Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Le Petit lieutenant
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Le Petit lieutenant" et de son tournage !

Flic ou voyou?

Sur la genèse de son film, Xavier Beauvois explique: "C'était d'abord l'envie de me frotter à l'idée du film de genre, comme le polar. (...) Au début, je me suis intéressé aux voyous. J'en ai vu quelques-uns, mais je les ai trouvés trop paranos. La prison, ça les rend compliqués comme garçons. Ensuite, des flics m'ont confirmé que les beaux voyous n'existent plus vraiment. Il ne reste que quelques braqueurs de fourgons et des proxénètes russes. La grande délinquance est en col blanc. (...) Donc je suis allé voir les flics et j'ai passé beaucoup de temps avec eux au quotidien. Je n'avais pas prévu que ce serait aussi intéressant comme métier : ça me convient très bien, ça m'a beaucoup excité. Mais je n'y connaissais rien, c'était une découverte totale. Au début, les flics ne m'ont pas montré grand-chose puis, plus ça allait, plus on est devenu potes, plus je suis allé loin."

Jalil Lespert, rapide à la détente

Xavier Beauvois : "J'ai laissé faire Jalil Lespert parce que j'ai l'impression qu'il est entré dans le film en 15 secondes. Quand on a tourné les scènes à l'École de Police, il est arrivé, a mis son uniforme immédiatement, a demandé comment ça se passait à un vrai flic. Quelques minutes après il a fait "ok j'ai compris", puis est devenu le petit lieutenant en direct devant la caméra - parce que je tournais déjà à ce moment-là. Je n'ai pas l'impression de l'avoir beaucoup dirigé, il a fouiné un peu et a tout pigé seul."

Silenzio

Xavier Beauvois : "C'est assez rare, un film sans musique, d'habitude tu es obligé. Avant le tournage, on me demandait "tu vas mettre quoi comme musique ?", je répondais "je n'en sais rien, il faut écouter le film, il a une âme, il faut écouter les acteurs, les techniciens. Mais surtout ce que dit le film". Puis j'ai voulu faire le pari de m'en passer... Quand je suis flippé, que je marche dans la rue, je n'ai pas un quatuor à cordes qui me colle aux basques. Pourquoi, quand les gens sont flippés dans un film, ont-ils un orchestre qui les suit ?"

Seul le vrai est aimable (Boileau)

Xavier Beauvois: "La simplicité, dans ce métier, c'est d'abord d'aller demander aux gens dont c'est le boulot comment ils font. Mais souvent, je prends les vrais. Par exemple, le traducteur dans le film est un vrai traducteur russe de la police judiciaire. Pourquoi s'emmerder à trouver un acteur qui comprend le russe ?... Là, il suffit de le mettre en confiance, et hop. (...) Avec les comédiens, on n'a pas d'atomes crochus. Moi, je veux que les mecs soient les personnages, je ne veux pas qu'ils apprennent leur texte avant mais le matin même, au maquillage. (...) Quand tu mets un vrai SDF polonais face à Nathalie Baye, ça marche merveilleusement bien (...), aucun comédien de théâtre maquillé pour jouer un SDF ne peut faire comme s'il avait passé 25 ans dans la rue à faire la manche et à picoler. Impossible d'avoir ces dents, ce regard, c'est trop dur. Une vie de souffrance, ça ne peut pas s'imiter."

Deuxième collaboration avec Nathalie Baye

Xavier Beauvois avait déjà dirigé Nathalie Baye dans Selon Matthieu et la retrouve avec bonheur. Question d'osmose : "Ce que j'aime beaucoup chez elle, et c'est pour ça que ça colle bien avec moi, c'est qu'elle est très forte, puissante, intelligente, énergique, mais qu'elle a l'air tellement fragile. Son côté petite danseuse me touche beaucoup. Moi aussi j'ai des côtés très forts et d'autres assez fragiles. J'avais besoin pour ce personnage de quelqu'un qui me donne entière confiance, à qui je ne sois pas obligé d'expliquer tout ce que je veux, tout ce que je suis en train de faire. (...) Ça se fait dans une intelligence qui ne passe pas par des discussions intellectuelles. Ce sont plutôt des atomes crochus, des cerveaux qui fonctionnent sur la même longueur d'onde. C'est exactement ce qui s'est passé sur ce film avec tous les acteurs, avec Roschdy Zem, Jalil Lespert, Jacques Perrin, avec Antoine Chappey : il n'y avait quasiment pas de discussions sur la direction d'acteurs, j'avais l'impression qu'ils avaient tout compris."

De l'utilité de maîtriser son sujet !

Xavier Beauvois : "La majorité des gens des séries télé n'ont jamais foutu les pieds dans un vrai commissariat, donc s'imaginent des trucs : c'est du grand n'importe quoi. L'autre jour, je voyais une série : les flics sortaient du commissariat avec leur brassard "police" comme des zombies ; mais le brassard police, c'est quand tu arrêtes quelqu'un, tu le mets pour qu'on ne te confonde pas avec un voyou. (...) Les gens s'inspirent des films qu'ils ont vus, qui eux mêmes se sont inspirés de bouquins, des bouquins qui se sont inspirés de films - et comme tout le monde s'inspire de tout le monde mais que personne ne retourne à la source, on en arrive à des trucs abracadabrants."

Lumière sur Caroline

Dans la scène du train, la femme qui se trouve face à Nathalie Baye n'est autre que Caroline Champetier, l'une des chef-opératrices les plus demandées du cinéma français. Godard, Rivette, Doillon, Techiné, Garrel et Jacquot ont tous fait appel à elle. Elle collabora avec Xavier Beauvois sur N'oublie pas que tu vas mourir et Selon Matthieu.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Avengers: Endgame (2019)
  • After - Chapitre 1 (2019)
  • Simetierre (2019)
  • La Malédiction de la Dame blanche (2019)
  • Les Crevettes pailletées (2019)
  • Monsieur Link (2019)
  • Just a gigolo (2018)
  • Mon Inconnue (2019)
  • Raoul Taburin (2018)
  • Shazam! (2019)
  • Tanguy, le retour (2018)
  • Dumbo (2019)
  • El Reino (2018)
  • Nous finirons ensemble (2018)
  • Chamboultout (2019)
  • La Lutte des classes (2018)
  • Captain Marvel (2019)
  • Le Vent de la liberté (2018)
  • Le Parc des merveilles (2019)
  • L'Empereur de Paris (2018)
Back to Top