Notez des films
Mon AlloCiné
    Castle Rock : La chasse aux clins d'oeil à l'oeuvre de Stephen King est lancée !
    Par Raphaëlle Raux-Moreau — 2 août 2018 à 18:34
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Connectant les personnages, les lieux et les intrigues créés par Stephen King, "Castle Rock" est l'occasion de se plonger dans un jeu de piste sur la trace des indices et références à l'oeuvre de l'auteur. Voici ce que l'on a trouvé jusqu'à présent !

    La prison de Shawshank - "Les Evadés"
    1. La prison de Shawshank - "Les Evadés" +
    Présente dans de très nombreux romans de Stephen King ("Bazaar", "Ca", "22/11/63","Dolores Claiborne", "Sac d'os", etc.), la prison de Shawshank est l'un des lieux phares de Castle Rock. Pour autant, c'est bel et bien la nouvelle "Rita Hayworth et la Rédemption de Shawshank" (présente dans le recueil "Différentes saisons"), devenue Les Evadés au cinéma, qui a rendu célèbre ce glauquissime établissement pénitencier.
    Lire la suite

    Attention, cet article contient de nombreux spoilers sur "Castle Rock" ! 

    La prison de Shawshank - "Les Evadés"

    Présente dans de très nombreux romans de Stephen King ("Bazaar", "Ca", "22/11/63","Dolores Claiborne", "Sac d'os", etc.), la prison de Shawshank est l'un des lieux phares de Castle Rock. Pour autant, c'est bel et bien la nouvelle "Rita Hayworth et la Rédemption de Shawshank" (présente dans le recueil "Différentes saisons"), devenue Les Evadés au cinéma, qui a rendu célèbre ce glauquissime établissement pénitencier.

    Les photos des directeurs - "Les Évadés"

    La prison de Castle Rock est particulièrement liée à la nouvelle "Rédemption de Shawshank" (1982) et à son adaptation au cinéma (1994). Dans une scène, on aperçoit ainsi sur les murs de l'établissement les portraits des anciens Directeurs de Shawshank où l'on peut reconnaitre Samuel Norton (Bob Gunton), l'impitoyable et corrompu directeur de la prison à l'époque des Evadés. Son suicide est même mentionné. Dans l'épisode 2 de la série, on peut également remarquer que la Prison se situe sur une route appelée Redemption Road

    Terry O'Quinn - "Peur Bleue"

    Toujours lié à Shawshank : Dale Lacy, le personnage joué par Terry O'Quinn. Dès le pilote, celui qui est alors Directeur de la prison se suicide le jour même de son départ à la retraite. Pour autant, Lacy reste essentiel dans la mythologie de Castle Rock puisqu'on continue de l'entendre et de le voir en flashbacks. A noter que la présence de Terry O'Quinn n'est pas anodine puisque l'acteur avait déjà joué dans une oeuvre adaptée de Stephen King : il était en effet le shérif Joe Haller dans Peur Bleue (1985). Et on ne peut nier son lien à l'univers de l'autre grand Monsieur de Castle Rock, son producteur J.J. Abrams, O'Quinn restant incontestablement l'inoubliable et indispensable Locke de Lost... 

    Alan Pangborn - "La part des ténèbres" et "Bazaar"

    Alan Pangborn (Scott Glenn), le shérif de Castle Rock que l'on retrouvait à l'oeuvre à la fois dans La part des ténèbres et dans Bazaar (il était alors joué par Ed Harris), est l'un des personnages centraux de la série. Dans le pilote, on apprend que c'est lui qui a sauvé le jeune Henry Deaver, mystérieusement disparu et réapparu en 1991...

    L’exécution - "La Ligne Verte"

    A l'âge adulte, Henry Deaver (André Holland), le héros de la série, est devenu avocat pour les condamnés à mort au Texas. Dans le premier épisode, il assiste, déprimé, à l'exécution de sa dernière cliente en date. Le métier d'Henry pourrait clairement être une première référence à La Ligne Verte (1996 / 1999) ainsi qu'à l'exécution et aux mystérieuses aptitudes de John Coffey mais aussi, à nouveau, aux Evadés.

    Richard Chambers et Vince Desjardins - "Stand By Me"

    La cliente qu'Henry tente de sauver de l'exécution avant de revenir à Castle Rock s'appelle justement Leanne Chambers. Cette dernière est accusée du meurtre de son mari, Richard Chambers. Les fans de Stephen King reconnaitront ce nom. Richard Chambers, ou Eyeball, est en effet le frère de Chris (River Phoenix) et l'un des vilains acolytes d'Ace (Kiefer Sutherland) dans la nouvelle "Le Corps" ("Différentes saisons") et son adaptation au cinéma, Stand By Me. Un autre membre du gang, Vince Desjardins (appelé ici Vincent), est aussi évoqué dans l'épisode 4. Quant à l'homme qui visite une maison avec sa femme dans ce même épisode, il s'appelle Gordon. Une référence à Gordie LaChance, le jeune narrateur de la nouvelle ? Une chose est sûre, Le Corps" n'a pas fini d'être mentionné dans le show...

    Le générique & les journaux - "Bazaar"

    L'univers de "Bazaar" (1991) et de son adaptation au cinéma (1993) est très présent dans Castle Rock. Outre la présence de son shérif, Alan Pangborn, Henry trouve, dans l'épisode 2, de vieilles coupures de journaux, dont l'une évoque l'incendie du fameux magasin Le Bazar des Rêves et la disparition de son propriétaire, Leland Gaunt. Autre référence directe au roman : ce plan d'un clocher lointain visible dans le générique. Il s'agit de la même image utilisée sur la couverture du roman, sachant que des pages de l'ouvrage sont également visibles à d'autres moments du générique.  Outre "Bazaar", le générique référence "Salem", "Dolores Claiborne", "Shining", "Misery", "Cujo", "Les évadés" ou encore "Ca".

    La carte du générique - Tout Stephen King !

    Mais, la partie du générique la plus référencée reste bien cette carte du Maine, annotée de part et d'autre. On y voit Derry, la ville des événements de Ça mais aussi bien évidemment Castle Rock, surlignée en jaune et annotée de "Pop. 1500". Il s'agit de la population de la ville en 1991, au moment des événements de Bazaar. Entre Bangor et Haven est aussi écrit "Crash Site", référence aux Tommyknockers. Près de la ville de Chester Mill, on voit écrit "11:44 du matin", clin d'oeil à Under the Dome. Sous Bridgton, est noté "Arrowhead Project", pour référencer The Mist. Au-dessus du Mount Desert Island, on retrouve "Storm of the Century", pour La tempête du siècle, la minisérie de King produite en 1999. La carte contient également l'information "Totale éclipse du soleil ce samedi", qui fait référence à Jessie et à Dolores Claiborne.

    Sissy Spacek - "Carrie"

    Sissy Spacek + Stephen King ? Forcément, la présence de l'actrice au générique de Castle Rock fait briller de tous ses feux le nom de Carrie (1974 / 1976) ! Celle qui a incarné au cinéma la jeune télékinésiste culte de King incarne, dans Castle Rock, Ruth Deaver, un personnage mystérieux qui se trouve être aussi la mère adoptive d'Henry. Une femme un peu perdue dont les souvenirs défaillants pourraient être l'une des clés pour comprendre le passé de la ville.

    La Reine du teaser - "Carrie"

    Mais, la présence de Sissy Spacek au casting ne devrait pas être la seule incursion dans l'univers de Carrie. L'un des teasers de Castle Rock s'intitulait en effet 'Homecoming' et se situait en 1984 (qui n'est toutefois pas l'année de Carrie). On y voyait alors la Reine du Bal de cette année-là incendier la voiture de celui qui semblait être son rencard, fermement attaché au siège avec une corde. Une variation certaine autour du fameux Bal du Diable, premier roman publié par le King...

    Bill Skarsgård - "Ça"

    Castle Rock comporte de très nombreuses références à Ça (1986). En premier lieu, la présence de Bill Skarsgård au générique est clairement une allusion au Grippe-Sou du film Ça (2017). En prime, l'acteur interprète encore un personnage quasi mythologique : un mystérieux homme enfermé dans une cage secrète de Shawshank par l'ancien directeur de la prison, avant que ce dernier ne se suicide. Pour Dale Lacy, cet être, possédant clairement des aptitudes paranormales, était le Diable et c'est même Dieu qui lui aurait demandé de l'enfermer et de ne jamais le laisser sortir...

    Les disparus, le suicide, le cycle... - "Ça"

    Parmi les autres références à Ça, on trouve notamment cette affichette notifiant la disparition d'Henry. Les disparitions d'enfants à Derry, causées par Pennywise, sont en effet au coeur du roman, de la minisérie et du film. Ensuite, on peut calculer qu'entre 1991, année de la disparition d'Henry, et 2018, son retour en ville, 27 ans se sont écoulés. Ce qui correspond précisément au cycle de tuerie de Grippe-Sou. Enfin, dans le second épisode, lorsque Dale Lacy évoque le fait que toutes les maisons de la ville sont marquées par des horreurs et les péchés de ses habitants, on aperçoit, à travers une porte entrebâillée, un homme allongé dans son bain, avec plein de sang autour de lui. Dans le Ça de King, un personnage met bien fin à ses jours dans sa baignoire...

    Melanie Lynskey - "Rose Red"

    Dans Castle Rock, Melanie Lynskey joue un personnage inventé pour les besoins de la série : une certaine Molly Strand, étrange agent immobilier qui possède des capacités psychiques et un profond pouvoir d'empathie. Mais, il faut se souvenir que l'actrice fait déjà partie de l'univers de Stephen King puisqu'elle jouait l'un des rôles principaux de Rose Red, minisérie écrite par King et diffusée sur ABC en 2002.

    Le chien de la BA & les journaux - "Cujo"

    Le terrible Cujo sera bien présent quelque part à Castle Rock mais on ne sait pas encore sous quelle forme. Dans le roman (1981) et le film (1983), Cujo était un St-Bernard et le gros chien menaçant de la bande-annonce est, quant à lui, un rottweiler. L'histoire de Cujo, le "chien enragé", fait également partie des coupures de journaux qu'Henry trouve chez Dale Lacy. A noter que plein d'autres chiens existent chez King. On pense notamment à la nouvelle "Le molosse surgi du soleil" ou au chien de Nettie Cobb dans "Bazaar".

    Jackie Torrance - "Shining"

    Jusqu'au lancement du show, on ignorait encore quel rôle Jane Levy allait jouer. Si l'on en sait encore peu sur son personnage, on sait tout de même désormais que, dans la série, elle s'appelle Jackie Torrance ! Un patronyme sérieusement proche du célèbre Jack Torrance de Shining (1977 / 1980), l'écrivain qui allait tomber dans les limbes infernales de l'Overlook Hotel.

    Chosen Jacobs - "Ça"

    Non seulement Castle Rock a casté Bill Skarsgård dans un rôle central mais elle a également mis le grappin sur un autre membre de Ça : Chosen Jacobs. Celui qui incarne la version jeune de Mike Hanlon dans l'adaptation ciné interprète, dans la série, Wendell Deaver, qui n'est autre que le fils d'Henry Deaver.

    Le Mellow Tiger - "Bazaar"

    Nouvelle allusion à Bazaar : la présence du Mellow Bar Tiger dans le show. C'est en effet dans ce bar-restaurant qu'Henry se rend dans l'espoir de tomber sur le jeune gardien de Shawshank qui l'a appelé. C'est aussi là qu'il rencontre Jackie Torrance...

    Le chien déterré - "Simetierre"

    Dans l'épisode 2, Alan Pangborn déterre un chien mort, à la demande de Ruth. La mère d'Henry a le sentiment que l'animal, qui trainait auparavant dans le quartier, rôde toujours dans les parages et veut s'assurer qu'il n'est pas revenu d'entre les morts. Une allusion directe à Simetierre, roman (1983) et films (1989 & 2019) dans lesquels un cimetière indien, reconverti en cimetière d'animaux, ressuscite ses "locataires"...

    L'ancienne usine - "Poste de nuit"

    L'ancienne usine de laine, dans laquelle Molly et Jackie se retrouvent dans l'épisode 3, et qui est appelée à revenir dans le show, rappelle l'usine en briques de la nouvelle "Poste de nuit" (présente dans le recueil "Danse Macabre"). En 1990, une adaptation au cinéma intitulée La créature du cimetière était sortie en salles.

    La maison de Molly & les ballons - "Dead Zone" et "Ça"

    Dans l'épisode 4, lorsque Molly fait visiter une maison à des clients, on voit des ballons accrochés à la pancarte de vente, nette référence aux ballons de Pennywise dans Ça (même s'il manque le ballon rouge). Dans cette même scène, Molly raconte qu'un étrangleur en série s'est suicidé dans sa propre maison. Il pourrait ici s'agir du fameux Frank Dodd, le serial Killer de Dead Zone, identifié par le médium Johnny Smith...

    L'institut psychiatrique de Juniper Hill - "Insomnie", "22/11/63"...

    Cet établissement spécialisé dans le traitement des maladies mentales se retrouve également dans Castle Rock. Chez Stephen King, Juniper Hill a été évoqué dans plusieurs romans, dont "Ca" (c'est là quHenry Bowers est envoyé) mais aussi dans "Sac d'Os", "Insomnie" ou encore "Jessie" et "22/11/63".

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Ardath Bey
      Carrément, ne te prends pas la tête et regarde la série,on comprend très bien tout sauf saisir toutes les références. je me suis enchainé les 4 premiers épisodes hier soir et j'aurais pu finir la saison entière si tout était déjà sorti :) Accro je suis.
    • sgtdici24
      me pose la même question.
    • Jeremy G
      Oui! Les références sont généralement assez subtiles et en fait on peut très bien voir l'histoire et les apprécier sans se préoccuper de ces easter eggs!
    • Jeremy G
      Si ça peut vous intéresser, on a créé un gros dossier comportant notamment les références sur le site du Club Stephen King ;-)> https://club-stephenking.fr...
    • Might Guy
      Il y a de quoi faire et à voir en effet...
    • Indigorpheus
      La plupart des références sont tout de même pointues. Du coup, la série est-elle intéressante pour quelqu'un qui n'est pas très familier de l'univers de Stephen King? C'est mon cas, et la majorité des exemples cités me passent au-dessus de la tête. J'hésite donc à la regarder...
    Voir les commentaires
    Back to Top