Mon compte
    OVNI(s) sur Canal+ : la saison 2 est-elle à la hauteur de la première ?
    21 févr. 2022 à 09:50
    Julia Fernandez
    Julia Fernandez
    -Journaliste Séries TV
    Elevée à « La Trilogie du samedi », accro aux séries HBO, aux sitcoms et aux dramas britanniques, elle suit avec curiosité et enthousiasme l’évolution des séries françaises. Peu importe le genre et le format, tant que les fictions sortent des sentiers battus et aident la société à se raconter.

    De retour sur la chaîne cryptée ce lundi 21 février à 21h10, la série rétro aux frontières du paranormal réunit l'équipe du GEPAN après que Didier Mathure, convaincu d'avoir vu un ovni, a fait voler en éclats toutes ses convictions...

    Depuis que Didier Mathure a vu de ses propres yeux un ovni, il sillonne, en vain, la France à la recherche de nouvelles apparitions. Alors qu’il s'apprête à tout arrêter, un phénomène étrange se produit dans une centrale nucléaire. Un défi pour l'équipe du GEPAN, -Didier, Marcel, Rémy et Véra-, dépassée par ce mystère qui attise tous les fantasmes. Pour Didier, c’est sûr : une intelligence venue d’ailleurs cherche à établir le contact. Et il va tout faire pour essayer de lui répondre, à moins que Claire Carmignac du Ministère de l’Énergie ne l’en empêche…

    OVNI(s) saison 2, chaque lundi à 21h10 sur Canal+

    OVNI(s)
    OVNI(s)
    Sortie : 11 janvier 2021 | 30 min
    Série : OVNI(s)
    Avec Melvil Poupaud, Michel Vuillermoz, Géraldine Pailhas, Alice Taglioni, Quentin Dolmaire
    Presse
    3,7
    Spectateurs
    4,1
    Voir via MyCanal

    Après une réjouissante saison 1 diffusée sur Canal+ il y a à peine un an, les scénaristes Martin Douaire et Clémence Dargent (auxquels la troisième plume de Maxime Berthemy s'est greffée en renfort) rempilent avec 12 nouveaux épisodes d'OVNI(s), série de science-fiction au style rétro irrésistible explorant le quotidien d'un bureau d'études scientifiques sur les phénomènes ovnis, le GEPAN, créé au sein du CNES en 1977, dont les membres sont confrontés à des phénomènes extraordinaires tout en essayant de les démystifier aux yeux du grand public.

    Pur esprit cartésien en saison 1, Didier Mathure (Melvil Poupaud), brillant astrophysicien, a vu ses principes s'effondrer suite à un trip au LSD au cours duquel il est convaincu d'avoir fait une rencontre du troisième type. A ses côtés, Véra (Daphné Patakia), persuadée d'avoir une connexion intime avec les événements paranormaux qu'ils observent, s'acharne à essayer d'entrer en contact avec les extra-terrestres.

    Pendant ce temps, Marcel (Michel Vuillermoz) coule des jours heureux depuis le retour d'André (Jonathan Lambert), son compagnon à la tête du GEPAN. Rémy (Quentin Dolmaire), lui, a claqué la porte des bureaux depuis que Véra lui a brisé le coeur, et travaille désormais pour une grande entreprise de télécommunications en essayant de mener une vie rangée.

    Elise (Géraldine Pailhas), quant à elle, a obtenu une promotion au CNES et refait sa vie avec un brillant médecin, pendant que Didier se la joue hippie dans son van Wolkswagen sur les routes de France sous le regard perplexe de ses enfants (Capucine Valmary et Alessandro Mancuso) qui le croient fou.

    Mais un événement impromptu va mener le "Scooby-gang" du GEPAN à se reformer : l'apparition inexpliquée d'une gigantesque barbe-à-papa radioactive dans le réacteur d'une centrale nucléaire sur le point d'ouvrir...

    Nicolas Velter / Montebello Productions / Canal+
    Daphné Patakia (Véra Clouseau), Michel Vuillermoz (Marcel Benes), Melvil Poupaud (Didier Mathure) et Quentin Dolmaire (Rémy Bidaut)

    Avec un second degré assumé, plus de libertés prises dans la réalisation et quelques clins d'oeil à sa première saison (pas de flamant rose cette fois-ci mais un porcin), OVNI(s) pousse plus loin les curseurs de la nostalgie et de la pastille rétro, toujours sous la houlette du réalisateur Antony Cordier (Gaspard va au mariage) qui met en scène les douze épisodes.

    Pour nourrir leurs nouvelles intrigues, les scénaristes se sont plongés dans l'actualité de l'année 1978 : l'avènement du nucléaire français, la crise migratoire des Boat-people, la sortie en salles du premier Superman avec Christopher Reeves, jusqu'à la célèbre publicité de la marque de lessive OMO, cette saison 2 fourmille de petits détails historiques qui donnent à la série son ton si désuet, tout en faisant un pas de côté dans le surnaturel.

    En jouant constamment sur l'idée que les phénomènes paranormaux observés par l'équipe du GEPAN ont une explication rationnelle et sur la véracité des ovnis, la série nous emmène toujours plus loin dans son concept, abordant le sujet de la croyance et de la foi après celui du doute. Mais cette nouvelle saison écrite pendant la crise sanitaire explore aussi des thématiques bien contemporaines : dérives médiatiques, défiance envers la parole scientifique, misogynie au sein des institutions... Une époque pas si fantasmée qu'il n'y paraît.

    Plus chorale, cette nouvelle saison fait gagner en profondeur son irrésistible quatuor de personnages, tout en introduisant de nouvelles recrues tout aussi réussies : Alice Taglioni en directrice de la communication du Ministère de l'énergie austère, Jonathan Lambert (après une brève apparition en saison 1) mais aussi Jean-Christophe Folly, Elodie BouchezSalif Cissé et Laurent Capelluto, tous au diapason tant le rythme des répliques est précis et l'humour savamment dosé. Le résultat : un voyage aux confins du fantastique et de la nostalgie d'une époque toujours aussi singulier dans le paysage sériel français.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top