Notez des films
Mon AlloCiné
    Alien: Covenant
    note moyenne
    2,8
    9902 notes dont 1146 critiques
    répartition des 1146 critiques par note
    70 critiques
    203 critiques
    309 critiques
    274 critiques
    180 critiques
    110 critiques
    Votre avis sur Alien: Covenant ?

    1146 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2793 abonnés Lire ses 1 446 critiques

    3,0
    Publiée le 16 mai 2017
    "Alien : Covenant" pour un presque néophyte de la saga "Alien", n'a pas été la surprise attendue... Si on en reste au niveau de la qualité de la réalisation, de la beauté des images et du rendu des effets spéciaux, c'est superbe et impressionnant, aucun doute là dessus, ne serait-ce que cette grotte à l'allure de cabinet de curiosité, plutôt impressionnante et presque décalée dans le contexte ambiant, ce qui vaut vraiment le coup d'œil ! L'idée de mettre en situation, deux humanoïdes exactement similaires, Walter et David, dans la peau de Michael Fassbender, était aussi une très bonne idée. Surtout avec le jeu glacé et détaché qu'utilise l'acteur, ce qui rend totalement énigmatique ces deux personnages et par implication le rapport qui se noue entre eux. Mais on restera discret sur ce point, suspens oblige ! Pour ce qui est du scénario, et de l'histoire elle-même Ridley Scott ne révolutionne rien, tant ce qui nous est proposé est d'un classicisme évident. On assiste à des naissances d'Aliens et ensuite inévitablement par ricochet, à des scènes d'horreur où les monstres sanguinaires bien visibles (!) n'en finissent pas de montrer leur détermination à détruire et à tuer... Et oui, on sursaute et l'angoisse est toujours au rendez-vous avec de l'hémoglobine au programme ! Et de plus, c'est en effet bien rendu, mais trop répétitif et surtout tout cela manque cruellement (sans jeu de mot !), de subtilité. L'enjeu du film semble ainsi limité en se focalisant essentiellement sur la peur. Bien sûr, on aura vite saisi les explications données sur ces xénomorphes, mais un petit degré de réflexion aurait été bienvenu quand même. Cette réalisation de Ridley Scott était pourtant un moyen de lier SF intelligente et SF spectaculaire ! En effet, pour ce dernier aspect, on en a presque trop, au détriment de l'analyse restée dans l'ombre ou si peu exploitée... Il n'en demeure pas moins que "Alien : Covenant" est un divertissement assez saisissant et qu'il plaira aux amateurs du genre sauf si on attend un peu de remise en question tout de même... Un beau film de SF sans doute, à grand spectacle également mais pas assez fouillé dans sa psychologie cependant !
    Simon1310
    Simon1310

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 209 critiques

    3,0
    Publiée le 11 mai 2017
    Ce nouvel Alien est meilleurs que Prometheus car moins compliqué à suivre, et il y a moins d’incohérence au niveau des situations et des comportements de certains personnages. Par contre le film a tendance à être un peu trop prévisible, et certain personnages sont plus mis en avant que d'autre qui font plutôt de la figuration( défaut que l'on retrouvait déjà chez Prometheus). Le film est violent et assez graphique de ce coté là, gâché un peu par des scènes un peu trop découpé, mais je ne vais pas m'en plaindre. Pour ma part je suis assez content de retrouvé un épisode de Alien, moins prétentieux et pompeux que son predecesseur qui s'est cassé la gueule dans ses questionnements existentiels.Le personnage de David est la vraie vedette de Alien Covenant, et il nous offre une prestation dans la ligné du colonel Kurtz dans Apocalypse Now, il est le personnage le plus fouillé, là ou les autres sont à peine esquissés, comme dans Prometheus ressemblant plus à des personnages-fonctions qu'autre chose. A croire que le réalisateur n'en avait rien a faire d'eux. En définitive on se retrouve devant un alien, qui est dans la lignée de ses prédécesseurs, bénéficiant d'une direction artistique au top, ce que l'on ne pouvait enlever à Prometheus, le premier Alien ayant un peu vieillis de ce coté là. Il est à esperer que la suite d' Alien Covenant se rapproche plus de celui ci que de Prometheus.
    Scarlet Carson
    Scarlet Carson

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 132 critiques

    0,5
    Publiée le 14 mai 2017
    Voila.... je mets une note horrible à ce film. En toute objectivité j'aurais pu mettre 1 ou 1,5 pour le côté technique..... mais je suis tellement en colèèèèèèère que non, je mettrai le minium. J'ai lu bcp de critiques, je ne comprends meme pas comment certains peuvent si bien le noter... chacun ses gouts, je sais. Bref, on etait 5 potes a le voir, on a tous detesté. Je n'ai pas aimé Prometheus, un equipage debile, des incoherences, et tout ce blabla mal écrit et niais sur la creation, ça m'avait déjà tué. Bref j'esperais que RS avait appris de sa 1ere préquelle, j’espérais qu'on allait cette fois-ci avoir un équipage plus alerte, intéressant et surtout intelligent. Woh que non! Deja ils ont tous un charisme d'huitre (y'a que M.Fassbender en Walter - j'insiste... en Walter- qui sauve un peu le truc). Ensuite quand j'ai vu que spoiler: le debarquement sur la planete inconnue se faisait tranquillou sans casque à la Prometheus, de suite j'ai compris qu'on aurait encore une fois a faire à du lourd. Un air peut être respirable et contenir de gros agents pathogènes (allez en parler aux conquistadors!). Surtout sur une planète inconnue.... perdue au milieu de l'espace... jdis ça, jdis rien....non et puis "je fume ma cigarette tranquillou pi jla jette dans la nature comme un kéké des plages" je me dis, mon dieu, la colonisation, elle commence bien dis donc... ... Bref concernant ma précédente balise spoiler le film me donne... raison ! si c'est pas drole ça. Bref les personnages enchainent les inepties et les bourdes, ce qui nous a valu de beaux fou rires à mes amis et moi spoiler: alors le boulet a la cigarette qui se retrouvent infesté par des particules noires et qui vomit du sang en suant, grelotant et tremblant et les deux nanas (la pilote de la navette qui les a amené sur la planete et l'autre qui ramène le type) qui le font entrer dans la navette pour aller a l'infirmerie, WTF !! non tu le laisse dehors et tu abrèges ses souffrance tu le fais pas monter dans le seul truc qui peut te ramener sur ton vaisseau en orbite et tout contaminer!! (pour le coup, Ripley a la vraie bonne rection dans Alien 1 !). Bref, s'en suit que la nana qui a ramené Mr Clope est enfermée par la pilote en quarantaine dans l'infirmerie avec ce dernier (qui va tjs aussi mal), grosse panique, la pilote part chercher un flingue et passe un appel radio aux autres qui explorent la planète, revient à l'infirmerie et sa copine, tjrs enfermée, est entrain de se faire attaquer et bouloter par une bestiole sortie de Mr Clope (qui a passé l'arme a gauche.. paix a ton âme Mr Clope, au moins tu ne verras pas la suite du film).... et LA elle décide d'ouvrir la porte pour flinguer le truc (!) glisse sur le sang sur le sol (!!) ressort après son gros fail en se coinçant la jambe dans la porte (!!!), fini par se dégager, fuit en paniquant et boitant pendant que la bestiole défonce la vitre de la porte de l'infirmerie pour sortir... Poursuite, panique totale, la pilote tire partout et... fait sauter la navette (!!!!) la...la... jme roulais par terre et mon pote a ma gauche pareil..... 3 morts. La bestiole, elle, s'enfuit. Bravo. Que dire, j'ai aussi eu un bon fou rire sur les 15 bonnes minutes ou Walter et David découvrent ensemble les joies de la flute, woh, génial. La scène qui est juste la pour te dire que David a un complexe de Dieu et que les androides ne peuvent pas creer et que c'est pas cool mais que lui est différent... Il y en a sans doute qui ont vu du génie la dedans, mais moi, non. C'est juste risible et triste... et même gênant ... que dire de la bêtise de l’équipage aussi ? spoiler: le gars qui veut faire descendre le vaisseau mère proche de l’atmosphère de la planète ou y'a des tempêtes géantes qui peuvent crasher le vaisseau a tout moment, et il le fait pour des raisons égoïstes = sa femme (la fameuse pilote) est en bas et il est trop inquiet depuis le message radio qu'elle a lancé... bref il pense a elle mais pas une seule seconde aux 2000 colons qui pioncent dans son coffre du vaisseau. Alors la nana qui est son adjointe (navrée, je n'ai retenu aucun nom...) lui dit "non 'spa bien! c'est trop dangereux", il descend quand même et quand il faut descendre encore plus bas à un niveau ultra critique, et que l'ordinateur de bord refuse et demande une seconde validation d'un autre membre d'équipage, elle dit "ok pas de problème !" WHAAAAAT ? ..........les rescapés humains descendus sur la planète qui entrent dans la cité, guidés par David, ou y'a des milliers de morts gelés comme de statues et PERSONNE ne pose de question sur le sujet, seul Watler échange la dessus avec David : ce sont les Igénieurs, tous rassemblés dans la cité sur la place publique (pratique) il les a buté avec la matière noire contenue dans le vaisseau de Prometheus et l'a rependue partout sur la planète, hop fin de l'histoire pour eux... Que dire du capitaine du vaisseau qui voit bien que David est cinglé (suite à sa tentative de dialogue avec un Neomorph, j'en parle ensuite) et lui suit dans les sous sol tout seul (!) tombe sur les oeufs avec des facehuggers que David a conçu en se prenant pour dieu et David lui dit "nan mais c'est cool vous risquez rien" et il le croit (!!) pire, il s'approche pour regarder (!!!) et hop un joli facehugger lui saute dessus ... Parlons enfin des Xenomorphs hein.... spoiler: le Neomorph avait du potentiel mais finalement ne sert a rien. Le passage ou David veut communiquer avec lui j’étais entrain d'halluciner (merci au capitaine qui le flingue, sa seule bonne réaction durant le film). Et la naissance du Xenomorph -si on peut appeler ça un Xenomorph, j'aime pas ce relooking- ou David leve les bras tel le messie et devant lui le bébé Xeno l'imite avec ses petits bras (?!), j'ai du lacher un "whaaaaat the fuuuck!!?" dans le ciné. Mais serieux ? sérieux ?? la religion ou la création, ça ne me gêne pas dans les films quand c'est bien exploité, mais ça ? plus ridicule tu meures !!! J'ai detesté la façon dont le sujet était traité dans Prometheus, la ça suit le même chemin....Donc voila brave gens, en plus nous devons la création de notre bestiole préférée a David, un androïde défaillant, avec un ego surdimensionné et complétement psychopathe... ... enfin la fin est.... tellement prévisible spoiler: Walter est mort tué par David qui a pris sa place of course, arnaque le pauvre équipage et ses 2000 colons qui serviront juste de cobayes pour le prochain film, du coup le dernier combat contre le 2nd Xenomorph (qui sort un peu de nulle part, disons que le facehugger qui a pondu dans le gars qui l'a eu 30 secondes sur le crane était ultra rapide et performant quoi) on s'en fout littéralement tellement on a envie de leur dire "nan mais les gars, abandonnez, vous aurez un sort funeste de toute façon, vaut mieux crever maintenant !" ... Voila, voila, un film qui enchaine incohérences, équipage qui fait des choix pourris, zero charisme, du scenario pseudo intellectuel religieux pour se la raconter et faire croire que la réflexion est profonde, je déteste ce personnage pourri qu'est David, j'arrive même plus a prendre cette licence au sérieux. Les prochains ? sans moi ! Hasta la Vista !
    darkvash
    darkvash

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 1 274 critiques

    0,5
    Publiée le 6 août 2017
    Aprés un pitoyable, Prometheus, film qui nous faisait esperer les origines de la saga Alien et même du monde, voila sa suite, intitulée Alien Covenant. Ce titre nous explique à lui seul que l'on va rentrer dans le coeur du sujet puisque Alien se trouve en première ligne, chose que le titre Prometheus ne montrait pas. Donc on se retrouve 10 ans aprés les evenements du "premier" opus de la seconde saga et on suit un équipage de colons en stase, qui attend la destination pour se réveiller, pendant qu'un droide (réplique de David de Prometheus) s'occupe de faire le ménage (façon de parler). spoiler: Un incident oblige l'équipage à se réveiller plus tôt et le carnage commence. Alors que dans le premier Alien on voit que l'équipage prend un temps de récupération aprés une stase qui a l'air éprouvante pour le corps, ici on se réveille comme si on sortait d'un cinéma et on court partout. Donc la stase d'avant est bien meilleure que celle de plus tard (time line de la saga)? Donc on suit les aventures de Bob, Jeannette et raoul (ce ne sont pas leurs noms mais si vous avez vu le film vous verrez que personne ne se souvient d'eux tellement le background des personnages est atroce) qui découvrent un message venant d'une planète qui semble aussi bien que celle où ils vont. De qui est le message, de quelle année, on s'en fout un peu, on se fout aussi de la mission principale et des milliers de colons qui sont encore en stase dans le vaisseau, allons faire un détour tranquillou pour voir ça. Bref tout le film est comme ça, dépourvu de sens et la suite n'est guere meilleure avec la scientifique qui met deux personnes en quarantaine alors qu'elle même a reçu du sang sur le visage, la mort des differents personnages et l'absence quasi nulle de réaction de leur conjoint, David (qui mériterait une page entière) avec son comportement étrange à l'arrivée des colons et l'absence encore une fois de réaction par rapport aux actions douteuses du droide. Puis, allons y, qui a pondu les oeufs? car dans la saga Alien on nous dit, puis on le voit qu'il faut une reine pour les oeufs. Et à la fin avec les deux embryons, ben David va faire deux aliens et non tout le vaisseau puisque deux embryons égalent deux Aliens. La fin de Prometheus montrait Shaw et David qui allaient chercher la planete des ingenieurs pour avoir des réponses sur le commencement du monde. Prometheus est balayé par son propre réalisateur en 10 secondes chrono par David à l'arrivée sur la planéte. Merci beaucoup Mr Scott de renier aussi ton premier opus et de cracher un peu à la figure des spectateurs. Et derniere question, David dit qu'il a créé le xenomorphe ultime (en fait c'est celui dans l'oeuf qui vous saute à la figure, puis qui pond un truc à l'interieur du corps et qui sort en explosant tout) alors qu'au début du film on voit les colons marcher sur un champignon qui libere une spore qui entre discretement dans le corps et qui crée aussi un néomorphe. La deuxieme méthode est quand même plus "ultime" et avancée non? le gars roule en Ferrari et il décide de créer la 2CV? mais il est où le problème? Je vais passer sur les scénes où les colons arrivent chez David, avec tous les cadavres devant et personne ne se questionne, la scéne de "j me sens sale j vais me laver" alors qu'un Alien vient de décimer ses potes, la scéne de "mets ta tête dans l'oeuf" alors que 5 secondes avant David discute avec un alien, la scéne de David cheveux longs et blonds qui devient en 2s David cheveux courts et bruns (???).... Rien ne sauve ce film, rien. La BO est oubliable, les personnages sont fades et mal joués, la créature semble être sortie du cirque du soleil tellement elle virevolte, le scénario ne tient absolument pas la route et Ridley Scott ne comprend pas pourquoi son film à fait un four? Allons, ce n'est pas dur à comprendre pourtant, regarde ton film Ridley...
    Jessie Logan J.
    Jessie Logan J.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 20 critiques

    4,0
    Publiée le 11 mai 2017
    Je n'avais pas prévu d'écrire un avis, mais je lis ceux de certains et ça me fait juste halluciner "les aliens ressemblent pas à ceux de la saga, c'est nul blablabla". WTF, avez-vous compris le film les gars ?? Ce film est top car il apporte beaucoup d'explications (et il fallait être très concentré pour toutes les comprendre !). Je ne vais pas m'amuser à tout détailler car mon avis ferait 6 pages, mais en gros : spoiler: les ingénieurs avaient le virus noir, servant à détruire pour créer, tout comme un Ingénieur l'a avalé dans Prometheus, se sacrifiant pour créer la race humaine. David a réussi à intercepter le processus de ce virus pour le détourner et créer l'arme parfaite, l'être vivant idéal, capable de s'adapter à tout, hyper intelligent, et évolutif au point que même son sang serait une arme. Son objectif il l'a dit : détruire les humains, qui ne méritent pas de vivre et qui sont une espèce trop vivace et dure à crever, bah oui on fout trop le bordel, il a pas tort l'androïde ! A partir de constat là, NORMAL que les créatures de départ ne ressemblent pas aux Alien que nous on a connu à l'époque de Weaver et compagnie, la créature a dû muter plusieurs fois, et David a fait plusieurs expériences, sur Elisabeth Shaw puis sur l'équipage du Covenant pour obtenir sa forme la plus parfaite et la plus dure à tuer : le xénomorphe. Que ce soit bien clair, les tout premiers œufs ne viennent pas d'une reine mais de David, qui crée les premiers Facehugger à partir de l'ADN des petites créatures éphémères que les Ingénieurs avaient conçu pour raser les populations qui étaient devenues lassantes pour eux. Ces créatures ne duraient pas, et retournaient à l'état dormant de spores noires une fois le boulot fini (elles sont d'ailleurs présentes sur la planète et respirées par l'équipage, donnant des créatures éphémères, c'est la "matière première" avec laquelle David conçoit sa créature finale). David a déjoué cet état "temporaire" avec plusieurs mutations et plusieurs meurtres (merci Shaw pour ta contribution !) en créant le guerrier idéal, la créature "immortelle", celle qui survivra toujours par un moyen ou un autre, dont l'intelligence n'a d'égale que sa dangerosité et dont le but génétiquement inscrit est de détruire la race humaine [c'est pour ça qu'elle ne s'intéresse pas au chat de Ripley !]. De temps à autre, ce guerrier s'avère être une future Reine, (temps de gestation plus long dans le corps de l'être humain et tête plus allongée), qui à son tour produira une descendance, plus évoluée, et intelligente. Et ainsi de suite ! Bon c'est bon vous avez tout compris ? Allez voir Covenant, ce film donne beaucoup d'explications, et le plus intéressant est sur la distinction entre le virus des Ingénieurs et celui de *bip*, qui est au final le véritable créateur des Alien ! :-)
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 13 septembre 2017
    Il est aujourd’hui difficile d’entamer la critique d’un film de la saga « Alien », tant la secte geek connaissant les moindres détails des précédents opus se sont accaparés la doxa du bon goût, mais aussi tant il est devenu de bon ton de railler Ridley Scott à chacune de ses nouvelles productions, de manière plus ou moins justifiée. Appréciant la tétralogie initiale, et particulièrement le chef d’œuvre « Alien, le huitième passager », n’ayant pas forcément renâclé à la projection de « Prometheus », je partais avec un priori plutôt positif, ne demandant après tout qu’à assister à un film honnête de science-fiction. Je ressors des deux heures de « Alien : Covenant » avec une impression pour le moins mitigée. Il y a en fait deux films en un seul. Le premier, un film « Alien » sans aucun doute, avec un côté "slasher movie" assumé, présente un scénario chancelant et des personnages peu consistants. Le synopsis est assez simple, voire simpliste. En 2104, le vaisseau colonial USCSS Covenant, ses quinze membres d’équipage et ses 2000 colons en hibernation, ses 1140 embryons humains, et surtout son androïde Walter, naviguent vers Origae-6, une planète au bout de la galaxie, pour y implanter une colonie. Mais après une éruption stellaire, plusieurs personnes sont tuées, dont le capitaine. En réparant le vaisseau, l’équipage reçoit un message mystérieux provenant d’une planète inconnue… nous connaissons la suite. Les vingt premières minutes du film sont plutôt réussies, avec le pré-générique sobre et efficace qui relate en flashback une conversation entre Weyland et l’androïde David, les premières images du vaisseau en sommeil et une superbe séquence s’attardant sur le déploiement des panneaux solaires de recharge, ainsi que la présentation rapide de l’équipage, certes un peu lacrymale durant les obsèques du premier capitaine. Il y a même ici une certaine élégance dans la mise en scène, qui nous change pour un temps des montages frénétiques de la plupart des blockbusters actuels. Alors quoi ? spoiler: Eh bien, tout part en sucette dès la première apparition des Aliens, d’abord sous une apparence néo morphe . Disons-le tout net, le côté slasher du film le compromet entièrement. Les effets spéciaux sont très mauvais, faisant regretter la maîtrise des opus de la tétralogie, film de Jeunet compris. Aucun frisson ne peut décemment parcourir notre échine à la vue de ces monstres numériques, alors que l’angoisse, la peur et le suspens constituent justement le sel de ce type de films. Il est vraiment étonnant qu’un réalisateur comme Ridley Scott fasse fi des enseignements redécouverts par la vague de J-Horror du début des années 2000 : afin de foutre les miquettes au spectateur, il faut suggérer, et non montrer ! "Don't let the bedbugs bite. I'll tuck in the children." Par ailleurs, l’équipage n’est guère intéressant, malgré tous les efforts pour camper des personnages identifiables, spoiler: avec un second capitaine évangéliste intégriste, et divers couples dont un gay ; on sent d’ailleurs ici une certaine allégeance aux lobbies, plutôt qu’une démarche sincère, le trait étant par trop appuyé et redoublé dans une scène entre les androïdes David et Walter. De fait, les morts des protagonistes se déroulent dans une indifférence totale, couronnant bien plutôt une bêtise agaçante. Ainsi, décider de se rendre sur une planète non étudiée en grande partie pour ne pas retourner en hypersommeil (bravo les colons !), se trimballer sans masque en terre inconnue, foutre sa tête au-dessus d’un facehugger de plein gré et sans broncher, se séparer à la moindre occasion de l’équipe pour faire son bonhomme de chemin seul ou prendre une douche, sont autant de comportements aberrants qui recoupent toutes les attitudes à ne pas adopter dans un film d’horreur ; cependant l’intention ne semble pas parodique comme dans « Scream », mais très premier degré ! L’élégance remarquée au début du film se trouve même sérieusement compromise avec une seconde série de morts sous la douche (décidément) qui confine à la série Z. Un dernier mot sur ce premier film avec l’interprétation sobre voire mollassonne de la Ripley en herbe, Katherine Waterston, dont on a bien du mal à imaginer qu’elle fasse chavirer tous les cœurs, androïde compris ! Il y a pourtant un second film dans « Alien : Covenant », une mise en abyme dont l’intention est plutôt intéressante et ambitieuse. Ridley Scott tente en effet ici d’insuffler un background philosopho-mystique à son film, avec une réflexion sommaire sur les origines de l’humanité, le péché originel, le mal intrinsèque à la condition humaine, nourrie de quelques références littéraires. Alors certes nous ne sommes pas chez Terrence Malick, pas même chez Christopher Nolan, mais ce sous-texte pourrait permettre, à la rigueur, de pardonner la niaiserie des personnages, toujours guidés par leurs bas-instincts (dont, dans une vision extrêmement pessimiste, l’amour ferait partie), qui justifieraient à eux seuls une extinction totale de l’humanité. Plus riche encore est la manière dont Ridley Scott peaufine la mythologie de son monstre favori, particulièrement dans l’atmosphère sombre de la nécropole aménagée et couverte d’esquisses de H.R. Giger, qui nous montrent pas à pas la création de l’Alien le plus emblématique, sous sa forme xénomorphe. L’échec d’« Alien : Covenant » tient donc à cette jonction ratée entre un film Alien fort mauvais et une réflexion mythologique qui déborde un peu trop du cadre. Tout cela déroute finalement le spectateur lambda, qui en toute bonne foi aimerait juste avoir les jetons ! Et en bon spectateur lambda, je ne peux que regretter le choix opéré par ce nouveau cycle fort mal engagé, qui s’embourbe avec son androïde démiurge dans un salmigondis autoréflexif qui cherche à tout expliquer, tout dévoiler, tout justifier... C’est avec toute la mauvaise foi du monde que je qualifie de « pas terrible » ce film, dans le désir inconsidéré que cette saga survive, nostalgique des impressions laissées par l’œuvre de 1979.
    Anthony d
    Anthony d

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 43 critiques

    1,5
    Publiée le 10 mai 2017
    Ridley Scott est devenu sénile, agrippé à son Alien tel un gosse avec son jouet. J'ai longtemps eu à défendre Prometheus, qui malgré de nombreux défauts et facilités nous introduisait tout un pan de réflexion créationniste au sein d'un univers basé sur une ambiance angoissante et un parfait mélange d'action et d'horrifique. Le scénariste de Lost s'en donnait à coeur joie de proposer un milliard de concepts et de dialogues profonds sur nos origines, notre situation en tant que créateur, et la vision que nous portions sur l'intelligence d'un être artificiel. Mais ce débat n'a plus lieu d'être. Car peu importe si vous étiez retissant sur le scénario proposé, si vous étiez impatient de découvrir la suite du dénouement final, ou même si vous n'avez jamais vu un Alien, Tonton Ridley a réussi avec Alien Covenant à dégouter les 3 catégories de personnes ... La prouesse est éloquente. Car ce film n'est pas un film construit, ou du moins n'en a pas les prérequis de base. Je ne parle même pas d'innovation, ni d'originalité, ni même de références à l'univers (ce serait trop demandé), ici on a juste un brouillon d'une tentative d'approfondir l'origine de la créature, avec un forcing et un mauvais goût des plus acharné. La cohésion du nouvel équipage en péril est quasi nul, les dialogues scolaires manquent de subtilité​ as Fuck, et je n'approfondirais même pas le traitement​ horrifique, totalement aux champignons. Le gros forcing de raccord avec Prometheus est impardonnable, ne serait ce que l'évolution du personnage de David, poussé au ridicule et au christique plus que douteux. Passé les phases d'action obligatoire du cahier des charges pour satisfaire un public qui permet à Fast and Furious 8 de décrocher le milliard, le film ne délivre aucune profondeur, et la encore la personnalité du crew du vaisseau passe à la trappe, Ridley Scott préférant s'appesantir sur un twist houleux, qui rend la tâche facile aux scénaristes en herbe et amène les spectateurs en PLS sur ces questionnements les plus fous. Le 4eme acte tant caractéristique des Alien est encore plus téléphoné que celui de Prometheus, qui je l'avoue était extrêmement maladroit. Ici, on découvre toutes les ficelles avec un temps d'avance et le cliffhanger de fin ne promet rien de bon quant à la suite des événements, que ce soit pour la saga ou pour le spectateur en général. À la sortie de la salle, je n'en retiens rien, et pire encore, je n'attends plus les 4 suites promises, je souhaite juste que Ridley Scott rende la balle, la lègue à d'autres réalisateurs innovants et motivés. Malheureusement, le fait d'avoir écarté le brillant Neil Blomkamp d'un éventuel Alien 5 enterre pour moi définitivement l'espoir d'avoir un jour un nouveau métrage Alien de bonne facture. Ridley, dans l'espace personne ne t'entendra merder.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 369 abonnés Lire ses 3 087 critiques

    3,0
    Publiée le 8 mai 2017
    D'une part, il y a le film craint mais attendu, à savoir celui qui renoue avec la saga "Alien", pour le meilleur et pour le pire. Avec la prise de pouvoirs des fans et des franchises, on se retrouve donc face à un film qui contente ces derniers, avec le retour de tous les passages obligés de la saga et qui solde les quelques tentatives de nouveauté de "Prometheus". Du coup, on est face à un film doudou bien comme il faut, avec tous les poncifs et les clichés de la saga, recyclés sans trop d'imagination. Alors attention, le film n'est pas un navet et encore moins un nanar, juste un film "Alien" qui démontre que R. Scott se laisse trop bouffer par son égo et de son envie de prouver au reste du monde qu'il est bien le meilleur réalisateur du monde. Il reprend ainsi des éléments des films de ses concurrents... heu ses prédécesseurs avec des emprunts aux films de Cameron, Fincher et Jeunet. Son casting est dominé par un M. Fassbender qui frise l'ego-trip tandis que le reste est exclusivement destiné à se faire bouffer, quand bien même le film passe 1/2 à nous les présenter. Et ce n'est pas la peine de nous rabâcher les oreilles avec le personnage féminin central qui se voudrait fort, il reste bien en-dessous de S. Weaver et même de N. Rapace. Techniquement, rien à dire, Scott est toujours un artiste pictural parfois étourdissant, la partie dans les hautes herbes est d'un très haut niveau, certaines apparitions de l'Alien sont vraiment incroyables, on passe un bon moment devant ce divertissement efficace qui ne parvient toutefois jamais à égaler les 3 premiers films. Parfois poseur, parfois intense, le film s'impose comme un divertissement haut de gamme qui illustre encore l'impasse des franchises. spoiler: Par contre, si vous voulez savoir comment tout a commencer, il faudra attendre encore quelques épisodes car on est parti pour bien diluer le truc. . D'autres critiques sur thisismymovies.over-blog.com
    On regarde quoi aujourd'hui?
    On regarde quoi aujourd'hui?

    Suivre son activité 119 abonnés Lire ses 130 critiques

    2,5
    Publiée le 20 mai 2017
    Le réalisateur Ridley Scott avait à la base fort à faire après le très contreversé Prométheus qui est en gros une origin story tenant plus d'un reboot de son propre film ""Alien"" . Au vue des critiques très mitigés de Prométheus ainsi que de ses nombreuses question laissé sans réponse et d'un changement capital de l'esprit ""Alien"" , on été en droit dans attendre énormément de ""Covenant"" qui devait répondre à la fois à beaucoup d'élément obscur mais aussi à renoué avec les fan . Ressemblant avant tout à un reboot du premier opus "" le huitième passagers" , Covenant finis par devenir une suite de Prometheus plutôt bien incorporé mais malheureusement top vite expédié avec un surcroît de facilité . Alors il faut reconnaître que l'histoire répond à pas mal de questions resté en suspens et en crée quelques autres par la même occasion . Au fur et à mesure que le récit avance la mythologie de Scott prend de l'ampleur , mais contribue à détruire le travail fournis par Cameron et les autres cinéastes sur la saga .En gros Ridley ce fou royalement de la franchise Alien et tel un enfant fais son caprice et décide de faire sa suite à son film à lui et tant pis si au passage on fou en l'air une saga mythique et culte , et tant pis pour les fan .A chacun son ressentie mais je trouve sa exécrable comme attitude . Et tout cela pour en arrivé au final a un résultat assez consternant. Le premier problème vient de cette tendance vraiment déroutante et dérangeante de Ridley à vouloir crée à tout prix une allégorie sur la création et le don de la vie . Dieu existe t'il ? Comment somme nous venu au monde ? Comment la création c'est elle faite ... Tant de question sans réponse ni développement concret que le cinéaste veut exploré et qui n'ont absolument rien à faire dans une saga comme celle la . Si Scott tient tellement à faire un film sur la création de la vie ben qu'il en fasse un , mais pourquoi le faire avec une saga comme Alien , sa n'a aucun sens et rien à faire la . En plus d'un sentiment partagé quand à la proportion pseudo-philosophiques biblique présenté sur les origines de l'homme ainsi que de la vie en elle même pour au final en arrivé à la création de l'Alien ; il faut admettre qu'on ne sais plus trop sur quel pied danser . Dans Prometheus on nous présente les ""Ingénieurs"" des êtres à l'intelligence accru responsable de l'engendrement des terriens et de non nombre d'autre espèce . Ces extra terrestres décide en gros de crée ou de supprimé la vie comme bon leur semble . Au vue du peu d'information et d'explication délivré sur ce point c'est à ce résultat que j'en suis arrivé , ne me demander par pourquoi les ""Ingénieurs"" font cela , car rien n'est dit . En bref , aussitôt les Ingénieurs arrivé dans la saga qu'ils sont balayés d'un revers de la main dans ce deuxième volume . Oui oui , alors que Riddley Scott nous avais bien fais comprendre que ces êtres blanc et massif aller être au centre de toute l'intrigue et bien dans Covenant changement de cap , on laisse tomber les Ingénieurs malgré le trou béant sans réponse laissé par Prometheus et on repart sur de l'Alien . Mais pour cela ,il faut avant tout tué tout les ingénieurs et quoi de mieux que de le faire d'un coup et le problème est réglé pour un passage à l'écran d'à peine 2 minutes . Je ne sais pas ce qui est passer encore par la tête du cinéaste , mais une fois de plus il à décidé de bâclé à mort ce qu'il a fais pour repartir encore sur autre chose . J'ai la cruelle impression que lui même ne sais pas ou il va et va d'improvisation en improvisation . Je suis très dubitatif quand à la création des aliens . Sérieux tout sa pour sa ! C'est David qui crée les Aliens . On oublie la reine des xénomorphes si majestueuse et bestiale et on acclame à la place un droide se prenant pour le docteur Frankenstein . Désolé mais la , la pilule ne passe clairement pas pour moi .La Reine est avant tout le background de ses titan, elle est le commencement de tout et on la dégage comme sa pour faire place à David .Sérieux Scott , je m'aperçois que sans David O'banon (scénariste et créateur de l'Alien) tu navigue dans le brouillard et prouve que tu n'es pas à ta place ici sans lui . Surtout que je tient à précisé que le coup des spores noires avait déjà été envisagé en 1977 soit deux avant la création du premier long métrage par O'banon qui à vite laissé ce point de côté . Tout sa pour dire que même sa ne vient pas de l'esprit de Scott . A présent passons sur les bon points oui il y en a quand même je tient à rassuré .Scott déploie à nouveau un univers contemplatif à l'image subtilement travaillé . Chaque séquence est soigneusement détaillé et propulsé , c'est beau même un peu trop car sa vient empatir sur les séquences sensé nous faire peur .Bien que pas vraiment flippant faut bien admettre que les scènes dites ""horrifique"" sont trash, violente et sanglante .Les attaques sont assez efficace et l'action est bien présente quoique un peu mal dosé . Mais bon cela fais un minimum plaisir de voir que le réalisateur c'est un peu plus penché sur le côté survival horror et à légèrement délaissé le côté pompeux et scientifique pour retrouver ce qui fais l'essence même de cet univers . Il est agréable de découvrir un autre type de xénomorphe et également de redécouvrir la bête de base . Cependant une énorme tache au tableau vient obscurcir tout sa ""Ridley Scott"" qui à l'air de se foutre royalement de ses propre créatures tant il les fais mourir aussitôt qu'elles apparaissent comme pour s'en débarrassés au plus vite possible pour replonger aussi rapidement dans le côté biblique et créatif de la genèse sur l'existence . C'est vraiment dommage , surtout que voir de nouvelle créature au design si différent venait remettre de l'intéret à l'Alien de base si mainte fois reproduit sur écran qu'il n'avait plus de secret pour nous . Et finalement cette piste la ne sera pas du tout exploré et on ne saura rien de ces nouveaux monstres vu qu'ils seront rapidement exterminés , tout comme les véritables Aliens par ailleurs . En fait si les apparitions du Xénomorphe sont rares et vite expédiés c'est tout simplement pour faire place à l'androide David qui est en quelques sorte le véritable monstre du film , ainsi que le personnage principal . Sa présence est constante et ont le sent constamment menaçant, en gros il remplace la créature et devient l'élément essentiel et premier reléguant le monstre lui même au rang de second rôle . Certaines séquences sont ingénieuse et aboutie comme l'acte de l'apprentissage de la flûte et d'autre totalement cliché comme la scène de douche .Mais au final rien qui n'est pas été déjà fais avant . La bo utilisé est sympathique surtout sur les pistes consacrée à David qui sont la aussi le mieux rechercher , avec la fameuse piste ""L'entrée des dieux dans le Valhalla"" de Wagner. Vient ensuite les acteurs qui sont malheureusement sous exploités (sauf David ^^) car Scott se moque de ce qui peux arriver aux protagonistes du moment qu'ils finissent bouffés par les monstres . Les membres de l'équipage sont relativement plat , du moins mal exploité . Le seul lien présent leur donnant un minimum d'humanité et de présence vient du fait qu'ils sont tous des couples . En fait le seul moment ou on leur accorde un minimum de crédit (et encore pas tout le temps) c'est au moment ou viennent leurs mises à morts à coup de grandes doses d'hémoglobine .Je suis bien d'accord que dans un tel film on ne peut pas faire la présentation détaillé de chacun mais sa ne change rien au fait qu'on peut en faire des personnages impactant , intéressant et charismatique ; il n'y a qu'à voir avec le film ""Aliens"" de Cameron , qui présente bon nombre de héros comme le Caporal Hicks , soldat Hudson , la charismatique Vasquez ,l'androide Bishop , lieutenant Hope ,Burke le pourrie ... et qui réussi à les rendre intéressant et crédible . Katherine Waterston incarne ""Daniels""celle qui est sencé être l'héroine principale et qui est présentée comme une mauvaise relecture de Ellen Rippley . Que se soit son tempérament jusqu'à sa façon de s'habillée tout est fait pour en faire la nouvelle Rippley et certainement l'héroine principale de cette nouvelle saga .Mais soyons clair et sérieux pas une seconde malgré tous les efforts fournis par l'actrice elle n'arrive à la cheville de Sigourney Weaver . La bonne blague vient de l'acteur James franco que j'apprécie beaucoup et dont je me demande ce qu'il fou la pour un rôle si mineur , avec son talent il avait de quoi être bien plus mise en avant , c'est incompréhensible . Puis vient Michael Fassbender qui dans le double rôle des androïdes David et Walter fais vraiment très fort .Quel présence et quel charisme , c'est vraiment lui qui redresse le point noir laissé par l'ensemble des personnages de l'intrigue . David est un personnage vraiment fou et belliqueux et par dessus tout d'un intéressement perspectible .Il se positionne tel un dieu devant son bétail et jouant les affres de la création comme un enfant jouant à la patte à modelé . Modelant avec grès et humeur selon sa volonté .La dualité entre David et Walter est génial et mérité même un peu plus de profondeur . Avec la qualité visuel et les action un peu plus présente , Fassbender est vraiment le point positif culminant de Ridley Scott .La mauvaise blague vient sans conteste de Noomi Rapace alias Elizabeth l'héroine de Prométheus qui ici est complètement oubliée et reléguée à de la simple chair à scientifique tel un cobaye . Elle qui à la base été venu comprendre pourquoi les ""Ingénieurs""voulait détruire la Terre la voilà bien servie . Conclusion: Mieux que Prometheus mais encore loin de la saga originelle . Alien Covenant relie un peu plus avec les créatures mais souffre d'un vrai manque d'incarnation et d'idée , heureusement que Fassbender joue à la perfection .L'horreur et le survival ne sont clairement plus de mise et le réalisateur le fais plus ou moins comprendre , à présent ce qui compte c'est la quête de David .L' aspect visuel est superbement implanté mais le récit lui est très bancable et vite expédié , ce n'est clairement pas digne de Scott .Franchement cela valait t'il le coup de détruire tout le travail fournis par O'banon et Cameron sur la saga Alien pour en arrivé à un tel résultat ? Pour ma part ""Absolument pas"" !!!! Il ne me reste plus qu'à pleuré en silence devant la destruction de cette impérieuse franchise ... ""Cameron AU SECOURS !!!"" Heureusement que ce n'est pas Riddley Scott qui c'est attaqué à la suite de ""Blade Runner "" je ne m'en serais pas remis . 2,5/5 Pas mal !!!
    PsychoHead
    PsychoHead

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 219 critiques

    4,5
    Publiée le 10 mai 2017
    J'avais déjà bien aimé Prometheus, mais alors la Alien Covenant est vraiment supérieur. Quel plaisir de voir un nouveau film de ma saga préférée, surtout quand celui-ci est excellent. Rien que le titre qui s'affiche de la même typographie que le premier Alien m'a foutu les frissons. Visuellement c'est superbe rien à dire et l'histoire, qui se déroule à la suite de Prometheus, est fascinante. Quelle émotion la première apparition du Xenomorphe, je l'attendais tellement. Après on ne s'attache pas forcément à tout les personnages, seulement Daniels qui nous rappelle fortement Ripley d'Aliens. Fassbender est vraiment un excellent acteur, il joue à la perfection. Au niveau des défauts, j'aurais vraiment aimé l'ajout du prologue visible sur le net avec Shaw, je ne comprends pas pourquoi il n'est pas dans le film et quelques défauts numériques sur certaines scènes. J'avais peur d'être déçu et bien au contraire j'ai adoré. Je retournerai le voir cette fois ci en VO. Superbe.
    Gui17
    Gui17

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 23 critiques

    0,5
    Publiée le 30 novembre 2017
    Minable : tout ce que font les personnages du film est stupide et les incidents qui en découlent sont ultra prévisibles. Rien ne tient la route, tout est débile. Spoils : - Un vaisseau de colonisation détecte un signal inconnu à plusieurs semaines de là. Et si on risquait la vie des 2000 colons pour faire de l’exploration, sans ordre, ni formation ni équipement ? - On sort explorer la planète inconnue sans aucune protection. Comment ça on risque ni de tout contaminer et de se faire contaminer ? - La planète est sauvage et il faut aller en altitude, mais pas besoin d’équipement comme de quoi couper la végétation, ou des cordes. Exploration et randonnée c’est pareil. - On n’est pas nombreux, mais séparons-nous en 3 groupes (avec une seule personne pour surveiller et réparer le vaisseau), qu’est-ce qui pourrait bien arriver sur une planète inconnue ? - On découvre un vaisseau alien, mais on n’est pas bien impressionnés et on plaint surtout la personne qui l’a découvert en 1er. - Dès le premier incident (contamination prévisible), tirons dans notre propre vaisseau au fusil à pompes et détruisons-le. - Oulala, mais y’a une tempête, on a du mal à communiquer. 87 ans après notre époque, les systèmes de communication ont limite régressé, comme entre 1930 et 2017, je suppose… - Un cyborg nous sauve mais au lieu de l’assaillir de 1000 questions pour savoir c’est quoi ce bordel, on se sépare encore, pour aller se laver, papoter autour d’un feu et apprendre à jouer de la flute (ou du pipeau, comme ce film). - Puis le spectateur apprend que le robot David a exterminé une civilisation extra-terrestre, tranquillou Bilou, en regardant ça depuis le balcon d’un vaisseau spatial qu’il leur a volé. C’est chaud : si les dauphins nous volent un porte-avions, ils pourraient détruire l’humanité… - Pendant ce temps, l’équipage du grand vaisseau de colonisation fait tout pour le détruire en le collant à une tempête autour d’une planète hostile, malgré les messages alarmants de l’IA embarquée. - Le capitaine voit le robot David papoter avec un alien qui vient de bouffer un humain, mais il continue à lui faire confiance et le suit dans un sous terrain où il se fait piéger. Est-ce vraiment un piège quand c’est aussi évident ? - Le « gentil » robot comprend que David a créé les monstres qui les tuent un par un, mais il se laisse embrasser et poignarder sans problème. Est-une embuscade si on pousse un bébé dans les escaliers ? - David est si fort qu’il a fait des expériences de très haut niveau à partir d’une arme extra-terrestre, mais sans laboratoire ni outils, juste comme ça… - En fait, le gentil robot n’est pas vraiment détruit, car c’est une version améliorée. David aurait du le savoir puisque l’autre le lui avait dit juste avant, mais bon… - Les robots se battent, le gentil va gagner, mais il s’arrête sans aucune raison, alors le méchant gagne. Ce n’est pas montré, mais c’est complètement évident. - Les survivants arrivent à quitter la planète à bord d’un vaisseau pas du tout adapté et rejoignent le vaisseau d’exploration qui aurait du être détruit par les lois de la physique, mais non, l’IA embarquée n’y connaît rien. - Étrangement, il y a un alien adulte dans le vaisseau de colonisation, les conditions ne semblent pas requises, mais bon, c'est pratique pour le combat final. - L’alien bouffe un couple en, train de baiser. Ils n’entendent pas l’alarme car ils ont mis la musique trop fort (dans 83 ans les alarmes auront perdu en efficacité), et le gars ne frémit pas quand la fille se met à hurler en voyant l’alien. - Après leur mort, les 2 survivants décident de fermer des portes pour ralentir et guider l'alien, avec succès. C'est connu, dans les Alien, les portes sont très efficaces (ironie). - A la fin, le dernier membre de l’équipage se rend compte que le robot à bord du vaisseau est le méchant. Elle aurait pu effectuer des tests avant, mais non, et l’IA du vaisseau accepte ce robot sans brocher. Bref, un film de science fiction pour attardés.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2040 abonnés Lire ses 3 132 critiques

    1,0
    Publiée le 9 juin 2017
    Bon… Je vais être honnête avec vous, si je suis allé voir cet « Alien Covenant », c’est presque par plaisir malsain. Je n’avais pas aimé « Prometheus ». Je n’aime pas non plus ce à quoi est en train de se réduire Ridley Scott ces derniers temps. Et tout ce que j’ai pu entendre jusqu’à présent de ce « Covenant » ne fut que critiques acerbes et terribles désillusions… Bref, dès le départ, je n’en attendais strictement rien. Je voulais juste participer moi aussi à cette étrange exploration du « fail » à laquelle bon nombre de mes amis s’étaient risqués… Et à dire vrai, au ressortir de la séance, je n’ai pas ressenti l’outrage que certains ont pu ressentir. Et je ne parlerais pas non plus de catastrophe. Alors oui, c’est mal foutu… Mais bon, comme tellement de blockbusters aujourd’hui. Alors OK, c’est la saga « Alien » et c’est triste. Oui, c’est Ridley Scott et c’est doublement triste… Mais bon, c’est l’air du temps non ? Moi je ne vois pas en quoi « Logan », « X-Men Apocalypse » ou bien encore les « Avengers » seraient plus réussis… Limite, s’il y a un point fort que je reconnaitrais à ce « Covenant » par rapport à toute la concurrence du moment – et ce serait finalement le même que j’avais trouvé à « Prometheus » – c’est qu’au moins il est beau et globalement bien fichu. Moi j’aime bien ce genre de réalisation posée qui n’en fait pas trop en termes de cut et de mouvement ; et qui prend le parti d’iconiser les lieux, les personnages (ici plutôt les bestioles) ou les situations. Bon après, on ne va pas se mentir, pour moi ça a surtout été valable pour les dix premières minutes. Je trouve que la scène entre Weyland et David fonctionne bien ; tout comme l’enchaînement avec la découverte du Covenant. ( spoiler: Le déploiement du panneau solaire, moi je trouvais ça classe… ) Limite, j’étais prêt à me laisser prendre… Mais bon, pour cela, encore aurait-il fallu qu’on ait une écriture d’un autre niveau. Parce qu’en fait il est là, le seul problème de ce « Covenant » (…mais problème de taille hein). Pour moi, le problème de ce film, c’est donc clairement l’écriture (encore un autre point commun avec « Prometheus » tiens). Pour le coup, l’écriture coche toutes les cases du loupé. C’est super lent ( spoiler: trois quarts d’heure pour qu’on retrouve un lien avec la saga Alien / Prometheus : chapeau l’artiste ! ). Ce n’est jamais logique. Les personnages ont toujours des réactions stupides ( spoiler: On se risque à dévier une mission de colonisation pour une planète inconnue juste parce qu’on ne veut pas se rendormir. Champions les gars… On décide aussi de se balader sur ladite planète sans casque. Alors là « Woh ! » Même dans « Prometheus » ils n’étaient pas aussi bêtes ! Et enfin, alors qu’on commence à se rendre compte que cette planète est super chelou, au lieu d’interroger l’androïde présent sur place pour en savoir davantage, on préfère partir faire des groupes de un, afin de prendre des douches et se faire accessoirement bouffer la tronche par des aliens ). Autre souci d’écriture, le fait qu’au final cette histoire ne raconte finalement pas grand-chose ( spoiler: Je mets au défi toute personne capable de faire plus de deux phrases pour résumer ce que ce film change à l’univers alien ). C’est donc souvent vide, et le peu qui est raconté, soit est expédié trop vite pour être clair ( spoiler: je pense notamment au sort des Ingénieurs, ridicule et poutré en deux minutes ) , soit ce qui est raconté dévoie totalement l’histoire tissée par les précédents ( spoiler: …parce que l’idée qu’au final, les œufs soient une invention de David est non seulement totalement stupide – parce que bien plus foireuse que la diffusion des néomorphes par spores – mais en plus elle expédie à la benne l’idée d’une reine alien, ce qui est juste un viol intégral de toute la saga ). Bref, j’avoue que je suis ressorti de là amorphe. Je me suis demandé tout simplement « pourquoi ? » Ça n’apporte rien à la saga. Au contraire, ça la fiste totalement en termes de logique. Ça cherche à explorer des questions sur les origines, la création qui, pour moi, depuis le départ, n’ont rien à voir avec la saga « Alien ». Ça ne dit rien au fond. C’est chiant. En somme, ce film est totalement inutile. Alors le paradoxe veut que je hais moins ce film qu’un « Logan » ou un « X-Men Apocalypse », mais c’est en même très révélateur. D’une part c’est révélateur du désastre intellectuel et formel de ce que sont devenus la plupart des blockbusters aujourd’hui. D’autre part ça me démontre qu’en fait, ce film je n’en attendais rien. Il n’existait même pas d’espace dans ma tête pour espérer qu’on m’apporte quoi que ce soit. « Alien Covenant » ne m’irrite pas, non. Il me laisse juste incroyablement indifférent. Comme si ce film n’avait jamais existé en fait. D’ailleurs, aujourd’hui, dans ma tête, au lendemain de mon visionnage, il se trouve qu’il n’en reste déjà presque plus rien. C’est dire… Quelle tristesse de se dire que, pour le coup, cette remarque pourrait aussi être valable pour Ridley Scott lui-même… Quel drame…
    Laëtitia V.
    Laëtitia V.

    Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 59 critiques

    0,5
    Publiée le 30 mai 2017
    Prometheus était mauvais on peut le dire clairement mais au moins ridley Scott avait eu la décence de ne pas intitulé son film "alien" Alien covenant n'est pas uniquement un bide total c'est également une insulte à la saga "alien" Il faudrait que les réalisateurs comprennent une bonne fois pour toute que les fans de film d'horreur recherchent uniquement à avoir peur !!! On s'en fiche royalement des dialogues existentiels et des beaux vaisseaux high tech. A aucun moment alien covenant ne fait ne serait ce que frissonner. Ridley Scott nous propose des aliens qui sortent non plus par la cage thoracique mais par le dos (va savoir pourquoi) et des aliens qui ne feraient même pas peur à un enfant tellement, la technologie a rendu ce monstre légendaire, un aspect irréel mais dans le mauvais sens du terme. Que ridley Scott laisse donc la nouvelle génération reprendre le flambeau vu que lui n'est clairement plus capable de réaliser un bon film ! Mais non Mr Scott dans son incroyable arrogance et son égocentrisme a voulu nous imposer ses 2 navets que sont Prometheus et alien covenant allant jusqu'à enterrer le projet de Neill Blomkamp "alien 5". Tous les fans de la saga alien ne pourront que être de mon avis. Alien covenant est une insulte à la sage, une insulte envers les fans et j'irai même plus loin une insulte envers Scott lui même et son monstre qui a terrifié des générations de spectateurs.
    Attila de Blois
    Attila de Blois

    Suivre son activité 295 abonnés Lire ses 3 151 critiques

    1,0
    Publiée le 16 mai 2017
    Jusqu'à aujourd'hui, j'avais toujours apprécié chacun des longs métrages composant la saga Alien, même ce "Prometheus" si critiqué à sa sortie en salle. J'attendais impatiemment ce "Covenant" et, sans m'attendre à un grand film, j'espérais au moins qu'il me divertisse tout en satisfaisant le fan que je suis. Je suis tombé de haut. Si la saga comportait des épisodes d'un niveau plus ou moins inégal, chacun disposait de sa propre personnalité et de ses qualités. Mais que cela soit dans l'horreur, dans l'action ou/et dans l'ambiance, ils étaient tous efficaces. Ce n'est malheureusement pas le cas de ce "Alien : Covenant". Toutes les raisons qui me faisaient aimer cette saga se sont envolées dans ce blockbuster peu inspiré. Je ne rentrerai pas dans les détails mais parmi les nombreux griefs que je pourrai dresser contre ce film, je parlerai en premier lieu du scénario. "Paresseux" et "facile" sont deux termes qui qualifie bien cette intrigue. Dans ce nouvel "Alien", les clichés s'accumulent et les quelques idées originales comme le développement des néomorphes par des spores ne sont guère convaincantes. Ne sont pas convaincants non plus les différents aliens et leurs apparitions ne suscitent pas ce sentiment habituel d'angoisse et de danger. Au contraire, les scènes d'action m'ont le plus souvent ennuyé et certaines flirtaient avec le ridicule. A l'image de son cliffhanger, "Covenant" est plat et prévisible. Finalement, on ne retiendra de ce long métrage que la beauté de ses effet spéciaux... R.I.P.
    x-worley
    x-worley

    Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 350 critiques

    3,5
    Publiée le 13 mai 2017
    Cet épisode m'a quand même captiver car y'a des choses assez intrigantes. Alors c'est sûr c'est toujours pas un épisode parfait mais les réponses qu'on a sur le mystère de création(de l'alien) m'ont plu. Après effectivement si on commence a philosopher dans tous les sens ça risque de faire mal au crâne. Mais y'a quand même des passages intéressants dans le film comme ceux avec Michael Fassbender. Car ça apporte une petite réflexion assez étrange sur tout ce qui touche la création. Et pour le reste je trouve que c'est assez convenu même si visuellement c'est vraiment la classe(oui moi je trouve ça beau) et les autres personnages subissent a mort les expériences de David. Après on va pas se mentir ça manque de suspense c'est vrai, on aurait aimé plus de tension mais bon...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top