Mon AlloCiné
    Une femme sous influence
    note moyenne
    4,0
    760 notes dont 61 critiques
    répartition des 61 critiques par note
    20 critiques
    22 critiques
    10 critiques
    7 critiques
    2 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Une femme sous influence ?

    61 critiques spectateurs

     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 338 abonnés Lire ses 1 456 critiques

    4,5
    Publiée le 27 octobre 2017
    Il est injuste de ne voir dans ce portrait de femme qu'une simple plongée dans la folie, car, s'en tenir à ce constat, c'est refuser toute la complexité du film et du cinéma de Cassavetes en général. "Une femme sous influence" est d'abord l'étude d'un couple en crise, qui peine à communiquer, à s'appréhender; cet écart entre Mabel et Nick est perceptible par le fait que ce dernier semble toujours à son travail – et elle, toujours au foyer – mais même dans un grand moment de réunion qu'est le repas, le malaise est total : Mabel tente de s'intéresser aux amis de Nick mais elle le fait en adoptant une forme tellement théâtrale que son comportement devient anormal. Mais si l'étrangeté du personnage réside dans sa conscience d'une mise en scène, alors Mabel n'est pas plus folle que Nick, qui s'efforce de jouer au mari type de la classe moyenne, dont le sérieux frise le ridicule tant il empêche l'expression de sentiments. Dans cette première heure et demi, on se dit que la mise en scène et le système d'écriture de Cassavetes n'auront jamais été aussi forts dans la mesure où ils font ressentir avec une puissance viscérale le chaos qui règne dans une famille sur le point d'imploser. L'effet de déconstruction produit par un enchaînement de scènes qui semble improvisé – alors que le film est en fait remarquablement construit – et des gros plans très brusques filmés en légère accélération sont des marqueurs vertigineux qui déroutent et nous impliquent physiquement dans l'oeuvre. Si le spectateur finit éprouvé, rincé après une telle expérience, c'est aussi parce que ce cinéma demande à ses acteurs eux-mêmes de dépasser leurs limites, de déployer une énergie qui n'est pas seulement celle de l'interprétation : il faut aussi donner de soi, injecter de la vie dans la fiction jusqu'à en brouiller les frontières. Toutefois, il ne faut pas restreindre "Une femme sous influence" à ses cris, ses mouvements et son incongruité mais il est nécessaire de mesurer sa capacité à les contrebalancer par le calme de la dernière demi-heure, surprenante accalmie qui fait du bien au spectateur mais qui rajoute de l'inquiétude entre les personnages. Nick n'est pas rassuré par l’attitude de Mabel; au contraire, il est alarmé par la peur d'une femme qui craint d'être trop vivante, d'être prise pour folle et qui décide donc de s'éteindre, de ne plus agir mais de simplement observer les autres dans une douceur déchirante. La peur profonde de Nick, c'est de perdre ce qui n'a pas de prix, ce qui surnage dans le chaos : l'amour. Les dernières minutes du film font prendre conscience à Nick des sentiments qu'il a pour Mabel, à quel point il a besoin d'elle pour lui-même se sentir vivant, et scellent la complicité entre Peter Falk et Gena Rowlands, tous deux magnifiques et inoubliables dans des rôles d'une exigence démesurée.
    Mathias Le Quiliec
    Mathias Le Quiliec

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 378 critiques

    4,0
    Publiée le 2 juillet 2013
    Un bon film mais un film étrange, je me suis ennuyé par moment, une impression de longueur parfois. La réalisation est génial par contre. Peter Falk est bon et Gena rowland est juste extra ! Elle tient le film a elle seule. A voir.
    Nagix Stumpy
    Nagix Stumpy

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 329 critiques

    2,5
    Publiée le 15 décembre 2013
    Mon premier Cassavetes. Autant dire que pour un début, j'ai eu du mal. Que signifie ce drame où la folie affleure chez la femme comme chez le mari, et où pointe une misère sous-jacente au coeur d'un foyer visiblement confortable ? Le film met très mal à l'aise, vraiment. Peter Falk est un gros con, Gena Rowlands est une tarée, mais hormis cela, que doit-on comprendre de ce film ? Qu'il faut sauver les apparences, ou que la folie est relative ? Quoi qu'il en soit, franchement, je me suis ennuyé tout au long de scènes plus WTF les unes que les autres (les coups portés par le mari sur sa femme, la scène du médecin, la chute de l'ouvrier poussé dans le vide, les gamins qui picolent avec leur père à l'arrière du camion, etc, etc...). J'espère n'avoir pas compris, mais j'ai bien peur qu'il n'y ai rien à comprendre. Peut-être le contenu sera plus accessible une fois le film placé dans le contexte de l'oeuvre de Cassavetes. Je l'espère...
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 388 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    4,5
    Publiée le 11 mai 2012
    Puissant et profond, voici un film qui tient au corps. Gena Rowlands y est assez géniale aux côtés d'un Peter Falk dans un rôle particulièrement mémorable. Une Femme sous Influence est une oeuvre dense, littéralement habitée par son couple emblématique et totalement immersive pour le spectateur. John Cassavetes y dilate le réel au gré de longues séquences hissant les comédiens au rang de montagnes : une véritable leçon de mise en scène, lyrique et obsédante. Il est donc question de maladie mentale, d'inadaptation sociale et de crise familial dans ce métrage abrupte et parfois difficile à soutenir : les personnages semblent y communiquer sans vraiment entretenir un dialogue digne de ce nom. Relations mêlées d'emprunts, de faux-semblants et de culpabilités principalement construites autour de l'héroïne de film : la fantasque et chaleureuse Mabel. Il ressort du cinéma de Cassavetes une urgence filmique tout à fait émotionnelle et commotionnelle, doublée d'une corpulence psychologique sans complaisance. Un grand classique, de la même manière que le percutant Faces...
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 288 abonnés Lire ses 1 080 critiques

    1,5
    Publiée le 10 octobre 2016
    Déjà que Opening Night m’avait passablement ennuyé mais alors celui là … C’est d’une telle lourdeur dans la mise en scène, les séquences n’en finissent pas et ne m'ont quasiment jamais parlé, Gena Rowlands en fait des caisses comme c’est pas permis (sorte de mère spirituelle de Jennifer Lawrence), rien ne semble avancer, aucun impact émotionnel (si ce n’est peut être le dernier quart d’heure), même quand ça gueule je n’y ai pas prêté plus d’attention, une certaine preuve d'anesthésie faisant son oeuvre donc.
    J’arrête de suite avec Cassavetes, son cinéma ne m’intéresse pas et je n’y vois pas grand intérêt (pour ne pas dire aucun).
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1867 abonnés Lire ses 3 800 critiques

    3,5
    Publiée le 29 février 2020
    Bon j'ai vraiment du mal avec Cassavetes, c'est le troisième film que je vois de lui et mon préféré, mais je n'accroche pas encore totalement. Disons que j'ai trouvé ça très long et que toute la partie sans Gena Rowlands je l'ai trouvée fortement en-dessous du début et puis j'ai eu du mal à être touché par cette histoire. Disons que je trouve tout ça trop hystérique, j'ai du mal à m'attacher aux personnages, mais bon forcément lorsque le petit garçon fait des bisous à sa maman en lui disant qu'il l'aime, j'ai un petit cœur qui bat malgré tout et je trouve ça mignon.

    Le film m'a beaucoup fait pensé à du Kechiche (même si je préfère largement ce dernier) avec le côté pris sur le vif, la frénésie, cependant j'ai trouvé le montage moins affuté. Je veux dire que par moments je ne trouve pas les enchaînements de plans fluides, comme si on sentait qu'il y avait une coupe, un angle de caméra qui ne s'emboîte pas très bien avec le précédent, ou bien une micro seconde de blanc en trop au début du plan. Disons que je n'ai pas été totalement convaincu bien que j'apprécie follement le dispositif.

    Par contre un truc qui m'a totalement convaincu et qui a fait que j'apprécie le film malgré tout, c'est les acteurs. Ils sont géniaux, Peter Falk et Gena Rowlands en tête, bien évidemment... mais ils sont tous bons, la grand-mère qui vient chercher les gosses au début du film et qui a l'air apathique, déjà totalement débordée par les gamins... le médecin... la belle-mère... ou même les collègues, tout ça est parfait. Ils se donnent à fond dans leur rôle, peut-être un peu trop, mais ça va avec la vivacité du montage et de la mise en scène.

    Bref, c'est pas réellement le genre de film que j'apprécie pleinement à cause de plein de détails qui font que je rentre pas totalement dans le film, mais bon, ça n'en fait de loin pas un mauvais film.
    ygor parizel
    ygor parizel

    Suivre son activité 146 abonnés Lire ses 2 503 critiques

    5,0
    Publiée le 15 juillet 2012
    Excellent film, le jeu de Gena Rowlands et aussi de Peter Falk sont d'une intensité inouie. John Cassavetes filme des tranches de vies parfois hystérique (souvent même) mais aussi d'une tendresse folle. Un des meilleurs films sur la folie d'ailleurs.
    aldelannoy
    aldelannoy

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 250 critiques

    2,0
    Publiée le 14 décembre 2009
    ce que ce film est bien tourné... et ennuyeux !
    max6m
    max6m

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 180 critiques

    4,0
    Publiée le 2 décembre 2010
    Cassavetes réussit à filmer ses acteurs avec une justesse époustouflante (prestation hallucinante de Gena Rowlands). On ne peut s'empêcher de penser que tout n'est pas joué, tellement l'on ressent bien la nature profonde des personnages et l'on imagine que le réalisateur a laissé une grande part à l'improvisation. Un véritable chef d'oeuvre, troublant de réalisme et de vérité.
    BRONXTALES
    BRONXTALES

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 605 critiques

    5,0
    Publiée le 18 décembre 2009
    Un film très réussi. Deux acteurs énormissimes, pour un film déstabilisant. Cassaevetes nous impose sa manière particulière de filmer, qui donne parfois des airs de tristesse, parfois des airs menaçants à ses personnages. Un film intense, touchant. A ne pas manquer.
    JeffPage
    JeffPage

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 534 critiques

    4,5
    Publiée le 6 septembre 2012
    Avec "Une femme sous influence", John Cassavetes livre le portrait d'un couple, et plus particulièrement la femme, d'un couple d'age mûrs alors que celui-ci se détruit lorsque la femme sombre dans la folie.
    Cassavetes poursuit son exploration des middle class américaine avec ce film sur la folie, la famille et le difficultés d’être parents. Donnant toujours la liberté à ses acteurs, Cassavetes promène sa caméra dans des décors sobre mais ultra réaliste au rythme d'une bande son mêlant thème émouvant et musique classique.
    Coté acteur, on à toujours la "Famille Cassavetes" avec sa femme, Gena Rowlands, incroyable tant sa folie se lie jusque dans son regard, et Peter Falk, toujours sur la corde raide entre son rôle de mari et de père, et incroyablement émouvant lors de la scène où celui-ci rentre de la plage avec ses enfants.
    Au final, on a affaire à l'un des meilleur film de John Cassavetes et à un chef d'oeuvre du cinéma, tout simplement.
    willydemon
    willydemon

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 1 544 critiques

    3,0
    Publiée le 18 février 2012
    Un film dur à regarder. Des scènes longues, une folie qui monte crescendo, des cris, des acteurs incroyables (surtout Gena Rowlands), Cassavetes est vraiment un auteur à part. Même si j'ai beaucoup moins aimé ce film que son "Opening Night" beaucoup plus accessible.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 12 avril 2009
    John Cassavetes (Rosemary's baby) réalise un long-métrage des plus sobres, peut-être un peu trop, mais que le jeu des principaux acteurs, Gena Rowlands et Peter Falk, rend éblouissant. Si la première excelle dans sa fragilité consumée, le second parvient, entre deux épisodes de "Columbo", à nous faire oublier un instant son personnage légendaire pour nous plonger dans l'état d'esprit de cet homme au moins autant sous influence que sa femme. Un film solide.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 116 abonnés Lire ses 2 979 critiques

    4,0
    Publiée le 16 septembre 2013
    Portrait d’une femme au foyer au bord de la dépression incarnée avec talent (et impro !) par la performance déjantée de Gena Rowlands.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 13 janvier 2012
    Whaou! Bon les séquences sont longues (les acteurs nous le font oublier) mais chacune apporte un peu à notre compréhension de la relation du couple, sans nous permettre un jugement évident.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top