Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
La Chambre du fils
note moyenne
3,6
1045 notes dont 103 critiques
32% (33 critiques)
31% (32 critiques)
8% (8 critiques)
17% (17 critiques)
12% (12 critiques)
1% (1 critique)
Votre avis sur La Chambre du fils ?

103 critiques spectateurs

chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1390 abonnés Lire ses 10 097 critiques

4,5
Publiée le 12/12/2012
Palme d'or à Cannes en 2001, "La chambre du fils" est une oeuvre douloureuse sur les mècanismes du deuil, un rècit bouleversant parce que le bonheur d'une famille italienne très unie est anèanti le jour où le fils disparaît brutalement dans un accident en mer! Son père, sa mère et sa soeur ne savent plus comment vivre [...] Après "Journal intime" et "Aprile", qui mêlaient documentaire et imaginaire, Nanni Moretti revient à la fiction pure mais avec un sujet qui le touche en tant que père! Ce n'est pas uniquement un film sur la mort, c'est aussi un film sur la vie! D'une grande intelligence (parce que l'histoire ne sombre jamais dans le dèsespoir), Moretti livre un admirable drame familial qui, même si le thème a dèjà beaucoup servi, se dètache des autres films du genre! Cette rèussite du cinèma italien doit beaucoup à la simplicitè et à la justesse de Nanni Moretti, Laura Morante et Jasmine Trinca! Grave et intense, tous les ingrèdients sont donc au rendez vous pour marquer le spectateur...
Plume231
Plume231

Suivre son activité 541 abonnés Lire ses 4 610 critiques

4,0
Publiée le 22/12/2012
Après une première expérience un peu décevante avec le cinéma de Nanni Moretti avec son "Journal intime", cette deuxième excursion dans l’œuvre de l'acteur-réalisateur italien m'a beaucoup plus convaincu. La mort d'un enfant est à un milliard de kilomètres d'être le sujet le plus facile à aborder au cinéma. Moretti y arrive pourtant en choisissant de ne jamais faire dans le pathos, ni de faire dans le désespoir le plus profond, mais au contraire en montrant avec pudeur et sereinement un homme qui essaye de prendre les choses avec distance, comme il doit le faire dans sa profession de médecin psychanalyste mais qui n'y parvient pas évidemment. Le ton et la justesse des personnages ne peuvent que toucher. Une Palme d'or pleinement méritée.
Backpacker
Backpacker

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 807 critiques

1,0
Publiée le 07/05/2007
Quitte à paraître des plus cyniques, après une première demi-heure bien longue et "gnangante" sur le bonheur familial empli de candeur, on n'attend presque plus que le fils meure et que cet événement fasse enfin décoller le film... Las! Le pourtant excellent réalisateur italien nous achève avec des caricatures du type garçon comme son père et fille s'apparentant à sa mère... et de la psychanalyse de bas étage... Décidément, Nanni Moretti pourrait autrement mieux se concentrer sur des comédies engagées, comme il sait si bien le faire... En outre, on peine à comprendre comment un long-métrage aussi décevant ait pu obtenir la Palme d'Or de Cannes... Rien ne le justifie en effet... sinon un jury tout acquis au réalisateur...
tuco-ramirez
tuco-ramirez

Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 106 critiques

4,0
Publiée le 27/12/2015
Après « Mia Madre », vu la semaine dernière au cinéma, il devenait incontournable d’effectuer une séance de rattrapage autour de l’autre grand film de Nanni Moretti, « La chambre du fils ». 14 ans se sont écoulés entre les deux films qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau, celui-ci est juste plus mortifère puisque la mort d’un fils est moins dans l’ordre des choses que celui d’une mère très âgée. Tout comme dans « Mia Madre » où la profession de la fille, réalisatrice, permettait de réaliser une mise en abymes autour du cinéma ; là, Moretti, le père du jeune garçon défunt, est psychanalyse. Et c’est très important pour afficher un positionnement face à la mort de son fils différent de celui des deux femmes de la famille (sa femme et sa fille). Elles expriment leur colère, lui est distant, tout en retenu, voire froid ; une approche analytique très proche de celle qu’il a avec ses patients qu’il reçoit dans son cabinet jouxtant le logement familial. Cette famille, avant le décès du fils, affiche amour, compréhension réciproque, règlement des conflits dans un climat de confiance. Chaque membre oscille en permanence entre autonomie et appartenance à la cellule familiale. Une belle harmonie familiale brisée par ce douloureux évènement qu’est la mort d’un enfant. Et là où certains films pourraient être tire larmes, Moretti évite le sensationnel pour se raccrocher par petites touches au travail de deuil. Le bonheur semblait banal ; le travail de deuil est montré tout aussi sobrement autour de trois solitudes ne faisant plus famille. La famille a volé en éclat. Leurs saluts individuels et la reconstruction de la famille ne pourra venir que d’un personnage extérieur qui, au travers d’un voyage, leur permettra de dire adieu à l’être perdu et à reformer une famille. C’est simple, juste et donc parfois tellement banale qu’une certaine distance peu s’installer. Moretti dépouille au maximum son cinéma pour parfois paraitre faire un travail étymologique autour du deuil ; mais l’accent minimaliste du film sert merveilleusement son propos.
Maitre Kurosawa
Maitre Kurosawa

Suivre son activité 196 abonnés Lire ses 1 271 critiques

4,0
Publiée le 15/03/2015
Si "La stanza del figlio" émeut autant, c'est avant tout parce qu'il évite tous les pièges qui lui étaient promis: jamais larmoyant, jamais austère et sans opposition entre le psychologue attentif et le père de famille absent (stéréotype souvent lourd). En faisant intervenir la mort du fils après une demi-heure, Moretti voulait surtout mettre en scène un avant et un après. Il le fait en montrant d'abord une famille unie et heureuse pour ensuite mieux comprendre la peine de ceux qui ont perdu un être cher. Moretti ne s'arrête pas au simple fait que le deuil prend du temps, mais en filmant autant de passages obligés que de détails subtils, il met en évidence la fragilité qui gagne un homme dans l'incapacité d'exercer son métier, un couple qui doute et une fille qui peine à communiquer son ressenti. Grâce à une idée scénaristique géniale, le film finit par prendre une tournure légèrement optimiste. Mais que le spectateur ne s'y trompe pas: le plan final indique bien que, même si un renouveau semble apparaître, plus rien ne sera pareil.
Julien D
Julien D

Suivre son activité 342 abonnés Lire ses 3 455 critiques

4,0
Publiée le 11/08/2013
Dans la filmographie de Nanni Morreti où l’humour sert généralement de vecteur à la dénonciation sociale, La chambre du fils est une pièce unique -et donc indigne pour ses détracteurs-, car basé sur un drame intime filmé avec une sobriété confondante. Rarement le deuil n’a été traité avec tant de justesse que dans le cheminement de ce père de famille, un psychanalyste au grand cœur, suite à la perte de son fils, ce qui rend très difficile de rester insensible à cette tragédie qui ne succombe à aucun moment au piège grossier du pathos tire-larmes. L’acteur-réalisateur nous surprend avec sa sensibilité tant la souffrance morale de son personnage est palpable et transcende la pudeur de sa mise en scène naturaliste et épurée. Cette parfaite image des sentiments humains face à la mort est bien un film déchirant qui mérite sa Palme d'or.
Akamaru
Akamaru

Suivre son activité 526 abonnés Lire ses 4 334 critiques

3,0
Publiée le 01/02/2013
Palme d'Or mérité à Cannes,"La Chambre du fils"(2001)est le film à la fois le plus minimaliste et le plus dense de Nanni Moretti.Comment aborder le sujet du deuil d'un enfant,sans sombrer dans le pathos ou le tragique?Moretti contourne ce problème en choisissant la sobriété dans les réactions,les fêlures par petits gestes ou regards traînants.Cette famille italienne très unie frappée par une tragédie indicible,tente de reconstruire sa vie,avec le plus de dignité possible.C'est souvent émouvant,bien que très peu démonstratif.Moretti est à la fois psychologue et émotionnel.Laura Moretti en épouse pensive et Jasmine Trinca en fille dépressive l'entourent avec majesté.Un ravissement.
Parkko
Parkko

Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 2 013 critiques

2,5
Publiée le 29/06/2010
Film au sujet difficile qui se révèle être émouvant. Mais que dire d'autre... Déjà la mise en scène de Nanni Moretti est globalement peu inspirée. Les acteurs ont beau être convaincant, le tout ne tire pas son épingle du jeu. Bien sûr que c'est triste et émouvant, mais déjà ce n'est pas un film facile à regarder - sujet pas facile -, mais en plus de ça Nanni Moretti ne semble pas trop savoir quoi en faire. Il tourne un peu en rond, etc. Bref, ce n'est pas ma palme d'or préférée (ni celle que j'aime le moins).
Gonnard
Gonnard

Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 1 925 critiques

2,5
Publiée le 04/06/2009
Une histoire poignante, touchante, triste, ... donc qui marche forcément auprès du grand public. Mais je dois vous confesser que ce n'est pas trop ma tasse de thé ce genre de mélo. Par ailleurs, j'ai du mal à percevoir le chef d'œuvre derrière ce film. C'est très simple et très linéaire. "La chambre du fils" n'a rien de spécial. Il n'a pas de cachet. Ce qui change tout, c'est qu'il est estampillé "Nanni Moretti", cinéaste reconnu. Aurait-il reçu les mêmes éloges si c'était Truc-bidule qui l'avait réalisé ? J'en doute fort.
RENGER
RENGER

Suivre son activité 321 abonnés Lire ses 5 434 critiques

4,0
Publiée le 03/01/2008
Producteur, réalisateur, scénariste & acteur sur son film La Chambre du fils (2001) et comme sur pas mal de ses autres réalisations. Quand Nanni Moretti réalise une œuvre, elle ne passe généralement pas inaperçue, comme en témoigne son dernier film Le Caïman (2006), succès critiques et spectateurs à la fois. Cette fois-ci, fier d’être le grand vainqueur de ce 54ème Festival de Cannes, il nous livre une œuvre pudique et épurée sur la perte d'un enfant. Giovanni, psychiatre, Paola sa femme, tous deux mènent une belle vie de famille respectable, entourés de leur fille Irène et Andrea leur fils. Une vie de couple sans histoire, une famille soudée. Tout est paisible, jusqu’au jour où un événement tragique vient secouer cette petite famille si tranquille. Nanni Moretti explore jusqu’au bout l’univers central du film, c’est à dire le père, un psychanalyste qui doit « subir » ses patients, leurs maux, leurs phobies, leurs incompréhensions. Un travail de tous les jours devenus supportable avec les aléas de la vie, mais lorsque le drame arrive, il se rejette la faute sur lui ou sur l’un de ses patients. Et là, l’écoute n’y est plus. Il ne peut plus se concentrer sur son travail, faire la part des choses, entre le deuil de son fils et son métier de tous les jours. La souffrance est de plus en plus présente, au sein de la famille aussi. Cette famille si unie, se disloque petit à petit, tout le monde se replie sur eux même, chacun se retire de son côté, dans la tristesse et la douleur. Une souffrance trop présente pour ne laisser personne indifférent. Nanni Moretti bouleverse, émeut et touche avec son œuvre, si « vraie », si poignante. Avec une Laura Morante naturelle et attendrissante. Une Palme d’Or méritée, pour un réalisateur de talent !
www-maxa-es
www-maxa-es

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 55 critiques

3,5
Publiée le 23/06/2013
Il y a 6 mois que j'avais prévu de regarder de film. Avant je regardais un film par semaine. Mais j'avais tellement peu envie de regarder celui-ci que j'ai "traîné des pieds" pendant 6 mois, avant de le regarder. Il faut dire que je ne suis pas un grand cinéphile. Je préfère les séries TV qui sont plus courtes et ne monopolisent pas 2 heures dans une journée. Simple question d'organisation du temps et de format, même si ces films ne sont pas destinés à être regardés à la maison mais au cinéma. Bref, tout ça pour dire que je m'attendais à un film très moyen voir un navet, et que finalement j'ai été en face d'un beau film. Pourquoi avoir voulu le regarder ? Parce que j'ai une grande admiration pour l'Italie et sa culture. Quand je vois le charisme des acteurs sur ce film a petit budget, ne serait-ce que Jasmine Trinca, bien plus sexy que n'importe quelle actrice française. Du coup les personnages sont différents de ce qu'on a l'habitude de voir, ce qui est extrêmement rafraîchissant. Même la façon de construire le film, de le mettre en scène est atypique. Et même si le film est globalement moyen, on est finalement tenus en haleine par cette originalité et cette différence. C'est vrai que le film n'est pas exempt de tout reproche, car c'est loin d'être un chef-d'oeuvre, on a l'impression de voir une unique scène répétée en boucle tout le long du film, et c'est extrêmement surjoué (ou mal joué ?). Pourquoi le héros principal a-t-il une si grosse barbe ? Ca ne colle pas avec une personnalité aussi calme et sereine, surtout venant d'un docteur aussi bien éduqué et distingué. C'est un choix assez étrange, je trouve. Finalement, la lenteur de l'acteur est à la fois le point fort et le point faible du film, car on a envie de zapper au bout de 20-25 minutes, alors que le film devient intéressant après 30 minutes. L'introduction est trop longue a se poser. Mais d'un côté c'est pas plus mal, car on pose les base de quelque chose, et le film s'oriente vers tout autre chose. D'autant plus que cela laisse bien le temps de rentrer dans les détails et de s'attacher aux personnages. Il y a vraiment des détails très anodins et j'adore quand les films prennent le temps de les soigner.. mais entre les films "lents comme un mollusques" et les film blindé d'action ou il y a 3 lignes de textes synthétisées au maximum, je pense que ce film ne parvient pas à trouver le juste milieu, et s'inscrit dans une extrême, avec des musiques classiques bien endormantes, que seuls les amateurs du genre sauront apprécier à sa juste valeur. Le pire, c'est que ce film m'a beaucoup fait rire pour des choses qui, j'en suis persuadées, n'étaient pas du tout censé faire rire. En fait, c'est surtout la piètre qualité des voix françaises et de la traduction qui m'a fait rire, dommage que je ne l'ai pas trouvé en VO, car il perd beaucoup de son intérêt en VF. En gros, on suit la vie tranquille d'une famille plutôt soudée, pour changer des gens instruits (pas de drogue ou d'alcool dans ce film, c'est assez rare car les réalisateurs aiment provoquer pour faire de l'audimat), et finalement on ressort grandi de cette expérience de vie en commun, de famille unie qu'on aimerait tous fonder un jour...
Machriasi
Machriasi

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 629 critiques

2,0
Publiée le 24/09/2012
J'aime bien Nanni Moretti mais cette fois le discours n'est pas passé. Il y a son habitude fraicheur, son charisme qui transperce l'écran mais sinon c'est vide...il ne se passe pas grand chose.
GreenManor
GreenManor

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 142 critiques

1,0
Publiée le 20/05/2006
Très très déçue. D'habitude j'apprécie les films qui obtiennent la Palme d'or, mais là je me suis énormément ennuyée. L'histoire n'est jamais poignante, pas si profonde que ça et de ce fait, peu intéressante.
pasfin
pasfin

Suivre son activité Lire ses 21 critiques

1,0
Publiée le 02/02/2003
Ce film ne m'a pas du tout plus. Les conséquences de la mort sont peut-être bien relatées mais il n'y y pas besoin d'aller voir ce film pour savoir ce que c'est. On voit des gens pleurer durant tout le film, le jeu des acteurs n'est vraiment pas fantastique.
Un film qui n'a pas d'histoire et au travers duquel je ne me suis jamais autant ennuyé. Déconseillé !
BlindTheseus
BlindTheseus

Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 2 562 critiques

0,5
Publiée le 14/01/2009
Prétentieux, pontifiant sinon donneur de leçons; ce film faussement naturaliste est bien à l'image de son réalisateur (de toute façon visiblement pas loin du personnage principal): le pire du cinéma italien ! Cela dit, des goûts & des couleurs...
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top