Notez des films
Mon AlloCiné
    Michel Blanc : Du Splendid à son César, sa carrière passée au crible dans une biographie
    Par Corentin Palanchini — 15 oct. 2017 à 12:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le journaliste Alexandre Raveleau passe en revue la carrière de Michel Blanc, du jeune élève du lycée Pasteur avec les autres futurs membres du Splendid jusqu'à son César du Meilleur second rôle pour "L'Exercice de l'Etat".

    COADIC GUIREC / BESTIMAGE

    "Sur un malentendu", cette réplique de Jean-Claude Dusse dans les deux films Les Bronzés résonne encore aux oreilles des fans du Splendid. Mais s'il a mis du temps à se défaire de son personnage de loser moustachu, le comédien Michel Blanc a été parmi les premiers à prendre ses distances avec le groupe à qui l'on doit le savoureux Père Noël est une ordure.

    Dès 1980, Blanc commence à collaborer en solo avec Patrice Leconte, agissant comme dialoguiste et parfois co-scénariste, ce qui donnera plusieurs films entre 1981 et 1983. Blanc s'y est construit un personnage et comme tous les grands de la comédie, en a détaillé plusieurs facettes de film en film. Loser parasite (Viens chez moi, j'habite chez une copine), loser largué (Ma Femme s'appelle reviens) et loser obsessionnel (Circulez, y a rien à voir) seront les héros de ces aventures.

    Gaumont
    Extrait de l'affiche "Marche à l'ombre" (1984)

    C'est finalement sa première mise en scène, Marche à l'ombre (1984), qui marque la fin des variations autour de ce personnage. En jouant une dernière fois un loser -hypocondriaque- aux côtés de Gérard Lanvin, Blanc met lui-même fin à une partie de sa carrière. L'année suivante, il rase sa moustache devenue emblématique pour les besoins de Tenue de soirée de Bertrand Blier. Cette rupture symbolique est surtout accompagnée par un film aux dialogues ciselés et à la brillante direction d'acteurs, valant à Blanc un prix de meilleur acteur au Festival de Cannes. Et dès lors, il endossera davantage de rôles dramatiques.

    Nommé à huit reprises aux César, Michel Blanc remportera celui du Meilleur second rôle pour L'Exercice de l'Etat en 2012. Auparavant, il a signé trois autres longs métrages : Grosse fatigue (1994), Mauvaise passe (1999) et Embrassez qui vous voudrez (2002).

    Le livre d'Alexandre Raveleau est entrecoupé d'extraits d'entretiens avec Michel Blanc, apportant de la vie au déroulé chronologique d'une carrière riche de théâtre, de cinéma et d'écriture et... de piano !

    Disponible chez Hors Collection, 19 €.

    "Les Bronzés font du ski" en 14 répliques cultes : 

    Voir le diaporama
    Diaporama
    Les Bronzés font du ski en 14 répliques cultes
    14 photos
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • seke
      Un immense acteur. Dommange qu'il ne fait plus de réalisations :( (personne ne veut le financer? Plus d'envie?)
    • Charlotte28
      Cette réplique...résonne...pitié un effort sur les accords^^
    Voir les commentaires
    Back to Top