Mon AlloCiné
    Le fils de l'épicier
    note moyenne
    3,2
    896 notes dont 186 critiques
    répartition des 186 critiques par note
    48 critiques
    66 critiques
    16 critiques
    33 critiques
    14 critiques
    9 critiques
    Votre avis sur Le fils de l'épicier ?

    186 critiques spectateurs

    DAVID MOREAU
    DAVID MOREAU

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 1 851 critiques

    2,5
    Publiée le 23 mars 2018
    TU SERAS MON FILS. Dans l'intimité de la campagne française. Richesse, simplicité et sincérité. Nicolas Cazalé et Clotilde Hesme entourent admirablement des seconds rôles réussis.
    Laurent H
    Laurent H

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 1 015 critiques

    4,0
    Publiée le 24 octobre 2010
    On suit avec plaisir ce jeune épicier par obligation c'est simple et beau.
    Gustave Aurèle
    Gustave Aurèle

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 821 critiques

    3,0
    Publiée le 29 janvier 2017
    Un petit film sans prétention, les acteurs sont assez sympathiques pour susciter notre empathie.....
    pitch22
    pitch22

    Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 655 critiques

    1,0
    Publiée le 10 septembre 2007
    Il ne se passe quasiment rien. Tout est dans l'atmosphère et les petites relations entre les personnages. Soit, c'est bien réalisé, plutôt juste (N. Cazalé/C. Hesme/L. Rovère) mais assez creux. Le personnage d'Antoine est ennuyeux. Le regard porté sur ce bout de campagne est vraiment ringardisant. Ca inspire la pitié. Au moins, y a un côté concret, rassurant, mais trop téléfilm.
    Sildenafil
    Sildenafil

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 020 critiques

    2,5
    Publiée le 12 juin 2008
    Un film paradoxal de par son rythme déficient mais que la modestie fautive et les multipes sujets abordés rendent à la fois terne et puissant.
    aberdeen76
    aberdeen76

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 013 critiques

    4,0
    Publiée le 17 décembre 2009
    Un film a priori simple mais bien plus profond qu'il n'y parait sur les valeurs, la famille, la vieilesse et le monde rural. Le film ne fait pas l'apologie de la campagne et montre la solitude de ces habitants, le manque de liens social, le manque d'activité et la desertification contrairement à certaines productions ou le retour à une vie dans la nature n'est que joie et volupté... Les acteurs sont attachants avec une Clotilde Hesme ravissante, les paysages très beaux et le film vraiment sympa à regarder.
    Starwealther
    Starwealther

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 760 critiques

    2,5
    Publiée le 4 octobre 2008
    Une heure d'ennui et une demi-heure de réflexion assez profonde sur les sentiments humains, la complexité de l'homme. Ce film s'en sort avec la moyenne.
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 1 586 critiques

    3,0
    Publiée le 25 octobre 2016
    Un film sortit en 2007 réalisé par Eric Guirado qui se suit sur les petits quotidiens d'un camion d'épicerie en Provence mème si je dois avouer que le sujet fait un peu téléfilm du Samedi soir sur France 3 !! "Le fils de l'épicier" est en galère, il revient dans sa région accompagné d'une amie dont il est secrètement amoureux, elle aussi en galère qui reprend ses études en parallèle, pour reprendre le travail de son père sur les tournées d'une épicerie sillonnant chaque villages aux besoins éssentiellement des personnes agées. Tantot comédie, tantot dramatique , ce long métrage possède le charme du Sud de la France avec ses paysages superbes, ses gens avec l'accent et l'histoire ne fait pas des tonnes dans le récit, juste ce qu'il faut. Les acteurs jouent bien le jeu comme Nicolas Cazalé (dont on n'a plus de nouvelle aujourd'hui sur petit ou grand écran), la jolie Clotilde Hesme, le regretté Daniel Duval, Stephan Guérin-Tillé et le reste du casting. Une oeuvre sympathique.
    Incertitudes
    Incertitudes

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 2 219 critiques

    3,5
    Publiée le 6 septembre 2019
    Le fils de l'épicier, c'est le symbole de cette jeunesse plus très jeune finalement. Qui se cherche toujours à vingt-cinq ou trente ans. Incapable de garder un emploi plus de trois mois. Ça vit au jour le jour. Vogue de galère en galère. Se fait dépanner par une amie pour dormir le soir. Il ne s'agit pas de faire de comparaison avec les générations précédentes. Économiquement, c'étaient des époques bien plus favorables...Familialement, c'est pas terrible. Avec son père, ils ne se parlent plus. Avec son frère, on n'en est pas loin. Et avec sa mère, ça va à peu près. C'est pour elle qu'il reprend le camion de l'épicerie ambulante. Il va sillonner cette France profonde, oubliée, loin de tout. Si loin des commerces, des services publics, de la civilisation. Des personnes âgées seules, isolées dans une France comme figée. L'épicier, c'est peut-être la seule personne à qui elles vont parler de la journée. Au début, il ne prendra pas au sérieux la responsabilité que ça implique. Lui ne s'imagine être que l'épicier. Pas de devoir jouer les chauffeurs, postiers ou banquiers. Loin de toute agitation et au contact de ces gens simples, il va s'adoucir. Insuffisant pour être totalement épanoui. Son amie, dont il aimerait bien qu'elle soit un peu plus qu'une amie, se plaît moyennement dans ce coin si reculé et, de toute façon, elle a d'autres projets. Faire la paix avec sa famille, c'est déjà un début. Pour le reste, un emploi stable, un logement, une femme, des enfants, il y a encore tout à construire.
    Claude DL
    Claude DL

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 1 190 critiques

    2,5
    Publiée le 27 août 2020
    Chronique familiale, donc sans véritable histoire, mettant en lumière la désertification de nos campagnes et la précarité grandissante d’une population vieillissante. C’est plutôt bien joué, bien filmé dans le département des Hautes Alpes, mais j’ai trouvé le temps long. Juste la moyenne pour moi.
    Hastur64
    Hastur64

    Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 2 289 critiques

    5,0
    Publiée le 16 décembre 2013
    Il est de ces petits films dont on n’attend rien et que pour tout dire on ne pense pas aller voir au cinéma de peur de se trouver devant un petit drame digne d’un téléfilm (surtout avec l'affiche digne de "Louis la brocante"). J’étais dans cet état d’esprit quand je me suis mis devant « Le fils de l’épicier », plein d’a priori peu flatteurs. Je dois donc admettre avec bonne volonté que je me suis vraiment régalé devant cette histoire pleine de charme et de vérité. Cette immersion dans le quotidien d’un épicier itinérant dans les bourgs d’une campagne désertée où ne reste que les petits vieux est un moment de bonheur absolu. L’intrigue permet de faire fonctionner le film en jetant un regard aigu sur une situation des campagnes, particulièrement dans les régions montagneuses, qui perdent leurs jeunes et leurs commerces. Les scénaristes ont croqué de vrais moments de vie pendant les tournées de l’épicerie volante, franchement j’ai parfois cru reconnaître des gens de par chez moi ! Eric Guirado nous offre un drame convaincant doublé d’un constat véridique sur la désertification des campagnes où des comédiens professionnel aux amateurs, chaque scène sonne juste grâce entre autre à des dialogues ciselés. Un vrai beau moment de cinéma qui sait présenter son sujet avec beaucoup de tendresse sans faire dans un pathos appuyé et qui le fait dans une histoire tout à fait convaincante. Une vraie bonne surprise que je recommande avec le plus grand enthousiasme.
    Henrico
    Henrico

    Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 1 072 critiques

    5,0
    Publiée le 21 janvier 2021
    Ce qu’il y a de paradoxal avec le cinéma français est que les trois quarts de ses représentants s’affichent plutôt à gauche mais inscrivent leur inspiration dans des préoccupations, des problématiques, des situations qui ne se sont pas enracinées dans le quotidien de ceux qu’ils prétendent défendre, « le prolétariat ». Ce cinéma semble en fait le plus « bourgeois » de tous les cinémas européens. (voir critique Henrico sur « Je Pense A Vous »). Le plus paradoxal est que beaucoup de ces représentants affichent également un anti-hollywoodianisme, et un anti-américanisme très militants, oubliant étrangement que le cinéma américain peut produire de nombreux films « sociaux » et de très haute facture. « Bubble », « Le Ballon Rouge », « The Machiniste», « 7h58, Ce Samedi Là » en sont des exemples flagrants. « Le Fils De L’Epicier » permet enfin au cinéma français de renouer avec cet enracinement dans le social qui lui fait défaut depuis si longtemps. Un enracinement dans des conjonctures, des soucis matériels du quotidien de personnes du « prolétariat ». Avec un contexte social bien planté traitant de l’hémorragie démographique des campagnes françaises, Eric Guirado décortique avec intelligence et poésie les soucis et les joies d'une famille populaire typique de province.
    Bernard D.
    Bernard D.

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 410 critiques

    4,0
    Publiée le 21 mars 2021
    « Le fils de l’épicier » est le deuxième long-métrage d’Éric Guirado (2007), un film sans prétention mais plein d’empathie qui nous montre comment Antoine (Nicolas Cazalé) doit avec Claire (Clotilde Hesme) une simple copine qui passe son bac par correspondance, retourner chez ses parents épiciers dans une petite bourgade de la Drôme pour y assurer les livraisons à domicile, son père venant de faire un accident cardiaque. Les débuts sont difficiles du fait d’un climat familial plus que tendu mais grâce aux talents de la rayonnante Claire, Antoine va accrocher à son nouveau travail et avec son « épicerie volante » trouver un sens à sa vie en aidant « ses petits vieux isolés » avec 2 clients particulièrement touchants : le père Clément (Paul Crauchet) avec son poulailler et ses œufs qui servent de monnaie d’échanges et Lucienne (Liliane Rovère), une femme seule au caractére bien trempé adorant le Fernet-Branca et les sucreries ! Un film très gai, bien mené, nous faisant découvrir les charmes des petits villages perdus de la Drôme et de ses habitants magnifiquement filmés et nous donnant une leçon d’humanité. Un film qui pousse à aller voir les autres réalisations de ce cinéaste lyonnais un peu méconnu.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2570 abonnés Lire ses 5 192 critiques

    4,0
    Publiée le 28 août 2007
    Joli film sur la famille, sur la campagne, sur la vieillesse, sur la solidarité... sur tellement de choses. Et c'est là toute la réussite un scénario parfaitement écrit nous offre un panel incroyable sur notre façon de voir le film. Emotion, sourire, réflexion et rire habite cette histoire de bout en bout. Les acteurs sont merveilleux. Juste, peut-etre, l'histoire de couple du frère (et sese conséquances) qui fait un peu cheveu sur la soupe.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 571 abonnés Lire ses 3 555 critiques

    3,5
    Publiée le 22 octobre 2012
    Petit film intimiste qui nous conte à travers une épicerie ambulante l’histoire d’une famille qui se déchire à force d’incommunicabilité entre ses éléments mâles. Avec ces scènes de la vie entremêlées les unes aux autres le jeune réalisateur a réussi un film simple et touchant par ses sentiments justes et connus de la plupart d’entre nous. Le jeune homme qui est au centre de cette tranche de vie va apprendre à travers le métier de ses parents - qu’il est obligé d’assumer suite à un accident cardiaque de son père avec lequel il est brouillé depuis dix ans – le goût de communiquer et ensuite l’amour puis la paix avec les siens. Le film nous permet de voir des comédiens un peu perdus de vue depuis quelques années comme Daniel Duval ; Jeanne Goupil et surtout l’immense Paul Crauchet qui garde bon pied bon œil à 85 ans. Les comédiens jouent juste et le film nous donne à voir la vie dans les campagnes reculées de l’arrière pays niçois et marseillais. Le cinéma peut aussi être beau quand il est simple et sans prétention.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top