Mon AlloCiné
La Vie est belle
note moyenne
4,4
44236 notes dont 912 critiques
63% (577 critiques)
24% (222 critiques)
4% (40 critiques)
4% (32 critiques)
2% (18 critiques)
3% (23 critiques)
Votre avis sur La Vie est belle ?

912 critiques spectateurs

Stephenballade

Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 897 critiques

4,0Très bien
Publiée le 18/11/2017

Voici donc le Grand Prix du jury du Festival de Cannes de l’année 1998. Moi qui ai très souvent du mal avec les œuvres primées sur la Croisette, je dois admettre que cette fois, il en est tout à fait autrement. Tout simplement parce que je ne crois pas me tromper en disant que "La vie est belle" a surpris tout le monde. Et Roberto Benigni a continué à étonner tout le monde lors de la remise du prix. Il a été si expansif qu’il semble que personne auparavant n’ait été aussi heureux que lui d’être reçu avec mention au plus prestigieux des festivals. Expansif, heureux, volubile, expressif, fouzègue, il respire la joie de vivre par une extravagance qui fait plaisir à voir et il s’en fallait de peu pour qu’il ose aller embrasser toute l’assemblée : bref, pour lui, la vie était belle, et nul doute qu’elle l’est encore. Des traits de caractère qui provoquent le respect (c’est bien d’être perpétuellement optimiste). Des traits de caractère qu’on retrouve chez Guido Orefice, son personnage. Un rôle décidément taillé sur mesure pour lui-même, par lui-même, et filmé par lui-même. Mais des traits de caractère qui peuvent aussi agacer, tant ces gens semblent ne rien prendre au sérieux. Tout est matière à rigoler, comme si rien n’est important et que la vie est un bien précieux dont il faut vite profiter. En fait, fidèle à mon incurable manie de tout ignorer du film avant de le visionner, je ne m’attendais pas du tout à ce genre de film. La surprise est donc au rendez-vous, succédant à la frustration. "La vie est belle" se fait en deux parties bien distinctes, de longueur équivalente. La première est empreinte de joie de vivre. Mais une joie de vivre qui devient limite soûlante. Emmené par ce personnage qui semble ne rien prendre au sérieux et ne penser qu’à s’amuser, le spectateur a l’impression de tourner en rond, de la même façon que Guido tourne autour de Dora : ça n’avance pas et on craint (ou pas) de voir l’opération séduction échouer. Mais après ? on va faire 117 minutes comme ça ? Quoi qu’il en soit, par la mise en scène, on notera un hommage rendu (voulu ?) envers les comédies musicales par la scène d’ouverture, ou par les petits pas de danse sous un parapluie improvisé quand notre fanfaron quitte sa belle après une déclaration d’amour pour le moins cavalière. On peut y voir aussi éventuellement un hommage à la vie. Que dis-je ? Une ode à la vie, avec ce qu'il faut d’opportunisme et de grande intelligence. Dans tous les cas, c’est dynamique, c’est frais et léger, mais on ne voit pas bien où on va nous emmener. Jusqu’aux indices annonçant un avenir plus sombre, distillés après une magnifique ellipse nous faisant sauter quatre années d’un seul coup d’un seul. Hé oui, les fanfaronnades de Guido font oublier que l’action se déroule en 1939, dans un pays où le fascisme et le nazisme montent irrémédiablement en puissance. C’est là qu’intervient la seconde partie, plus grave, plus sombre, sans être dénuée de l’inépuisable bonne humeur du personnage principal. Une façon de dire que dans la vie, il n’y pas de problèmes, mais que des solutions. Une philosophie qui vous affranchit de toutes les difficultés que la vie nous réserve (sans pour autant les éluder), une philosophie à laquelle je suis moi-même fidèle et que je ne peux de ce fait que comprendre. Malgré tout, Benigni ne sombrera jamais dans le pathos. L’aspect dramatique n’a pas été pour autant banni, au contraire, il est bien présent. Présent, mais pas pesant. Il amène un fort contraste dans une situation où Guido est le seul à sembler trouver matière à rire au sein d'un lieu qui sent la mort à des kilomètres à la ronde. Ceci a l’avantage aussi de mettre en avant l’incrédulité de tout un peuple, une incrédulité suscitée par la méconnaissance (voire l’ignorance, ou le déni) quant aux mesures d’épuration. Benigni s’offre même le luxe d’employer des mots forts, tels que « race supérieure », au point d’en faire des mots chocs. Sinon, l’immersion dans les années 40 est plutôt réussie. Principalement par une bande son un tantinet désuète, et qui ne manque pas de rappeler les sonorités des films d’antan. C’est ce qui fait leur charme, offrant du même coup le courage de rester devant les épuisantes gesticulations et les incessantes discussions de ce drôle de bonhomme. Ah oui, il est un peu beaucoup énormément bavard, se faisant souvent les questions et les réponses. Un vrai moulin à paroles ! Je vous l’ai dit, il est particulièrement volubile, ce qui en fait un personnage des plus extravagants, et passer une heure avec quelqu'un comme lui dans la vraie vie vous fait vieillir d'un an. Il y a aussi une chose sur laquelle j’ai changé d’avis : dans un premier temps, je regrettais que l’image ne soit pas en noir et blanc. Ceux qui ont toujours raison diront que le noir et le blanc sont des couleurs (ils n’ont pas tort), mais le noir & blanc aurait permis de renforcer le charme suranné de la bande son. Et puis j’ai fini par comprendre le choix de tourner ce film en couleurs : la vie en est pleine ! de couleurs, cela va de soi. Bon je sais que tout le monde ne sera pas convaincu sur ce coup-là. Mais conformément à sa façon d’aborder la vie, Benigni a sa façon de dire que la vie est un bonbon acidulé qu’il faut déguster au maximum dès la moindre occasion, aussi infime soit-elle. Et tel un sujet qu’il connaît de fond en comble, il l’a magnifiquement écrit, mis en scène, et interprété. Autrement dit, il porte le film sur les bras et les épaules, et suffit à lui seul à inonder l’écran de sa seule présence malgré la jolie paire père/fils qu’il forme avec Giorgio Cantarini (superbe de sobriété et de sagesse) et malgré le trophée tant convoité par Guido en la personne de Dora (très jolie Nicoletta Braschi qui par cette apparition, a une ressemblance assez troublante avec… Danielle Darrieux, récemment disparue). Au cours de ce film à la fois dur et joli, les émotions seront complétées aussi par la musique de Nicola Piovani. Cette partition a une particularité : elle est déclinée en plusieurs thèmes musicaux, le principal (et le plus fréquent), un autre lors de scènes d'amour (comme quand Guido se retrouve en tête-à-tête avec Dora) et celui de la mort (comme quand ils sont emmenés au camp). "La vie est belle", une œuvre maîtrisée de bout en bout ? Presque ! Par moments, on voit clairement que c’est tourné en studios : le carton-pâte des décors est quelquefois flagrant, et différents angles de prise de vue sur une même séquence trahissent un changement de direction dans les ombres. Rien de bien grave, en somme. Quant au camp de concentration, la structure rappelle celle d’Auschwitz (il est seulement cité dans le générique de fin), mais pas suffisamment de façon convaincante pour en dissiper les doutes. Manque de moyens pour une reconstitution plus fidèle ? Sans doute, car le site n’autorise pas les tournages (Spielberg avait été confronté à cette difficulté en 1993 pour "La liste de Schindler"). Pour conclure en évoquant le court laïus narré en voix off à l’entame du film, "La vie est belle" est une histoire est simple sans être pour autant facile à raconter. Elle s’apparente à un conte, à la fois douloureux et plein de merveilleux et de bonheur. "La vie est belle" est donc une œuvre à découvrir absolument, et qui a le mérite d’aborder sous un jour nouveau un sujet déjà à maintes fois exploité par le cinéma. Et si sur le moment vous n'êtes pas totalement convaincus, laissez-vous donc quelques heures pour laisser le charme agir. Et ne le jugez pas non plus trop tôt durant son visionnage.

and15

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 12 critiques

4,5Excellent
Publiée le 15/11/2017

Quelle prestation ! Quelle beauté, et tristesse à la fois... magnifique tout simplement... un très grand film...

Pitou_félin

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 7 critiques

4,5Excellent
Publiée le 04/11/2017

Magnifique ROBERTO! Le film qui ne prend et qui ne prendra jamais une ride!La dimension historique du film n'est bafoué par aucun anachronisme et le jeu des acteurs (notamment les méchant nazi) nous fait davantage pensé à un documentaire tellement le ton est juste. Un petit chef d'oeuvre.

Oriane D.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 25 critiques

4,5Excellent
Publiée le 01/11/2017

Ce film est touchant à souhait, un père qui fait tout pour protéger son fils et lui éviter l'horreur de la guerre. Sortez les mouchoirs !

Antonin.229

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 51 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 06/10/2017

tout a déja ete dit : ce film est un chef d oeuvre , les acteurs sont excellent , la bo est excellente , l histoire est captivante et la realisation est excellente bref , 5 sur 5

Pierre André M.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 14 critiques

4,5Excellent
Publiée le 01/10/2017

Un chef d'oeuvre, une interprétation magistrale de Benigni, même 20 ans ce film n'a pas une ride. Dieu que Dora est touchante mais la performance de Benigni est pour moi une des plus grande de tous les temps au cinéma.

7eme critique

Suivre son activité 101 abonnés Lire ses 2 524 critiques

4,5Excellent
Publiée le 25/09/2017

En plus d'un scénario remarquable, "La vie est belle" s'offre de très bonnes idées de scènes (comme celle de la traduction par exemple) et une musique extrêmement marquante ; Roberto Benigni s'offre quant à lui un côté Chaplin fort appréciable qui donnera un ton nettement plus original et unique au projet. Avec une première partie romantique, et une seconde tragique, "La vie est belle" s'impose comme un conte moderne sur un sujet triste traité sous un angle particulièrement surprenant dans ce registre. La guerre vue autrement, sous le regard innocent d'un enfant, et sous celui de son père protecteur, tournant la situation en dérision pour le bien de son fils. Émouvant, fort, unique, inoubliable !

Les Razmottes

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 567 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 17/09/2017

Un chef d'œuvre signé Roberto Benigni avec des émotions très prenantes et une histoire très émouvante d’un père qui cache la réalité de la souffrance des déportés à son fils. Une fable inoubliable à la fois drôle et bouleversante, d’une puissance émotionnelle rare, qui nous fait voir l’horreur avec des yeux d’enfant et où plane brillamment l’ombre de Chaplin. Un film incontournable de l’année 1998.

Vincent J.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 13 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 14/09/2017

Je cherche les mots... ah mer... je trouve pas ! Un film d'un optimisme surnaturel. Le jeu d'acteur arrive à donner un regard d'enfant sur les camps de concentrations. C'est un champ d'amour, d'enfance, de naïveté magnifique.

Shephard69

Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 1 648 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 03/09/2017

Une véritable idée de génie de la part de Roberto Benigni que de traiter à la fois de l'Italie fasciste des années 40 et des camps de concentration pendant la Seconde Guerre Mondiale à la manière d'une fable décalée et farceuse. Sur un sujet d'une gravité absolue, un film qui réussit l'exploit sensationnel de rester résolument et irrémédiablement positif, frais et aérien. Un long-métrage qui repose bien évidemment sur le charisme et la gouaille du réalisateur, ici également acteur mais aussi sur une écriture magistrale, riche et pleine de rebondissements. Sur le même thème et dans un style diamétralement opposé, une oeuvre d'une puissance narrative exceptionnelle à classer au même niveau que "La liste de Schindler". Grandiose.

Anton Ego

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 339 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 21/08/2017

C'est un chef d'œuvre signé Roberto Benigni avec des émotions très prenantes et une histoire très émouvante d’un père qui cache la réalité de la souffrance des déportés à son fils. Une fable inoubliable à la fois drôle et bouleversante, d’une puissance émotionnelle rare, qui nous fait voir l’horreur avec des yeux d’enfant et où plane brillamment l’ombre de Chaplin. Un film incontournable de l’année 1998.

7th Art Universe

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 14 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 07/08/2017

Le concept de ce film était avant tout risque comme nous pouvions le voir. Mêler humour et drame dans un contexte de Seconde Guerre Mondiale et traitant aussi la vie des prisonniers juifs dans les camps de concentration. Je peux dire que le trio d'acteur Benigni/Braschi/Cantarini est bien plus qu'excellent. Roberto dans son rôle de père fidèle à son fils fait tout pour que son fils ne découvre pas qu'il est dans un camp pour mourir et ses par la complicité des autres prisonniers pour lui cacher cette terrible vérité. Je peux dire que l'humour marche parfaitement même dans ce contexte amer et l'on a plaisir à se moquer du système des nazis. L'une des meilleures scènes sans spoiler la plupart de vous est la scène du bureau avec les haut-parleurs qui est vraiment touchante et prouve que l'amour est indestructible et éternel même face au plus impitoyable des dangers. Mais notamment l'autre scène puissante est celle du brouillard qui rappelle à quel point la folie humaine est contagieuse. Chacun ne cesse de se demander dans ce film comment l'on a pu laisser les nazis exterminer plusieurs millions d'innocents pour des raisons pitoyables de race et de sang. Nous pouvons noter que Roberto et Nicoleta étaient déjà en couple pendant le tournage du film, ce qui permet ainsi de développer un excellent jeu de rôle et une meilleure immersion. Je notamment féliciter la prestation de Gorgio Cantarini qui a un rôle tout à fait difficile pour son âge mais ses capacités en tant qu'acteur sont excellentes. C'est par ce conte moderne que l'on apprend les vraies valeurs du père et l'importance de la famille qu'il faut préserver.

etoile2503

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 183 critiques

4,0Très bien
Publiée le 25/07/2017

superbe, magnifique film avec de l'émotion, on arrive à rire malgré l'horreur de la guerre, du rythme des bons acteurs, j'ai passé un moment fort de cinéma

Claireau2679

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 12 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 23/07/2017

Il est tellement drôle, tellement beau, tellement triste ce film... jamais je n'aurais cru qu'il était possible de traiter d'un sujet aussi sensible - la Shoah- avec une telle finesse et une excellence qui est époustouflante

Nyns

Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 646 critiques

4,5Excellent
Publiée le 23/07/2017

Réalisé, écrit, interprété par... Autant dire que La vita é Bella est vraiment le bébé de Roberto Benigni. Si l'on reconnait avec empathie le personnage par son exubérance et sa façon si positive et naïve de voir les choses, il a quand même quelques côtés agaçants (notamment ici dans le traitement de son bégin pour séduire sa "principessa" dans une première partie très consistante). Allé on va oublier ces petits défauts, car c'est avant tout une fable humaniste et tendre qui a marqué l'histoire du cinéma en traitant d'holocauste de façon burlesque, il fallait oser. C'est assez rare pour le noter, les films empruntant un chemin comique en parlant d'un sujet grave, ça reste pas évident de faire réfléchir et pour pourtant tout fonctionne dans ce sens de façon tragico-comique. La première interrogation du fils "pourquoi marquent-ils interdit aux chiens et aux juifs ?" dans la dernière partie annonce la menace sous-jacente qui pèse sur la petite famille, et en un rien de temps le visage de Benigni passe de l'inquiétude à son incorrigible comédie perpétuelle. C'est sûrement la réplique du film (ce que le père répond) qui m'a le plus marqué, si bien trouvé. Et le fait d'insister sur la rencontre des parents, l'obstination qui finit par payer du début (c'est pas forcément réalisable comme technique les gars attention...), apporte encore plus de tendresse à l'amour paternel de la suite. Un film italien sur la seconde guerre mondiale drôle et touchant, le fascime tourné en ridicule et les camps de concentration devenus terrain de jeu, une référence.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top