Mon AlloCiné
    Les Sentiers de la gloire
    note moyenne
    4,4
    5725 notes dont 356 critiques
    52% (186 critiques)
    39% (138 critiques)
    6% (20 critiques)
    2% (8 critiques)
    1% (3 critiques)
    0% (1 critique)
    Votre avis sur Les Sentiers de la gloire ?

    356 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 30 août 2019
    Il y a de ces films dont la texture de l’image vous convainc avant même de vous avoir introduit dans l’histoire. Les premiers plans de Path of Glory se passant dans les tranchées nous plongent dans l’univers de la Première guerre mondiale avec tellement de vraisemblance qu’il est impossible de ne pas s’y laisser enrôler. Une fois qu’on y est, on réalise à quel point l’appareil et l’esprit militaire déshumanise. Sous la notion sacrée de patriotisme, le citoyen voit sa liberté et sa dignité passer derrière la folie des grandeurs et la soif de gloire des gens de pouvoir. Plus tu es bas dans la hiérarchie guerrière, moins ta vie a de la valeur. Tes sentiments ne sont plus considérés et tu es susceptible à la moindre occasion de servir de chair à canon. Stanley Kubrick et son équipe aborde le sujet avec intelligence et subtilité. Les comédiens interprétant les hauts gradés sont bien dosés tout comme ceux qui incarnent les simples soldats. Entre eux un Kirk Douglas sobre et juste comme jamais dans la peau du colonel pris entre l’arbre et l’écorce. La conclusion montrant ses compagnons d’armes festoyer et tout à coup tomber dans une profonde tristesse à l’écoute d’une chanson interprétée par une allemande en larmes est une séquence saisissante. En mettant le focus sur l’âme de ces hommes sacrifiés, l’auteur amplifie la portée de sa dénonciation. La dernière réplique du film annonçant au colonel que son régiment devra retourner au front dès le lendemain en rajoute. Le spectateur, lui, regarde défiler le générique avec un profond sentiment de révolte.
    ElAurens
    ElAurens

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 585 critiques

    5,0
    Publiée le 16 juillet 2010
    Pas d’explosions, de sang, de fusillades a tout va, juste un très bon scénario montrant l’absurdité de la guerre. Pas de soldats allemands dans ce film, l’opposition se passe entre officiers et soldats français (une honte). Un chef d’œuvre signé Stanley Kubrick
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1127 abonnés Lire ses 2 462 critiques

    5,0
    Publiée le 3 janvier 2014
    Voilà LE film sur la première guerre mondiale, et je ne dois certainement pas être le seul à le dire. Encore une fois, la rigueur formelle et discursive de Kubrick emporte le tout, surtout que, une fois n’est pas coutume, le génie du septième art a su tirer de cet évènement un enjeu aussi universel que captivant : les rouages aberrants de la mécanique de guerre. Qu’il soit en noir et blanc ou pas devient vite un détail, face à l’intelligence et la pertinence de la démarche. Bref, voilà bien un chef doeuvre que je conseille fortement.
    Housecoat
    Housecoat

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 6 critiques

    4,5
    Publiée le 2 janvier 2017
    Kirk Douglas, acteur, producteur et légende d'Hollywood fête ses 100 ans aujourd'hui (et toujours ses dents). Quel meilleur moyen de fêter ça qu'avec un de ses meilleurs films ? Le duo Stanley Kubrick/Kirk Douglas fait des merveilles avec ce film lourd de sens mais réalisé avec un aplomb d'envergure qui lui donne un visuel épique (quand on voit le budget ne plafonnant pas le million c'est d'autant plus impressionnant de voir comment Kubrick a mis ce film de guerre en valeur). L'action se passe en 1916 durant la Première Guerre Mondiale (il y a 100 ans, l'année de naissance de Douglas. Coïncidence ? Chance ? Destiné ? Probablement). Le film est froid, sale, injuste et triste dans sa toute fin. Les mouvements de caméra rendent cette histoire vivante sur le champ de bataille et statique dans le quartier général de l'armée. Et Kubrick ne se base pas uniquement sur sa réalisation pour rendre le film prenant, nous plongeant dans l'horreur de la guerre et de la peur de la mort qui peut arriver à tout instant, les soldats sont désemparés et désespérés, spoiler: ce paroxysme est atteint dans ce final lorsque l'on admire une allemande chanter (moi qui trouve que Kubrick délaisse un peu trop l'émotion dans ses autres films, là il a fait fort). Mais ce qui est autant à retenir, c'est surtout le fond du film. Un pamphlet pacifiste contre l'absurdité de la guerre, des morts et de la hiérarchie qui considère les soldats comme de la chair à canon facilement sacrifiable. Le film nous montre que chacun a une personnalité et qu'en sacrifier, même un seul, est un acte inqualifiable (encore plus pour les raisons qui poussent à leur sacrifice). Le champ de bataille blase les soldats, spoiler: à tel point que lorsque les trois soldats concernés aux tribunal sont condamnés à mort, c'est là qu'ils montrent leurs véritables faiblesses. Et en parlant de ça, les acteurs sont au meilleur d'eux-mêmes. Mais celui que l'on retiendra le plus est bien entendu le grand Kirk Douglas. Jamais il n'a autant brillé ! Stanley Kubrick le met un maximum en valeur et le montre comme un titan qui ne se laissera jamais écraser que ce soit sous les bombes ou contre un système corrompu. Il nous suggère pour quelle raison agit-il autant dans cette histoire troublante. spoiler: Pour moi c'est pour la justice. De ce fait, le propos du film nous touche encore plus car nous devons y répondre. Les Sentiers de la gloire est une oeuvre phare à laquelle à participer l'un des plus grands acteurs d'Hollywood qui souffle cent bougies sur son gâteau aujourd'hui, il a vu naître toute les générations de cinéastes et sublimé le cinéma de sa présence. Il est littéralement une légende vivante. Kirk Douglas est centenaire mais ses 60 ans de carrière ponctué de 20 000 Lieues sous les mers, Les Vikings, La Vie passionnée de Vincent Van Gogh, Spartacus et bien sûr Les Sentiers de la gloire et beaucoup d'autres chefs-d’œuvres, l'ont rendu à jamais immortel.
    reymi586
    reymi586

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 2 102 critiques

    5,0
    Publiée le 2 septembre 2011
    Jamais un film n'a aussi bien montré l'absurdité de la guerre. Les attaques inutiles, les gradés sans âmes et la justice pourrie font froid dans le dos mais ça a pourtant existé! Kubrick prouve encore une fois qu'il est un visionnaire en montrant un tel sujet encore tabou 50 ans plus tard
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 222 abonnés Lire ses 356 critiques

    4,5
    Publiée le 10 décembre 2015
    Alors que dans son fameux "Full Metal Jacket", Stanley Kubrick démontrait l'absurdité de la guerre en ce qu'elle traumatise ceux qui la font, "Les Sentiers de la gloire" dénonce la politique de ceux qui la mènent, ces derniers faisant de trois soldats qui ont "refusé" d'avancer lors d'une bataille des exemples en les exécutant. Pour dépeindre cette absurdité, Kubrick choisit de mettre en scène une opposition entre deux groupes : d'un côté les généraux-procureurs et de l'autre les trois condamnés soutenus par le colonel Dax (Kirk Douglas éblouissant), figure du soldat idéaliste qui lutte vaillamment et vainement contre une instance qui ne fait de la guerre qu'un pouvoir jouissif. À l'empathie et à l'espoir que le cinéaste porte pour les accusés s'oppose une posture virulente et critique envers les supérieurs, magistralement incarnée dans une séquence de procès absurde qui vire à la parodie. "Les Sentiers de la gloire" confirme le pessimisme affiché par Kubrick devant le potentiel moral du genre humain, et le fait dans un geste à la fois épuré et dense, une fulgurance qui mêle l'intime (les convictions d'un homme) au politique (la folie d'un système) et qui aboutit à un constat aussi terrible que lucide : la guerre, dans tous les cas, détruit les hommes.
    Truman.
    Truman.

    Suivre son activité 139 abonnés Lire ses 1 364 critiques

    4,0
    Publiée le 2 décembre 2013
    Les sentiers de la gloire est le quatrième film de Stanley Kubrick mais c'est aussi son deuxième film abordant le sujet de la guerre ( Fear and desire étant le premier et aussi son premier long métrage ) . Il faut deja savoir une chose bien que Kubrick ait réalisé cinq films tournant directement ou non autour de la guerre et de l'armée ce n'est pas pour autant qu'il l'aime car chacun de ses films sont la pour dénoncer et offrir une réflexion bien loin du stupide divertissement comme on peut en voir trop souvent . Stanley Kubrick offre du cinéma antimilitariste dénonçant l'horreur, la stupidité et la violence des hommes . Ici il dénonce plus précisément l'armée et ses méthodes meurtrière envers ses propres soldats les condamnant quoi qu'ils fassent a la mort, il dénonce le système qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez et qui est prêt a assassiner ses hommes pour "l'exemple" . Il fait tout ceci sur fond de la première guerre mondiale et ses tranchées . Ce qu'il y a de plus intéressant dans ce film c'est de voir qu'il s'inspire de faits réel ou environ 600 soldats Français furent fusillés pour l'exemple . Une dénonciation percutante qui valu au film un jolie retard dans sa sortie Française, un retard de 18 ans pour une sortie en 1975 . On retrouve vite le style de Kubrick dans une réalisation exemplaire, de super travelings, des cadrages parfait ou encore de magnifique jeux d'ombre et de lumière parfaitement maitrisés . Oui la réalisation nous montre que l'on est bien chez tonton Kubrick et ses doigts de fée . Tout ceci baigne dans une ambiance froide et cynique ou les acteurs sont tous aussi bon les un que les autres . Les Sentiers de la gloire est un film percutant dénonciateur et magnifiquement réalisé, il est aussi court ce qui lui empêche d'avoir la moindre scène inutile et d'aller rapidement droit au but . Mention spécial au figurant qui joue un cadavre et qui sursaute a cause d'une explosion .
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 340 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    4,5
    Publiée le 9 janvier 2017
    Stanley Kubrick s'attaque pour la première fois au thème de la guerre, et une fois de plus, c'est totalement réussi et parfaitement maitrisé. Il relate un authentique et scandaleux incident survenue au sein de l'armée Française pendant la première guerre mondiale, et il nous sert un film puissant, froid et d'un horrifiant réalisme. Deux généraux ordonnent à leurs hommes de charger les Allemands de façon quasi-suicidaire, devant l'impossibilité de la mission et la mort de plusieurs de leurs camarades, un petit groupe revient et va être accusé de lâcheté, 3 fantassins vont être désigné au hasard pour passer devant la cour martiale. Kubrick nous livre une grande œuvre, intelligente, terrifiante et efficace vis à vis du message anti-militariste. Il nous montre de manière forte non manichéenne et juste l'orgueil et l'ambition des généraux prêt à envoyer leurs soldats à la mort, que ce soit sur le front ou en coulisse, mais aussi l’instrumentalisation de la guerre, le bellicisme ou encore les "procès" de guerre et c'est tout le système de l'armée qui en prend pour son grade. Les interprétations sont excellente, Kirk Douglas en tête. Sa mise en scène est géniale, tout comme ce noir et blanc et la photographie. Poignant, émouvant et tout simplement grandiose, un chef d'œuvre de Stanley Kubrick qui nous prend aux tripes. Au passage, les Français ont dû attendre 17 ans pour que le film sorte sur leurs écrans !
    Puce6386
    Puce6386

    Suivre son activité 408 abonnés Lire ses 908 critiques

    4,0
    Publiée le 18 septembre 2010
    Un bon film, passionnant, et qui ne nous laisse pas insensible. La mise en scène est bien travaillée, et rend compte de la noirceur de la guerre. La photographie en noir et blanc donne encore plus de réalité au film. Cependant, cette réalisation ne dégage pas la virtuosité et l'ingénieuse maîtrise habituellement présentes dans les oeuvres de Stanley Kubrick.
    kibruk
    kibruk

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 1 332 critiques

    5,0
    Publiée le 26 avril 2010
    "Les sentiers de la gloire" est encore l'un des meilleurs films de guerre et le seul vraiment remarquable sur la première, conflit mondial pas très cinégénique. Le scénario reprend avec brio la thématique toujours controversée des fusillés pour l'exemple. Ce film reste le plus extraordinaire plaidoyer antimilitariste, il dénonce non seulement les atrocités collectives de la guerre (la scène géniale de l'attaque des tranchées allemandes), mais aussi les lâchetés individuelles des simples soldats jusqu'aux plus hauts gradés.
    Tom H.
    Tom H.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 59 critiques

    5,0
    Publiée le 18 février 2014
    Ce film est d'autant plus impressionnant qu'il vient tout de même d'un jeune réalisateur de l'époque qui je crois était très sous-estimé. Il est jeune, il s'attaque à une guerre complexe à adapté, à un pays qui n'est pas le sien, il apporte un regard objectif sur les événements de son propre film, c'est grandiose. La scène où le général ordonne de tirer sur ses propres troupes est une de mes scènes préférées au cinéma. C'est intense et très symbolique.
    cinono1
    cinono1

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 979 critiques

    5,0
    Publiée le 7 juin 2009
    " on ne juge pas ces hommes pour leurs bravoures passées mais pour leur lacheté récente" Un brulot contre l'appareil militaire, longtemps interdit, et on comprend pourquoi. Kubrick, aidé de Jim Thomson au scénario, règle le compte de l'armée, et au passage de l'église et de la justice. On ne sait pas tres bien si l'on doit rire ou pleurer devant ce spectacle de lacheté et d'irresponsabilité. la scène dans le bar, seul moment de répit, conclut le film de manière fort émouvante.
    TCovert
    TCovert

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 383 critiques

    5,0
    Publiée le 6 septembre 2009
    Un très bon film. Kubrick nous offre une oeuvre anti-militariste à l'image de Full Metal Jacket. Choix du noir et blanc pour coller au propos et favoriser le réalisme des scènes de combats (celles-ci ressemblent à des images d'archives). Film de guerre anti-conventionnel par son absence de l'ennemi (on ne voit jamais les allemands), il dépeint l'injustice de certaines exécutions "pour l'exemple" orchestré par des officiers sans scrupules prêt à tout pour sauver leur image. Kubrick essaye d'humaniser le simple soldat, à l'image du personnage sincère et honnête de Kirk Douglas qui livre au passage une belle performance.
    ClashDoherty
    ClashDoherty

    Suivre son activité 161 abonnés Lire ses 715 critiques

    5,0
    Publiée le 17 décembre 2006
    Rien à dire, ce film me sidère. Presque 5 ans d'existence, et pas une ride, ce film reste un des plus grands films de guerre au monde, et le plusgrand sur la première guerre mondiale. Kirk Douglas est épatant. A noter, la femme chantant pour les soldats, à la fin, est Christiane Kubrick. Kubrick l'a rencontrée sur le tournage de ce film, il l'épousera peu de temps après... Incontestablement une des plus belles oeuvres de Kubrick, un film fort, puissant, à l'affiche (française) dramatiquement vraie. Il sera interdit en France pendant 15 ans, l'Armée de notre belle nation n'appréciant que peu la manière dont SK montrait les exactions de la Grande Guerre... Ces "Sentiers" n'ont rien perdu de leur puissance.
    Aram.
    Aram.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 49 critiques

    5,0
    Publiée le 28 août 2013
    Chez Kubrick, on peut en général difficilement parler d'héroïsme des personnages. Cherchez le bien dans Full Metal Jacket, Eyes wide shut, Orange mécanique, pas facile hein ? Pourtant dans Les sentiers de la gloire - pas le moins polémique de ses films - il y a au moins un héros : le colonel Dax (magistral Kirk Douglas), qui aux honneurs et décorations préfère défendre ses soldats, condamnés à l'éxécution pour l'exemple, mais c'est un héros impuissant. On dit souvent de Kubrick qu'il est cynique et misanthrope, mais il n'y a pas plus révolté et humaniste que Les sentiers de la gloire. Il n'y a pas pamphlet antimilitariste plus bouleversant. La guerre on la voit très peu d'ailleurs, le temps d'une séquence admirable où Kubrick nous montre encore une fois sa science du travelling. La guerre flotte au-dessus du film, comme le jeu puéril de puissants qui ne la feront pas, eux, la guerre. Ils laissent leur soldats-pantins mourir à leur place et récolte les décorations. Mais parmi les millions de tués pendant les combats, seuls trois sont évoqués. Parce que personne ne pourra contester l'absurdité de leur mort, ils sont les trois symboles de l'absurdité de la guerre. "All I know is that nobody wants to die". Il n'y a plus à rien à dire après ça. Plus de débat. Mais il y aura - c'était immanquable - polémique, en France notamment où il fallut attendre 1975 (18 ans après) pour le voir en salles, comme si le nihilisme était finalement plus rassurant que la dénonciation de l'injustice.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top