Notez des films
Mon AlloCiné
    Rebecca
    note moyenne
    4,0
    2698 notes dont 141 critiques
    répartition des 141 critiques par note
    42 critiques
    51 critiques
    26 critiques
    13 critiques
    8 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Rebecca ?

    141 critiques spectateurs

    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 407 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    5,0
    Publiée le 20 mai 2017
    Lorsqu'une innocence jeune femme, destinée à n'être qu'une demoiselle de compagnie, rencontre à Monte-Carlo Maxim, un riche veuf, puis se marie avec lui, elle ne se doute pas alors que l'ombre de l'ex-femme de celui-ci se fera de plus en plus présente, notamment dans son château de Manderley... Premier film américain d'Alfred Hichcock, Rebecca est, aussi surprenant que ça puisse paraître, son unique oeuvre à décrocher la statuette de l'oscar du meilleur film. En adaptant le roman de Daphné du Maurier, le maître du suspense m'a aussi offert l'une de mes plus belles, premières et mémorables claques en matière de cinéma, et c'est avec un panel d'émotion intact que je la redécouvre aujourd'hui. Le scénario adapté est un bijou d'écriture, permettant à Hitchcock de dresser des portraits aussi riches qu'ambigus, avec comme arrière-plan ce château froid, obsédant et maléfique qui en devient un personnage à part entière. Dès les premières secondes puis la rencontre au bord de cette falaise, il met en place une atmosphère envoûtante qui va peu à peu devenir obsédante et sombre. Il étudie les deux protagonistes puis les relations qu'ils auront entre eux, sans oublier une terrifiante femme de chambre qui reste avant tout dévouée à l'ancienne femme de Maxim. Peu à peu, il place son héroïne, déjà réservée à la base, dans la peur, le doute ou encore la paranoïa, ce que les éléments extérieurs vont peu à peu accentuer (les réactions de son mari lorsqu'on évoque son ex-femme, le château, diverses rencontres etc), tout comme la hantise de Rebecca dont l'ombre plane tout le long sur le récit. Hitchcock se sert de tous ses éléments pour accentuer son ambiance pesante et noire, tout en y laissant flotter un parfum envoûtant et mystérieux. Bien qu'il soit majoritairement dans le drame, Rebecca bascule parfois dans le thriller, permettant à Hitchcock d'aborder des thèmes qui lui sont chères tels que les soupçons, le crime et ses tentations mais aussi les psychoses et obsessions, et il orchestre son récit avec brio et génie. Il met en place une tension constante et s'accentuant au fur et à mesure que son récit avance, rendant ses tableaux obsédants et pertinents. Tout semble parfait et totalement maîtrisé par le maître, tant son récit, le rythme ou la justesse des dialogues. L'oeuvre offre quelques rebondissements parfois inattendus mais ça reste tout le long mis en images avec finesse et sans lourdeur, Hitchcock est alors au sommet de son art, c'est aussi passionnant que propice à nous faire passer par tout un lot d'émotion. Il a aussi le sens du détail, retranscrivant à merveille toute la particularité du château, que ce soit son intérieur et l'ambiance qui s'en dégage. Les décors sont somptueux, tout comme la belle photographie en noir et blanc et plusieurs séquences sont marquantes et mémorables. Il ne laisse rien au hasard et sa maîtrise technique est parfaite, sachant bien retranscrire toute la richesse de l'œuvre de Daphné du Maurier. Devant la caméra, Joan Fontaine est inoubliable et d'une justesse incroyable lorsque son innocent personnage est poussée à la folie, tout comme le grand Lawrence Olivier, d'une présence immense ainsi que l'inquiétante Judith Anderson. Une œuvre époustouflante et brillante, Hitchcock pose pied sur le sol américain d'une manière aussi marquante que remarquable, sachant bien retranscrire toute la noirceur et fascination de son récit, dressant des tableaux ambigus et dégageant tout un panel d'émotion.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 259 abonnés Lire ses 1 063 critiques

    5,0
    Publiée le 22 avril 2014
    Dans la vie il y a des films qui vous marque, "Rebecca" de Alfred Hitchcock en fait parti ... Ce long métrage touche la perfection, sans doute le meilleur que j'ai vu du réalisateur, profond, mystérieux, romanesque, servi par un duo d'acteurs prodigieux. Je ne m'attendais sans doute pas a être autant ébloui, l'introduction nous fait déjà entrer dans un monde mystique, gothique et fantasmé, avec une scène graphique et onirique, pour ensuite nous intéresser au personnage de Maxim de Winter, riche veuf britannique s'éprenant d'une jeune ingénue, il l'épouse et l'emmène vivre dans son domaine Manderley. Cependant la présence de son ancienne femme Rebecca est toujours palpable chez le personnel du château, n'acceptant pas l'intrusion de cette "usurpatrice", le couple va devoir faire face à cette situation, et même plus encore ... La mise en scène est incroyable de précision, de justesse et de subtilité, les scènes et dialogues sont absolument scotchants et l'interprétation est magistrale. Laurence Olivier dégage un charisme éblouissant, de quoi faire rougir les George Clooney & co, son jeu est autant austère que bouleversant de sincérité, Joan Fontaine est magnifique de malice et signe une prestation de haut vol, entre charme brut et douce fraicheur. Les dialogues entre les deux acteurs sont brillamment écrits, rendant leurs scènes passionnantes, surtout celle de l'aveu du personnage de L. Olivier. J'ai aussi beaucoup aimé certains seconds rôles comme la maléfique gouvernante Mrs Danvers jouée par Judith Anderson, qui a un rôle central et déterminant dans le film. La réalisation de Hitchcock est maîtrisée de bout en bout, avec des passages déjà cultes comme le dialogue de l'aveu (notamment ce petit jeu du hors champ qui m'a beaucoup plu) ou ce final incroyable et plutôt inattendu. L'histoire m'a franchement enthousiasmé, sur le papier j'avais des doutes, mais ils se sont très vite estompés, il y a beaucoup de bouleversements et de renversements de situation dans la deuxième heure, précédée d'une atmosphère savamment peinte par le réalisateur. Le premier long métrage hollywoodien de maître Hitchcock est une très grande réussite, un chef d'œuvre magique qui lui vaudra à juste titre l'Oscar du meilleur film en 1941 (ainsi que celui de la meilleure photographie), un très belle surprise que je ne suis pas près d'oublier.
    Gori56
    Gori56

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 53 critiques

    5,0
    Publiée le 19 juillet 2010
    C'est ce qui s'appelle un bijou. Du grand art que seul Maître Hitchcock pouvait nous offrir. Le film est mené à la perfection; les acteurs aussi extra les un(e)s que les autres, la musique de Waxman est terrifiante, le déroulement du scénario et les surprises qui en découlent sont traitées à la perfection jusqu'au bout!!! jusqu'à la fin!!! ça ne s'arrête jamais, c'est magnifique. Avec tout ce romantisme, ce mystère et cette poésie on ne peut que mettre la note maximale à ce chef d'œuvre aussi indémodable que précieux.
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 492 critiques

    1,5
    Publiée le 1 mars 2017
    Attiré par le fait que ce soit un Hitchcock, même si je ne le connaissais pas, j’ai voulu tenter. J’ai vite compris pourquoi il ne faisait pas parti de la filmographie principale du maître de l’épouvante, car ça ne ressemble à rien de connu chez lui et ça a mal vieilli. Déjà ne le montrez pas à une féministe sinon vous n’entendrez rien du film. En effet, l’héroïne est si soumise, gourde et terne que c’en est horripilant. Bon en soit vous ne manquerez rien vu que la VF est atroce tant le texte est récité, et sans ton. La musique est pas top non plus vu qu’elle est soit agaçante soit vieillotte. De toute façon, en général, tout a mal vieilli. Si les images sont relativement belles et bien traitées, si le jeu de lumières est très soigné, notamment sur le personnage de la servante, tout le reste est (tré-) passé. Un exemple ? Les incrustations, même à l’époque on faisait mieux, le carton-pâte est flagrant aussi. Bon faut voir que les acteurs ne se foulent pas pour les prendre en compte dans leur jeu, d’ailleurs ils ne semblent pas concernés et ne jouent pas très bien. Allez, sauf Mme Danvers, sorte de mix entre Morticia Adams et Severus Rogue, tout en sobriété mais on la voit peu et le nombre d’expressions est mince. Sinon des longueurs inutiles, pour un film lent et qui semble s’étirer sans raison, cassant le peu de suspens qu’il aurait pu y avoir (car on le voit peu), un style vieillot, donnant un ensemble lourd et déprimant, nunuche et larmoyant plutôt qu’effrayant. Par contre, on voit que l’histoire est adaptée d’un livre car elle est bonne, bien traitée, claire, ça donne une trame inhabituelle et une fin pas forcément prévisible spoiler: (bien que ça finisse un peu en eau de boudin, notamment en ne sachant pas ce qui arrive à M. de Winter avec son procès pour homicide, rien que ça) . Néanmoins c’est trop maigre pour me plaire, j’en attendais plus de Sir Alfred. Lui qui sait si bien jouer de ses personnages féminins inquiétants (la mère de Norman Bates ressemble beaucoup à la servante, coïncidence ?) est en baisse ici. Je pense que sans la caution Hitchcock et Du Maurier le résultat aurait des critiques plus acerbes, quant à l’Oscar je constate encore que même dans le temps c’est nimp.
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 1 761 critiques

    5,0
    Publiée le 26 septembre 2012
    Un grand Hitchcock où le personnage principal s'appelle Manderley.
    Lotorski
    Lotorski

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 588 critiques

    5,0
    Publiée le 17 janvier 2009
    J'avais quelques mauvais préjugés avant d'avoir vu le film : il a été fait en 1940 et je pensais qu'Hitchcock n'était pas encore au summum de son génie à ce moment là. Grave erreur, j'ai découvert un nouveau chef d'oeuvre du "maître": scénario, jeu des acteurs, musique, mise en scène, tout est réussi. Des moments de supense et de tension rarement égalés dans le monde du cinéma. A voir absolument !
    TheCinéPierre
    TheCinéPierre

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 19 critiques

    5,0
    Publiée le 8 octobre 2013
    Classique, classique, classique, un chef-d'oeuvre du 7eme art, par ou commencer... Ce film qui nous est présenté sous forme d'un thriller avec des airs de drame mais aussi de romance a part d'être le premier film américain du grand ALFRED HITCHCOCK est une pépite d'or qui nous raconte l'histoire du riche Lord Maxim de Winter qui épouse une jeune demoiselle et qui ensuite l'emmène dans son château Manderley. A partir de la, tout les éléments nécessaires sont la pour donner lieu a une histoire plus que palpitante (entre autres une domestique froide qui ne s'est pas remise de la mort de l'ancienne compagne de Maxim, l'ancienne compagne de Maxim, REBECCA, qui "hante" toujours en quelques sortes les lieux et la nouvelle Mme de Winter qui a du mal a s'adapter a la vie de château). Hitchcock est vraiment très fort, Laurence Olivier et Joan Fontaine ainsi que tout les autres acteurs jouent a la perfection leurs rôles respectifs. Le film reste basé sur le suspense (qui est clairement le domaine de prédilection d'Hitchcock), qui ne cessera de monter a partir du moment ou l'on découvre la demeure ancestrale de Manderley. Cette demeure imposante est aussi l'un des personnages du film et lui donne ainsi un énorme charme. La musique est assez présente, on peut retrouver de nombreuses mélodies qui nous accompagnent tout au long de l'histoire, je pense que les instrument de musique utilisés sont assez bien dosées même si des fois a mon gout j'ai senti la musique un peu trop présente, j'aurais préférée a certains moments moins de musique ou quelque chose d'un peu plus léger (mais le film est tellement bon que cela n'y change absolument rien au plaisir que l'on prend en le regardant). C'est vraiment un film que j'aime beaucoup, je pense que c'est un des films d'Hitchcock qu'il faut voir et revoir car on ne s'en lasse absolument pas, indémodable. En conclusion ce film est un pure chef-d'oeuvre d'Hitchcok qui contrairement a certains de ses films lui a traverser le temps avec un Hitchcock au sommet de son art. C'est pour moi son meilleur film avec Psychose.
    cris11
    cris11

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 970 critiques

    1,5
    Publiée le 8 octobre 2013
    Rebecca a été pour moi une bien grande déception. Quelques points forts (l'actrice principale, un talent évident d'Hitchcock pour la mise en scène et la présence envahissante de ce superbe château) mais ce film a un contenu bien trop insuffisant pour que ce film soit véritablement intéressant. Si l'idée de départ m'a tout de suite accroché, j'ai très vite déchanté avec ce début de film assez long à se mettre en place. Ensuite, l'histoire a quelques rebondissements qui ne sont pas franchement extraordinaires et qui ne m'ont pas vraiment laissé sur le cul (comme ça peut être le cas par exemple avec Psychose ou même sueur froide...). Il en découle au final une histoire d'amour vraiment mièvre et ennuyante. Même Laurence Olivier, pourtant immense acteur, me semble bien plat dans son rôle et m'a franchement donné l'impression de plus récité qu'autre chose. Bref, un film qui m'a cruellement déçu et qui à mon sens, sur le plan du suspens, se trouve à des années lumières des plus grands classiques d'Hitchcock (dont Psychose est mon favori).
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 12 février 2010
    A c'qu'on dit, Rebecca est vachement bien. Ah bon ? Laurence Olivier a l'air d'un patricien shakespearien en train de se demander ce qu'il fait chez les ploucs d'hollywood, la pauvre Joan Fontaine postule à l'oscar de l'actrice la plus transparente du 7e art, la musique est envahissante, comme dans tous les hitchcock des années 40, le rythme beaucoup trop lent pour ne pas dire carrément chiant et l'esthétique néo-gothique des décors, mouarf, à la rigueur pour la qualité de la photo... Reste le toujours génial George Sanders.
    Cegipede
    Cegipede

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 81 critiques

    5,0
    Publiée le 15 octobre 2013
    Rebecca est le premier film américain d'Hitchcock directement inspiré de la littérature britannique gothique (Hauts de Hurlevent, Dracula...) Ce film, inspiré de classiques (on ne peut pas ne pas penser à Barbe Bleue) aura une profonde influence sur d'autres films, dont les ressemblances sont assez frappantes : Cendrillon (la marâtre a la même silhouette que la servante) et aussi certainement sur plusieurs huis clos comme Citizen Kane ou encore les films de la période mexicaine de Buñuel. C'est l'un des rares film Hitchcock que je n'avais toujours pas vu et c'est pour moi l'un de ses meilleurs. Je me suis surpris à m'identifier rapidement au personnage principal (Mme. de Winter), isolée dans un manoir hostile. On partage ses craintes qui vont grandissantes alors que le suspens monte. Le manoir comme dans d'autres classiques de l'épouvante (je pense à La Maison du diable) peut être considéré comme un vrai personnage à part entière. Les portes, les murs contribuent à créer une atmosphère des plus oppressante qui va crescendo tout au long du film. De plus, nul ne sait où se trouver le château, il est volontairement inscrit hors de l’espace et du temps. Il n'y a donc aucun échappatoire possible ni pour l’héroïne ni pour le spectateur. Les plans du château et les diverses pièces sont magnifiques, la photographie du maître et superbe mais peut sembler trop académique. Le jeu des acteurs assez appuyé peut lui aussi sembler vieillot. Le personnage de la servante est l'un des meilleurs personnages d'Hitchcock, (f)rigide, glaciale, elle devient de plus en plus inquiétante jusqu'à ce que ses apparitions deviennent synonyme de danger de mort. C'est également un personnage ambigu, dont la relation trouble avec Mme. de Winter cache peut être une homosexualité latente (entretenue peut être auparavant avec Rebecca). Le scénario (inspiré du roman éponyme de Daphne du Maurier) est solide et conduit à de multiples rebondissement inattendus et qui nous tiennent en haleine jusqu'à la fin du film. Le coup de maître d'Hitchcock est de faire graviter le film autour d'un personnage clé que l'on ne verra jamais : Rebecca. Pourtant, c'est peut être le personnage dont on connaîtra le mieux l'histoire à la fin. Hitchcock laisse le soin à chaque spectateur d'imaginer son visage. spoiler: Rebecca est omniprésente dans le film et semble habiter le personnage de Danny. Le comportement de la servante, ses pulsions de mort donnent l'impression qu'elle est possédée par ce qui serait l'esprit de Rebecca. L'ordre divin est alors rétabli à la fin grâce à la purification par le feu : Danny brûle comme un sorcière avec le château qui devient son bûcher (scène finale). Rebecca est un film à voir pour la façon toute hitchcockienne d'introduire l'inquiétude, la peur et l'épouvante chez le spectateur. C'est un film à l'atmosphère lugubre où le poids des secrets et l'importance du vécu bouleverse le présent et l'avenir de tous les personnages. "Le syndrome Rebecca", aujourd'hui utilisé dans la vie courante pour désigner la propension des Hommes veufs ou divorcés à rechercher "le fantôme" de leur précédente épouse dans leur nouvelle femme est parfaitement illustré dans ce film. Rebecca est un grand moment de cinéma qui donne des sueurs froides.
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 290 abonnés Lire ses 4 071 critiques

    1,5
    Publiée le 1 mars 2016
    Aujourd'hui, il est difficile de ne pas s'ennuyer devant un tel film. Bien que les plans et la photographie soient soignés, les acteurs très bien et l'intrigue intéressante. Le suspens a vieilli, les longueurs sont omniprésentes, les dialogues sont banals et il est difficile de se maintenir éveillé durant les deux heures de film pendant lesquelles il ne se passe rien de très intéressant, surtout la première heure. On sent tout de même la pâte d'Hitchcock, mais le film paraît interminable malgré les bonnes idées qui arrivent au compte goutte à partir du bal, selon moi. Le temps d'intéresser le spectateur, il est déjà trop tard... spoiler: Même l'explication de Maxime concernant l'attitude de Rebecca est lourdingue, récitée, sans saveur . Je n'ai pas aimé.
    Angela Ki La
    Angela Ki La

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 587 critiques

    2,0
    Publiée le 21 mars 2014
    Hitch durant sa période d’apprentissage, on va dire. On ne devient pas maître du suspense comme ça par hasard, il faut mettre et remettre sans cesse son ouvrage sur le métier pour ça. Là, ce n’est pas encore bon. Pourtant beaucoup d’éléments sont déjà là. Une histoire d’amour contrariée, un couple mit dans une situation problématique, une tension qui s’installe, une inventivité dans la mise en scène. Et je pense que c’est là que ça pêche. Une fois le couple arrivé à Manderlay, Hitch peine à nous intéresser au sort de son héroïne principale. On a même l’impression qu’il s’ennuie. Il y a beaucoup de plans inutiles, ce qui est assez rare chez lui. Le mari n’a rien à cacher, la gouvernante que l’on croyait perfide est seulement jalouse, dessous il n’y a rien non plus. Je ne parle même pas de la dernière partie, où l’enquête se résume à un gars qui pose des questions assis dans un bureau. Tout se résoudra par un coup de théâtre bienvenu. Je ne lui en veux pas Hitch, son truc ressemble à une commande entièrement pilotée par les studios, avec un minimum de liberté pour le cinéaste. Divertissement dans le style de l’époque, fait pour l’époque, inoffensif à l’époque, et ça l’est encore plus aujourd’hui. La critique sait être indulgente, car le film est très bien noté malgré les longueurs du film, assez moyen et sans réel enjeux. C’est l’effet de la légendaire réputation de sir Alfred, maître du suspense. Moi aussi je l’aime bien. Mais quand c’est pas bon, faut pas dire que c’est bon.
    atomewarrior
    atomewarrior

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 251 critiques

    2,5
    Publiée le 2 janvier 2015
    Un début qui joue trop dans la simplicité et qui s'avère long et très ennuyant. Après la dernière partie du film connait un bon rebondissement qui dynamise un peu tout, et un peu de psychologie qui est plutôt intéressant. Vraiment limite.
    EricDebarnot
    EricDebarnot

    Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 1 262 critiques

    5,0
    Publiée le 29 février 2016
    Découvert tardivement, ce premier film "américain" de Hitchcock, même s'il est situé dans sa majeure partie dans une Cornouailles très gothique, avait constitué à l'époque pour moi un véritable choc esthétique, et était entré directement dans les cimes de mon top personnel des films du maître. Situé plus dans le drame romantique que dans le thriller mental (encore que...), "Rebecca" permet en effet à Hitchcock de déployer de manière typiquement expressionniste toute sa magistrale syntaxe de la terreur et de l'obsession, dans le contexte d'un scénario assez exemplaire tiré de Daphne du Maurier : c'est ainsi que le personnage de Mme Danvers deviendra l'une des plus remarquables "méchantes" de l'histoire du Cinéma. Mais c'est surtout quand le film bascule soudainement, alors que les faux semblants s'évanouissent comme une illusion, à laquelle le spectateur a participé de son plein gré, on se dit que toute cette magie d'une mise en scène parfaite, d'une imagerie à la lisière du fantastique, et d'une interprétation étrangement décalée (qu'on peut trouver gênante jusqu'à comprendre qu'elle fait partie du "piège" hitchcockien), sont au service de l'un des sujets les plus modernes qui soit : celui de notre soumission docile à la croyance "naturelle" que nous avons acquis vis-à-vis des images et du récit. C'est ainsi que "Rebecca", que certains trouvent parfois formellement "daté", se trouve être l'un des films les plus modernes d'Alfred Hitchcock. C'est aussi l'un de ceux qui marque le plus profondément notre inconscient, constituant ainsi une œuvre d'Art essentielle de notre temps.
    vinetodelveccio
    vinetodelveccio

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 801 critiques

    4,5
    Publiée le 9 octobre 2013
    Un film absolument fabuleux et passionnant servi par des acteurs géniaux. Pour le premier film d'Hitchcock aux USA, celui-ci frappe très fort et débarque avec une histoire en or et un scénario machiavélique qui lui va comme un gant. Il adapte le roman de Daphné Du Maurier avec une aisance confondante. L'ambiance est délicieusement malsaine et le réalisateur fait tout de suite peser tout le poids du secret sur les personnages, puis sur le château, élément central du film. Au-delà de sa mise en scène si maîtrisée, le tour de force du film est d'avoir un personnage principal qu'on ne verra jamais. Pourtant, au milieu de cette galerie de personnages si complexes et insondables, c'est celui qu'on connaitra le mieux à la fin du film. Judith Anderson, Joan Fontaine et Laurence Olivier délivrent une prestation magistrale, habitée et mystérieuse qui donne à Rebecca une dimension exceptionnelle.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top