Mon compte
    Nos années sauvages
    note moyenne
    3,7
    458 notes dont 33 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 33 critiques par note
    12 critiques
    8 critiques
    7 critiques
    5 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Nos années sauvages ?

    33 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6887 abonnés Lire ses 10 887 critiques

    3,5
    Publiée le 27 juillet 2013
    Quatre ans avant le succès critique de "Chungking Express", Wong Kar-Wai s'ètait fait connaître avec "Nos annèes sauvages" en devenant l'homme à abattre dans son pays! Ses dèbuts fracassants en 1988 avec "As Tear Go By", un polar brillant, dèmontrait dèjà ses qualitès! Chez Wong Kar-Wai, on ne joue pas son propre rôle, on se sort les tripes! Mais notre Leos Carax chinois ne va en faire qu'à sa tête : dèpassement de budget, stars locales à contre emploi (le trop regrettè Leslie Cheung est ici un wild boy violent et sensuel). A l'arrivèe, "Nos annèes sauvages", une sorte d'èvocation totalement irrèaliste du Honk Kong des sixties, consterne le public (rythme à l'europèenne, trop lent pour Hong Kong !), et dèconcerte la critique, qui reconnaît nèamoins que le film est esthètiquement incroyable! Un èchec qui n'empêchera pas Wong Kar-Wai d'amorcer une brillante carrière même si l'on aurait bien voulu voir une suite à ce film qu'il avait envisagè de tourner en deux parties...
    overlook2
    overlook2

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 163 critiques

    5,0
    Publiée le 15 septembre 2016
    Avec ce magnifique opus, Wong Kar Wai nous fond dans une temporalité mouvante, toujours à la lisière de deux mondes, écartelée entre un passé et un futur castrateurs. Et ce pour des personnages dont le présent ne parvient pas à s'incarner. Dépossédés et déracinés, ils semblent perdus au milieu de désirs entravés, de pertes irréductibles, de blessures profondes et vivaces. L'enfance et l'avenir sont deux pôles de tension entre lesquels tout chute. Tout échappe aux personnages, ils se déplacent tels des spectres, sous le joug du décompte temporel, sans parvenir à retenir les choses et les êtres, souffrant en permanence de leur dépendance les uns aux autres.
    lorenzo fly
    lorenzo fly

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 809 critiques

    2,5
    Publiée le 20 juin 2012
    On reconnait clairement le style du réalisateur si particulier et qui fait à chaque fois son petit effet. On sent bien que ce long-métrage est une mise en place et que par la suite Wong Kair-Wai maitrisera de mieux en mieux son sujet. Il n'en reste pas mois un bon petit film qui vaut le coup d'œil!!
    maxime ...
    maxime ...

    Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 1 766 critiques

    4,0
    Publiée le 3 septembre 2016
    Nos Années Sauvages est pour moi mon troisième Wong Kar-Wai après les deux bombes In the mood for love et 2046 ! Les années se sont écoulées depuis ces deux visionnages et pourtant j'ai tout de suite retrouvé la touche de son metteur en scène. Ce film-ci est moins forts en sensations mais tout aussi beau, doux et saisissant que les deux bijoux précédemment cités. J'ai été conquis par cette composition, il serait grand temps de poursuivre mon incursion dans le cinéma et la filmographie intrigante de Wong Kar-Wai histoire de continuer à vivre de pareil instant ...
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 29 mars 2018
    La belle mélancolie poétique accompagne ce film à l’histoire complexe, à voir pour cette palette d’acteur et d’actrice de cette génération.
    Linihila
    Linihila

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 620 critiques

    3,5
    Publiée le 16 août 2010
    Dans Nos années sauvages, on vit déjà un peu l'ambiance des films que Wong Kar-Wai a fait après, mais je n'ai pas été subjuguée, du moins pas autant que pas In the mood for love ou 2046. Pour moi, le réalisateur manquait encore un peu de maturité. Mais c'est très intéressant de voir ce film en ayant vu ceux d'après, même si ça fausse un peu le regard que l'on peut avoir dessus. A voir pour les fans du genre et du réalisateur (et de Maggie Cheung qui est magnifique !) !
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 365 abonnés Lire ses 3 889 critiques

    3,5
    Publiée le 16 août 2021
    Sauvage par la brutalité du désir
    Les femmes pleurent comme si elles croyaient que l’homme n’était que leur seul bonheur possible.
    Un film vraiment beau sur la recherche du bonheur finalement. Les femmes, l’homme et la mère. La vraie mère aussi d’ailleurs qui n’a pas voulu garder son enfant.
    WKW filme bien le désir d’aimer mais pas la douceur et il faudra des femmes compréhensives et patientes pour changer cette rage en plaisir de vivre.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 3 171 critiques

    3,5
    Publiée le 12 avril 2021
    Un drame sentimental désenchanté, à l'atmosphère envoûtante, sublimé par la mise en scène virtuose de WKW qui fait oublier une narration pas complètement aboutie comme ça le sera dans In the mood for love.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1908 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    2,0
    Publiée le 13 novembre 2010
    Seconde réalisation de Wong Kar Waï,et déja on retrouve la patte du maître,tant dans le style visuel(et de son compère Christopher Doyle)que dans la manière de fragmenter le récit et d'y entremêler des histoires d'amours impossibles.Il règne sur "Nos années sauvages"(1990)une mélancolie lancinante,qui maintient les personnages dans un état de frustration permanente,se projettant de façon hypothétique dans le futur ou ressassant le passé,mais ne parvenant jamais à vivre l'instant présent.2 conceptions de l'amour s'opposent.Entre l'orphelin oisif(Leslie Cheung), qui fait souffrir les femmes de sa suffisance et de son humiliation,et le marin taiseux(Andy Lau)qui aime profondément en silence,le gouffre est grand,mais ils se rejoignent sur leur mal-être intime.Les femmes qui tournent autout d'eux sont possessives ou indécises et l'on reconnaît la déja essentielle Maggie Cheung.WKW expérimente certains effets sonores et d'autres de montage,pour une expérience à la poésie élégante.On sent tout de même qu'il ne maîtrise pas encore tout,ce qui est flagrant en voyant ses oeuvres ultérieures.Un songe où il ne faut chercher aucune réponse,juste se laisser porter.
    In Ciné Veritas
    In Ciné Veritas

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 800 critiques

    3,0
    Publiée le 29 août 2019
    Nos années sauvages réalisé dès 1990 apparait en deuxième position dans la filmographie de Wong Kar-wai. Si nous devions ne pas retenir l’ordre chronologique des réalisations du cinéaste hongkongais, ce deuxième long-métrage s’insèrerait volontiers entre Chunking express (1994) et In the mood for love (2000, Orchestration d'un chef-d'œuvre esthétique). Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com
    Yoloyouraz
    Yoloyouraz

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 566 critiques

    1,0
    Publiée le 20 décembre 2007
    Cet ensemble humain, pourtant charmant et dont W.K.Wai saisit une nouvelle fois la vérité, ne reste guère en mémoire faute d'interpretation remarquable ou d'audace scénaristique.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 507 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,5
    Publiée le 12 août 2017
    Si ma découverte de Wong Kar-Wai est récente, il m'aura assez vite marqué, notamment grâce à Les Anges Déchus mais surtout In The Mood For Love et, à l'heure d'aborder son second film Nos Années Sauvages, je dois bien reconnaître que j'en attends beaucoup.

    C'est à Hong-Kong en 1960 qu'il nous entraîne et, comme dans ce que j'ai pu voir de lui jusque-là, il fait preuve d'une grande force et justesse pour aborder les thématiques si passionnantes du temps qui passe, des aléas de la vie ou encore de la complexité, et souffrance, provoquée par les sentiments. Il dresse le saisissant portrait d'une jeune belle gueule enchaînant les conquêtes pour vite s'en lasser, quitte à en blesser le cœur, préférant chercher ses origines tout en profitant de ses années jeunes et sauvages.

    Wong Kar-Wai arrive à donner à ce portrait une dimension forte, mélancolique, urgente et sous émotion. Il nous fait ressentir ce qu'il vit, ses douleurs mais aussi celles qu'il est capable d'infliger, volontairement ou non, aux autres, notamment ses conquêtes qui peuvent être vues comme des proies, et il tisse des liens intrigants entre lui et une intéressante galerie de personnages tournant autour. Nos Années Sauvages se voit comme une chronique de la fin de l'âge adolescent, ici d'une jeunesse sans amour et sans but où l'on est soumis à nos désirs et plaisirs égoïstes.

    La force de Nos Années Sauvage se trouve notamment dans l'alchimie entre l'histoire, les personnages et la mise en scène subtile du cinéaste de Hong-Kong. Il nous immerge au cœur du récit pour mieux nous en faire vivre les sensations qui en découlent, sachant user avec maîtrise de divers effets de style, notamment les zooms, ainsi que les jeux de lumières, pour mieux accentuer l'ambiance, tandis qu'il sait aussi utiliser les lieux pour exprimer les sentiments des personnages, offrant plusieurs séquences mémorables. Devant la caméra, Leslie Cheung ne joue pas un rôle, il est Yuddy, et c'est remarquable, tout comme Maggie Cheung symbolisant à merveille la frustration des sentiments.

    Wong Kar-Wai propose avec Nos Années Sauvages une puissante chronique de la fin de l'âge adolescent, où sa mise en scène forme une parfaite alchimie avec des personnages défiant la vie, le passé, l'amour et les sentiments.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 395 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    2,5
    Publiée le 17 octobre 2007
    Je dois reconnaître que le second long métrage de Wong Kar Waï est d'une beauté formelle rarement égalée dans le cinéma asiatique, et même dans le cinéma mondial. Le réalisateur hongkongais nous présente déjà ses personnages comme des êtres vivant par et pour des rituels : par exemple, la scène d'introduction nous présente le héros comme un homme attachant de l'importance à des rencontres furtives, instantanées ( " Nous sommes amis pendant une minute en ce jour du 16 avril " dit-il à la femme qu'il tente de charmer ). Cette étude quasiment mythologique des petits rituels amoureux se poursuivra dans les derniers films de Wong Kar Waï ( je pense à In The Mood for Love et 2046, films dans lesquels la métaphore du tronc d'arbre rappelle les petits jeux de Nos Années Sauvages ). Pourtant, j'ai trouvé ce film relativement ennuyant, faute à un scénario qui fait du surplace. A moins de n'avoir tout simplement pas réussi à accrocher, ce qui peut arriver ( j'avoue être à court d'arguments, et j'en suis d'autant plus frustré que le film me semble brillant ). C'est probablement le genre d'oeuvre que l'on apprécie après coup. A voir pour la beauté plastique et pour la leçon de séduction, d'attraction entre les personnages...
    Marc H
    Marc H

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 508 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    un peu lent au démarrage, le premier film de la trilogie de wong kar wai (avec in the mood for love et 2046, soyez attentifs...), mais émouvant et riche esthetiquement et scénaristiquement, ce film nous montre encore a quel point kar wai est un génie. bonne musique, très bons acteurs, excellente réalisation. un beau moment de cinéma.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 18 octobre 2007
    Quel film ,mais Quel film. Du grand art, du grand Wong Kar Wai. Un prélude a "In the mood for love" très reussi.
    Mention spécial a andy Lau que j'ai trouvé extra dans ce film...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top