Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Wrong Cops
note moyenne
3,4
1434 notes dont 189 critiques
11% (21 critiques)
31% (59 critiques)
31% (58 critiques)
13% (24 critiques)
6% (12 critiques)
8% (15 critiques)
Votre avis sur Wrong Cops ?

189 critiques spectateurs

lhomme-grenouille
lhomme-grenouille

Suivre son activité 949 abonnés Lire ses 3 062 critiques

5,0
Publiée le 27/03/2014
Dès le départ – je le sens ! – des précisions sur ma note s’imposent... Allociné assimile le « 5 étoiles » à la notion de « chef d’œuvre », de quoi en surprendre plus d’un qui se risquerait à voir ce « Wrong Cops » en espérant y trouver le nouveau « Citizen Kane » ou « 2001 ». Suis-je en train de vous dire que je mets cinq étoiles à ce film sans le considérer comme un chef d’œuvre ? Oh que non ! Bien au contraire : je vénère ce film et je le considère comme l’une des plus belles pépites que j’ai pu voir au cinéma ces dernières années. La vraie question c’est de savoir ce qu’on attend vraiment d’un film quand on parle de pareilles classifications... Moi, personnellement, j’attends ma claque. J’attends qu’on me surprenne. J’attends qu’on m’emmène là où on ne m’avait encore jamais amené. Pour moi, Quentin Dupieux avait déjà ce potentiel dans ses précédents films. Il avait son regard, son univers, sa cohérence dans l’absurdité... Manque de pot, qu’il s’agisse de « Rubber » ou de « Wrong », jamais je ne m’étais pleinement enflammé pour un de ses films car je perdais le fil en cours de route. Trop déstructuré, trop barré, l’absurde basculait trop vite dans le n’importe quoi et, malheureusement, je m’ennuyais car je ne voyais pas de parcours dans ses histoires. Là, avec « Wrong Cops », je trouve que l’ami Dupieux a enfin su trouver une alchimie qui tienne la route jusqu’à la fin. C’est tout ce que je demandais... Je demandais juste à ce mec d’être capable de me faire triper tout le long de son film dans sa remarquable démarche ; dans sa capacité à rester en permanence en équilibre entre le sens et l’absurde. Me concernant « Wrong Cops » y est parvenu. Peut-être moins barré, mais au final bien plus équilibré et surtout enfin structuré dans son délire. Pour moi, avec ce film, Quentin Dupieux est arrivé là où je n’osais plus l’espérer. Alors chef d’œuvre ? Eh bah pour moi ça ne fait aucun doute. Voilà l’œuvre d’un gars qui, depuis plusieurs films, cherche à ajuster son regard porté sur le monde afin que, nous, spectateurs, on puisse le partager et en profiter. Quel que soit le sujet, quel que soit le résultat, quelle que soit la nature de l’ambition, pour moi, la nature de l’artiste elle est dans ce type de démarche. Moi, j’adore suivre des parcours comme celui-ci. Quand ils sont bien personnels et qu’ils envoûtent justement parce qu’ils sont uniques. Alors peut-être qu’on sera plus facilement sensible à l’esprit de son « Wrong Cops » si on a déjà été sensibilisé auparavant à la trajectoire du bonhomme, mais au final moi je ne retiens que l’essentiel. Ça a fait son effet sur moi. Ça m’a fait tout ce que j’attends aujourd’hui du cinéma. Et rien que pour ça, je dis « tant pis pour les autres et tant mieux pour ma pomme ». Merci Quentin Dupieux. Je t’aime...
L'homme le plus classe du monde
L'homme le plus classe du monde

Suivre son activité 225 abonnés Lire ses 449 critiques

4,0
Publiée le 01/06/2015
Je suis une gros fan des deux précédents films de Dupieux. Wrong et surtout Rubber qui m'a mis une grosse claque cinématographique dans la face. Il me tardait de voir Wrong Cops, dont je n'avais vu que le court métrage du même nom, disponible sur internet. Ce court métrage présageait du meilleur : Un histoire absurde, Marylin Manson en adolescent (!!!) et une BO mortelle. Alors qu'en est t-il du long métrage ? Dès les premières secondes du générique, je me suis retrouvé en terrain connu. Wrong Cops reste fidèle à l’esthétique très épuré de ses précédents films, avec une présence importante d'effets bokeh, notamment grâce à l'utilisation d'un appareil photo en tant que caméra. J'y retrouve les mêmes personnages bizarres et malsains et la même bande-son électro... Pourtant quelque chose cloche. Il y a quelque chose de différent. C'est comme si Wrong Cops avait une trame scénaristique logique... Une grande première dans la filmographie de Quentin Dupieux. Ses deux précédent films et son court-métrage "nonfilm" avait plutôt tendance à renverser les codes scénaristiques classiques pour accoucher d'histoires surréalistes à grand renfort de mise en abîme. C'est en partie ce qui me plaisait chez Dupieux et j'ai été déçu de voir qu'il avait abandonné ce qui faisait son originalité. Mais n'allez surtout pas croire que "Wrong Cops" est un film banal pour autant. Dupieux a heureusement conservé son ton rigoureusement barré à travers un galerie de personnage merveilleux. Il y a celui qui vend des rats fourré à la weed, l'autre obsédé par les poitrines féminine et le mec persuadé d'être celui qui révolutionnera la musique (Eric Judor en flic moustachu, borgne et difforme !!!). Impossible d'écrire une critique de "Wrong Cops" sans en évoquer la musique. La musique composé par Dupieux lui-même (sous son pseudonyme de scène Mr Oizo) joue un rôle central dans ce film. Je ne suis vraiment pas fan de Mr Oizo. Mais placé dans le contexte du film et couplé avec la bizarrerie globale du film, elle devient étrangement audible. Des toute la filmographie de Dupieux, Wrong Cops est certainement le plus accessible (je n'ai pas encore vu "realilté"). En revanche, c'est loin d'être mon préféré.
Freakin' Geek
Freakin' Geek

Suivre son activité 152 abonnés Lire ses 854 critiques

4,5
Publiée le 21/03/2014
Réalisateur et musicien hors normes, Quentin Dupieux alias Mr Oizo arrive on ne sait trop par quel miracle à sortir régulièrement des films complètement décalés et surprenants. A chaque long métrage, on ne sait jamais à quoi s'attendre et on est rarement déçus. C'est donc en connaissance de cause que l'on fonce découvrir ce que nous réserve cette fois ci ce grand spécialiste du non-sens dans Wrong Cops. Les Wrong Cops sont certainement les pires flics que l'on ait pu voir au cinéma. Une belle brochette d'incapables qui passent leur journées à faire tout sauf leur métier. L'un deal de la marijuana qu'il refourgue dans des rats morts, un autre profite de son uniforme pour tenter d'abuser de jeunes femmes, il y a aussi celui qui aimerait devenir musicien techno, l'inspecteur qui cache un secret honteux et une fliquette qui pratique le chantage. A la base Wrong Cops est un court métrage projeté en festival avant même la sortie de son précédent film Wrong dans lequel certains de ces flics faisaient une apparition. Ce long métrage a ensuite été conçu sous la forme de sketchs pas vraiment liés les uns aux autres avant finalement que le réalisateur trouve un fil conducteur. Pas la peine donc d'aller tenter de trouver un scénario à ce film car il n'y en a pas et à vrai dire ce n'est même pas dérangeant ! On connait maintenant bien le style du réalisateur qui cultive le non-sens depuis son premier film Steak mais surtout depuis Rubber, l'histoire d'un pneu serial killer qui tombait amoureux et Wrong Cops s'inscrit totalement dans cette lignée. Il n'y a pas un seul personnage qui n'est pas un grain dans cette histoire qui enchaîne les passages totalement absurdes. Si on est pas tout le temps mort de rire, c'est en tout cas toujours le sourire au lèvres qu'on découvre une par une toutes les folies imaginées par Quentin Dupieux. Le réalisateur s'est vraiment créé son propre univers et s'amuse à glisser dans chacun de ses films des clins d’œil à ses précédents longs métrages à la destination des fans de la première heure. Si certains sont flagrants, il y en a tellement qu'on ne doit même pas pouvoir tous les identifier. Il y a aussi les fans du compositeur Mr Oizo, ravis de découvrir ses nouvelles compositions à chaque film, ici c'est un best of de toute sa carrière que le réalisateur a glissé dans ce nouveau film dans lequel la musique tient une part très importante. On découvre dans Wrong Cops des talents totalement inexploités, acteur principal de ce long métrage Mark Burnham est certaiment le pire de tous ces Wrong Cops totalement crade et aussi idiot que ses collègues Eric Wareheim, Steve Little et Arden Myrin, tous déjà présent dans Wrong et qu'on espère voir rapidement ailleurs. Eric Judor revient pour la troisième fois devant la caméra de Quentin Dupieux pour camper encore un personnage déjanté de flic borgne et difforme qui tente de percer dans la techno et Marilyn Manson est méconnaissable en adolescent maltraité par un des flics. D'autres acteurs vu dans les autres films font de petits caméos, à vous de les trouver ! Film à tout petit budget, Wrong Cops montre qu'il n'y a vraiment pas besoin de claquer une fortune pour réaliser un bon film. Une leçon que beaucoup de pseudos réalisateur devrait méditer avant d'éviter le gaspillage. Le seul petit reproche que l'on pourrait faire au film vient des limitations techniques de la caméra de Quentin Dupieux qui souffre parfois de problèmes de mise au point et rend certains plans vraiment moche et flous mais ceci est vraiment accessoire. De toutes les très nombreuses comédies françaises sortie depuis le début de cette année, aucune n'a le grain de folie de ce Wrong Cops. Heureusement qu'il y a encore chez nous des producteurs assez testiculés pour oser de tels paris qui font un bien fou. L'originalité est tellement rare qu'il faut encourager ce genre de films en vous rendant très nombreux et très vite découvrir ce long métrage.
ChroniqueMécanique
ChroniqueMécanique

Suivre son activité 247 abonnés Lire ses 214 critiques

2,0
Publiée le 03/02/2014
Un flic qui deale de l'herbe dissimulée dans des rats morts et qui terrorise tout ceux qui croisent son chemin ; un autre, obsédé sexuel notoire, qui harcèle les civiles ; une fliquette un peu pétasse davantage attiré par l'argent que par ses enquêtes ; un officier qui se rêve future star de la musique électro ; un autre qui doit se débarrasser d'un cadavre pas tout à fait mort pour rembourser des dettes liées à la drogue... Voilà de quoi est peuplé le commissariat de Los Angeles sur lequel Dupieux focalise son récit : des agents de police malsains, obscènes et complètement barges ! Si vous avez demandé la police, merci de raccrocher de toute urgence !!! Chacun d'entre eux se livre à quelques savoureux petits numéros, Mark Burnham et Eric Wareheim en tête, sans oublier l'apparition plutôt réussie de Marilyn Manson en ado attardé et introverti ; mais ils révèlent en même temps le gros problème de "Wrong Cops" : au départ pensé comme un film à sketchs composé de plusieurs segments mettant en scène chacun de ces protagonistes, le film n'est au fond qu'une succession de saynètes un peu vaines propices à mettre en avant les délires et pérégrinations de chacun. Alors oui, on rit souvent devant ces situations loufoques et ces dialogues délirants, mais c'est tout. L'ensemble est bien trop sérial, bien trop décousu, et manque cruellement de relief, de profondeur. Là où "Steak" mettait en exergue l'hégémonie de l'apparence, où "Rubber" s'imposait comme une satire du cinéma grand public et de ses spectateurs prêt à se nourrir de n'importe quoi, et où "Wrong" traitait avec brio d'une crise existentielle, "Wrong Cops" n'a absolument aucun double-discours, aucune critique, et tire souvent à blanc. On retrouve ici une œuvre au visuel numérique et à la photographie au ton clinique bercée par le soleil aveuglant de Los Angeles. On retrouve aussi un univers fou et décalé peuplé de personnages tordus et étranges. Et l'on retrouve aussi la musique électro chère au réalisateur. A propos de cette-dernière, à noter qu'elle n'avait jamais été autant mise en avant dans ses précédents films. Là, elle est vraiment centrale à l'intrigue et aux personnages, puisque plusieurs d'entre eux sont des mélomanes qui aiment mettre le volume très fort en toutes circonstances. Ce point ravira encore plus les amateurs de ce touche-à-tout (on les comprend), et fera grincer les autres des dents comme les voitures de flic crissent des pneus (tant pis pour eux). Autre point où Dupieux ne convainc pas : la mise en scène. Celle-ci est très sommaire, l'imagerie fait très amateur, les cadres sont bâclés... C'est proche d'un soap-opera à l'américaine tourné à la va-vite sans budget et dans des décors factices. Alors qu'il nous avait habitué à mieux, beaucoup mieux même, Dupieux déçoit franchement avec cet opus pourtant moins abstrait et plus accessible que les autres. Il y a toujours ce petit grain de folie, cette petite étincelle d'idiotie, quelques moments très réussis, on ne s'ennuie pas mais on ne peut s'empêcher de penser que "Wrong Cops" aurait peut-être été bien meilleur si il avait été présenté dans sa forme originale de film à sketchs, au lieu d'une demi-mesure qui n'emporte pas l'adhésion. Peut-être sonne t-il le moment de ralentir pour l'officier Dupieux au lieu de tourner trop vite et de bâcler les choses, avant d’entendre retentir la sirène d'alarme et de devoir se garer sur le bas-côté... Retrouvez toutes mes critiques, avis et analyses sur ma page Facebook ou mon blog, Chronique Mécanique. Merci !
selenie
selenie

Suivre son activité 405 abonnés Lire ses 4 711 critiques

4,0
Publiée le 20/03/2014
"Steak" (2006), "Rubber" 2010), "Wrong" (2012), autant de films aussi barges les uns que les autres mais qui, avec ce dernier film (et en attendant "réalité" prochainement), finissent petit à petit par créer un ensemble cohérent, personnel et original. Un réel sang neuf dans le monde du cinéma. Quentin Dupieux retrouve son équipe de fidèle (Mark Burnham, Eric Judor, Steve Little, Arden Myrin...) dont certains reprennent leur personnage pour une nouveau film aussi déjanté que les autres. Dupieux est également scénariste et monteur de tous ses films et le montage a été d'une importance capitale puisque cette fois-ci cette histoire n'a pas été pensé comme un long métrage au départ (six courts retravaillés ensuite). Le début est en cela un peu bancal, le style du cinéaste y est mais ça sent la succession de sketchs avant que petit à petit l'ensemble s'imbrique tel un puzzle abstrait mais compréhensible (à défaut d'être rationnel !). Dans un surréalisme absurde des flics cons et dégénérés font leur vie et s'imposent comme s'ils étaient seuls au monde. En prime nu clin d'oeil télévisuel (le film regardé par mère et fille) et un Marylin Manson en ado boutonneux. Hors catégorie le réalisateur signe une nouvelle oeuvre libertaire et dingue auquel il manque juste une maitrise plus globale (comme pour "Rubber" et "Wrong"). En tous cas une échappatoire idéale contre les films formatés du moment.
Julien D
Julien D

Suivre son activité 343 abonnés Lire ses 3 454 critiques

3,0
Publiée le 19/03/2014
Avant de se lancer dans la nouvelle folie cinématographique de Quentin Dupieux, il est important de savoir que son projet était initialement de réaliser plusieurs court-métrages tournant autour de son univers nonsensique (avec pour leitmotiv des agents de la police de Los Angeles) mais aussi de ses musiques, et ce dans un but ouvertement publicitaire à l’approche de la sortie de son nouvel album sous le nom de Mr Oizo. Au vu du succès de ces sketchs, il a décidé de les assembler pour en faire ce long-métrage qui va ainsi se révéler à la fois aussi absurde et plus cohérent que ses précédents. Retrouvant plusieurs acteurs qu’il avait déjà dirigé (Éric Judor, Mark Burnham, Steve Little…) mais aussi des artistes ayant, eux, participé à la composition musicale (dont principalement Marylin Manson), Dupieux a donc amalgamé sept morceaux de scénario pensés pour être présentés individuellement, ce qui lui permet de proposer des sous-intrigues qui se retrouvent tout au long des 80 minutes (chose qu’il arrivait difficilement à faire à partir d’un scénario plus linéaire dont il a toujours à faire s’éparpiller les histoires) mais créé un rythme bâtard, le développement de chaque personnage n’étant pas aussi drôle ou aussi farfelu les uns que autres. En ressort évidemment une comédie purement absurde, dans laquelle le réalisateur, disant s’inspirer d’un mode d’écriture dadaïste, va plus loin dans le domaine du subversif, de par sa représentation peu flatteuse de la police, et dans l’usage de la musique qui prend du fait une place si omniprésente, tant sur le plan diégétique que non-diégétique, que l’on peut au final se demander si ce pas elle qui est à l’origine de la névrose de ses personnages.
landofshit0
landofshit0

Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 1 743 critiques

2,5
Publiée le 19/03/2014
Dupieux dit écrire en phase de semi sommeil,wrong cops s'en ressent encore plus que wrong vue qu'il ne véhicule rien. C'est parfois décalé,et l'humour fonctionne de temps à autre,mais il y a un manque flagrant de maitrise dans ce film. Avec rubber Dupieux avait dépassé certaines limites,on ne pouvait espérer alors qu'une progression de son cinéma,hors depuis cet excellent film l'inverse s'est produit, le cinéma de Dupieux ne fait que régresser. Wrong cops possède quelques fulgurances(le personnage de Marilyn Manson et celui d'Eric Judor),mais le vide narratif qui habite le film est bien plus fort que l'absurdité de son auteur.
gimliamideselfes
gimliamideselfes

Suivre son activité 874 abonnés Lire ses 3 692 critiques

3,5
Publiée le 06/03/2014
Je ne connais Dupieux que de nom mais la bande annonce qui tourne en boucle dans le cinéma m'a donné envie de voir son dernier film, je n'avais pas d'attentes particulières si ce n'est un truc complètement loufoque et décalé. Et je n'ai pas été déçu. Je ne peux pas comparer au reste de sa filmographie, mais on a tout de même un sacré un film qui ne possède pas une once d'intelligence, jamais une seule réflexion logique, pas une seule scène qui a un sens, c'est n'importe quoi tout le temps et ça fait souvent mouche, mais pas tout le temps. Si j'ai bien compris Dupieux a fait 7 parties plus ou moins indépendantes dans son film après avoir tourné la première avec Manson et a mélangé le tout voyant que ça n'allait pas. Je pense que le problème du film est là, c'est qu'il y a un problème de rythme et que toutes les scènes ne sont pas aussi connes les unes que les autres du coup ça fait un peu les montagnes russes. Lorsque l'on un film aussi absurde devant les yeux et qu'un gag ne prend pas on se retrouve vite à subir une scène assez gênante et lorsqu'elle prend à s'amuser comme un petit fou. Bon heureusement il y a plus de scènes que j'ai apprécié parce qu'il y a des vrais idées de n'importe quoi. Le type qui dans la scène d'intro deale de ma la marie-jeanne dans un rat, rien que ça ça pose un univers complètement fou. Les personnages sont tous assez réussis (sauf celui d'Eric Judor, j'ai pas accroché du tout, peut-être trop extrême dans le look et pas assez dans la personnalité), mention spéciale pour le flic barbu obsédé sexuel. Le film n'est ni trop long, ni trop court, une heure vingt c'est parfait pour ce genre de délire, ça laissera sans doute des gens sur le carreau, tant pis, tant mieux, c'est selon, mais je me suis vraiment amusé et je me suis amusé parce que ça va au bout de sa connerie et il y a une scène qui m'a fait hurler de rire tant elle est gratuite, une handicapée fait remarquer à un mec qui normalement les gens éteignent la musique lorsqu'ils ne sont pas leur voiture, la réponse du gars est juste mythique. Bref c'est très con, mais c'est surtout très bien fait. Il y a de l'idée.
Truman.
Truman.

Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 1 350 critiques

4,0
Publiée le 15/01/2014
Quentin Dupieux revient a la charge avec sa dose de délire foudroyant et décalé, ici moins de profondeur et de subtilité que son précédent film "Wrong", pas vraiment de scénario si ce n'est une succession d’événements tournant avec des flics . Mais pourtant ce Wrong Cops est a mes yeux son meilleur film, là ou Wrong devenait rapidement long et un poil lourd ce n'est pas le cas ici . Mieux rythmé et mieux géré sur la durée . On sent bien que le réalisateur épuise ses idées vers la fin mais heureusement il a eu l'ingéniosité de ne pas rallonger a tord et a travers ce qui évite un coté "lourd" . Ça ne raconte pas grand chose, un flic qui vend de la drogue, drogue qui est insérée dans des rats morts, un flic qui subit du chantage car il a posé pour un magazine porno gay et un flic qui joue de la musique electro que personne n'aime . La musique c'est du Mr Oizo ( nom de scène du réalisateur ), et la musique en jette, elle en jette un max, c'est excellent et cette musique colle a merveille . De la musique unique pour un film unique ou tout le style barré et décalé de Dupieux y est dans de l'humour trash, absurde mais surtout hilarant . Une grosse folie ou l'on retrouve Marilyn Manson en ado qui subit un "traumatisme", ou encore l'acteur favori de Dupieux, Eric Judor en flic borgne avec son accent so frenchy . Wrong Cops c'est des flics qu'il ne vaut mieux pas croiser sous peine de recevoir une balle ou mesdames de devoir montrer vos seins . Dupieux en forme et déjanté plus que jamais mais qui n'use pas l'absurde au point de le tuer . Une pépite unique hilarante et complétement folle .
AM11
AM11

Suivre son activité 279 abonnés Lire ses 4 755 critiques

2,5
Publiée le 25/03/2014
On commence à être habitué au travail de Dupieux avec maintenant plusieurs OFNI à son actif. Wrong cops est un film avec des personnages complètement décalés on assiste à une succession de scènes plus absurdes les unes que les autres un peu à la manière d'un film à sketch. Ce film est un vrai délire mais qui ne m'a pas vraiment convaincu je me suis même un peu ennuyé malgré ça il y a quand même des bons moments assez drôles et j'ai bien aimé le personnage d'Eric Judor et de Marilyn Manson même si celui ci est très peu présent.
Vilouictor H.
Vilouictor H.

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 3 critiques

4,0
Publiée le 23/03/2014
Le nouveau trip filmique de Quentin Dupieux nous entraîne dans les magouilles et déboires d'une bande de flics plus allumés les uns que les autres. Pas de bons sentiments ici, ni d’héroïsme. Mais une succession de scènes-sketchs ou se mêlent l'étrange et la comédie, l'idiotie et la méchanceté. Au menu des personnages : Eric Judor en musicien incompris et difforme, Marylin Manson en ado timide et abusé ou encore le génial Mark Burnham en flic pourri et dealer de rats... "WRITE A BOOK ABOUT WHAAAT ?!?!"
tony-76
tony-76

Suivre son activité 618 abonnés Lire ses 1 397 critiques

2,0
Publiée le 25/07/2014
Wrong Cops, réalisé par Quentin Dupieux, celui-ci vise beaucoup sur le thème de l'absurde. Avec cette production décalée, j'ai trouvé qu'il manquait une certaine atmosphère dans cette oeuvre. Quand je parle d'atmosphère c'est à dire la logique dans lequel les scènes s’enchaînent. Ici, tout sonne malheureusement artificiel et à la fois creux. Il s'agit d'une série de sketchs. Et sont plus ou moins réussis, une fois l'un terminé, on passe à l'autre et on oublie le précédent. On ne trouve aucune évolution, ni de construction comme les personnages. Pourtant, un casting plutôt bien choisi. Avec, Mark Burnham assez bon dans sa tache, Eric Judor a un rôle bien à lui, toujours aussi drôle. Judor m'a permis de tenir à finir ce film. Steve Little que je ne connaissais pas, passable. Il y a trop de protagonistes et leur intérêt à figurer dans l'intrigue est très variable. La bande son joue sur de l'électro, original pour autant mais vite agaçant. Humour gras, vulgaire. Bref, Wrong Cops s'adresse aux fans de l'humour et de son univers bien loufoque du réalisateur, soit on apprécie ou on déteste. Pour ma part, je me suis ennuyé. Très inégal.
MC4815162342
MC4815162342

Suivre son activité 236 abonnés Lire ses 1 487 critiques

5,0
Publiée le 20/01/2014
AHLALALALALALLA, Steak, Rubber, Wrong, que des titres complètement barrés alors pourquoi changer les bonnes habitudes ? WRONG COPS, Dupieux par feignantise (ceci n'est pas un reproche car c'est véridique, il l'a dit dans une interview) nous offre un titre peu inventif au vu se son précédent ovni, mais cela n'est vraiment pas important, de plus Wrong Cops pourrait être désigné comme un spin off de Wrong car c'est la même ville, le même univers et surtout grâce à un clin d’œil qui nous montre... (je conseille franchement à ceux qui n'ont pas encore vu Wrong Cops d’éviter mon spoil car cela pourrait gâcher la surprise)... la présence de spoiler: Dolph Springer (Jack Plotnick) et de son chien Paul, les personnages principaux de Wrong. Bref Wrong Cops spin off ou pas est évidement un univers à part, qui ne ressemble à aucun autre, Dupieux s'en assure, c'est un maître dans ce domaine, créer des univers insolites et illogiques c'est son dada apparemment et c'est un très souhaite hobby je trouve car j'adore, je suis fou de ses univers parfaitement décalé, Wrong m'avais mis une claque mais Quentin en veux plus et bien BAM il m'en a foutu une deuxième avec Wrong Cops, moins puissante que Wrong mais qui fait tout de même bien mal. Dans celui ci on oubli le spirituelle, la psychologie, la poésie, les pouvoirs mentaux et autres, on laisse la place au gras, au lourd, aux ripoux, à la musique de sauvage, le sexe, la vulgarité, la corruption, le meurtre, le crade et j'en passe. En gros on passe d'un fabuleux film envoûtant à un foutu condensé de pourri, et ça fait du bien de regarder un film foutrement dégueu et absurde au possible avec un casting absolument magistral en plus: Mark Burnham en flic au goûts musicaux qui font peur et qui vent de la drogue dans des rats, Eric Judor avec une énorme bosse et un bandeau sur l’œil, Steve Little complètement barré qui creuse beaucoup, Marilyn Manson avec une casquette très bizarre, Arden Myrin en mère pas très modèle, Eric Wareheim obsédé sexuel, Daniel Quinn increvable, Ray Wise qui préfère saluer vers le ciel, Don Stark avec un chihuahua, Steve Howey en prostitué, Eric Roberts avec un look très hippie et j'en passe. Un foutu casting royal non ? Passons à la bande son qui est incontestablement un des points les plus important du film, Mr Oizo se remet au platine pour nous livrer du pur son, qui nous fait bouger et vibrer, enfin c'est plus du mouvement de tête que de la danse mais c'est bon quand même, franchement y'a pas à dire l'electro c'est bon quand c'est bien fait et Oizo est surement le meilleur dans le domaine donc une BO irréprochable. Ensuite niveau décors ça claque vu que c'est la cité des anges, donc bon là dessus pas grand chose à dire si ce n'est que woaw ! La réalisation de Dupieux est simple (lui même dans la même interview cité plus haut l'a dit, il est très feignant sur les plans), moi je trouve pas du tout que Wrong Cops tout comme ses autres films bénéficie d'une réal feignante. Le scénario lui est putain d'original, même si on est face à du flics ripoux qui se pique du pognon, la vente de drogue, de la corruption et tout le bazar c'est tourné tellement de façon absurde et barré que c'est impossible d'avoir déjà vu ça ailleurs. En bref toute cette critique pour dire que Quentin Dupieux est un foutu génie, vous trouverez peut être que j'utilise le mot génie à tout va mais je m'en fous, Dupieux est un génie purement et simplement. "Ok, It's not a movie"
7eme critique
7eme critique

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 2 774 critiques

1,5
Publiée le 05/02/2014
Original, décalé, voire chtarbé, Quentin Dupieux continue son délire qui lui est propre. Encore une fois, le style du metteur en scène est bien présent, mais la lourdeur également... Des situations improbables, de l'absurde à la chaîne, "Wrong cops" ne trouvera pas le léger charme de son précédent long-métrage "Wrong". On suit une non-histoire qui s'apparente à un clip d'1h20 avec des flics détraqués se penchant sur des situations loufoques, tout en nous bombardant de musiques électroniques écœurantes. Que ce soit le cinéaste Quentin Dupieux ou le "compositeur" Mr Oizo, je cède ma place. Malgré l'originalité et la patte unique de ce réalisateur, le format "long-métrage" reste inadapté et ennuyant, empêchant le spectateur de se fondre dans une quelconque histoire.
Blog Be French
Blog Be French

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 263 critiques

3,0
Publiée le 19/03/2014
Wrong Cops est à l'image de notre société : complexe, assez sale, et parfois drôle à ses dépens. Si les idées sont en places, le contenu de chacune manque toujours un peu de solidité pour faire de ce film celui qui confirmerait tout le talent de son créateur. La narration est sans doute le point faible de ce film car elle lui donne l'impression de ne rien raconter. Après 3 réalisations audacieuses et réussies dans leur ensemble, Quentin Dupieux déçoit un peu, cassant ainsi la spirale créative dans laquelle ce dernier avait réussi à s'inscrire. Ce n'est pas un échec, mais quand même un léger coup-d'arrêt sur lequel il faudra rebondir... Retrouvez l'intégralité de cette critique sur le blog Be French !
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top