Mon AlloCiné
Stalker
note moyenne
4,0
1044 notes dont 155 critiques
52% (80 critiques)
22% (34 critiques)
6% (10 critiques)
12% (18 critiques)
4% (6 critiques)
5% (7 critiques)
Votre avis sur Stalker ?

155 critiques spectateurs

Dorian P.

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 9 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 10/05/2013

Mon premier film d'Andreï Tarkovski a eu un tel impact sur moi que j'ose désormais qualifier un film comme mon préféré. En effet, Stalker nous offre ici une œuvre d'une beauté et d'une richesse jamais égalé. On ne peut qu'être touché au plus profond de notre âme face à ce film qui nous transporte dans cet univers si particulier qui est celui de Tarkovski, abordant avec une telle intelligence la fin d'une ère, qui laisse le matériel s'élever au plus haut rang, au delà de la spiritualité et des croyances en Dieu et en la vie elle même. Ce questionnement est soulevé par les trois protagonistes principaux superbement interprété : un docteur et un écrivain, qui symbolisent l’élèvement du matériel, et un stalker (sorte de "guide" dans leur quête de sens). Tout cela laissant présager l'avenir pessimiste du monde, qui donne lieu d'ailleurs à un contraste saisissant avec l'hymne à la joie qui apparaît à la toute fin du film, qui fait jaillir tout l'ampleur de ces deux heures quarante de pure beauté et de problématique métaphysique intemporel. Deux heure quarante non sans risque pour un public non averti, car le rythme du film est propre à Tarkovski, c'est-à-dire alternant entre des scènes contemplatives d'une finesse et intensité rare, et des dialogues profonds à la mise en scène intelligente. Mais face à Stalker, il n'y a pas de longueur, mais qu'un public trop pressé. Il y a encore tant d'éloges à faire sur ce film, comme le fait que sa photographie est certainement la plus belle qui m'a été donné de voir, alternant entre un noir et blanc aux jeux de lumières splendides et à des scènes en couleur parfaitement maîtrisé. Offrant alors un atmosphère poétique, dans une « zone » où les pièges qu'elle renferme et la nature on prit le pas sur l'homme qui évolue alors difficilement dans cet univers. Univers qui évoque la création, la virginité de la terre que l'homme s'apprête à piétiner par le matériel. Tout le long du film nous sommes habité par le mystère qui plane autour de cette zone, et progressivement nous sommes voué à s'en poser encore plus. Mais si cette zone n'étais pas une métaphore de la vie ? Eh si Tarkovski voulait nous montrer que le but de la vie n'est pas d'accomplir un sens à notre vie, mais simplement de le trouver ? Stalker se révèlerais alors être également incroyablement porteur d'espérance à l'échelle d'un homme, mais terriblement pessimiste à celle du monde ! Visuellement d'une pureté et d'un esthétisme exceptionnels marqué par la main de maître d'Andreï Tarkovski. Psychologiquement profond, riche de sens et onirique. Voici le chef-d’œuvre qui je l’espère aura sur vous la même porté que sur moi, alors vous redécouvrirez le 7ème Art. 5/5

Ash_

Suivre son activité 93 abonnés Lire ses 123 critiques

4,0Très bien
Publiée le 05/12/2016

Que viens-je donc de voir? Un oiseau? Un avion? Non... C'est Stalker, film culte d'Andreï Tarkovski ! Reconnu comme étant l'un des plus grands films russes, je ne pouvais y (re)passer à côté, sachant qu'à l'époque moi et ce genre de films... Ca faisait deux ! Sorti chez nous en 1979, ce film long de 163 minutes nous fait suivre 3 personnages dont on ne connait pas les noms ; l'un est écrivain, l'un est professeur et l'autre est le Stalker, un guideur d'hommes pour les mener à une zone pour leur faire exaucer les vœux qu'ils souhaitent ; après avoir pénétrer dans la zone interdite, ils rentreront dans une chambre mystérieuse et c'est en gros là ou angoisse, doutes et fatigue vont mener à bout les personnages. D'abord, on constate dès le début que le film est très, très lent (ce qui m'avait rebuté d'ailleurs à l'époque) alors que tous ceux qui n'ont jamais vus le film ne s'attendent pas à beaucoup de dynamisme : non, ici c'est métaphysique et contemplatif, Tarkovski y présente des plans très soignés et esthétiquement magnifiques. Il prend son temps pour nous montrer une histoire qui parait pourtant simple et jouant avant tout sur chacune des réactions des personnages Spoiler: (crainte et potentiel danger de voir son désir exaucé avant d'entrer dans la Chambre, disparition du charriot menant à la Zone représentant l'allée sans retour possible ou encore désespoire de devoir accomplir son devoir y sont évoqués), qui sont ici tous deux réunis à cause de leur devoir (sauver ses enfants malades pour le stalker, être inspiré pour l'écrivain et faire une grande découverte pour le professeur) et nous fait surtout poser des questions sur eux. Chacun doit avoir vu le film pour se forger son propre point de vue. Ensuite, les dialogues qui constituent 3/4 de la bande-son du film sont eux-aussi très simples mais au message complexe et remplis de sens philosophiques. Je trouve aussi la scène finale très belle en ce que le miracle, sans cesse annoncé par le film, Spoiler: n'intervient finalement pas dans la chambre des désirs mais via la gamine, qui fait bouger le verre : les miracles (donc une forme d'espoir) seraient possibles pour ceux qui y croient. L'autre bande-son du film, la musique d'Edward Artemiev (entre autre "Meditation") qui colle parfaitement aux émotions des personnages et renforce le côté sombre des décors, très froids (ça fait limite penser à du noir et blanc momentanément). Par contre, ce n'est pas un film super accessible, moi-même je n'ai pas compris certaines scènes, comme les scènes oniriques qui sont assez abstraites. Le genre de film culte, space et inaccessible qu'il faut voir pour se forger son propre opinion.

cylon86

Suivre son activité 425 abonnés Lire ses 4 312 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 19/04/2012

Les films de Tarkovski sont d'une telle lenteur qu'ils en deviennent fascinants. "Stalker" ne déroge pas à la règle et suit trois hommes qui osent s'aventurer dans la Zone, mystérieux endroit délaissé dont on ne sait pas grand-chose. Prenant le parti de la science-fiction, le cinéaste filme trois hommes perdus dans une immensité qui ne leur appartient pas et qu'ils ne comprennent pas, métaphore de la condition humaine. Le rythme a beau être lent et certains plans friser le foutage de gueule (De longs plans sur les visages des personnages traversant le pays), on ne peut pas nier du génie au réalisateur qui signe encore un film envoûtant dont on ne comprend pas tout mais dont la beauté se suffit à lui-même. Les décors naturels sont vraiment superbes de désolation.

chrischambers86

Suivre son activité 1036 abonnés Lire ses 9 999 critiques

4,0Très bien
Publiée le 28/11/2007

L'un des grands films d'Andreï Tarkovski! Après "Solaris", le cinèaste russe revient dans le domaine de la science-fiction dans une oeuvre visuellement splendide et hallucinante, sorte de fable philosophique où l'on suit avec èmerveillement (entre noir & blanc et couleurs), le destin de ces stalkers qui veulent atteindre la chambre des dèsirs, dissimulèe au coeur de la zone ou tous les voeux sont exaucès! L'homme en venant au monde, est faible et souple! Quand il meurt, il est fort et dur! L'arbre qui pousse est tendre et souple! Devenu sec et dur, il meurt! La duretè et la force sont les compagnons de la mort! La souplesse et la faiblesse expriment la fraîcheur de la vie! Ce qui est dur ne vaincra jamais...A la fin du voyage, pourtant, le Stalker a perdu sa foi dans l'homme et dans la possibilitè d'assurer son bonheur! Un film profondèment pessimiste, sorte de quête intèrieure et de voyage initiatique, qui reste l'oeuvre la plus belle et la plus aboutie de Tarkovski...

stebbins

Suivre son activité 294 abonnés Lire ses 1 781 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 13/09/2007

Générique un brin trop long. Puis vision d'un verre d'eau sécoué par le passage d'un train. Un homme se réveille aux côtés de sa femme, s'en allant rejoindre deux autres hommes : L'écrivain ( homme effronté et colérique ) et Le Physicien ( être raisonnable et légèrement éffacé ). Puis les trois personnages partent pour un lieu étrange appelé la Zone...Stalker, le cinquième long métrage d'Andreï Tarkovski, est un superbe film d'un point de vue stylistique. Les techniques cinématographiques utilisées ne sont plus à compter : plans-séquence nombreux , profondeur de champ sidérante, changements de focales...et surtout une bande-son inespérée ( et probablement la bande-son la plus travaillée parmi celles des films de Tarkovski ). On ressent parfaitement l'atmosphère sombre et apocalyptique véhiculée par les bruitages dans la première partie du film, tourné en noir et blanc. C'est sans doute l'un des films les plus sobres du cinéaste russe, mais c'est aussi l'un des moins nuancés. Le contraste entre les deux mondes représentés est presque grossier : le monde du cauchemar est filmé en noir et blanc, celui de la zone ( autrement dit du rêve ) est filmé en couleurs. Cette lourdeur est toutefois excusable de la part de Tarkovski, tant le propos du film est dense. Une nouvelle fois, le cinéaste invite son spectateur à le rejoindre vers l'irrationnel, dans un monde empli de symboles et de visions, dans un univers où le réel ne se suffit plus à lui-même. Andreï Tarkovski nous invite à la méditation et à la transcendance. Comme dans Le Sacrifice, l'ultime film du maître, les personnages de Stalker ne supportent plus le monde réel puisqu'il est, pour eux, devenu impraticable. En définitive, Stalker est admirable ( bien que parfois lourd )....Encore faut-il un minimum de courage et d'ouverture d'esprit pour apprécier ce film esthétiquement sublime. Etonnant et magnifique.

GabbaGabbaHey

Suivre son activité 124 abonnés Lire ses 1 580 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 22/11/2010

L'un des films les plus philosophiquement intense qui soit. Andrei Tarkovski maitrise a merveille son art, et a travers une mise en scène a couper le souffle il nous met face a des idées, des personnages, des évènements tous plus complexes les uns que les autres. L'atmosphère est incroyablement dense et saisissante, la photographie et la bande-originale sont extraordinaires... Une œuvre plus que marquante, qui nous plonge dans un univers indescriptiblement beau et émouvant... On ne ressort pas indemne d'un tel chef d'oeuvre, tant de force, tant de puissance, tant de virtuosité... C'est sincerement impressionnant.

lhomme-grenouille

Suivre son activité 888 abonnés Lire ses 2 988 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 03/01/2014

Je reparlais encore de ce film avec un ami quelques jours avant d’écrire cette critique, et nous étions bien d’accord sur trois points le concernant. Primo, il est plastiquement somptueux. Secundo, il est narrativement enivrant et intrigant. Tertio… Il est désespérément chiant… Oui, désolé pour tous ses adorateurs. Moi-même je nourris une certaine sympathie pour ce film de l’ami Tarkowski, mais bon… Vous comprendrez qu’il est difficile de décréter pour moi qu’un film est un chef d’œuvre quand je passe plus de temps à bailler devant qu’à m’émerveiller.

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 1 127 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 07/09/2015

Il y a des films qui dépassent l'entendement, qui marquent instantanément l'histoire du cinéma: "Stalker" en fait partie. Un voyage métaphysique et existentiel, une expérience sensorielle intense, une fiction d'une créativité sans bornes, le film parle avant tout de la vie - de nos vies - en convoquant nos peurs les plus profondes et en se demandant si l'espoir demeure dans un monde régi par la matérialité. Trois personnages s'aventurent dans la "Zone" (un stalker, un écrivain et un scientifique) pour accéder à une chambre qui exaucerait leurs désirs les plus chers. Cette "Zone" est un endroit "dangereux", qui voudrait piéger ceux qui s'y aventurent sans la respecter, un endroit où la nature est hostile et dont les eaux semblent polluées par des objets pas toujours identifiables (on reconnaît néanmoins un matériel médical). Tarkovski filme dans cette partie centrale une menace perpétuelle, invisible mais pourtant angoissante, un moment du film où la rationalité, incarnée par l'écrivain et le scientifique, s'oppose à l'abstraction et à la foi. C'est parce que le stalker se décrit comme misérable qu'il a de l'espoir et qu'il se dit bouleversé de conduire des passants à la chambre des désirs; au contraire, le scientifique et l'écrivain ne pensent le monde qu'en fonction d'une vérité qui doit aboutir à tout raisonnement, négligent toute forme de croyance tout comme ils refusent de croire que l'homme puisse s'élever au dessus de sa condition. La vision pessimiste de Tarkovski passe donc par des dialogues mais aussi par une esthétique évocatrice et sublime. Le noir et blanc en fin de compte très sombre des deux parties qui encadrent celle de la "Zone" est une façon de décrire un monde délabré et désespéré, un choix qui contraste avec la couleur utilisée dans la partie centrale qui tend vers l'abstraction et marque une forte distance avec les personnages. "Stalker" n'est pas un trip mystique halluciné - même si certaines images nous échappent - c'est un film qui nous regarde droit dans les yeux et qui nous dit que les miracles sont impossibles dans un monde qui rejette la foi. Après 2 h 35 fascinantes de bout en bout, Tarkovski pose sa caméra sur le regard de l'enfant, le seul peut-être capable de réveiller les consciences éteintes et de les tourner vers la lumière, ou du moins vers une forme nouvelle de bonheur.

Mad Gump 10

Suivre son activité 95 abonnés Lire ses 716 critiques

4,0Très bien
Publiée le 01/01/2016

Indescriptible, c'est bien le mot qui peut désigner mon premier Tarkovski : Stalker. C'est un film à la réalisation millimétrée, à l'esthétique sublime, un film tellement dense, tellement philosophique que je ne suis pas sûr de tout avoir compris. La musique planante renforce d'ailleurs ce côté étrange. Stalker parvient également avec brio à susciter chez le spectateur l'angoisse de la Zone (élément central et pourtant mystérieux du film) Spoiler: alors que jamais celle-ci n'est dangereuse pour les personnages . Le gros reproche que je ferais à Stalker, c'est qu'à force d'être contemplatif, le film en oublie d'avoir un rythme efficace, et cela débouche à plusieurs longueurs (surtout que le film dure presque 3h). Il faut s'accrocher, faire un effort avec Stalker, toutefois si on réussit à rentrer dedans, on découvre vite une atmosphère mystique et métaphysique.

Docteur Jivago

Suivre son activité 299 abonnés Lire ses 1 897 critiques

2,5Moyen
Publiée le 28/05/2015

C'est au cœur d'une mystérieuse et énigmatique zone que se trouve une "chambre" où les souhaits de quiconque y entrerait pourraient être exaucés. Seul les "Stalkers", des guides, osent s'y aventurer et l'un d'en entre eux, accompagné d'un scientifique et d'un écrivain, va tenter d'y pénétrer pour y trouver la chambre. Si pour moi le cinéma d'Andrei Tarkovski a commencé par quelques sommets (l'immense Solaris, Andreï Roublev & L'enfance d'Ivan), mes deux dernières expériences avec son art sont plus mitigées, d'abord Le Miroir, bien que ce dernier gardait une vraie puissance et maintenant Stalker. Pourtant, tout commence de la meilleure des manières avec cette zone énigmatique dont on ne connaît rien, que ce soit ses origines, son emplacement et ce qu'on y trouve à l'intérieur. On se pose beaucoup de questions autour, un certain sentiment de fascination se créé et Tarkovski met en scène ces trois personnages et, plus on avancera dans la zone, plus ils se dévoileront et vivront un vrai voyage initiatique. Pourtant, plus on avant dans le récit, plus je m'y suis senti distant, m'éloignant des personnages et de leurs interrogations. C'est très contemplatif et j'ai l'impression que Tarkovski n'a pas su y maintenir une vraie atmosphère puissante, hypnotique et fascinante, qui, pourtant, est présente dès le début et lors de quelques regains d'intérêt (notamment la dernière partie). Je retrouve dans Stalker quelques interrogations que Tarkovski avait déjà eu dans d'autres de ses films comme le brillant Andreï Roublev, à l'image de la spiritualité, la croyance ou non au sein de cette société, le rapport entre la science et la foi et surtout de l'humain, ses convictions, sa nature et sa vision de la vie. Si ses thématiques gardent une certaine intelligence et justesse, elles n'ont pas eu la porté escomptée Ça reste une oeuvre assez difficile à appréhender, si je n'ai pas trouvé que son atmosphère tenait sur toute la durée du film, orchestrant quelques longueurs, ni ressenti toute la supposée puissance et richesse, je n'en reste pas moins subjugué par certains points. Outre la qualité d'écriture, c'est notamment dans la réalisation, plusieurs séquences marquantes et la technique de Tarkovski (plans-séquences, profondeurs de champ, utilisation de la bande-son) et sa façon d'utiliser divers éléments (les décors, la brume etc). Finalement, je n'ai pas grand-chose à lui reprocher et il aurait pu être cette immense claque si j'avais vraiment ressenti, sur la durée, une ambiance vraiment hypnotique qui aurait encore mieux servi toutes ses idées, que ce soit de mise en scène, d'écritures ou intellectuelles. Si Tarkovski a su me faire pleinement profiter de son génie avec le fabuleux Solaris, ce n'est malheureusement pas le cas ici et, malgré la richesse et la maîtrise de son réalisateur, je n'ai pas ressenti cette ambiance hypnotique tout le long et je me suis, peu à peu, senti distant au récit. Bien évidemment je n'exclus pas de lui redonner une nouvelle chance à l'avenir.

Gumgum Le Fou

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 19 critiques

4,5Excellent
Publiée le 06/08/2014

Il est clair que ce film n'est pas destiné au commun des mortels... Ce que je veut dire par là c'est que comme souvent dans les films d'Andreï Tarkovski, pour comprendre pleinement le message qu'il nous transmet il faut se concentrer sur le film. Et ce contrairement à tous ces blockbuster américains qui envahissent chaque été nos salles de cinéma. Ce film m'a paru assez complexe et à l'interprétation des événement assez libre ! En fait dans Stalker on peut sentir à la fois l'expérience du réalisateur, sa maîtrise du sujet, et son envie de s'essayer à autre chose... Spoiler: Au lieu d'un twist final il nous propose ici un film "instable" dont les protagonistes évoluent constamment, changeant d'état d'esprit au grès de leur péripéties. Ainsi les tempérament semble s'échanger entre les trois hommes. Finalement c'est ici en moins de 160 mn que Anreï Tarkovski nous dépeint un point de vue très philosophique sur l'instabilité de l'homme à travers de la science fiction... Spoiler: Soit dit en passant, c'est extraordinaire à quel point la "zone" dont il est question fait penser à Tchernobyl non loin de là... 7 ans plus tard en 1986 !

The Sun

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

4,5Excellent
Publiée le 27/07/2014

Stalker est un film spirituel qui demande de se livrer entièrement car il tente d’expliquer le sens de la vie à travers les personnages. Ce sont poèmes et thèmes philosophiques qui sont abordés dans cette aventure sur le mystère de la vie. Les décors sont d’une efficacité surprenante, le réalisateur ayant choisi de faire de longs plans sur des décors somptueux pour une immersion complète dans cette aventure. Le film mérite une place parmi les grands, personne ne reste indifférent en le regardant car il a le pouvoir de tous nous parler. Chaque spectateur tire ses propres conclusions et impressions du mystère que nous livres cette œuvre.

SophiePetitRadis

Suivre son activité Lire sa critique

4,0Très bien
Publiée le 29/04/2014

On m'avait que trop fois recommandé Tarkoski, mais aussi prévenue de la lenteur souvent décrite comme insupportable des plans mais aussi jugée magnifique. Pour cette 1ère j'ai donc accepté de sortir du temps pour ce visionnage et de participer au voyage du Stalker. On suit un homme mélancolique qui est une sorte de passeur dans une monde à part, nommé la zone. Il y a accompagne un écrivant et un physicien qui souhaite découvrir cet endroit secret mais aussi bien gardé par les autorités. Lors de leur voyage on comprend qu'ils cherchent plus en particulier une pièce censée les changer et leur donner une sorte de bonheur existentiel. Les thèmes philosophiques abordés par les trois hommes sont vastes et concernant principalement la société. On est plus au moins touché à mesure par leur discussions mais ce n'est pas ce qui vaut de voir ce film. Si on accepte de faire ce voyage assez envoûtant on est capturé avec ces hommes dans leur quêtes. Les images de ce monde captivent, il est en ruine mais donne aussi la sensation de renaître (d'ailleurs le film entier baigne dans l'eau!!!). Les plans sont d'une richesse incroyable, leur lenteur donnent du suspense, les détails envoûtent et ouvrent la porte à l'imaginaire. On est d'abord intrigué par le lieu, ensuite on ressent avec les hommes leur questionnement, leur lassitude, leur angoisse au moment d'arriver à l'endroit dit et le choc une fois que celui-ci est dévoilé. La fin est d'autant plus un saisissante car elles remette en perspectives toute la démarche.

Art Mnesia

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 7 critiques

4,0Très bien
Publiée le 02/04/2014

Il s'agit surement d'une des oeuvres les plus marquantes de Andreï Tarkovski avec l'excellentissime "Solaris". Il pourrais s'agir d'une sorte de compte merveilleusement machiavélique ou l'on ne distingue plus vraiment le bien et le mal, ni la réalité du fantasme. Le choix dans la réalisation et la mise en scène et souvent osé et perturbant ce qui rend le film peu accessible au "novice" du cinema mais le scénario et la puissance narrative on de quoi rammener tout le monde au même niveau : "De simple humains contraints par des forces plus fortes qu'eux". Encore un film a voir au moins fois dans sa vie. L'univers et sombre et froid quasiement glaciale, la vie et le temps semble s'être stoper dans "La zone" et cette bande d'explorateur, tous aussi différents les uns des autres, vont vivre l'aventure la plus significative de toute leur existence ou leur faille et les crevasses de leur âmes leur seraint révéler comme un coup de tonnerre sans éclaire ni aucun son, un éclaire mentale, un éclair divin. En vous remerciant, bon film !

Typi35

Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 483 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 08/09/2013

Une sorte de "Huis-Clos" sartrien sans grand talent. Ce film comblera cependant l'appétit de ce type de spectateurs qui se délectent à interpréter, à ce qu'on mette à l'épreuve leur perspicacité; celle nécessaire à ce film n'est pas glorieuse mais si certains en tirent une fierté personnelle, alors ce film est une bonne chose... Se convaincre de juger bon quelque chose qui nous parait objectivement estimable permet certainement de se grandir.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top