Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
La Poursuite impitoyable
note moyenne
4,0
750 notes dont 103 critiques
36% (37 critiques)
38% (39 critiques)
17% (18 critiques)
5% (5 critiques)
4% (4 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Poursuite impitoyable ?

103 critiques spectateurs

landofshit0
landofshit0

Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 1 741 critiques

4,0
Publiée le 14/06/2013
Arthur Penn montre la face cachée de gens qui dans un certain contexte peuvent devenir une foule avide de sang. La poursuite impitoyable est un film sombre et voilent sur la nature humaine.
Benjamin A
Benjamin A

Suivre son activité 314 abonnés Lire ses 1 899 critiques

5,0
Publiée le 05/04/2014
Alors que Bubber Reeves s'évade de prison avec un complice qui, après avoir volé une voiture et tué son conducteur, l'abandonne, il va être accusé du crime. Peu à peu, il va devoir retourner dans sa ville natale, où l'annonce de son évasion provoque toute sorte de sentiments, et notamment l'envie de vengeance et de lynchage chez certains. Quatrième long-métrage de Arthur Penn et quelle claque ! Magistral de bout en bout, d'une puissance et d'une force presque indescriptible à l'image de cette longue fin qui prend aux tripes et se révèle d'une grande noirceur parfois mystique et souvent fascinante, à l'image du film. "La Poursuite Impitoyable" brille d'abord par sa qualité d'écriture, que ce soit dans le scénario et son déroulement, montrant d'abord l'évadé, puis la vie et la réaction des gens quand ils apprennent son évasion et Penn nous présente une passionnante galerie de personnages, entre la petite amie de l'évadé, tiraillé entre deux amours et qui va tout faire pour aider Bubber, ceux qui veulent le lyncher après une soirée déglingué et très alcoolisé ou encore ce shérif, incarné par un très grand Marlon Brando, qui semble être l'une des figures les plus bonnes parmi ce monde de brutes. Penn dénonce la société Américaine de son époque, entre racisme, haine ou vengeance et se livre à une exploration de la nature humaine. Il met à mal la morale Américaine. Sa mise en scène est brillante, il instaure une tension et nous tient en haleine durant tout le film. Certaines scènes, à l'image de toute la fin ou du passage à tabac de Brando sont puissante et mémorable. L'atmosphère est toujours envoutante, parfois mystique et fascinante et toujours sombre. Outre Brando, qui impose son charisme et sa présence à chacune de ses apparitions, les jeunes Robert Redford et Jane Fonda sont impeccable, tout comme l'ensemble des interprétations. Déjà conquis par le "Bonnie & Clyde" du même Arthur Penn, c'est à nouveau face à un chef d'oeuvre que je me trouve, puissant, fascinant, prenant aux tripes, intelligent et sombre... Magistral.
Davidhem
Davidhem

Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 335 critiques

5,0
Publiée le 30/06/2011
Grand, puissant, profond, pessimiste, critique de la société américaine des années 1960, le long-métrage d'Arthur Penn convainc dans tous les compartiments. Marlon Brando trouve ici l'un de ses plus grands rôles, celui d'un shérif, d'un homme qui a réussi à se démarquer de la décadence et de la débauche des citoyens de sa ville. Ceux-ci ne songent en effet qu'à boire et à se faire justice eux-mêmes ce qui dans un certain sens reflète la réalité d'un Etat qui permet la vente et la circulation d'armes à feu entre les habitants. En face de Brando, un jeune acteur alors inconnu, Robert Redford dans la peau d'un bagnard qui s'évade et qui se trouve accusé à tort de meurtre après son évasion avec un autre détenu. Le film montre la méchanceté, la bassesse, le mépris, l'ignorance, la vengeance, la bêtise des hommes, des femmes et des enfants car aucune catégorie de personnes n'est épargnée dans ce long-métrage, seul Marlon Brando semble sortir du lot de ce peuple devenu complètement cinglé. L'intrigue est complexe, le scénario est riche et dense, le réalisateur s'attarde pendant la première heure sur les paroles et les actes des personnes, affichant le racisme et l'absence de compassion et de compréhension. Arthur Penn ose aller encore plus loin, il va jusqu'à des situations extrêmements graves et illégales et montre comment la jalousie et la haine sont des valeurs malsaines qui peuvent conduire au désastre. Film s'appuyant sur les défauts humains, le film du réalisateur signifie une chose. Que des hommes ou des femmes ou même des enfants qui sont considérés comme des gens de bonne société camouflent leurs véritables natures et l'on se rend compte que cette société contemporaine très libre dans les moeurs ne se limite qu'à la vulgarité et au lynchage autrement dit toutes ces personnes sont des lâches. Le spectacle affligeant et spectaculaire que propose Arthur Penn démontre que le réalisateur se sent révolté face à ces mentalités. Au final, Arthur Penn signe un film puissant, subversif et dénué d'espoir comme si le terme d'humanisme ne signifiait plus rien. Un grand film sombre!
cris11
cris11

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 973 critiques

2,0
Publiée le 16/08/2012
La poursuite impitoyable n'a de poursuite que le titre. J'ai été extrêmement déçu par ce film qui promettait énormément avec en tête d'affiche Marlon Brando et Robert Redford. Ce dernier justement doit apparaître à peu près 20 - 25 minutes sur les 2H que comporte le film. Quant à Marlon Brando, c'est guère mieux. Cependant, Marlon Brando peut davantage montrer son charisme et son jeu d'acteur par rapport à un Redford enfermé dans un rôle assez faible. Le film dure 2 heures: les 5 premières minutes ça démarre plutôt bien avec l'"évasion" de la prison de Redford; l'heure suivante est une véritable purge: Arthur Penn souhaite nous montrer la mentalité des petits patelins d'Amérique dans les années 60 à travers des personnages plus caricaturaux les uns que les autres et une multitude de petites histoires sans queue ni tête. Il n'y a aucune tension. Le demi-heure suivante commence à être plus intérressante avec un semblant d'histoire prenant forme. Enfin, la dernière demi-heure est par contre excellente, très accrocheuse, particulièrement sombre et avec beaucoup de tension. Ce passage sauve vraiment le film. Au final, c'est pour moi un film qui ne m'aura vraiment pas marqué, la faute à une heure de film ne servant quasiment à rien.
Lotorski
Lotorski

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 588 critiques

2,5
Publiée le 14/01/2010
Je me suis pas mal ennuyé les trois premiers quarts du film, avant d'être réveillé pour un final assez intéressant.
quaoar
quaoar

Suivre son activité Lire ses 9 critiques

1,0
Publiée le 04/09/2004
Brando décidément bien seul dans cette descente dans un musée Grévin (dont la cire a pris un coup de chaud) d'acteurs postiches, qui à regarder au loin (approchez ! gros plans sur visages fiers ! c'est pas cher !) finissent par faire espérer au spectateur quelque intervention divine... hélas. L'histoire est prévisible, ce qui n'aurait rien de gênant si le film prenait un peu d'altitude et si la mise en scène n'insistait pas lourdement sur chaque détail des relations entre les personnages... on nous assène à coup de truelle que le shérif est un Bon, à coup de bouteilles (pleines, puis vides) que les magnats du pétrole sont des Brutes, et à coup de bécots (spumeux) que Dudule et Doudoune sont Amants : c'est vite lassant. Au total... une théâtralité bien fade.
Danny Wilde
Danny Wilde

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 503 critiques

4,0
Publiée le 02/02/2016
Une véritable tragédie sociale où le réalisateur détecte avec acuité les aspirations de toutes les couches du tissu social et le malaise d'une société dans une petite ville du Texas. A travers une chasse à l'homme, le film observe la montée de la violence chez des citoyens à priori sans histoire ou désoeuvrés qui n'ont plus que ce moyen expiatoire pour s'imposer dans le rang social. Cette montée de la violence arrache les habitants à leur torpeur et à leur conformisme, déchaînant les sentiments refoulés, le fanatisme, l'exclusion et les passions. Pour tenter d'endiguer la folie de ce microcosme de l'Amérique moderne, le sheriff incarné par un Marlon Brando des grands jours, reste hélas impuissant. Le reste du casting est exceptionnel jusque dans les petits rôles. Arthur Penn signe ici un de ses grands films, en dénonçant non seulement le racisme latent et le goût pour une violence collective et aveugle, mais aussi le pouvoir corrupteur de l'argent et la fragilité de l'empire d'un potentat local. C'est donc une description au vitriol de l'Amérique de Lyndon Johnson, un film d'une grande puissance au réalisme brutal.
tuco-ramirez
tuco-ramirez

Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 103 critiques

3,0
Publiée le 28/01/2016
Une bourgade au Sud des Etats Unis, un samedi soir festif va mal tourner. Dans l’après-midi, un jeune du coin s’est évadé de sa taule. Pas très dangereux, semble-t-il ; mais un beau prétexte pour embraser des esprits bourgeois de blancos souvent bien éméchés. Le shérif, garant de la loi, va devoir s’interposer devant cette traque à l’homme et un lynchage programmé ; quitte à y laisser de sa santé… Que c’est sympa le Sud des States !!! Le grand Arthur Penn, un des pionniers du nouvel Hollywood, commence à poser les jalons, avec ce film, du virage pris par le cinéma outre atlantique. Suivi ensuite par Cimino, Friedkin, Coppola ou Peckinpah ; l’âpreté et la critique frontale de ce que devient l’amérique constituera cette nouvelle vague US. L’an suivant Penn réalisera un de ses chefs d’œuvre « Bonnie and Clyde » puis après « Little big man ». L’ambiance dans ce film reste malgré tout très classique et s’apparente beaucoup au western. Un shérif, seul garant de l’intégrité, la tolérance, l’humanité et la justice tel était déjà le sujet de « Le train sifflera trois fois ». L’intérêt du film repose alors essentiellement sur le portrait au vitriol qu’il dresse de cette société blanche américaine décadente. Commençons par les individus qui la composent ; lâches et agressifs ; avinés et racistes. spoiler: La première scène du film donne le ton, une jeune femme noire et son fils passent en voiture devant un cadavre de blanc et la mère dit : « Tourne la tête. Regarde devant toi. Il faut les blancs régler les problèmes de blanc. ». Penn dit clairement que l’on va voir ce qui déconne dans le merdier créé par les blancs. L’ « American Dream » réduit les bourgeois à une condescendance qui peut vite s’enflammer dans le désœuvrement alcoolisé d’un samedi soir. Car Penn situe son film sur un espace-temps réduit ; une soirée. Et sur la société, Penn pose de manière directe la question du port d’armes, la corruption des forces de l’ordre, l’alcoolisme mondain, la sexualité libérée, la discrimination raciale,… suivi par une distribution de premier choix. Frontal, oui, peut-être trop ; çà manque parfois de subtilité. Bertrand Tavernier, docteur es ciné, dit de ce film : « désastreux », œuvre redondante écrite dans un style préhistorique », « effets pachydermiques », « que de stupidités ! ». Penn était aussi très déçu du résultat final. Le sujet était intéressant, la critique bien sentie, film rude et pamphlétaire sur une société décadente… mais pour reprendre Tavernier « effets pachydermiques ».
Sergio-Leone
Sergio-Leone

Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 1 092 critiques

3,0
Publiée le 12/11/2013
Arthur Penn aux manettes quand même, Marlon Brando et Robert Redford sur une même affiche... Disons que sur le papier ça en jette un peu. Le résultat est un peu plus décevant avec un classique plutôt conventionnel et quelques sujets de fond importants concernant le racisme mais traités de manière trop caricaturale à mon goût. Brando est impérial en homme de loi et vole la vedette à Redford un peu en retrait malgré un personnage central. On atteint pas l'élégance et l'efficacité du superbe "Bonnie and Clyde" du même réalisateur.
-marc-
-marc-

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 233 critiques

4,5
Publiée le 05/02/2013
Les démocrates hollywoodiens s'offrent leur "nouvelle vague". Arthur Penn s'inspire de Fellini dans une fausse nonchalance. Le résultat est une charge virulente contre la mentalité des petites villes du middle west, bastion des républicains. De ce côté de l'Atlantique, on y voit l'image qu'on se fait des américains. Film féroce dont chaque détail est un coup de bistouri porté avec précision là où est le mal.
Mosse.
Mosse.

Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 445 critiques

4,5
Publiée le 25/04/2011
Après un début assez long, le film débute réellement et à partir de ce moment on ne voit plus le temps passer, le rythme est fabuleux, Redford et Fonda crèvent l'écran, Brando est un peu en retrait mais toujours aussi imposant, le scénario très bien mené et intéressant, les scènes mémorables,... Un tout tout grand film trop méconnu !
Vagelios
Vagelios

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 975 critiques

2,5
Publiée le 14/12/2006
Bon drame d' époque sur la bêtise humaine à la trame intéressante de bout en bout. Marlon Brando y livre une très bonne performance.
Tedy
Tedy

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 2 469 critiques

2,5
Publiée le 17/12/2008
Film assez inégal dans l'ensemble: ainsi s'alternent longueurs et moments prenants.
Serpiko77
Serpiko77

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 1 131 critiques

4,5
Publiée le 25/03/2011
Un chef d'œuvre magnifique, on est littéralement scotché devant son écran durant les 2h15 du film. Les acteurs sont tous brillants et Arthur Penn maitrise totalement son sujet.
yannick R.
yannick R.

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 949 critiques

5,0
Publiée le 26/01/2009
chef d'oeuvre du cinéma américain ce film représente trés bien l'amérique des années 1950,1960 avec marlon BRANDO comme shérif trés bon.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top