Mon compte
    Prise au piège sur M6 : "Prison Break était une vraie référence" confie Elodie Fontan
    4 déc. 2019 à 18:30
    Jérémie Dunand
    Jérémie Dunand
    -Chef de rubrique télé / Journaliste
    Passionné de séries en tous genres, mais aussi d'horreur et de teen movies, Jérémie Dunand a été biberonné aux séries ados et aux slashers des années 90, de Buffy à Scream, en passant par Dawson. Chef de rubrique télé, il écrit aujourd'hui principalement sur les séries et unitaires français.

    M6 lance ce soir "Prise au piège", sa nouvelle série carcérale dans la veine de "Prison Break". Elodie Fontan, qui trouve ici son premier rôle à la télévision depuis son départ de "Clem", nous a parlé de ce remake d'une série espagnole à succès.

    Jean-Michel Clajot/M6

    AlloCiné : Qu’est-ce qui vous a tout de suite plu dans Prise au piège lorsqu’on vous a proposé le rôle d’Anna ?

    Elodie Fontan : Le scénario en premier lieu. Dans notre métier la chance qu'on a c'est qu'on peut vivre des choses très différentes, qui sont parfois très éloignées de nous. Donc là le milieu carcéral ça me donnait plutôt envie. Et puis à la lecture, je n'ai pas refermé les scénarios avant d'arriver à la fin du quatrième épisode. J'ai trouvé ça hyper addictif et j'aimais beaucoup l'évolution de mon personnage, qui est entourée de plein d'autres personnages très forts. Que ce soit au sein de la prison ou en dehors, avec toute l'intrigue qui tourne autour du père et du frère d'Anna, qui enquêtent en parallèle. J'ai trouvé ça bien construit, j'ai trouvé que les fins d'épisodes donnaient envie de voir la suite. Le tout faisait que j'avais vraiment envie de me lancer dans ce projet.

    Vous sortiez de neuf ans de Clem au moment de tourner cette nouvelle série pour M6. On imagine que c’était primordial pour vous de jouer dans quelque chose de radicalement différent ?

    Oui, j'ai quitté Clem pour voyager vers d'autres horizons et voir d'autres personnages, donc d'aller vers quelque chose de très différent de Clem c'était une évidence. Et puis ces derniers temps j'ai fait pas mal de comédies et j'avais envie d'explorer d'autres registres. Revenir vers des rôles un peu plus dramatiques, un peu plus sombres, comme j'ai pu en avoir il y a très longtemps. Donc Prise au piège tombait réellement à pic et j'ai adoré jouer ce personnage.

    La série est adaptée de la série espagnole Derrière les barreaux (Vis a vis), que l'on doit au créateur de La Casa de Papel. Est-ce que vous avez vu la version originale ?

    Non, je n'ai pas voulu la voir. Parce que j'avais peur que ça m'influence un peu de voir une autre actrice jouer le même rôle que moi. Je ne voulais pas tomber dans le mimétisme. J'avais envie de me faire ma propre image de cette série et des personnages. Je n'ai rien vu de Derrière les barreaux mais je me dis qu'il serait maintenant peut-être temps que je la regarde. Je sais juste qu'on est parti sur un remake très libre et que les épisodes de la version espagnole étaient plus longs. Nous on a fait le choix de quelque chose d'un peu plus resserré. Et on a changé pas mal de choses. Derrière les barreaux se passait davantage en huit clos dans la prison et je trouve ça bien qu'on ait un peu plus développé ce qui se passe à l'extérieur car ça peut vite devenir étouffant d'être toujours à l'intérieur de cette prison. On l'a vu nous en jouant, ça pouvait parfois être pesant. Et je pense que pour le téléspectateur aussi. Du coup de pouvoir suivre cette enquête en parallèle avec Jean-Hugues Anglade et Vincent Rottiers, ça aère pas mal l'intrigue. C'est un choix qui a été fait par les scénaristes de Prise au piège et je trouve ça vraiment efficace. Ça donne un vrai rythme à l'ensemble.

    Jean Michel CLAJOT/M6

    Que pouvez-vous nous dire sur le tournage, qui s'est déroulé dans une vraie prison aux Pays-Bas ?

    On a tourné dans une ancienne prison située à Bréda, aux Pays-Bas, qui possède un dôme incroyable. Quand on pénètre à l'intérieur de la prison c'est très impressionnant, ça résonne beaucoup. On se demande comment ils faisaient à l'époque pour être aussi nombreux et ne pas devenir dingues à force. On a eu la chance de tourner dans cette immense prison qui est un vrai personnage à part entière de la série. J'ai adoré cette expérience. Parfois nous étions nous-mêmes complètement nourris par ce "décor", par certains éléments qui étaient bien réels, comme des mots ou des phrases gravés sur les murs des cellules. Parfois on n'avait même plus l'impression de jouer, on se laissait porter par cette atmosphère très particulière. C'était assez magique.

    La série nous plonge dans un univers assez éloigné de la réalité en prison en France, que ce soit au niveau des tenues des détenues ou de ce certains événements qui se produisent. Et la production parle d’une vision assez "glamour" de la prison. En tant que comédienne, est-ce que ça vous a perturbé au départ ou est-ce que vous partiez avec l’idée en tête que c’était du grand spectacle assumé, du thriller à rebondissements et à twists, et que c’était ça le plus important ?

    Ce qui est certain c'est que l'uniforme ça a été une vraie question. C'est comme ça dans la version originale et ils se sont demandés s'ils allaient le garder ou pas. Et ils ont fait le choix de garder cet uniforme jaune car visuellement c'est quand même assez fort, ça marche. Et ils ont d'ailleurs fait exprès de ne pas trop situer la prison. Mais en dehors de ça, je trouve que Prise au piège reste assez réaliste. Parfois dans les séries c'est compliqué de garder le côté un peu violent de la prison et pour nous c'était très important. Il fallait qu'il y ait des scènes de violence qui reflètent la réalité de la vie en prison. Il fallait qu'il y ait de vraies tronches. Les nanas dans la série ont de vraies gueules, on a l'impression qu'il y a un vécu derrière. Je trouve que ça fonctionne vachement bien à l'écran.

    Est-ce que vous retenez une scène qui a été particulièrement difficile à tourner ?

    Il y a une scène où l'une des détenues se fait brûler le ventre. Et la comédienne jouait extrêmement bien. Cette séquence nous a vraiment pris aux tripes Manon Azem et moi, c'était assez fort. J'étais en pleurs, je n'ai pas eu besoin d'aller chercher les émotions très loin. C'était hyper réaliste et du coup ça en devenait assez flippant.

    On pense aussi aux scènes de nudité, et notamment à celle de la fouille corporelle dans le premier épisode qui n'a pas dû être simple à tourner devant toute une équipe...

    Mais oui, comment j'ai fait pour oublier ça ?! (rires). La scène de fouille c'est la première scène qu'on a tourné dans la prison. Ça plantait tout de suite le décor. On a vite fait connaissance avec les autres codétenues (rires). C'était une grosse journée de tournage, on a dépassé de plusieurs heures, et on était assez crevées. Et effectivement c'était assez surprenant de se retrouver toutes alignées, toutes entièrement nues, même si on se cachait. Il y en avait d'ailleurs que ça ne dérangeait absolument pas, qui n'étaient pas du tout pudiques, c'était assez drôle. Encore une fois ça mettait dans le bain rapidement mais c'est vrai que c'était assez gênant. Ce n'est pas mon meilleur souvenir (rires). Mais heureusement on était toutes fatiguées et on avait hâte d'être débarrassées de cette scène pour finir la journée. Donc on ne s'est pas posées trop de questions. Mais ça restera un moment assez déstabilisant et étrange.

    Jean Michel CLAJOT/M6

    Vos scènes avec Manon Azem sont particulièrement réussies. Est-ce que vous vous connaissiez avant de jouer ensemble dans la série ?

    Pas du tout. Je la connaissais en tant que comédienne évidemment, mais on n'avait jamais tourné ensemble. Et il ne faut pas se fier aux apparence car si on ne se supporte pas dans la série, en vrai ça n'a pas du tout été le cas. J'ai eu un gros coup de coeur pour Manon, je suis heureuse d'avoir tourné avec elle. C'est un tournage qui aurait pu être pesant, vu l'atmosphère, et d'avoir une camarade de jeu avec qui je me suis tant éclatée, c'était génial. Et puis on jouait deux personnages complètement opposés, et elle était fantastique dans ce registre très sombre.

    Une histoire de braquage, de butin caché, et d’évasion se superpose à la vie en prison au fil des épisodes. Et on pense évidemment, en plus d’Orange is the New Black, à Prison Break ou à La Casa de Papel. Est-ce que c'était des références pour vous au moment du tournage ?

    J'ai commencé Orange is the New Black juste avant le tournage et quand j'ai su que j'allais jouer Anna dans Prise au piège j'ai arrêté de la regarder car je ne voulais pas me nourrir de trop de choses sur la prison. Je voulais être un peu comme mon personnage. La Casa de Papel j'adore mais ce n'est pas vraiment sur le milieu carcéral, même si je vois bien en quoi elle peut se rapprocher de Prise au piège. Et Prison Break, mon personnage est moins tatoué et moins rock'n'roll, mais c'était ma série préférée à l'époque. Elle m'a rendue dingue ! La première saison était tellement bien écrite et tellement bien réalisée. Donc je n'aurais pas le prétention de comparer notre série à Prison Break, mais pour moi en tout cas c'était une vraie référence oui.

    Un troisième Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu a été officialisé en mai. Est-ce que vous savez déjà quoi que ce soit sur cette suite ?

    Alors, très honnêtement, non (rires). Je n'ai pas eu beaucoup d'infos, j'ai même appris certaines choses par les médias en fait. Donc pour l'instant je ne peux rien vous dire. On n'a pas encore de dates de tournage, pas de scénario. On attend.

    Et en dehors de Prise au piège, est-ce que vous avez d’autres projets ou des choses déjà tournées dont vous pouvez parler ?

    J'ai tourné un "Meurtres à..." avant l'été avec la réalisatrice Stéphanie Murat. Ça s'apelle Meurtres en Pays Cathare et c'est avec Salim Kechiouche et Samuel Abitbol, qui est un jeune acteur trisomique. C'est un super comédien et j'ai surtout fait ce téléfilm pour le lien très fort qu'avaient nos deux personnages, car il joue mon petit frère. C'était un vrai bonheur de tourner avec lui, une belle découverte. Et sinon j'ai des projets pour le printemps et l'été prochain, mais rien d'assez concret pour en parler. Ce sera sûrement avec la Bande à Fifi. On devrait tous se retrouver l'année prochaine.

    Propos recueillis à Paris le 15 novembre 2019.

    La bande-annonce de Prise au piège qui débute ce soir à 21h sur M6 :

    Prise au Piège - saison 1 Bande-annonce VF

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Plaza13
      le mépris est la meilleure des réponses.
    • Daryl R
      tu parles de prison break, tandis que c'est remake de vis à vis
    Voir les commentaires
    Back to Top