Mon compte
    Les Grands : la nouvelle série d'OCS qui a tout d'une grande !
    2 nov. 2016 à 19:05
    Jérémie Dunand
    Jérémie Dunand
    -Chef de rubrique télé / Journaliste
    Passionné de séries en tous genres, mais aussi d'horreur et de teen movies, Jérémie Dunand a été biberonné aux séries ados et aux slashers des années 90, de Buffy à Scream, en passant par Dawson. Chef de rubrique télé, il écrit aujourd'hui principalement sur les séries et unitaires français.

    Après "Irresponsable", OCS lance ce jeudi "Les Grands", sa nouvelle dramédie, qui nous plonge, avec humour, justesse, et finesse, au coeur de l'année de 3ème d'une bande d'ados. Un pari réussi dont nous a parlé son réalisateur, Vianney Lebasque.

    EMPREINTE DIGITALE

    Après la très réussie Irresponsable, qui a emballé la critique en juin dernier, OCS continue de prouver son savoir-faire en matière de dramédies françaises avec Les Grands, qui débute ce jeudi 3 novembre à 20h40 sur OCS City et est repartie grande gagnante lors du dernier festival de la fiction TV de La Rochelle, où elle a raflé trois récompenses (meilleure série de 26 minutes, prix du jeune espoir féminin pour Adèle Wismes, et prix des collégiens de Charente-Maritime).

    Entre humour et émotion, ce portrait très juste de l’adolescence a tout pour conquérir plusieurs générations de téléspectateurs, des plus jeunes, qui se reconnaîtront dans les personnages et leurs interrogations, aux plus âgés, nostalgiques de leurs années collège.

    Synopsis : C’est le jour J pour Hugo, Ilyès, Avril et Boogie. Ils entrent en 3ème ! Enfin ! Ils sont les grands du collège ! C’est donc une rentrée spéciale pour cette petite bande, amis depuis toujours... Surtout quand ils découvrent qu’un distributeur de préservatifs a été installé dans les toilettes. Humbert, le principal démago, en justifie la présence par une leçon de statistiques : on sait combien d’entre eux vont redoubler, combien se révèleront homosexuels, combien feront des études supérieures... Mais on sait surtout combien d’élèves feront l’amour pour la première fois cette année. Et les chiffres ne mentent pas... La pression monte chez les élèves. Alors qu’Hugo, Ilyès et Boogie se promettent qu’ils seront les premiers à utiliser le distributeur, Avril s’interroge sur la présence d’une nouvelle élève, MJ, qui semble décidée à ne respecter aucune règle.

    La bande-annonce des "Grands" :

    Les Grands - saison 1 Bande-annonce VF

     

    Une année dans la cour, et le cœur, des Grands

    Créée par Benjamin Parent et Joris Morio, et réalisée par Vianney Lebasque (Les Petits princes), Les Grands, qui fait partie du label OCS Signature, comme Lazy Company, QI, ou Irresponsable avant elle, fait figure d’OVNI dans le paysage télévisuel français, tant on a rarement vu le sujet de l’adolescence (dont les Américains se sont fait une spécialité) traité avec autant d’humour, de finesse, et de justesse. Une originalité qui se retrouve jusque dans certains partis pris scénaristiques et formels qui peuvent dérouter au début, mais font la force de la série au final.

    En effet, les scénaristes ont fait le choix d’une unité de lieu et d’action, puisque tout se passe au sein du collège. "Le collège devient alors une micro-société", explique Vianney Lebasque, et la série s’offre ainsi le luxe de ne pas avoir à se soucier des parents, qui sont souvent le maillon faible des séries ados. La saison 1 fait également le pari de raconter en seulement 10 épisodes de 22 minutes la totalité de l’année de 3ème d’Hugo, Boogie, et leurs amis. Il faut alors se laisser porter par les ellipses, qui font évoluer les héros au fil d'une année charnière de leur vie.

    EMPREINTE DIGITALE

    Arrivé sur le projet tardivement, alors que la moitié des épisodes avait déjà été écrite, Vianney Lebasque a eu carte blanche pour se réapproprier l’histoire et réécrire. "Je suis auteur", déclare le réalisateur et scénariste, qui s’est déjà essayé au récit adolescent avec le long métrage Les Petits princes en 2013. "Je ne filmerai jamais un scénario que je n’ai pas écrit. Si je ne maîtrise pas totalement l’histoire, je ne peux pas la raconter". Citant des influences allant du cinéma de Sofia Coppola au teen drama britannique Skins, Vianney Lebasque a offert un ton et une identité à la série, qui alterne entre comédie et émotion, et flirte de plus en plus avec le drame au fil de la saison. Tout en se permettant des instants suspendus, lors de séquences de rêveries qui nous plongent dans la tête des héros et permettent de retranscrire par le spleen et l’onirisme des sentiments complexes inhérents à l’adolescence.

    Un portrait intemporel de l’adolescence

    Si le casting comporte quelques visages connus du petit et du grand écran, tels Laurent Bateau, dans le rôle du principal du collège qui invite ses élèves à le demander en ami sur Facebook, ou encore Julie Ferrier et Paul Bartel (Les Petits princes, Amis publics) en guests, ce sont surtout les jeunes acteurs qui campent Hugo, Boogie, Ilyès, MJ, et Avril qui nous emportent dès le premier épisode. Notamment en apportant fraîcheur et réalisme à cette bande d’ados qui parle comme de vrais collégiens de 14 ans, loin des personnages trop adultes de Dawson.

    EMPREINTE DIGITALE

    Derrière l’humour et les vannes que se lancent les collégiens des Grands, la série aborde des problématiques qui parlent à tous ceux qui ont, ou ont eu, 14 ans, allant de l’obsession de la première fois à l’identité sexuelle, en passant par le harcèlement à l’école. "Nous voulions toucher à des sujets plus complexes que les notes d’Histoire, ou ce qu’ils vont manger à la cantine", confie Vianney Lebasque.

    Le tout en se permettant d’être très intemporelle, puisque l’histoire a finalement très peu recours aux téléphones portables, textos, et autres réseaux sociaux. "Si on enlève les technologies d’aujourd’hui, les ados de 2016 ont finalement les mêmes problématiques que ceux d’hier. (…) Nous avons choisi de mixer des élements des années 80, 90, à ceux d’aujourd’hui, notamment au niveau des vêtements. J’espère que les ados qui regardent la série vont se reconnaître dans ces problématiques, même si l’esthétique ou la musique ne sont pas d’aujourd’hui".

    La saison 2 est déjà en route

    Si l’on peut regretter que la première saison ne soit composée que de 10 épisodes, tant on s’attache à ces Grands, pas de panique, OCS a déjà commandé une seconde salve d’épisodes, actuellement en tournage. Une saison 2 "qui m’appartient vraiment", avoue le réalisateur de la série, qui promet de nouveaux épisodes plus adultes et plus dramatiques, avec des problématiques "plus violentes".

    EMPREINTE DIGITALE

    Après une année de 3ème pleine de premières fois, les héros de la série rentreront cette fois-ci au lycée, un nouvel univers dans lequel ils ne seront plus vraiment… les "Grands". Et si l’on sait juste que cette saison 2 se centrera dorénavant sur 7 personnages principaux au lieu de 5 (les deux "nouveaux" étant des visages néanmoins déjà connus), il y a fort à parier que Grégoire Montana, Théophile Baquet, Sami Outalbali, Pauline Serieys, et Adèle Wismes, les interprètes de Boogie, Hugo, Ilyès, Avril et MJ, seront de retour pour rendre cette année de Seconde aussi marquante que la précédente.

    Les Grands, 10x22 minutes, tous les jeudis dès 20h40 sur OCS City, au rythme de 2 épisodes par semaine, à partir du 3 novembre.

     

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top