Notez des films
Mon AlloCiné
    Un Jour de Chance
    note moyenne
    3,0
    192 notes dont 44 critiques
    répartition des 44 critiques par note
    4 critiques
    12 critiques
    14 critiques
    7 critiques
    4 critiques
    3 critiques
    Votre avis sur Un Jour de Chance ?

    44 critiques spectateurs

    conrad7893
    conrad7893

    Suivre son activité 186 abonnés Lire ses 1 678 critiques

    2,0
    Publiée le 29 novembre 2013
    comédie dramatique au ton humour noir
    ce film ne me laissera pas de souvenir
    satyre sociale de l'appât du gain des médias
    jusqu'ou peut on aller pour de l'argent ???
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 3 525 critiques

    3,5
    Publiée le 19 juillet 2013
    Après le relativement décevant « Balada Trista » où De La Iglisia avait voulu s’essayer à un lyrisme qui ne lui sied guère, il nous revient ici au meilleur de sa forme dans ce qu’il sait le mieux exploiter, les petites bassesses de l’âme humaine qu’il n’a pas son pareil pour moquer férocement. La société est devenue une immense scène où chacun tente d’avoir sa minute de célébrité comme l’avait prédit Andy Warhol. Les avancées technologiques du net et de la téléphonie mobile ont donné un vrai coup d’accélérateur à cet envahissement de nos vies par l’espace médiatique. La dérive avait déjà été annoncée par les films coup de poing de Lumet (« Network » 1976) et de Tavernier (La mort en direct » 1980). Mais c’est encore plus en amont qu’il faut remonter pour trouver le pendant du film de De La Iglesia. C’est Billy Wilder en 1951 avec « Le gouffre aux chimères » qui avait dénoncé l’exploitation morbide du fait divers pour abreuver le peuple de sa dose de sang qu’il ne peut plus aller chercher dans les arênes comme au temps de l’empire romain. C’est d’ailleurs dans un cirque romain exhumé par des fouilles que Iglesia choisit de placer son récit. Cette métaphore ne tient en rien du hasard. C’est là que le pauvre Roberto publiciste à la dérive est venu se planter un pic de chantier à l’arrière du crâne après un concours de circonstances plus que malheureux alors qu’il était venu revoir l’hôtel où il avait passé sa lune de miel avec sa ravissante femme (Salma Hayek). Il ne faut pas longtemps pour que la meute rapplique permettant à Iglesia de faire émerger toutes les dérives comportementales de l’homme face à la mort qui rôde. Du gardien qui filme avec son portable en passant par les visiteurs du musée qui trébuchent sur les marches des arênes pour mieux voir jusqu'aux journalistes qui intriguent avec leur direction en coulisses pour obtenir l’interview du supplicié. De la Iglesia est visiblement à son affaire et rien n’échappe à sa caméra intrusive qui débusque chaque regard qui cherche désespérément à voir s’il est lui aussi sur l’écran. Le miroir que nous tend le réalisateur est certes cruel mais Wilder avait déjà tout montré de notre morbidité consubstantielle soixante ans plus tôt. Rien n’a donc changé si ce n’est la technologie qui permet au cirque de se mettre plus vite en place et la participation désormais active de la victime qui tente au passage de tirer les marrons du feu en monneyant son « droit à l’image » comme on dit aujourd’hui. Devant un tel désastre Iglesia n’a pas eu le coeur de pousser jusqu’au bout l’infamie et a permis à Salma Hayek de siffler la fin de la partie en refusant le voyeurisme dans lequel s’était laissé aller son mari.
    Manu711
    Manu711

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 850 critiques

    2,0
    Publiée le 17 décembre 2012
    Alex de la Iglesia a déjà marqué les esprits grâce à son cinéma déjanté. Dans La Chispa de la Vida, c’est aussi absurde que ça a pu l’être par le passé avec ce bonhomme. Sauf que là le film ne donne jamais réellement de point de vue : parfois très premier degré et sérieux, parfois très second degré et donc plus satirique.

    En gros, il essaye de nous vendre une histoire tragique sur fond de crise économique et d’hommes d’affaires peu scrupuleux en nous faisant rire un peu mais pas trop non plus car il faut rester sérieux car c’est une comédie dramatique et tout et tout. Sauf que ça ne marche pas. Sans trop spoiler, c’est l’histoire d’un mec qui est une grosse victime (pour bien en rajouter après l’échec professionnel, on a droit au clochard qui vient maltraiter le bonhomme) mais qui aime sa femme et qui souhaite lui faire une surprise. Sauf qu’en retournant sur les lieux de leur lune de miel, il a un accident et subit une grave chute, et se retrouve immobilisé au sol car il a une barre de fer enfoncée dans le crâne d’au moins 7-8 cm. Mais WTF ? Le mec tombe de plusieurs mètres et sa tête heurte une barre de fer, il est parfaitement conscient et n’a même pas mal, il ne peut juste pas bouger.

    Comment croire à cette histoire alors que le début du film se veut à peu près réaliste ? Du coup après on a tous les médias qui se jettent dessus pour faire de l’argent sur le dos de ce pauvre homme en train de mourir en direct (on a même le droit à une comparaison honteuse avec les mineurs chiliens). Et le pire c’est que c’est lui-même, en bon publicitaire, qui négocie les contrats de placements de produit qui vont apparaître à ces côtés à l’écran. Enfin mais ça sert à quoi ? Montrer qu’en temps de crise (surtout en Espagne) les grands patrons sont prêt à tout pour se faire de l’argent ? Sérieusement… Moi en tout cas ça ne me fait pas rire. Encore si c’était drôle, ça passerait peut-être, mais ça ne l’est pas. Ce faisant, on a droit bien-sûr au fils androgyne gothique qui ne sert à rien, et à la fille totalement transparente qui vient juste pleurer son père. Je ne suis même pas sûr qu’elle ait plus de deux répliques à dire. A quoi ils servent ces deux là ? Bah rien, ils ne servent à rien et n’apportent rien à l’histoire. Allez, le fils est source d’une vanne qui m’a fait sourire sur le moment mais dont je ne me rappelle même pas deux heures après avoir vu le film, au moment où j’écris ce petit texte.

    Bref, le film gagnerait à être plus comique et beaucoup plus décalé pour être réussi. Là on a un truc qui pourrait être drôle (oui oui, pourquoi pas) mais qui ne l’est finalement pas car c’est vraiment trop sérieux et presque angoissant tout le long du film… Du coup le film n’a aucune utilité et tout le monde va l’oublier très rapidement. Dommage.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 1157 abonnés Lire ses 4 025 critiques

    5,0
    Publiée le 25 octobre 2016
    Alex de la Iglesia est un réalisateur qui me surprend toujours par la qualité de ses films. J’ai beau en découvrir, je ne vois jamais de loupé, et souvent il y a beaucoup d’originalité et d’ambition. Un jour de chance est sûrement, avec Balada Triste dans un autre registre, son film le plus fort, et probablement un de ses plus réussis.
    Réussi car il est d’une simplicité déconcertante. Huis clos, le film tourne autour d’un homme coincé à cause d’une barre dans la tête suite à une chute sur un chantier. Autour de ce concept qui arrive à peu près 15 minutes après le début du film, Iglesia nous emballe son film le plus caustique sur la société humaine ! Ok, c’est parfois un poil caricatural, mais quand même, qu’est-ce-qu’on se dit tout du long qu’il y a des gens qui doivent réellement penser tout cela ! Si la tonalité se veut parfois humoristique, comme souvent avec le réalisateur, pour autant le film est grave, sérieux, notamment dans sa dernière partie, et en dépit d’un concept qui nous offre d’inévitables petites redondances, Un Jour de chance est vraiment un grand moment de cinéma, porté par une fin qui cloue. Honnêtement, Iglesia signe ici son film le plus engagé, et aussi son plus morose, celui qui cache beaucoup de grisaille et de pluie sous l’apparence d’un petit matin brumeux.
    Très bonne histoire et très bon casting. Les acteurs sont tous mémorables ! José Mota est parfait, doté d’un personnage très beau, il est brillant. J’ai beaucoup aimé sa prestation et il forme un très beau couple avec Salma Hayek. Cette dernière surprend très agréablement dans ce rôle, un rôle sérieux qu’elle porte avec une grande conviction, et j’ai beaucoup apprécié sa prestation. En plus c’est un film qui pour une fois n’exploite pas sa plastique et uniquement son jeu d’actrice. Autour de ce duo de très bons seconds rôles, toujours dotés de personnages réussis, mais cela c’est vraiment une constante de chez Iglesia et ce qui fait le charme de son cinéma.
    Très beaux personnages, très bons acteurs au service d’une très bonne histoire avec une très bonne réalisation ! La mise en scène est ultra-dynamique, c’est impossible de se croire dans un huis-clos tellement Iglesia emballe son film avec une prestance et un dynamisme de chaque seconde. C’est d’une fluidité remarquable, ça coule comme du miel, il n’y a aucun temps mort. Autant certains réalisateurs nous auraient assommés de plans fixes pour rendre le film pesant, lourd, triste, autant Iglesia est virevoltant et pourtant cela n’enlève rien à la gravité du film. Cette mise en scène fait tout puisqu’évidemment niveau décors on reste dans un huis clos donc il n’y a pas spécialement de choses à retenir.
    Franchement Un jour de chance est une pépite du réalisateur. C’est incroyablement réussi comme exercice de style. Je dis exercice de style car c’était culotté comme concept, mais ça fonctionne superbement, et le réalisateur emballe un film tout simple, mais d’une grande puissance. Exemple de la perfection dans la simplicité. 5.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1763 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    2,0
    Publiée le 22 novembre 2013
    Alex de la Iglesia,en 2012,semble avoir perdu toute sa verve et ses tendances anticonformistes. Pourtant,"Un jour de chance" démarre sur de bonnes bases avec ce publicitaire au chômage,la loose chevillée au corps,qui suite à une chute sur un site rénové,se retrouve avec une barre de fer dans le crâne,tout en étant parfaitement conscient! La perspective de situations surréalistes ou tout du moins de sarcasmes incessants est alléchante. Mais le réalisateur espagnol à du mal à choisir entre satire sociale ou farce burlesque,entre premier et second degré,entre cynisme total ou mélodrame naïf. Salma Hayek,par exemple,sert clairement de caution morale et se retrouve ainsi en contradiction avec les dérives médiatiques dénoncées qui font de cet homme une attraction ponctuelle. De plus,les redondances avec l'avocat,le médecin ainsi que l'inutilité de la présence du fils gothique et de la fille coincée,achèvent de rendre le film bâtard,bien que tout à fait regardable.
    Frédéric M.
    Frédéric M.

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 1 221 critiques

    4,0
    Publiée le 16 novembre 2015
    Un très bon Iglesia comme d'habitude avec une histoire originale et poignante , servi par un excellent casting (comment ne pas craquer pour Salma). La mise en scène est brillante, on est tenu en haleine. Un bon cru...
    Gérard Delteil
    Gérard Delteil

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 1 563 critiques

    4,0
    Publiée le 3 décembre 2013
    Contrairement à nombre de ses autres films où il se laissait aller dans le burlesque le plus incohérent, voire le gore, Alex de la Iglesia a parfaitement maîtrisé celui-ci. Le thème de la rapacité des médias et des politiciens, de leur avidité à exploiter un drame humain devenu médiatique n'est sans doute pas nouveau, mais il est traité ici avec beaucoup d'habileté, de sorte que l'humour noir et l'émotion font bon ménage. Dans le contexte de l'Espagne ravagée par la crise et le chômage, voici un film subversif qui mérite le détour.
    Eric C.
    Eric C.

    Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 2 262 critiques

    4,0
    Publiée le 12 février 2014
    Farce grand guignolesque et absurde, satire sociale et politique vraiment d'actualite en temps de crise sur la valeur de la vie, de la mort et le cote pervers et versatile de l'interet des medias mais surtout formidable hymne a l'amour et aux valeurs de la famille. Ce film est une belle reussite avec des acteurs trouvant le bon equilibre entre attitude absurde et posture dramatique. Salma Hayek dans un role inhabituel qui ne joue pas sur sa plastique est a redecouvrir.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2445 abonnés Lire ses 5 730 critiques

    3,5
    Publiée le 24 avril 2013
    Après son explosif Balada Triste De Trompeta qui est à ce jour son meilleur film Álex de la Iglesia nous revient pour notre plus grand plaisir avec Un Jour de Chance. Une comédie qui au premier abord peu paraître moins tonitruant que ses autres films pourtant c'est une farce féroce comme il les affectionne. Alors peut-être que ce n'est pas le type de film que l'on va regarder 30000 fois mais il est à voir au moins une fois. C'est bien mené et le ton est très vif, Un Jour de Chance se passe quasiment sur un seul lieu mais De la Iglesia évite de tourner en rond. De bons acteurs aussi avec parmi eux la jolie Salma Hayek et ça fait du bien de la voir dans un bon film.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 3 713 critiques

    4,5
    Publiée le 27 décembre 2014
    C'est cynique et amer. C'est assez froid et atroce comme mentalité mais ça fait un film incroyable. Quel suspense et tellement plausible. Ça fait peur. C'est vraiment bouleversant. Un excellent film très prenant avec de très bons comédiens surtout le héros.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 410 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    3,0
    Publiée le 30 janvier 2014
    Après son excellent "Balada Triste", Alex de la Iglesia nous revient en bonne petite forme avec cette comédie dramatique bien attachante. L'histoire plutôt bien ficelée est celle d'un publicitaire au chômage qui devient l'attraction numéro un des médias après qu'il ait subit un grave accident dans un site de fouilles archéologiques. Le casting est des plus convaincant (mention spécial pour Salma Hayek qui interprète avec finesse le rôle de la femme du publicitaire), la mise en scène du réalisateur espagnol n'est pas aussi déjanté qu'a l'habitude, mais s'avère suffisamment talentueuse pour nous faire passer un très bon moment. Bref, c'est à découvrir pour tout ceux qui apprécient le cinéma espagnol.
    Maxou.
    Maxou.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 251 critiques

    3,5
    Publiée le 26 mars 2013
    Première moitié vraiment comique et originale après ça devient un peu lourd.
    Incertitudes
    Incertitudes

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 2 219 critiques

    3,5
    Publiée le 14 août 2019
    Le cinéaste espagnol le plus fou est de retour pour une nouvelle comédie noire qui dénonce. Déjà, le chômage en Espagne. Vingt-et-un pourcent en 2011, c'est le double de chez nous. Là-bas aussi, à quarante ans passés, on est trop vieux. Il n'y a plus de place dans la société. Plus d'amis pour donner des coups de main. Plus personne pour se souvenir qu'autrefois il avait du talent. Du coup, il est laissé sur le bord de la route. Il ne peut pas aider financièrement ses enfants. Il se sent inutile. Rejeté. C'est un sentiment d'exclusion que beaucoup de chômeurs connaissent. Il peut compter sur le soutien de sa femme heureusement. Maigre consolation. Il n'est pas tout seul. Il a encore quelqu'un pour lui faire confiance. Critique sévère mais juste de la précarité d'aujourd'hui. Ce n'est qu'un avant goût de ce qui va suivre. Par nostalgie, il va vouloir retourner dans l'hôtel où il a passé sa lune de miel. Hôtel transformé en musée à cause d'un théâtre antique découvert dessous. Là aussi, il n'y a pas de place pour les souvenirs. Qui dit musée dit touristes. Qui dit touristes dit forcément manne économique derrière (commerces, hôtels, etc). Ironiquement, ce jour de "chance" va se transformer en jour de célébrité. Autour de son corps, vont se multiplier les rapaces pouvant tirer profit de son histoire : imprésarios, journalistes, personnel du musée. Ils sont tous tellement obsédés par l'argent ou le scoop qu'ils en deviennent grotesques. On ne sait plus trop si on doit en rire ou en être atterré. Là encore, la famille jouera un rôle prépondérant. Sa femme et ses deux enfants seront bien les seuls à se montrer sincère avec lui, à essayer de l'aider et de le soutenir. Qu'importe toutes les tuiles du monde, la famille est un refuge. Un message rassurant en fin de compte.
    ElBlasio
    ElBlasio

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 324 critiques

    3,0
    Publiée le 27 juin 2013
    Après le pénible Ballada Trista, Alex De La Iglesia retrouve un peu de sa verve pertinente et nous pond ce film qui se veut une satyre de la superficialité et l'individualisme ambiant. C'est pas mal ! Le ton des fois trop didactique et caricatural m'empêche de partager un enthousiasme total pour ce film, mais le film touche souvent juste et le dispositif est intéressant (un homme, comme "crucifié" aux ruines d'une civilisation entre dans un délire politico-médiatique pour rentabiliser son accident).
    Thierry M
    Thierry M

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 2 435 critiques

    4,5
    Publiée le 17 décembre 2012
    Voila un film ou l'on passe facilement du rire aux larmes.
    Une idee ttres originale ou l'on ne s'ennuit pas une seconde.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top