Mon compte
    8 stars de cinéma qui ont fait la Seconde Guerre mondiale : Clark Gable, James Stewart...
    8 mai 2022 à 09:00
    Olivier Pallaruelo
    Olivier Pallaruelo
    -Journaliste cinéma / Responsable éditorial Jeux vidéo
    Biberonné par la VHS et les films de genres, il délaisse volontiers la fiction pour se plonger dans le réel avec les documentaires et les sujets d'actualité. Amoureux transi du support physique, il passe aussi beaucoup de temps devant les jeux vidéo depuis sa plus tendre enfance.

    Nombreux sont les talents de cinéma à s'être engagé sous les drapeaux et servir leur pays durant la Seconde Guerre mondiale, dont on commémore en ce jour le 77e anniversaire de l'armistice. Et certains furent d'authentiques héros de guerre.

    "La Seconde Guerre mondiale, c'est quelque chose à laquelle je pense presque tous les jours. Ce fut l'une des plus grandes expériences de ma vie" dira le grand acteur James Stewart, peu de temps avant son décès, en 1997. Stewart qui fut un authentique héros de guerre d'ailleurs, pilote de bombardier, terminant sa carrière avec le grade de colonel. Il fut d'ailleurs la toute première vedette hollywoodienne à s'engager sous les drapeaux des Etats-Unis.

    Dans un contexte de mobilisation générale lors de l'entrée en guerre du pays, peu après l'attaque de Pearl Harbor en décembre 1941, il sera rapidement imité par nombre de ses collègues acteurs et actrices, à des degrés divers d'ailleurs. Car si certains ont passé la guerre derrière un bureau, loin du feu ennemi, d'autres en revanche ne se sont pas franchement ménagé...

    En ce jour du 77e anniversaire de la commémoration de l'armistice, le 8 mai 1945, voici huit beaux exemples de stars du cinéma américaines qui ont fait la Seconde Guerre mondiale.

    James Stewart (1908-1997)

    Acteur adoré du public américain qui accèdera au rang de star dans le film Vous ne l'emporterez pas avec vous de Frank Capra en 1938 et l'immense succès Mr Smith au Sénat l'année suivante, James Stewart fut un authentique héros de guerre. Passionné d'aviation, il avait obtenu son brevet de pilote en 1935, et même celui de pilote de ligne en 1938. Passé sous les drapeaux durant la guerre (il devint même la toute première star de cinéma US à endosser l'uniforme), il commença par être pilote instructeur sur une base aérienne à Glendale, dans l'Arizona. Promu lieutenant en juillet 1942, il passa les mois d'août à décembre de la même année à s'entraîner à piloter les bombardiers B-17.

    Promu capitaine en juillet 1943 avec le rang de chef d'escadron, il effectua sa première mission de bombardement, sur la base navale d'U-Boot allemands située à Kiel, en novembre 1943. Au total, jusqu'à la fin de la guerre, il effectuera 20 missions. Décoré à de nombreuses reprises, dont la Croix de guerre militaire française avec palme (photo ci-contre), son engagement fut tel qu'il continua à beaucoup s'impliquer au sein de l'US Air Force même après la guerre. Terminant sa carrière militaire au rang de colonel, il fut même promu, le 23 juillet 1959, au grade de général de Brigade de l'US Air Force.

    Sterling Hayden (1916-1986)

    Warner Bros.

    Paranoïaque général Ripper dans Docteur Folamour, braqueur malchanceux dans L'ultime razzia, toujours chez Kubrick, merveilleux Johnny Guitare chez Nicholas Ray, extraordinaire dans Quand la ville dort de John Huston... Le grand Sterling Hayden a laissé au cinéma un héritage de compositions inoubliables. Ce qu'on sait moins, c'est qu'il fut aussi un espion pour l'Office of Strategic Services (OSS) durant la Seconde guerre mondiale, l'ancêtre de la CIA.

    Du moins l'ignorait-on jusqu'à ce que le gouvernement américain ne se décide en 2008 à lever le secret des archives sur des milliers de personnes, dont l'acteur. Le comédien fut notamment affecté à la livraison d'armes en Yougoslavie pour les partisans qui luttaient contre les nazis, et fut même parachuté en Croatie. Il fut décoré pour ses états de service, notamment par le futur Maréchal Tito, à la tête de la Yougoslavie après la guerre. Ce qui lui a d'ailleurs valu en 1951 une convocation devant la House Committee on Un-American Activities (HUACC), la fameuse Commission parlementaire sur les activités antiaméricaines, qui faisait à l'époque la chasse aux sympathisants et activistes communistes...

    Clark Gable (1901 - 1960)

    Les raisons qui conduisirent Clark Gable à s'engager sont douloureuses. Sa femme, l'actrice Carole Lombard, morte dans un accident d’avion le 16 janvier 1942, fut déclarée par le président Franklin D. Roosevelt première femme tuée dans l'exercice de ses fonctions en temps de guerre, et lui attribua à titre posthume la médaille présidentielle de la Liberté.

    Considéré comme trop âgé pour servir sous les drapeaux (il avait alors 40 ans), Gable envoya un télégramme au président pour qu'il lui assigne un poste dans le soutien de l'effort de guerre. Roosevelt lui répondit : "restez où vous êtes".Gable outrepassa la consigne présidentielle et s'engagea dans l'US Air Force. Formé à la photographie aérienne et au poste de mitrailleur, il fut envoyé en Angleterre avec ses six membre d'équipage au sein de la 351e unité aérienne. Il effectua 5 missions, dont un raid aérien en Allemagne, où l'un de ses coéquipiers succombera tandis qu'une balle traversa la botte de l'acteur en frôlant sa tête. La MGM, le studio avec lequel il était sous contrat, s'arrangera pour le faire réaffecter à un poste moins exposé... Promu Major en 1944, il fut relevé de ses obligations le 12 juin de la même année. On raconte que, grand admirateur de l'acteur, Adolf Hitler offrit une forte récompense pour celui qui ramènerait la star captive à Berlin.

    Marlène Dietrich (1901-1992)

    Swashbuckler Films

    Icône du cinéma allemand d'abord (inoubliable Lola Lola dans L'ange bleu de Sternberg en 1930) avant de partir faire carrière aux Etats-Unis où elle fut naturalisée en 1939, Marlène Dietrich fut une actrice particulièrement engagée contre le nazisme et son pays durant la guerre, n'hésitant pas à mettre sa célébrité au service de l'effort de guerre après l'entrée en guerre des États-Unis dans le conflit mondial en décembre 1941.

    Elle participa notamment à la Hollywood Canteen, club offrant à la fois du divertissement et de la nourriture aux militaires de retour de mission pendant la Seconde Guerre mondiale, tout en récoltant des bons du trésor avec Orson Welles. Intégrant la United Service Organizations (USO), organisation à but non lucratif qui fournit des services de loisirs et de soutien moral aux membres de l’armée américaine, Dietrich est partie sur le front européen en avril 1944 pour soutenir le moral des troupes.

    Bien que faisant montre d'un engagement sans faille, le tout puissant patron du FBI, J. Edgar Hoover n'avait pourtant aucune confiance en elle, au point de faire ouvrir son courrier et de faire espionner ses moindres faits et gestes pour tenter de la confondre. Selon des archives du FBI déclassifiées en 2002, la comédienne - chanteuse fut particulièrement scrutée entre 1942 et 1944 à la demande de Hoover. Mais les services de son agence ne trouvèrent rien qui puisse l'incriminer. Dietrich enterra tout soupçon lorsqu'elle demanda à intégrer l'Office of Strategic Services en février 1944. Sa tâche assignée fut de collecter des informations sur les activités subversives en Europe, au gré de ses tournées sur le front. Si l'intitulé de sa mission est vague et qu'on ignore la nature exact des informations qu'elle rapporta, il est désormais impossible d'en savoir plus. Les archives concernant son dossier ont en effet brûlées partiellement en 1980, 12 ans avant son décès.

    Charles Bronson (1921-2003)

    Véritable gueule de cinéma au fameux visage buriné, Charles Bronson a laissé une empreinte inimitable dans le cinéma. Fils d'immigrés lithuaniens, vivant dans une très grande pauvreté (il était le 11e enfant d'une fratrie de 15), le futur acteur travailla même dans les mines de charbon à l'âge de 10 ans, et fut le premier de sa famille à être diplômé.

    Engagé sous les drapeaux en 1943 dans l'US Air Force, il suivi une formation de mitrailleur au sein du 760e escadron d'entaînement de mitrailleur aérien. En 1945, il faisait parti d'un équipage d'un B-29, une forteresse volante, dont l'escadron se trouvait sur l'île de Guam, dans le Pacifique. Lui et son équipage effectuèrent 25 missions de bombardements sur le Japon. Il reçu un Purple Heart pour blessures au combat, et fut dégagé de ses obligations militaires en 1946.

    Henry Fonda (1905 - 1982)

    Henry Fonda était un acteur déjà bien établi dans le paysage hollywoodien avant l'entrée en guerre des Etats-Unis, en jouant notamment chez Fritz Lang (J'ai le droit de vivre), ou chez John Ford dans les superbes Vers sa destinée et Sur la piste des Mohawks. Contrairement à de nombreux collègues partis rejoindre les rangs de l'US Air Force, Fonda intégra la Navy. "Je ne veux pas être dans une guerre de studio" lâcha l'interessé, désireux de ne pas passer la guerre à pantoufler derrière un bureau. Durant trois ans, il a servi comme quartier-maître de 3e classe à bord du destroyer USS Satterlee. Promu lieutenant et se battant dans le Pacifique, il a reçu la Navy Presidential Unit Citation et la Bronze Star.

    Tony Curtis (1925 - 2010)

    Tout comme Henry FondaTony Curtis fut enrôlé dans la Navy durant la guerre, peu après l'attaque de Pearl Harbor qui déclencha l'entrée en guerre des Etats-Unis. Envoyé sur le théâtre des opérations dans le Pacifique à bord d'un ravitailleur de sous-marin, l'USS Proteus, il y restera jusqu'à la fin de la guerre. Le 2 septembre 1945, il fut témoin de la reddition des troupes impériales japonaises dans la baie de Tokyo, alors qu'il se trouvait sur la vigie de son navire, situé à peu plus d'un km de là. Très fier de son engagement militaire, l'acteur se fera même inhumer avec ses médailles.

    Charlton Heston (1923 - 2008)

    En 1944, Charlton Heston s'enrôla dans l'US Air Force. Il servi pendant deux ans comme opérateur radio et mitrailleur aérien à bord d'un B-25 Mitchell stationné dans les îles Aléoutiennes situées au large du Sud-Ouest de l'Alaska, avec le 77e Escadron de bombardement de la 11e Air Force. Il fut alors promu au grade de sergent-chef. Il participera d'ailleurs à la campagne des îles Aléoutiennes.

    Démobilisé en mars 1946, il prêtera aussi sa voix à des films pédagogiques militaires sous la tutelle du Ministère de l'Energie. Des films sur des sujets top secrets d'ailleurs, puisque certains d'entre eux concernaient le développement des armes nucléaires. Durant six ans, l'acteur a ainsi détenu grâce à cela le plus haut niveau d'habilitation de sécurité dans les instances gouvernementales du pays.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top