Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Coeur a ses raisons
    note moyenne
    3,4
    100 notes dont 33 critiques
    répartition des 33 critiques par note
    5 critiques
    10 critiques
    6 critiques
    8 critiques
    1 critique
    3 critiques
    Votre avis sur Le Coeur a ses raisons ?

    33 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1243 abonnés Lire ses 3 489 critiques

    3,0
    Publiée le 1 mai 2013
    Si plusieurs films ont déjà été consacrés aux ultra orthodoxes juifs, c'est la première fois qu'une réalisatrice appartenant à cette communauté particulière s'empare du sujet. Dans Le coeur a ses raisons, tout tourne autour du mariage lequel, s'il n'est pas imposé aux jeunes femmes, est une obligation pour trouver sa place et accéder au respect des autres. L'intrigue du film de Rama Burshtein est minimaliste et intimiste, se déplaçant de fêtes traditionnelles en rencontres avec des candidats aux épousailles. C'est un regard intérieur, presque documentaire, sur un groupe de citoyens à l'écart du monde, en aucun cas critique mais sincère et honnête. Au spectateur de se forger une opinion sur la condition féminine dans cette communauté. Il ne s'agit pas ici de rébellion mais d'acceptation d'un compromis dans la politique du moins pire. Un constat édifiant qui à défaut de donner des réponses ou même de proposer une analyse, pose question. La mise en scène froide et quasi dénuée d'empathie concourt à donner un véritable sentiment d'étouffement.
    Cinematraque
    Cinematraque

    Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 27 critiques

    5,0
    Publiée le 1 mai 2013
    Le Cœur a ses Raisons – puisque c’est ainsi que le titre du film a été traduit en français – s’adresse à ceux qui sont prêts à ouvrir les yeux sur un monde très particulier, ultra fermé, voire secret ; dont les Israéliens eux-mêmes ne connaissent souvent que l’apparence extérieure. C’est l’histoire a priori sordide d’une jeune fille dont la sœur vient de mourir en mettant un bébé au monde, et à qui l’on propose d’épouser le mari endeuillé. Tout juste âgée de 18 ans, Shira qui a déjà été promise à un mariage arrangé qui semble la réjouir, doit choisir entre l’insouciance de sa jeunesse et ce projet de devenir simultanément la femme de son beau-frère et la mère de son neveu.
    ....
    ....

    ...

    La sensualité sous-jacente à certaines scènes, où l’extrême pudeur est pourtant le mot d’ordre dominant, est saisissante. Elle est l’expression de tout ce qui émerge dans les silences et les non-dits d’un monde où les passions n’ont leur expression qu’en état d’ivresse, ou de détresse. Le déplacement du devoir sur le désir n’a pu se faire que parce que les circonstances exceptionnelles qui suggèrent le transfert du deuil sur le mariage en donnaient la «permission». Les dernières scènes du film vibrent de cette intensité qui jaillit des émotions, lorsque celles-ci se confondent pour dire l’unité recréée du sujet, qui renaît à lui-même pour se dire librement.
    HiramParis
    HiramParis

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 2 mai 2013
    Un des films les plus délicats, les plus fins les plus élégants que j'aie vue ces dernières années.
    Il nous demande de nous ouvrir avec une curiosité bienveillante sur un monde peu ou mal connu; celui du monde juif orthodoxe.
    C'est un monde où les sentiments ne s'expriment pas par l'excès mais par la pudeur. Leur expression est montrée par la sincérité d'un sourire ou par une respiration un peu haletante.
    La mise en scène est intelligente, l'image est sublime.
    Nous découvrons ce monde comme si on nous offrait un cadeau.
    Ah, au fait, l'histoire est d'une très grande beauté et d'une grande profondeur.
    Eve F
    Eve F

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 40 critiques

    4,5
    Publiée le 1 mai 2013
    Un film unique en émotions particulières, d'une finesse sans égale. Digne d'un roman de Jane AUSTIN, ou d'un drame Cornélien, le dilemme de Shira n'aura que Pascal pour la sauver: le coeur a ses raisons que le raison ne connait pas toujours, mais que même la religion se doit de ne pas ignorer. Du devoir au désir, le chemin est des fois tortueux et doit prendre la route que le deuil a pris pour aller jusqu'au mariage...
    Thierry M
    Thierry M

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 2 435 critiques

    2,5
    Publiée le 2 mai 2013
    Jolie film , dommage que cela tourne trop en rond.
    tt61
    tt61

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 7 novembre 2012
    J'ai adoré ce film les images sont magnifiques, la lumière, le son, les acteurs.... Hadass Yaron est extraordinnaire et tellement juste, bouleversante. Le résultat : une explosion d'émotions dans cet univers de pudeur.
    alexy888
    alexy888

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 224 critiques

    0,5
    Publiée le 6 mai 2013
    Je mets 0,5/5 car Allocine refuse toujours de donner la possibilité de mettre 0/5. Ce film est extrêmement désagréable voire malsain. On entre de force dans l'extrémité juif et on en sort pas. Point d'amour ni de sentiments. On fait tout pour sauver les apparences et la communauté. L'atmosphère est étouffante . On suffoque tellement on se sent pris au piège comme ces fanatiques. Décidément les religions ne savent pas se vendre... Mais en-ont elles besoin ? Film à fuir....
    lutinologue
    lutinologue

    Suivre son activité Lire ses 19 critiques

    5,0
    Publiée le 17 mars 2013
    film très touchant. l'histoire peu sembler fade aux premiers abord mais l'intrigue se passe à l'intérieur du coeur du personnage principal. Nous vivons avec elle tout ses doutes et toutes ses angoisses. je recommande.
    fasskinder
    fasskinder

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 304 critiques

    0,5
    Publiée le 1 mai 2013
    Je pensais être surprise par ce film vu à Venise... il n'en est rien... une histoire prévisible de traditions familiales déjà vue mille fois, c'est lent et sans intérêt
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 808 abonnés Lire ses 3 430 critiques

    4,0
    Publiée le 5 mai 2013
    Dans la mesure du possible, je vais voir les films israéliens qui sortent sur les écrans parisiens. On est rarement déçu. Un peu à l’instar de Wadjda en Arabie Saoudite, voici le premier film réalisé en Israël par une femme juive ultra-orthodoxe. Un drame familial et amoureux dans la communauté hassidique de Tel Aviv. Par conséquent le film est plein de danse et de chant (particularité de la communauté), ce qui procure au film une atmosphère particulière, plus joyeuse et lyrique que dans d'autres films du genre beaucoup plus austère. Mais la religion n'est pas le thème principale du film...
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 514 abonnés Lire ses 2 332 critiques

    3,0
    Publiée le 28 octobre 2013
    Pour son premier film, la réalisatrice israélienne Rama Burshtein a fait le choix de mélanger documentaire et fiction. C'est dans une communauté de juifs orthodoxes de Tel Aviv que se déroule l'action. Le film nous apprend beaucoup de choses sur ces véritables agités du bocal qui ne perdent pas une occasion pour chanter et danser : comment se déroule une fête du Pourim, une circoncision, un mariage, l'importance de se marier pour les femmes. La partie fiction nous vaut un quasi marivaudage lorsqu'il s'agit de remarier un jeune veuf afin d'éviter pour une grand-mère que son petit fils parte en Belgique. La photo du film est très réussie, avec de très beaux gros plans sur les visages des protagonistes et une scène de circoncision très bien filmée, de haut en bas, verticalement. On apprend aussi qu'un grand rabbin, dans une telle communauté, fait parfois office de revue style "Que Choisir" : scène hilarante qui voit débarquer quasiment de force une vieille femme qui dit n'avoir aucun parent et aucun ami pour la conseiller et qui exige du rabbin qu'il l'aide à choisir son nouveau four ! Dommage, finalement, que la réalisation soit bien trop molle au niveau du montage !
    norman06
    norman06

    Suivre son activité 124 abonnés Lire ses 1 326 critiques

    3,0
    Publiée le 30 juin 2013
    Beau scénario, nuancé et subtil, dans la lignée du cinéma de Amos Gitai. Un film esthétiquement soigné et bien interprété.
    John Henry
    John Henry

    Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 646 critiques

    2,0
    Publiée le 16 mai 2013
    Il manque sans doute à ce film très ancré culturellement des codes d'universalité pour vraiment comprendre cette fille ou ce poids qu'on lui fait peser sur les épaules. Surtout que selon moi la fin est complètement invraisemblable et ampute le film de toute sa force narrative. Dommage.
    Patrick Braganti
    Patrick Braganti

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 375 critiques

    2,0
    Publiée le 7 mai 2013
    Pour les profanes (dont je suis), les rites de la religion juive orthodoxe relèvent du mystère et d'une incompréhension qui n'est pas loin, il faut l'avouer, du rejet, sinon de l'opprobre. Ce qu'on voit ici, le dilemme moral et physique d'une jeune femme mise dans une situation ubuesque et rocambolesque, ne prédispose certes pas à plus de tolérance et d'ouverture d'esprit. La position de la femme au sein de la communauté hassidique semble bien se résumer à l'objet de tractations en vue de mariages où la place de l'amour, donc du cœur, est réduite à la portion congrue. Et si d'aventure il y a interférence du désir, fût-il trouble et mal dégrossi, les choses peuvent se compliquer pour Shira prise en quelque sorte entre le marteau et l'enclume, entre les manœuvres de sa mère (qui agit d'abord pour son propre compte de récente grand-mère s'accaparant son petit-fils) et l'attirance inédite pour son beau-frère nouvellement veuf. Pas facile pour Shira de choisir, tiraillée entre le respect des préceptes, l'autorité conjuguée du grand rabbin et des parents, et l'attitude rigide de Yochay qui s'évertue insidieusement à la pousser dans ses retranchements. L'atmosphère générale du film n'est donc pas à la fête. Ici tout est raide et engoncé dans des traditions et des rites auxquels il n'est pas envisageable de se soustraire, donnant ainsi l'impression d'être transporté dans des temps anciens et révolus - impression renforcée par l'austérité des lieux souvent sombres et des vêtements. Derrière ces façades rigoureuses et hermétiques, où les cris et les débordements ne sont pas non plus la règle, il est malaisé de percevoir la jeunesse et la fougue amoureuse qui y est habituellement associée. On en ressort davantage ennuyés et circonspects que conquis, même si ce premier long-métrage révèle indubitablement des talents de mise en scène et de construction du récit.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 11 mai 2013
    A part sa lenteur excessive, remplie de silences qui y signifient probablement beaucoup de choses, voici un film intéressant qui nous plonge dans le monde et la culture des Juifs orthodoxes. Je connais très mal ses us et coutumes, mais le poids de la religion semble y être énorme, ainsi que la place prépondérante des hommes, les femmes n'étant grosso modo que tolérées et seulement valorisées par le mariage et la maternité. Tout le monde semble coincé et les sentiments ne s'expriment pas : l'amour semble bien absent des mariages arrangés entre familles. Dans ce cadre, la jeune Shira épousera-t-elle "par raison" son beau-frère devenu veuf suite à la naissance de son fils ? La dernière image du film nous laisse entrevoir une vie de couple débutante qui ne sera certainement des plus divertissantes...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top