Notez des films
Mon AlloCiné
    House of Cards
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    4,4
    8906 notes dont 297 critiques
    répartition des 297 critiques par note
    93 critiques
    146 critiques
    31 critiques
    13 critiques
    9 critiques
    5 critiques
    Votre avis sur House of Cards ?
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 186 abonnés Lire ses 525 critiques

    4,5
    Publiée le 21 février 2014
    Une nouvelle série qui tire à boulets rouges sur les travers de la politique américaine? D'accord, ce n'est pas bien nouveau. Par contre, si on vous dit que Kevin Spacey interprète le rôle principal? Oui, tout de suite, ça donne sacrément envie. Et maintenant, imaginez que le magnifique acteur a également convaincu David Fincher -qui a contribué à sa renommée mondiale avec Se7en- de l'aider à produire cette série...et d'en réaliser les deux premiers épisodes. Voilà qui devrait suffire à aiguiser l'intérêt de n'importe quel amoureux du petit écran...et du grand, cela va sans dire. N'ayez aucune crainte: vous allez vite comprendre pourquoi cette série ne pouvait être mise en branle que par ce duo. Frank Underwood est un membre du Congrès démocrate Américain qui était promis à la place de Secrétaire d'État par le Président Garrett Walker. Malheureusement pour lui, la promesse ne fut pas tenue et c'est un autre qui est nommé au poste tant désiré. Sa vengeance sera à la hauteur de l'humiliation qu'il a subi.C'est le début du bonheur pour nous. Fincher et Spacey, bien aidés par un script dantesque, délivrent des performances à la hauteur de leurs réputations. Le premier installe brillamment la série avec un rythme et une ambiance qui n'est pas sans rappeler...Zodiac ou The Social Network. Le second arrive à convoquer en Underwood son personnage retors d'Usual Suspects et l'immoralité jouissive du patron odieux Buddy Ackerman de Swimming With Sharks. Autant dire un nouveau dan à ajouter à sa ceinture d'Acteur Poids Lourd. Manipulations, trahisons, sexe, drogue, tout y est traité et sans langue de bois ou compromis. La grande idée de cette nouvelle création est de laisser beaucoup de séquences au personnage de Spacey pour s'adresser...directement à nous, tandis qu'il prépare ses machinations. Ce qui aurait pu relever de l'artifice vite lassant est une idée de génie, tant l'interprète excelle dans son rôle difficilement qualifiable. Aphorismes lapidaires, piques de toutes sortes, hypocrisie hilarante; Underwood est un vrai politicien dans ce qui se fait de plus insolent et intelligent. Ce qui fait qu'on est pas toujours sûr de comprendre directement ses actes quand on connait ses motivations. Mais c'est ce qui rend également cette série indispensable car bien peu portée sur le sentimentalisme et la simplification abstraite. Les seconds rôles sont traités à pied d'égalité et prennent tous de l'importance à mesure que l'intrigue avance. Robin Wright est grandiose dans le rôle de Claire Underwood, qui ne se contente pas juste d'aider son mari, mais également d'essayer de reprendre vie. On peut également détacher Corey Stoll - une révélation- qui est pour beaucoup dans l'émotion qui transparait le long de la première saison. Kate Mara apporte également fraicheur et subtilité à son personnage de journaliste prise dans les rouages de la politique. Il y a aussi le discret mais impeccable Michael Kelly, dans le rôle de l'homme de confiance d' Underwood Doug Stamper. La série ne faiblit pas d'un épisode sur l'autre, arrivant à un degré d'excellence rare. La politique ne vous parle pas? Regardez cette série, et vous n'arrêterez pas d'en parler de sitôt.
    Quentin E. V.
    Quentin E. V.

    Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 1 068 critiques

    4,5
    Publiée le 16 mai 2015
    Kevin Spacey nous livre une interprétation remarquable d'un homme de poigne qui souhaite évoluer dans les hautes sphères politiques américaine. Entre échiquier géant, où l'on découvrira des stratégies parfaitement ficelés, et des relations foireuses entre les meilleurs ennemis du monde, House of cards se place dans l'excellente et le jouissif. Du haut vol.
    François G.
    François G.

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 388 critiques

    5,0
    Publiée le 7 juin 2015
    "House of Cards" était une série qui m'intriguait énormément. Les nombreuses éloges faites envers cette série, David Fincher comme metteur en scène et Kevin Spacey étaient les 3 plus grandes raisons. C'est donc avec enthousiasme et excitation que j'ai commencé la première saison. J'en suis ressortis du visionnage conquis. La deuxième encore plus grâce à l'INCROYABLE et INTENSE cliffhanger de fin de saison. La troisième est quant à elle moins aboutie mais n'en reste pas néanmoins non-passionnante. Rares sont les séries ou films politiques qui me passionnent de bout en bout. Avec House of Cards je suis émerveillé. David Fincher ("Gone Girl") instaure le style très classieux de réalisation, brillamment poursuivit par les autres et nombreux réalisateurs tels Robin Wright, Joel Schumacher ou encore Jodie Foster. Chaque épisode est filmé avec élégance et noblesse et la mise en scène est d'une très grande esthétique. Les nombreux travellings et contre-plongées sont d'une beauté tout à fait renversante. La photographie, oscillant particulièrement vers le bleu marine lors de la première saison, est elle aussi sublime et ultra-léchée. La musique contribue elle aussi à l'ambiance délicieuse de "House of Cards" et est d'une beauté sonore majestueuse. Toutes ces qualités visuelles ont pour but de rendre la scénario encore plus magnifique qu'il ne l'est déjà. L'histoire vacille entre drame familiale, politique et thriller avec une habileté grandiose. Les sujets et thèmes abordés (que sont par exemple la question du couple ou du pouvoir pour ne citer que les plus minimes) sont tous superbement retranscrits à l'écran par Beau Willimon. Les personnages sont eux-aussi écrits avec une grande finesse et qualité d'écriture. Frank Underwood est certes un manipulateur peu scrupuleux mais il est fascinant de complexité et d'un attachement très efficace. On le suit durant toute son ascension (ainsi que sa femme Claire) et nous séduit indubitablement par son charisme et ses répliques et apartés grandioses. Mais que sont des antihéros sans des excellents comédiens ? Kevin Spacey ("Se7en") et Robin Wright ("Millénium : les hommes qui n'aimaient pas les femmes") portent à eux deux la série toute entière. Leurs interprétations sont excellentes et leur complicité très marquée. Après avoir encensé cette fantastique série, voici malheureusement que je m'attarde aux quelques défauts, bien que très minimes. Tout d'abord, un manque de rythme durant quelques épisodes, malgré les cliffhangers et certaines séquences d'une rare intensité ; puis une troisième saison moins recherchée que la seconde : certes les enjeux sont plus grands et plus importants, mais il manque un certain charme scénaristique. Cependant elle reste satisfaisante et bien écrite. Au final, "House of Cards" est une série majestueuse et imposante qui s'affiche comme l'une de mes séries préférées de ce moment. "It only takes ten seconds to crush a man's ambitions"
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 3 262 critiques

    4,0
    Publiée le 10 juillet 2014
    Tout ce qu'on veut??? La suite....... On bave d'impatience pour connaître la suite de la vie de cette ordure à laquelle on s'attache malgré nous et découvrir encore plus les méandres de ce nid de vipères prêtes à tout pour atteindre ses objectifs.
    Leo .B
    Leo .B

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 75 critiques

    4,5
    Publiée le 3 décembre 2016
    Une série juste EXTRA. L'avis que tout le monde a eu au départ est : "oui c'est une série qui parle de politique, donc barbante est lente...". ET NON ! c'est rythmé, malin, vicieux et tellement captivent de voir la fameux Franck Underwood se faufiler un chemin tout tracé vers...le plus haut. Toute la série joue sur l'équilibre entre la fiction et les réalités politiques. Et contrairement à ce que l'on peut croire, la série ne s'éloigne pas tellement de la réalité...en tout cela est fait d'une manière extrêmement réfléchie et adroite. Quand les difficultés arrivent sur le chemin du protagoniste , et elles sont bien pesante, la façon de s'en extirpé en est toujours plus jouissive à regarder ! Une des meilleurs série du moment...
    Puce6386
    Puce6386

    Suivre son activité 418 abonnés Lire ses 1 069 critiques

    4,0
    Publiée le 26 août 2016
    Une série qui nous plonge au sein même du système politique américain en nous proposant de suivre la course à la présidentielle de Frank Underwood, député du parti démocrate à la Chambre des représentants, ambitieux et sans scrupules. Kevin Spacey, au premier plan, excelle ; particulièrement à l'aise dans son costume de politicien aux dents longues, il se trouve accompagné d'une Robin Wright également des plus convaincantes. La série est réaliste et riche en rebondissements. Une réalisation qui sort du lot !
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 692 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    2,5
    Publiée le 30 août 2013
    " House of Cards ", l'une des séries événements sur Canal+ ! J'ai regardé les trois premiers épisodes de cette saison ... malheureusement je n'ai pas été séduit. Je dois avouer que j'ai eu un sentiment mitigé en voyant la série. Elle me semblait prometteur avec le très bon Kevin Spacey en tête d'affiche, la réalisation de David Fincher et que cela dénoncer la politique. Ces trois premiers épisodes sont assez lent pour démarrer la première saison. Certes l'histoire est intéressante mais pas assez machiavélique à mon gout. L'idée de vengeance est bonne mais pas assez aboutit, c'est trop simple et sans surprise. Par contre, le point positif, c'est que la prestation de Kevin Spacey est vraiment bonne avec son fort caractère. Mais à part cela on retrouve bien l'ambiance de David Fincher : les décors, le suspens ... C'est dommage que se soit mou avec des dialogues prévisibles. Juste la moyenne car je respecte Mr Fincher !!
    jeremybis
    jeremybis

    Suivre son activité Lire ses 6 critiques

    5,0
    Publiée le 26 mars 2013
    Une série maniée par les doigts de fée de Monsieur Fincher, Un Spacey d'un charisme effroyable prêt à tout pour obtenir ce qu'il désire et une intelligence scénaristique sans précédente. Voilà messieurs les producteurs de séries française, ce qui fait la recette de ce qui deviendra la meilleure série de l'année. Mention spéciale pour le générique qui incarne tellement justement cet esprit que dégage la série.
    Paul T
    Paul T

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 209 critiques

    4,5
    Publiée le 3 mai 2014
    Dans la série House of Cards, dont la seconde saison vient de se terminer sr Canal+, nous suivons l’évolution du président du groupe (le "Whip") démocrate au congrès, Frank Underwood (Kevin Spacey, inoubliable dans Usual Suspect et American Beauty) à la Maison Blanche et dans les couloirs du Congrès, deux lagunes remplies de requins tous plus voraces les uns que les autres. Cette série pourrait être une énième sur le système politique américain, louant la démocratie et montrant un monde de bisounours où tout le monde est pavé de bonnes intentions. Pourtant, ce n’est pas le cas, elle met l’accent sur le coté sombre du pouvoir, les petites combines, la trahison, les alliances que d’aucun considérerait contre nature. Elle montre une classe dirigeante prête à tout pour se maintenir, une classe dirigeantes soumise aux lobbies et aux intérêts économiques, aux grandes sociétés, qui se bousculent dans les couloirs de la chambre et de la présidence, elle montre des hommes avides de pouvoir, sans foi ni loi. Tous les coups sont permis. Dans ce monde, pourtant, certains ont réellement des convictions, comme le jeune député Patrick Russo (Corey Stoll, vu dans Non-stop et Minuit à Paris de Woody Allen), qui est amené à trahir ses amis, les dockers, les vrais travailleurs qui l’avaient élus pour défendre les emplois, pour améliorer la vie des gens. Ce personnage est vraiment sincère, mais il est mis dans une telle situation par ses petits camarades, qui cherchent un accord avec leurs ennemis Républicains pour passer une loi scélérate et sauvegarder quelques places, qu’il ne peut que se résoudre à décevoir son électorat, à tourner le dos à ses amis et à ses convictions profondes, à tourner le dos au monde dont il vient, celui des travailleurs, des prolos qui font vivre l’Amérique. L’instigateur le plus prolifique et méticuleux de toute cette mascarade est sans doute le député Underwood. C’est lui qui tire les ficelles, il achète les voix du Congrès pour le Président, trahit ses amis, s’accoquine avec ses ennemis. Sa vie n’est qu’un mensonge, même son couple est un mensonge malgré que sa femme Claire le soutienne dans ces aventures, etqu’elle y participe activement, à la tête d’une association de défense de l’environnement, Clean Water Initiative, en lien permanent avec les lobbies du pétrole (un drôle de paradoxe). Représentés dans la série, par Rémy Danton (Mahershalalhashbaz Ali), ancien directeur de campagne d’Underwood, maintenant employé d’une grande corporation d’exploitation gazière et pétrolière, SanCorp , qui apportent les financements nécessaires au député et à son groupe. Et vient, par la-même, vérifier que les intérêts de la multinationale qui l’emploie soient bien gardés. La relation qu’il entretient avec la journaliste Zoé Barnes (Kate Mara, vue dans American Horror Story), montre aussi la concomitance que tout ce beau monde a avec le pouvoir médiatique. Cette journaliste n’a aucun scrupule, la manipulation est aussi son quotidien et sa soif de pouvoir est aussi grande. En fin de compte, elle ressemble au député Underwood, peut-être un peu malgré elle, échangeant son aide dans les médias contre des informations croustillantes qui font tombés un à un les adversaires politique du député et qui la propulsent en haut de l’affiche. Cette série est donc sans nul doute, une vraie dénonciation d’un pouvoir qui, sous couvert de représentation du peuple, ne se complaît que dans la réalisation de ses propres intérêts et de ceux de ses compères des grandes firmes industrielles et financières. Elle montre la démocratie à bout de souffle, transformée en oligarchie narcissique, qui ne prend plus en compte que les intérêts particuliers à la place de l’intérêt général. Elle montre un monde où les idéaux sont foulés aux pieds et où les pires crapules tournent autour du pouvoir. Mais ceci ne doit pas nous faire oublier que la politique n’est pas que l’affaire d’une caste dirigeante corrompue et aux ordres de grands groupes intéressés seulement par l’accumulation continue des richesses. Car la politique a un impact direct sur la vie de tous les citoyens et les citoyennes, que cela soit aux États-Unis, comme dans la série, mais aussi dans nos pays d’Europe. Heureusement, les peuples n’ont pas dit leur dernier mot. L’Histoire montre que les régimes d’oppressions fondés sur la soumission aux intérêts privés et l’inégalité finissent toujours par tomber (sans présager de la suite mais c’est un constat). Cela signifie qu’une lueur d’espoir existe et qu’elle existera toujours, car cette réalité ne tient que le temps où la majorité reste silencieuse. Or quand les gens n’en peuvent plus, ils finissent par se lever !
    Anonymous :)
    Anonymous :)

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 531 critiques

    4,0
    Publiée le 11 août 2015
    Après "Scandal" qui infiltrait la maison blanche, c'est au tour de "House Of Cards" de dépeindre les travers de la politique américaine. Avec David Fincher à la production et Kevin Spacey dans le rôle d'un vieux renard du congrès, la série à tout de suite de quoi faire saliver, et le résultat est vraiment excellent. Nous découvrons Frank Underwood, un homme politique machiavélique qui se voit refuser le poste de Secrétaire d'Etat qu'on lui avait promis. Furieux, il décide de partir en croisade afin de convoiter le poste suprême. Depuis le succès de "West Wing", les coulisses du pouvoir politique est devenu un thème très prisé dans les séries télé. Manipulations, trahisons, sexe, drogue, dans "House of Cards" tout y est traité et sans langue de bois ou compromis. Produit par le talentueux David Fincher, la série s'ouvre sur un très bon générique avec des vues accélérées de Washington et une musique qui met bien dans l'ambiance. Réalisateur des deux premiers épisodes, Fincher imprime de sa patte le reste de la production avec une photographie léchée et ça sent la qualité générale, interprétative comme scénaristique. La mise en scène, efficace, est au service des acteurs et de leurs performances, la photographie est somptueuse avec un soin maniaque pour le moindre détail. L'intrigue correspond bien au format TV et garde le même esprit tout au long de la saison, même Joel Schumacher y arrive. La grande idée de cette nouvelle création est de laisser beaucoup de séquences au personnage pour s'adresser directement à nous, tandis qu'il prépare ses machinations, grâce au procédé de l'aparté. Ainsi, on comprend le politicien, on sait ce qu'il pense, les ficelles qu'il tire, les plans qu'il manigance... Kevin Spacey interprète donc brillamment ce politicien hypocrite, manipulateur, prêt à tout pour assouvir ses intérêts; et il le fait avec tant de talent qu'il devient fascinant, tout comme son épouse Robin Wright , sans le moindre scrupule. La série jouit également de très bon second rôles avec la ravissante Kate Mara, l'énigmatique Corey Stoll et le charismatique Michael Kelly. Ainsi, "House of Cards" est une excellente série sur fond de politique comme on en voit rarement.
    Unc-Scrooge
    Unc-Scrooge

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 612 critiques

    4,5
    Publiée le 11 avril 2013
    Petit nouveau du jeu des grandes séries américaines, Netflix a su frapper fort avec son House of Cards : Kevin Spacey en tête d’affiche d’une franchise (dont les premiers épisodes sont) signés Fincher (vague écho à l’arnaque Boardwalk Empire…), le network attire rapidement l’attention. Au final, House of Cards propose une série intimiste dont les manigances politiciennes feraient frémir tout bon citoyen. Mais outre le côté paranoïaque du Capitole, il faut surtout admettre que la série se révèle très efficace : scénario à rebondissements, développement d’une multitude d’histoires parallèles dans le but de servir une vraie surprise finale, bon jeu d’acteurs (en grande partie grâce au charismatique de Spacey), réalisation, générique et Bande Originale très soignée… Une saison suffit pour prouver le potentiel de la série. Restera à la deuxième vague d’épisodes la tâche de confirmer…
    erwan73
    erwan73

    Suivre son activité Lire ses 10 critiques

    3,0
    Publiée le 13 avril 2013
    les 5-6 premiers épisodes sont vraiment bien, puis plus rien. ça s'étire en longueur pour pouvoir produire des épisodes et remplir une saison. ça se voit même aux réalisateurs: les premiers sont tournés et écrits par de grands noms, puis graduellement, ils filent les manettes à d'autres pour faire tourner la boutique. dommage, ça partait vraiment fort, en particulier grâce à des supers acteurs. mais à partir du milieu de la saison 1, on s'ennuie ferme!
    MC4815162342
    MC4815162342

    Suivre son activité 254 abonnés Lire ses 1 489 critiques

    5,0
    Publiée le 4 octobre 2013
    House of Cards est une série exceptionnelle, c'est pas le truc politique ou tu comprend rien et tu t'emmerde, c'est bourré d'action (psychologique) et de violence (morale), Kevin Spacey est carrément époustouflant, Robin Wright est merveilleuse, Kate Mara est parfaite, Michael Kelly est impeccable, le reste du casting est lui aussi superbe, la réalisation est magistral surtout sur les deux premiers épisodes réalisé par le monumental David Fincher (Alien 3, Seven, Fight Club ou encore Zodiac), des plans magnifiques, y'a pas un plan bâclé, le scénario lui est à la fois complexe et tendu, la vie politique vu par Kevin Spacey alias Frank Underwood, un personnage sans scrupule ni pitié parfois flippant et parfois drôle, un personnage passionnant comme tous les autres d'ailleurs, la mise en scène est nickel, la bande son est sublime, les décors sont grandioses, bref une série à voir absolument.
    M3TT3WS F4RR4LL
    M3TT3WS F4RR4LL

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 48 critiques

    5,0
    Publiée le 18 février 2014
    L'excellence au service de la télévision. Il me parait extremement difficile de pouvoir utiliser le moindre levier pour critiquer objectivement cette série. Les acteurs sont TOUS parfaits dans leurs rôles, l'histoire est pleine de surprise et captive le spectateur, le choque tout autant, le met mal à l'aise avec ce statut de témoin premier des méfaits gravissimes de Frank Underwood. C'est probablement la meilleure série dramatique du moment. Même si les saisons trois et je l'espère quatre, sont de qualité inférieure, ça restera un cru excellent à savourer pour les saint valentin de chaque années. Comme l'an passé, j'attendrais avec extrême impatience l'année prochaine, faisant de HoC l’événement série de mon année à venir (le reste arrivant très loin derrière).
    wesleybodin
    wesleybodin

    Suivre son activité 240 abonnés Lire ses 3 864 critiques

    4,5
    Publiée le 28 août 2013
    2013, l’année des séries politiques. Après Homeland,qui dévoilait les coulisses des services secrets, et Scandal, qui infiltrait la Maison Blanche, voici House of Cards. Première série de David Fincher (Millénium, The Social Network…) avec Kevin Spacey et Robin Wright, House of Cards enchaine les bons épisodes comme des perles. Une vraie immersion non pas au cœur de la Maison Blanche mais au cœur du Congrès. Trahisons, stratégies, mensonges, arrangements vous seront servis sur un plateau. Un vrai bonheur !
    Back to Top