourcis mais le film est également truffé de faits, de preuves, de graphiques et d'images d'archives mettant en exergue leurs propos pour un résultat saisissant qui donne envie d'éteindre sa télévision et de ne plus écouter ces élites dictatoriales qui font ce qui leurs plaisent avec notre consentement tacite. Un bon gros coup de gueule, inutile bien sûr car au fond, rien n'a vraiment changé depuis, mais qui permet de voir d'un oeil différent certains messages assénés à longueur de temps. Indispensable pour mieux comprendre notre monde médiatique. D'autres films sur

http://thisismymovies.over-blog.com/

Biggus Dickus

1 abonné | Lire ses 37 critiques |

   3.5 - Bien

Tout ce que raconte ce documentaire, on le sait déjà, mais ça ne fait pas de mal de la rappeler. D'un style dynamique et parfois drôle, il démontre en vrac à quel point les choses n'ont pas tellement changé entre l'ORTF et aujourd'hui. Climat de paranoïa maintenu par la surmédiatisation des faits-divers, escroquerie des experts économiques invités chaque soir mais également libéraux à la botte des grands groupes industriels, poudre aux yeux de la diversité médiatique car phagocytée par une poignée de groupes comme Lagardere ou Bolloré... et surtout, la connivence scandaleuse entre les médias, la finance et la politique. Tous ces gens là, de Pujadas à Attali en passant par Dassault, viennent se retrouver une fois par mois au club du Siècle pour discuter et bouffer ensemble. Tout cela est démontré brillament avec de nombreux exemples et certains passages non sans rappeler le Zapping de Canal +. Pourtant, "Les nouveaux chiens de garde" a quelques années de retard, ne prend pas du tout en compte l'info libre sur internet, ni que fort heureusement tout ce vieux système vérolé de la presse traditionnelle est en train de sa casser la gueule. Tant mieux. Il n'empêche, ce système a bien existé, et il est important qu'un documentaire nous le rappelle. Car en attendant, c'est bien le peuple, la "réserve d'indiens", qui trinque de l'autre côté du petit écran.

BURIDAN

8 abonnés | Lire ses 195 critiques |

   4.5 - Excellent

La classe dominante, dont les représentants ont usés les mêmes coûteux sièges d’école (ENA, Science-po…) ou qui, à défaut, sont nés la cuiller dans la bouche (regardez les moues prétentiardes de ce fils à papa: Arnaud Lagardère), pue son mépris pour les pauvres gens (ceux que la loi Walls est contrainte d’exclure de son champ fiscal : ceux qui gagnent moins de 1100 euros par mois, 45 % de la population adulte. Que ce soit ces médiocres barons de la bouillie médiatique assaisonnée à la sauce capitaliste (F.O.G. le permanenté en est un bon exemple), ces princes puants de la magouille boursières que sont les patrons du CAC qui bradent la force de travail des peuples pour servir leurs lamentables jeux spéculatifs (via leurs si chers paradis fiscaux…) ou ces petits marquis foireux, devins de pacotille aveugles et ridicules qui « pédantent » et empuantissent quotidiennement les plateaux TV pour convertir le bon à l’inéluctable logique du libéralisme sans contrôle ou contrainte, tous…tous... Tous ont eu le cerveau et le cul collés aux mêmes fonds baptismaux : grandes écoles (privées au besoin), églises et familles dispensant la sainte liturgie capitaliste… Même cette faux-jeton d’héritière, "Marinette", qui a teinté son discours d'un accent facsimilé « social » en pompant allègrement les termes de la gauche honnête avec l’aide de l’opportuniste baron Phillipot (passé par la TNS Sofres… Son frère Damien est directeur des études politiques à l'IFOP autre institut de fabrication de l'opinion bien connu). Mais de cela il ne sera pas question dans ce documentaire… Evidemment ! Ces serviteurs de l’ordre, ces autoproclamées élites, qui sentent le moisi de l’idée rance servie par des expressions répétées à qui mieux mieux : « libre concurrence », « coût du travail », « 35 heures qui plombent l économie », « retraités surpayés », « fonctionnaires inutiles », « secteur public trop coûteux », « trou de la sécu », « immigration dangereuse»… Idéologie xénophobe et foncièrement anti-démocratique dont les représentants se sont partagés les objectifs médiatiques pour concourir au même but : asservir et exploiter… Car leurs rengaines ont des buts bien définis : limiter l’accès aux études et à la culture à ce seul groupe élitiste (ils fréquentent les mêmes lieux -le "Siècle" par exemple, et leurs engeances sont consanguines !), refuser le libre accès aux soins et à la santé, combattre une répartition des fruits du travail égalitaire et maintenir l’ordre sécuritaire en ménageant les criminels à col blanc… Dommage que ce documentaire passe outre sur les grands et dangereux « tireurs de ficelle », tel Lacharière et son agence de notation… MAIS il ne faut pas bouder son plaisir. Régalez-vous en regardant minauder ces pantins ! C’est déjà une chance qu’il soit programmé à une heure de grande écoute ! Dans l’impatience de changer RÉELLEMENT les choses !

gil B

0 abonné | Lire sa critique |

   5 - Chef d'oeuvre

RTF, ORTF puis TF1, Antenne 2, France Régions 3 tel était le PAF jusqu'en 1984. De la fin de la seconde guerre mondiale à 1981 Les médias français ont tous été plus ou moins tenus en laisse par les pouvoirs en place. Puis arrive Canal + et l'ouverture au privé avec la démultiplication des chaines de TV et Radio. Aujourd'hui constat amer, les médias français sont passés de "la voix de son maître" ou voix de la France à la voix de leur dirigeants que sont les groupes militaro-industriels, BTP, et autres activités économiques qui au départ n'avaient rien à voir avec le monde des médias. Résultat ? le 4ème pouvoir est aux mains des acteurs économiques et/ou politiques qui dispensent une pensée unique, leur pensée uniquement. Cela ne redore pas le métier de journaliste, la France là aussi ne s'honore pas de son pluralisme. Un documentaire que chaque citoyen devrait avoir vu une fois dans sa vie pour ne plus regarder, écouter, lire les médias de la même manière. Mieux vaut une tête bien faite qu'une tête bien pleine disait Montaigne il avait raison avant l'heure.

ZOGAROK

6 abonnés | Lire ses 177 critiques |

   4 - Très bien

Pas neuf ni sur la forme, ni sur le fond, mais pourtant tout à fait providentiel. Les Nouveaux Chiens de Garde, adaptation une quinzaine d’années après sa sortie de l’essai de Serge Halimi (1997 et 2012), ausculte avec férocité et précision l’état des médias en France. Ceux qui revendiquent transparence, pluralité et indépendance s’avèrent être dans leur ensemble liés au pouvoir ; au pouvoir concret (comme l’énonce FOG), celui du capital. Les faits sont là : les journaux, les chaînes de télévision, les radios, sont détenus par de grands groupes financiers, industriels, idéologiques. A l’intérieur, une offre compassée, où s’enchaînent les informations biaisées et les consultants au service du pouvoir agissant et réel : les polémistes labellisés et autres stars du débat le phagocytent, les querelles de chiffonniers écrasent les affrontements idéologiques et la prise en compte du réel par-delà les actualités diverses ou mineures. ...)

http://zogarok.wordpress.com/2014/02/27/les-nou...

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Les Nouveaux chiens de garde Bande-annonce VF
342 614 vues
Les Nouveaux chiens de garde Teaser VF
23 421 vues
Les Nouveaux chiens de garde Teaser (2) VF
15 215 vues
4 vidéos liées à ce film
Playlists
4 vidéos
On peut aussi rire avec "50 Nuances de Grey" !
20 vidéos
Délires, insolites, dérapages : en 2014 on a vu...
15 vidéos
Best-of 2014 - Danse (et chante) avec les stars d'Hollywood
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné