Mon AlloCiné
    Les Invisibles
    note moyenne
    4,1
    3052 notes dont 395 critiques
    27% (106 critiques)
    42% (165 critiques)
    18% (70 critiques)
    10% (39 critiques)
    2% (9 critiques)
    2% (6 critiques)
    Votre avis sur Les Invisibles ?

    395 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2410 abonnés Lire ses 645 critiques

    4,5
    Publiée le 19 janvier 2019
    « Les Invisibles », ne serait-ce que par ce qu’il met en scène, par ce qu’il nous démontre, est déjà un film essentiel et nécessaire ! Mais si on pense à toutes ces femmes qui jouent leur propre rôle, dans la vie comme dans cette réalisation de Louis-Julien Petit, on ne peut qu’être séduit par la franche sincérité de la démarche juste et courageuse de ce cinéaste décidément bien inspiré, surtout dans cette époque de contestation plus que justifiée ! On découvre ainsi de sublimes portraits, toujours forcément vrais, désespérés, mais aussi cocasses et d’une grande lucidité, avec comme ultime ressource une énergie cachée et insoupçonnée... Si quelquefois ces témoignages font sourire (jaune !) par une certaine autodérision, la comédie attendue, laisse plus souvent place au drame évidemment, en faisant apparaître une souffrance et une détresse immenses, totalement dévastatrices, ce dont personne n’est jamais à l’abri de connaître ! Une « comédie » qui ici ne triche pas, enfin montrée sans détour, sans concession, sans faux-semblants d’aucune sorte ! C’est souvent bouleversant, joué avec une infinie pudeur et beaucoup de délicatesse, dont de très beaux moments intenses et poignants, nous délivrent une très grande émotion qui nous atteint là où on ne s’y attend pas ! A travers la vie de ces femmes mises au rebut de la société, la démonstration de Louis-Julien Petit, est plus que claire et limpide, on va ici droit au but... Si l’on comprend toutes les difficultés de ces travailleurs sociaux, on comprend aussi très bien les limites de leur mission, ou tout au moins l’aspect compliqué de savoir où et quand s’arrêter, tout en respectant l’autre dans ses propres volontés ! À ce titre, on est également surpris de la fougue et de l’investissement de ces actrices dans leur composition de personnages complexes, à commencer par Audrey Lamy, mais aussi Corinne Masiero, ou encore Noémie Lvovsky. Toutes les trois, avec une approche bien spécifique liée à leur caractère et à leur propre vécu dans cette histoire, correspondent très justement à des profils différents, qu’elles soient aidantes ou éducatrices, bénévoles ou professionnelles... Toute la problématique de l’hébergement, de la précarité de ces installations (si elles existent !), des combines à trouver pour le sort de chacune de ces femmes, est franchement incroyablement mise en évidence, en dénonçant ainsi plus d’un réel dysfonctionnement de nos institutions ! Tout comme l’est aussi le merveilleux travail de l’estime de soi, qui passe par le fait de mutualiser les compétences de chacune ainsi que par la mise en valeur de ses propres atouts intellectuels et... physiques, évidemment ! Quelle sensibilité, quelle féminité, que d’images touchantes qui nous remuent au plus profond, alors que l’on voit comme par magie une transformation profonde s’opérer, telle une véritable renaissance pleine d’espoir ! Et si on prend en compte tous les moments de découragement et de doute, dont Audrey Lamy en livre d’ailleurs un remarquable exemple dans une scène à faire frémir, on est comblé ! Du cinéma qui n’est justement pas du cinéma, celui qui abandonne les dorures et les paillettes pour entrer de plein fouet avec une dure et vraie réalité, et donc un superbe et vibrant hommage à ces « invisibles » de notre société qui préfère se tourner vers le profit. Et par là même un hommage également à toutes celles et ceux qui les accompagnent dans l’ombre, en faisant un travail remarquable, dénué de tout intérêt vil, égoïste et lucratif ! Franchement bravo pour ce film social important et encore trop rare, un véritable cri d’alarme indispensable, que bon nombre devraient voir pour se rendre compte de ce que certain(e)s oublié(e)s endurent, pendant que d’autres n’en ont jamais assez et en veulent toujours plus ! De quoi se battre vraiment, encore et encore, pour changer enfin ce monde inhumain, hypocrite et injuste...
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 20 critiques

    3,5
    Publiée le 16 mai 2019
    Une réalisation pas du tout drôle mais très sociale, coécrite et mise en scène par Louis-Julien Petit. Les dialogues sont justes et sa mise en scène efficace. Son scénario nous propose une comédie basée sur la solidarité ; une vision sans compromis de SDF, de gens de la rue, de personnes en précarité dans un centre d'accueil de jour, de femmes qui font "comme elles peuvent". Louis-Julien Petit nous distille des scènes difficiles, poignantes et criantes de vérité, mais aussi de belles pointes d'humour avec les "ateliers de travail". Il nous montre également la dévotion et l'implication des travailleurs sociaux. Cette comédie dramatique nous offres de jolies histoires, peuplées de personnages attachants, et des rôles annexes parfaitement tenus par des acteurs non professionnels, bien entourés par les excellentes Corinne Masiero et Audrey Lamy. Après "Discount" (2015) et "Carole Matthieu" (2016) un troisième bon film de Louis-Julien Petit.
    Bilileroy52
    Bilileroy52

    Suivre son activité 2 abonnés

    4,0
    Publiée le 20 novembre 2018
    Très beau film plutôt documentaire Tres reel et tourne sans artifice avec des actrices choisies sur le terrain. Elles sont tres naturelles et extraordinaires À voir
    Aleonardi
    Aleonardi

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 7 octobre 2018
    Un film utile sur un groupe de femmes qui ont la rage de vivre. Des femmes qui n'ont même plus d'identité, des femmes blessées que la vie n'a pas épargnées. On rit et on pleure. Le sujet est traité avec sensibilité. Une belle réussite pour un jeune auteur. Alexandra Lamy se révèle, elle est remarquable et tellement convaincante. Chantal, alias Lady Di est une révélation. «C'est la plus moche qui a trouvé un mec» me fait encore rire. Bref, faire rire à partir d'un sujet aussi grave, cela tient du miracle. Rire, c'est redonner du sens, c'est vivre.
    Fanatoile
    Fanatoile

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 33 critiques

    4,0
    Publiée le 29 août 2018
    Très beau film sur le quotidien et les galères d'un foyer de femmes SDF. Le casting comprend des actrices professionnelles et des "vraies" SDF en cours de réinsertion qui crèvent l'écran, notamment Catherine. Ce n'est pas larmoyant du tout et bizarement, mais tant mieux, on sort de la séance avec la pêche en constatant de lévouement des équipes sociales et la volonté de ces femmes SDF au sujet desquelles Louis Julien Petit, le réalisateur nous a répété que personne n'est à l'abri de ce statut.
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 339 abonnés Lire ses 2 113 critiques

    4,5
    Publiée le 15 janvier 2019
    Troisième film de Louis-Julien Petit après le réussi et prometteur Discount et le ratage Carole Matthieu. Je n'avais entendu que du bien de celui-ci mais sans en avoir vu ni bande-annonce ni promotion. Je m'attendais à beaucoup de pathos. Contre toute attente, il n'y en a pas (ou si peu). Certes, on pourra remarquer les relatives faiblesses de la mise en scène ou les quelques temps morts dans le scénario. Mais tout cela est balayé par un sujet fort et terrible. On ressent et comprend parfaitement la force de caractère et l'abnégation des travailleuses sociales et/ou des femmes de la rue, tout autant que leur désarroi et leur impuissance. Il n'y a par ailleurs aucun jugement, aucun mépris, et on ne cherche pas à nous faire la morale ou nous faire culpabiliser. La distribution est épatante, savant mélange de comédiennes pros et non-professionnelles. On retrouve avec plaisir l'excellente Corine Masiero ou Sarah Suco, les deux pour la troisième fois chez le réalisateur, Audrey Lamy, sans doute la plus surprenante et la plus convaincante, la toujours parfaite Noémie Lvovsky, ou encore Pablo Pauly (également troisième fois). A leurs côtés on retrouve celles que la société a abandonnées qui sont toutes absolument formidables dans leurs (presque) propres rôles. Le casting fonctionne à merveille. Les invisibles est donc un film formidable, intelligent, engagé, touchant, poignant, nécessaire, vraiment très drôle et sans misérabilisme aucun. On en ressort aussi, à l'instar de Edmond (dans un autre genre et pour d'autres raisons), avec la pêche. La salle a applaudi à la fin, longtemps que je n'avais vu ça...De très beaux portraits de femme, un très bel hommage à ces invisibles et à celles qui tentent de leur redonner espoir et dignité. Une très belle surprise.
    xlr8
    xlr8

    Suivre son activité 40 abonnés

    2,5
    Publiée le 4 janvier 2019
    Je suis extrêmement embêté pour noter et critiquer ce film... Son sujet, qui me tient à cœur, la sincérité de son réalisateur et d'une de ses co-scénaristes, Claire Lajeunie, qui est à l'origine du projet puisque ce film a pour origines un documentaire intitulé Femmes Invisibles, survivre dans la rue et un bouquin qu'elle a écrit en complément de ce documentaire, l'investissement des acteurs professionnels dans la préparation du film, et le fait que certaines héroïnes du film sont incarnées par des femmes qui ont vécu cette situation terrible font que ce film est très difficilement attaquable. Cela va au-delà de la sympathie... Pourtant, je suis aussi un cinéphile... Et de ce point de vue, j'ai honte d'avouer que je n'ai pas pris de plaisir... Pourtant, il faut voir ce film... La salle, pleine, a beaucoup ri (c'est dire à quel point je me suis une fois de plus senti très seul, quelques jours après mon visionnage de mon visionnage de Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu , ^^), et à l'occasion du débat qui a eu lieu après la projection, j'ai pu constater que le film avait beaucoup plu, qu'il a touché les spectateurs présents. Probablement, mon jugement est altéré par le fait que je suis plus fan de drame que de comédie et que par exemple, un film comme Moi, Daniel Blake m'a beaucoup plus touché. On retrouve néanmoins dans Les Invisibles des points communs avec la dernière oeuvre en date de Ken Loach: ce manque d'humanité des institutions, qui me ramène à ces paroles que je trouve très belles Doit-on se courber encore et toujours pour une ligne droite?, manque compensé imparfaitement par l'humanité de petites gens, ici les travailleurs sociaux, dont je ne peux qu'admirer l'abnégation "donquichottesque"... Voilà... J'espère ne pas avoir trop cassé le film...
    Antoine G
    Antoine G

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 21 décembre 2018
    J'ai chialé tout le temps et je ne savais plus si c'était de joie ou de tristesse. Merveille ! et comme il faut cent caractères minimum, je rajoute: j'ai chialé et pourtant j'ai pleins de poils
    Calire84
    Calire84

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 21 novembre 2018
    Vu en avant-première à Avignon : magnifique! L'excellentissime Audrey Lamy était présente pour introduire ce film "qui fait rire et réfléchir, qui informe sans donner de leçon". Éveiller les consciences avec une comédie : pari réussi Louis-Julien Petit! Merci pour ce film qui fait du bien! Bravo aux comédiennes qui jouent leurs propres rôles : Chantal, Edith, Dalida, Brigitte Macron... vous êtes des guerrières! Le flambeau passe Louis-Julien ;-)
    Sophie M
    Sophie M

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 22 novembre 2018
    J'ai été voir l'avant première à Vitrolles, et j'ai adoré !! Une Audrey Lamy hyper touchante, elle est magnifique et très juste dans ce rôle, Déborah Lukuménia que j'a découvert dans ce film est à mourir de rire (Omar Sy au féminin), vraiment excellent. Les femmes SDF sont hyper attachantes et les messages passés par Louis-Julien Petit sont percutants, et j'ai espoir que cela fasse bouger les choses au plus au niveau de l'état, peut être de revoir certaines absurdités administrative, ou encore, interdire les équipement anti-SDF, valoriser les ressourceries ! Quel message d'espoir, bravo pour ce film, je lui souhaite le succès qu'il mérite.
    djams
    djams

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 12 janvier 2019
    Film qui m'a fait à la fois spoiler: pleurer au début en voyant les conditions inhumaines dans lesquelles vivent ces femmes et à la fois pleurer de rire tellement les dialogues sont spontanés et amusants. Cette histoire permet de mettre en lumière plusieurs problèmes qui s'imbriquent : spoiler: la vulnérabilité des femmes quand elles sont livrées à elles-mêmes, les politiques aberrantes concernant les sans-abris, les lois rigides qui empêchent de la souplesse dans leur prise en charge, le manque de moyens etc... A voir absolument pour se faire une idée précise de ces aberrations.
    Philippe Delbos 83
    Philippe Delbos 83

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 15 janvier 2019
    "Les Invisibles" de Louis-Julien Petit est aux SDF et salariés des CHRS, accueil de jour voire de nuit, ce que "visiblement de vous aime" de Jean-Michel Carré est aux lieux de vie, y compris par le mélange acteurs professionnels et personnes issues des structures décrites. Au travers "Discount", on avait pu perçevoir une façon fort intéressante de manier la caméra, de mettre en valeur des personnages victimes de la précarité. Mais cette fois-ci, fini les défauts : on ne pousse plus les personnages vers une impasse qui plus est irréaliste, mais, toujours dans le cadre d'une fiction, on offre une porte de sortie honorable, tout en critiquant l'impasse d'une société prisonnière de sa bureaucratie et de ses idées toutes faites, oh combien d'actualité. Et il y en a pour tout le monde, à tous les niveaux : la galère des SDF confrontés au 115 sautera aux yeux du grand public. Plus subtil, les notions de responsabilité individuelle, de rapport à la mission confiée et à la loi passionnera les professionnels. Bien sûr, on transgresse, ce qui est plutôt rare chez les travailleurs sociaux. Mais contrairement à 'Discount', on ne franchis pas la ligne rouge qui rendra le film hors de propos. Non, là, tout est pesé, étudié, longuement réfléchit et mis en scène. Du travail d'orfèvre. Il n'est qu'à voir la longueur du générique. Egalement fort intéressant la suggestion de rapport entre une directrice de centre et son personnel. Tout au long du film, on joue avec les lois, avec les usages, avec l'adaptation possible ou non aux différentes situations. Très bien vu également, la précarité qui existe aussi chez les éducateurs; et les appuis ou non des entourages "je ne pourrais pas faire ce que tu fais"... Quel éducateur n'a jamais entendu cette phrase ? Et puis, il y a cet humour discret, subtil, tout au long du film, qui rend la chose encore plus humaine. Humour à divers niveau : clins d'oeil pour le grand public (merci à Brigitte Macron et Marie-Josée Nat !!) et clin d'oeil pour les professionnels, à commencer par ceux qui ont appris à travailler avec la participation des personnes, comme ça se pratique dans les GEM : la séance de relaxation permet vraiment de détendre le spectateur... Plus pointu, la description, vers la fin, des idées toutes faites qui peuvent circuler sur les foyers (de jour, de nuit ou des deux) parmi les SDF. Cette 'radio' propres aux réseaux de la rue est aussi adroitement évoquée. La principale critique est celle des financeurs, personnages coincés entre l'état et les acteurs de terrain, uniquement capable de répété un discours tout fait sur le manque de volonté de s'en sortir chez ceux qui n'ont plus rien, ni logement, ni argent, ni santé, etc... On croirait du Macron (Emmanuel, cette fois). Tristes personnages bien formés, bien payés, mais déconnectés des réalités et surtout des subtilités de la vie. Je ne vais pas évoquer tout les sujet très habilement développés, le film évitant absolument le piège des énumérations successives, mais j'ai particulièrement apprécié la manière dont est très finement évoqué le thème de la prison. Une petit bijou. Egalement très discrètement, en arrière plan, le rapport hommes - femmes, avec ses différentes professions et donc ses différents salaires quand il s'agit de salariés. Quand il s'agit des SDF, le rapport au travail, véritable casse-tête tant pour les personnes que pour les éducateurs chargés d''insérer' des personnes totalement hors circuit. Séquence particulièrement réussie et amusante, celle du re-travail des CV, ou comment on fait apparaître une formation réelle dans un centre de formation fictif : un régal, rire garanti dans la salle. Film donc passionnant et tout en finesse de Louis-Julien Petit, avec une formidable Corinne Masiero. Sans compter l'extraordinaire performance des actrices non professionnelles, SDF ou issues du monde de la rue. Courrez vite voir ce film, OVNI de l'actualité cinématographique.
    Lénaïc D
    Lénaïc D

    Suivre son activité 2 abonnés

    5,0
    Publiée le 12 décembre 2018
    Vu en avant première à Compiègne, avec la venue du réalisateur Louis-Julien Petit et de "Hugh Grant" (Quentin Faure) sujet vraiment très bien traité, on passe des larmes aux rires, aux larmes et aux rires à voir!
    j.dns10
    j.dns10

    Suivre son activité 2 abonnés

    3,5
    Publiée le 13 janvier 2019
    Un film très touchant qui retrace le parcours de plusieurs femmes ainsi que du centre qui les accueille chaque jour. Quelques touches d'humour bien placées qui viennent égayer le film.
    Choix M.
    Choix M.

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 16 janvier 2019
    Sensible et touchant sans démagogie ni clichés Un film sur la vie des gens qu’un président avait appelé les sans dents. Un film qui montre aussi les limites de l’action collective et l’implication individuelle. La confiance en l’autre et en l’avenir comme thérapie. La solidarité un échange et une réciprocité pas un qui donne et l’autre qui reçoit ! J’ai adoré.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top