Mon compte
    Vaiana, la légende du bout du monde
    Note moyenne
    4,2
    13578 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Vaiana, la légende du bout du monde ?

    646 critiques spectateurs

    5
    133 critiques
    4
    270 critiques
    3
    169 critiques
    2
    47 critiques
    1
    18 critiques
    0
    9 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    Alice025
    Alice025

    1 571 abonnés 1 322 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 14 décembre 2016
    J'ai passé un bon moment devant ce nouveau Disney de fin d'année, mais je dois dire qu'il ne sera pas mon préféré sur les derniers sortis. L'histoire est très (trop?) classique, on sait dès le départ comment va se dérouler l'aventure jusqu'au dénouement, un peu de folie ou d'originalité n'aurait pas été de tout refus. Les effets visuels sont carrément époustouflants cela dit, on voit bien qu'il y a eu énormément de travail sur tous les détails (comme les cheveux de Vaiana), on passe toujours un cap en plus à chaque nouveau Disney. Les chansons sont sympas, mais je ne pense pas qu'il y aura un effet aussi populaire que celle de la Reine des Neiges. Les personnages sont attachants, et mention au coq, complètement abruti mais tellement hilarant. Pas le meilleur, histoire trop vu et revue, mais on se laisse porter quand même avec plaisir dans cette aventure très colorée qui nous fait voyager.
    MediaShow
    MediaShow

    131 abonnés 513 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 19 décembre 2016
    « Vaiana, la légende du bout du monde » est encore une véritable réussite de la part des studios Disney en termes d’animation. S’inspirant de la culture polynésienne, les deux réalisateurs nous propose une magnifique aventure, très coloré et riche dans son contenu. Le rythme du film est bien géré, rempli de rebondissements et l’ensemble nous offre des personnages vraiment attachants. Enfin, l’esthétique visuelle et sonore est une pure merveille ! Un des meilleurs films d’animation de l’année !

    Retrouvez ma critique entière sur mediashowbydk.com ou via le lien ci-dessous :
    L'Otaku Sensei
    L'Otaku Sensei

    295 abonnés 226 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 15 décembre 2016
    C'est pas encore noël et pourtant, Disney nous offre déjà les cadeaux ! Décidément, nous sommes vraiment gâtés cette année ! Après une année 2015 discrète (car les Nouveaux héros est sorti aux USA en novembre 2014), L'usine à rêve de tonton Walt fait un retour en grandes pompes avec non pas 1 mais 2 nouveaux classiques. Après le génialissime Zootopie, retour à l'anthropomorphisme brillant d'intelligence au début d'année, direction la Polynésie pour Disney !
    J'attendais énormément Vaïana pour plusieurs raisons. Bien évidemment, ce qui lisent souvent mes critiques vont dire que je me répète mais je crois que c'est important; depuis Raiponce et le passage à l'animation 3D en 2010, Disney revient en pleine forme sur le devant de la scène et 6 ans après, maintient toujours aussi bien le cap ! Chaque nouveau Disney est pour moi un événement immanquable pour le grand enfant que je suis. L'autre raison assez évidente est que ces derniers temps, Disney est le seul à nous proposer du contenu mêlant originalité et qualité. Entre Pixar qui s'enlise dans des long métrages bons mais en dessous de ce qu'ils sont capables de faire (Arlo et Dory m'ont déçu), Dreamworks qui mis à part les suites, s'enlise de plus en plus dans les abîmes de la fainéantise commerciale bas de gamme (en témoigne cette purge qu'est Trolls O_O), Blue Sky qui préfère encore et toujours miser sur sa seule poule aux oeufs d'or qu'est la saga l'Âge de glace (mais bon, les prochains films ont l'air de corriger ça), vous l'aurez comprit, seul les Disney attirent vraiment. Et, 3ème raison et non des moindre, l'argument de vente ultime, le nom des 2 réalisateurs qui ne sont nuls autres que John Musker et Ron Cléments ! Il y avait de quoi être confiant étant donnés que ces gars là ont à leur actif un bon nombre de classiques à forte notoriété au sein du studio sur leur CV dont plusieurs au rang de chef d'oeuvres reconnus des années 1990 ( la Petite Sirène, Aladdin, Hercule, la Planète au trésor ou encore plus récemment la Princesse et la grenouille, même si à titre purement personnel j'ai bien moins apprécié le dernier). Bon, "Vaïana, la légende du bout du monde", de son titre original "Moana", est le 56ème classique d'animation des studios Disney. L'histoire nous emmène au beau milieu de l'océan, au coeur de l'archipel Polynésienne. spoiler: il y a plus d'un siècle de cela, lorsque le globe n'était qu'une étendue d'eau infinie, est apparue Te Fiti, déesse qui se posa sur l'océan et devint l'île mère. Dotée d'un grand pouvoir, la déesse donna naissance à de nombreuses îles, mais son pouvoir faisait l'objet de nombreuses convoitises. Un jour, Maui, le demi dieu métamorphe du vent et de la mer, déroba le coeur de la déesse, une pierre couleur émeraude, qui provoqua alors un chaos sans précédent, menaçant l'équilibre du monde. 1000 ans après ces événements entrés dans la légendes, Vaïana, fille du chef choisie par l'océan, décide de franchir le récif pour s'aventurée en mer dans le but de retrouver Maui et ainsi partir en quête de la légendaire Te Fiti. Mais de nombreuses aventures se dresseront sur sa route.
    Voilà pour le pitch global. Qu'est ce que j'en ai pensé ? Verdict : Mais est ce que j'ai vraiment besoin d'expliqué pourquoi c'est toujours aussi génial avec Disney ? Comment est ce que certains s'étonnent encore ?? .......Disney quoi ! ^^ Bien sur que c'est une tuerie ! Ah là là, Vaïana, quelle expérience ! Encore une fois la magie de la boîte à rêves fait mouche !
    Vaïana est un merveilleux voyage, une odyssée fantastique qui nous transporte au coeur de la Polynésie et de ces légendes mythologiques ! En s'inspirant d'une énigme réel à savoir: pourquoi les explorateurs ont à un moment arrêtés de parcourir les océans, Musker et Clément nous livre ici une aventure très riche et palpitante. Vaïana c'est quelque part le mixe parfait entre Lilo et Stitch, la Planète au trésor et Hercule ! Lilo et Stitch pour le côté traditions/culture aux traits hawaïens, Hercule pour son côté mythologie et la planète au trésor pour tout le côté aventure. En puisant un peu de chaque, on obtient là un succulent mélange. Pour ce qui est de l'histoire en elle même, certains diront qu'elle est basique et linéaire, moi je dis que c'est un bien bel exemple de récit d'aventures initiatiques bénéficiant d'un background de qualité. Les péripéties sont là, l'action y est également et l'humour n'est pas laissé de côté. Et tout ça, en plus de servir un rythme narratif bien vitaminé, sert en plus un véritable partage culturel, on apprend à connaître ce peuple du Pacifique, leurs traditions (la danse, la cueillette, la pêche...).
    Là ou Vaïana tire sa plus grande force, c'est bien évidemment de son graphisme qui est juste A-W-E-S-O-M-E, juste magnifique !!! A vous laisser la bouche ouverte ! On est sans nul doutes face au film d'animation de Disney le plus aboutit du 4ème Âge d'or. La 3D fait ressortir toute la beauté et l'exotisme des environnements tropicaux du film ainsi que dans l'esthétique ou l'on peut vraiment saluer le travail impeccable sur le soin et l'attention au moindres détails dont aucun n'est laissé de côté. Que ce soit le bois des cocotiers, les feuilles luxuriantes, les coraux, les tissus des vêtements des personnages, sans parler de l'océan.......OMG l'océan ! la couleur turquoise brillante de l'eau, sa limpidité, le mouvement des vagues, tout est soigné et animé à la perfection, encore meilleur que dans le Voyage d'Arlo l'année dernière. Franchement, pour un premier essai à la 3D, Musker et Clément ont réussis le défi haut la main !
    Les couleurs sont à tomber tant c'est beau ! ( même qu'à un moment j'ai pleuré devant tant j'étais scotché !), vert, azur, rouge....toute la palette qui constitue ce paysage coloré brille de mille feux !
    Les séquences d'actions sont bien réussies, je pense notamment à spoiler: l'attaque des pirates noix de coco, les Kakamoras,
    le film se transforme presque en "Pirates of Polynesia" j'ai envie de dire X) avec quelques scènes à la Mad Max et la séquence spoiler: au royaume des monstres avec le crabe géant Tamatoa, ne manquera pas de nous rappeler celle de la caverne aux merveilles dans Aladdin.

    Les personnages sont excellents, ils s'éloignent des archétypes Disneyiens; à commencer par Vaïana en premier, pas une princesse, pas en quête de prince charmant ni d'un quelconque grand amour mais simplement une fille de chef qui s'apprête à lui succédé et à veiller sur son peuple. Une jeune fille intrépide en quête de sa place, plus mature que la majeur partie des héroïnes de Disney, elle à un rêve mais n'en oubli pas ses responsabilités, elle se cherche elle même dans cette aventure qui elle l'espère la révélera à elle même. On se retrouve donc avec une "anti princesse", le film semble en tous cas à plusieurs moment le mettre en avant, spoiler: tous les moments ou Maui critique explicitement les clichés de la princesse Disney genre: " si tu porte une robe et que tu as un animal t'es une princesse" ou "si tu te met à chanter ...", une moquerie à prendre au second degrés et qui est destinée aux spectateurs directement.
    Sa relation avec Maui est amusante à voir progresser, d'autant que Vaïana est une forte tête qui a autant d'autorité qu'un demi dieu (faut pas la chercher ^^). Elle nous est présentée raisonnablement, les réalisateurs n'en ont pas fait une fille invincible, elle se remet très souvent en question, pas de pouvoir cheaté ou de force de l'amour mais de la bonne détermination.
    Maui, doublé par The Rock en version original et par Kavannagh en Français. L'humoriste n'en est pas à son premier coup d'essai au doublage puisque c'est lui qui doublait le zèbre Marty dans la trilogie Madagascar chez Dreamworks (c'est d'ailleurs ça qui fait que j'appréhendais la chose); j'aurais crut avoir du mal à le prendre au sérieux mais non, finalement ça passe plutôt bien. Maui, métamorphe, demi dieu du vent et de la mer (et idole des hommes et des femmes, l'oubli pas ;) ), un grand gaillard musclé, légèrement obèse et recouvert de tatouages; déjà en premier lieu, cette idée de la relation avec le tatouage est bien pensée, ça amène son lot de blagues et de décalages drôles. Les tatouages sur son corps sont bien fait, d'abord présenté comme quelqu'un imbus de sa personne avec un côté très star "people", le personnage se révèle par la suite assez badasse dans les affrontements (on notera aussi lors de ses transformations le fameux spoiler: caméo de Sven, le renne de la Reine des Neiges).
    . Mais ces gros biceps cachent en fait un coeur meurtri car spoiler: depuis toujours, ce qu'il cherche c'est à rendre les hommes heureux en leur apportant le bonheur de toutes les manières possibles alors que ce sont ces hommes en questions qui l'ont abandonnés.
    On a aussi l'océan (oui oui ^^), l'océan est personnifié est apparaît comme un personnage à lui tout seul (vraiment bien comme idée), dans les séquences d'humour comme pour des situations plus sérieuses, sa présence trouvera utilité pour guider Vaïana. Et forcément, qui dit Disney de "princesse" à noël dit aussi que cette dernière a une mascotte et pas n'importe laquelle. Après avoir eu le droit à un cheval se prenant pour un vrai soldat, un renne confident on a maintenant un spécimen rare^^ et il mérite la palme d'or de l'animal le plus stupide de Disney: Hei-Hei le coq, sérieux mais qu'est ce que cet énergumène est *** mais qu'est ce qu'il m'a fait hurler de rire par moments ! ^^
    Les chansons sont présentes aussi (ça va faire grincer des dents^^), pas aussi abouties que celles de la Reine des Neiges, moins marquante sauf, la chansons phare: "Bleu lumière" chantée en vf par Cerise Calixte (How far I'll go) qui m'a bien surpris, on tient là le nouveau "Libérée Délivrée" !
    Pour conclure, Vaïana la légende du bout du monde atteste une nouvelle fois de la magie Disney qui mène encore et toujours et n'est pas près de s'éteindre. Un voyage inoubliable au coeur des îles Polynésiennes et de leur culture, pleine d'aventure et de magie qui régalera petits et grands pour Noël !!
    Le 4ème âge d'or se poursuit donc de la meilleur manière qu'il soit, Raiponce, Elsa et Anna peuvent être fières de leur "petite soeur", d'ici là à ce qu'une autre princesse Disney voit le jour, nous retrouverons Disney en 2018 qui nous fera encore cadeau de 2 longs métrages pour le prix d'un, Les Mondes de Ralph 2 qui sera un nouveau défi car la première suite du 4ème âge d'or et ensuite, Gigantic, adaptation Disneyienne de Jacques et le haricot magique qui promet beaucoup ! Encore une fois, I love Disney
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    3 226 abonnés 3 170 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 26 janvier 2017
    Franchement, si on m’avait dit il y a dix ans qu’aujourd’hui je m’enthousiasmerais à chaque sortie d’un Disney, je n’y aurais pas cru un seul instant. Pourtant c’est un fait : entre les projets qui d’un côté ont su totalement m’emballer par leur audace tel « Zootopie » ou bien encore (en partie) « Le Monde de Ralph », et puis de l’autre côté les projets qui ont eu le mérite de manœuvrer en eaux troubles sans parvenir à me choquer comme le fut « La Reine des Neiges », je trouve que désormais Disney est bien loin des « Chicken Little », « La ferme se rebelle » et autres « Volt » qui, autrefois, avaient le don de me hérisser le poil. Ainsi suis-je allé voir ce « Vaiana » confiant, et je dois bien avouer que j’en suis ressorti – encore une fois – plus que satisfait. Pourtant, rien à voir avec l’audace de « Zootopie ». Ici, on sent bien que, à l’image d’une « Reine des Neiges », Disney entend préserver et entretenir ses fondamentaux. Ainsi « Vaiana » entend-elle poursuivre la lignée des multiples princesses portées à l’écran par le studio aux grandes oreilles. Personnellement, c’est peu dire que ce n’est pas ma tasse de thé, seulement voilà, un peu comme la « Reine des Neiges », j’avoue que j’ai quand même fini par prendre goût à ce film tant il est parvenu à jouer avec les codes pour les renouveler et les moderniser. Alors oui, il faudra bien accepter le fait que Vaiana soit une princesse qui chante régulièrement son désir d’être libérée, délivrée, et tout le reste ; tout comme il faudra accepter l’intrigue classique d’opposition entre ce désir d’émancipation et un devoir social plus traditionnel… Mais bon, là au moins, ce qui est chouette, c’est que le rôle de Vaiana n’est pas simplement réduit au fait de prendre époux et de faire tourner à plein régime son incubateur matriciel. Non, là, la petite Vaiana est destinée à devenir cheffe à la place du chef, ce qui est quand même un brin plus exaltant. Bon, après je ne suis pas sûr que cet élan féministe soit conforme aux mœurs des sociétés polynésiennes traditionnelles, mais bon, d’un autre côté, avec le passif d’entorses réacs que Disney a entretenu avec l’Histoire et la logique, je pense qu’on peut bien lui autoriser ce genre d’égalisation des compteurs. Moi, en tout cas, ça ne me fait pas de mal. Au contraire, ça rend même le début de ce « Vaiana » moins rude à supporter que celui de la « Reine des Neiges ». Alors après, c’est vrai que durant le premier tiers, avec toutes ses grimaces et ses simagrées, elle peut vite devenir tête-à-claque la Vaiana. Pour le coup, elle ne s’éloigne pas tant que ça de cette tradition que je trouve irritante des héroïnes Disney. Mais bon, franchement, une fois que l’aventure se lance vraiment, le film abandonne un peu tout ça et construit un personnage davantage humain et humble, bref un personnage supportable, voire presque agréable. Parce que oui, moi au fond ce que j’apprécie tout particulièrement à cette « légende du bout du monde », c’est qu’en fin de compte elle se révèle être bien plus un film d’aventure qu’un film de princesse. Pas d’enjeu amoureux (ouf), pas d’idéal social fixé (re-ouf), pas de méchant comploteur ou de méchante complotrice pour entraver la route des gentils (triple ouf !)… La petite louloute rejette d’ailleurs elle-même le titre de princesse quand son compagnon de route Maui cherche à l’en affubler : bien évidemment ce n’est pas un hasard et, pour le coup, je trouve que c’est là une démarche heureuse de la part des auteurs. Parce que bon, on ne va se mentir, au-delà de leur morale souvent horripilante, les films de « princesses » m’insupportent surtout parce qu’ils ont l’intrigue fade, sans allant, et avec pour seul enjeu celui du bon choix de prince charmant (quand le choix lui est donné). Là, pour le coup, troquer l’enjeu amoureux pour un parcours initiatique pensé dans une logique de grande aventure fantastique, je trouve que c’est bien plus stimulant et intéressant. Et c’est d’autant plus intéressant que l’univers de ce film est assez riche, très beau (visuellement les gars de chez Disney ont mis le paquet, notamment pour ce qui est de la gestion des effets d’eau) et surtout il est envoûtant. Bon, en tout cas, moi, il a fini par m’envouter. C’est que la petite souris Mickey est quand même sacrément douée pour donner du souffle à ses intrigues. Rythmique, musique, cadrage : on a décidément rien à apprendre au bon vieux studio presque centenaire. C’est même étonnant qu’on oublie souvent de le préciser, mais les films Disney sont quand même des films qui maîtrisent les codes du cinéma à la perfection et qui le démontrent presque à chaque fois Au final, me concernant, le souffle m’a emporté. Il m’a emporté malgré le nian-nian. Il m’a emporté malgré le respect des codes. Il m’a emporté malgré les fioritures typiques des Disney. Parce qu’au final, le duo Musker / Clements a su focaliser sur l’essentiel. Il a su abandonner les personnages relous du père et de la mère pour focaliser davantage sur Maui qui a été pensé dans la pure veine d’un « Kuzco » (…et dont l’humour m’avait parlé à l’époque.) Il a su abandonner les chansons sur la fin au profit de reprises de thèmes et de morceaux instrumentaux franchement chouettes (Bravo d’ailleurs à Mark Mancina que je n’avais pas connu aussi inspiré depuis « Bad Boys I », c’est dire si ça date !) Et puis surtout, ils ont su faire parler la poésie sur le final plutôt que d’asséner une morale bien bourrine (même si morale il y a quand même : on est chez Disney hein !) Bref, merci en tout cas à Disney de continuer à faire le métier. C’est toujours un plaisir, surtout quand c’est si bien fait…
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 28 novembre 2016
    Apres le succès incroyable du, « Monde de Dory » le studio Disney espère bien renouveler l’essai avec «Vaiana, la légende du bout du monde ». Et force est de constater que le studio créé une nouvelle fois la surprise avec un film d’animation traditionnelle particulièrement réussit, notamment en ce qui concerne les graphismes. Rarement, les animateurs de Disney sont allés aussi loin dans la minutie des mouvements, dans la beauté des décors et dans la qualité de cette histoire inspirée de plusieurs légendes polynésiennes. En effets, au-delà des chansons qui peuvent rapidement irriter n’importe quel parent, un brin mélomane, l’ensemble est d’une grande maîtrise. A commencer donc par l’animation qui se surpasse encore une fois. Comme on le sait, depuis toujours le Studio Disney met un point d’honneur à faire évoluer les techniques, pour que leurs dessins animés soient toujours être à la pointe de la technologie.

    Avec « Vaiana », les animateurs franchissent donc une étape importante. Jamais l’Océan et la nature ne furent aussi bien mis en valeurs avec des textures parfaites, un jeu sur les nuances particulièrement bien dosé pour donner à l’ensemble une brillance remarquable, la preuve en est cette magnifique scène dans laquelle Vaiana avance dans un Océan qui s’ouvre comme un aquarium. Un décor qui permet aux animateurs de jouer sur les transparences pour donner à la scène un aspect loupe, avec l’ensemble des animaux marins qui passent comme dans un parc d’attraction, même constat sur la scène finale absolument magnifique, pleine de couleurs et de contrastes. Incroyablement fluide lorsqu’il s’agit du voyage sur l’océan, mais redoutablement tranchant lorsque l’on rentre dans la légende pure avec son méchant composé de feu.

    Côté scénario, les auteurs ont compris qu’il ne suffisait pas d’une technique d’animation précise pour réussir un film, ni d’une mièvrerie de plus dans l’univers des dessins animés de la firme. Il fallait faire d’un mystère Polynésien (celui qui tend à expliquer pourquoi les polynésiens ont arrêté d’explorer les archipels pour se sédentariser) pour livrer une histoire à la fois simple et tout en double lecture. Et d’abord on commence par les petites révolutions : Il n’y a pas de prince charmant, la princesse est avant tout une future chef de village qui doit assumer son rôle mais rêve de construire un nouvel avenir pour son peuple. Et puis il y a l’humour, même s’il ne vient principalement que de deux personnages, Maui le demi-dieu et le poulet compagnon de Vaiana, il est rapidement le ticket gagnant du dessin animé, à la fois naïf, décalé et efficace, il parvient à faire mouche chaque fois, en jouant autant sur le burlesque du poulet que sur le caractère du demi dieu. Ici, le scénario livre une histoire sombre, mais de la même manière que dans « Raiponce », l’héroïne n’y est plus une simple potiche à la recherche du prince charmant, elle est au contraire maîtresse de son destins et compte bien y rester. Et c’est bien toute la force de ce nouveau long métrage du studio Disney que de signer une histoire moins naïve que les précédentes, avec des personnages rendant hommage à une population fière de sa culture et de ses origines.

    En conclusion, « Viana : La légende du bout du monde » est un dessin animé remarquable d’inventivité, où les qualités de l’animation sont poussées à l’extrême pour offrir un spectacle grandiose, dans l’esprit des grande comédies musicales de Broadway avec des chansons irritantes mais entêtantes, des couleurs incroyablement belles et des nuances parfaitement dosées. Un nouveau chef d’œuvre dans la sphère des longs métrages d’animation du studio.
    Naughty Dog
    Naughty Dog

    854 abonnés 413 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 28 novembre 2016
    Quand les réalisateurs d'Aladdin, Hercule, la Planète au Trésor et La Princesse & la Grenouille reviennent pour leur premier film en 3D, ça donne un Disney mémorable, esthétiquement c'est une grosse grosse claque, sans aucun doute dans le Top 3 des plus beaux films d'animation jamais faits.

    C'est coloré, c'est ultra respectueux de tout le folklore et la culture Polynésienne et en Océanie. En ce sens il s'agit vraiment d'un Disney important, à l'image d'un Mulan ou d'un Pocahontas,nous montrant une communauté encore présente aujourd'hui, avec ces traditions et son mode de vie. A noter qu'il s'agit sans doute du premier Classique Disney où nous avons une héroïne qui n'est pas la love interest d'un prince charmant ou d'un héros.

    Les persos sont hyper attachants, Vaiana (Moana en VO) et Maui en tête évidemment !
    A noter la présence de Tamatoa, un crabe antipathique absolument irrésistible et de Heihei, le compagnon de Vaiana et Maui, un poulet hilarant qui est selon moi le personnage le plus débile jamais fait dans l'histoire de cinéma !

    Le film est vraiment un Classique Disney dans le sens où il reprend tous les grands thèmes chers au studio, le dépassement de soi, le passage à l'âge adulte, la découverte de l'inconnu, briser un maléfice etc...

    Le rendu de l'eau est absolument photoréaliste et incroyable, un vrai palier technologique a été franchi !

    Niveau OST, je pense qu'on a ce qu'il y a de plus marquant chez Disney depuis le Roi Lion, avec des sonorités polynésiennes et des paroles par Lin-Manuel Miranda !
    C'est tout simplement une des meilleures OST que j'ai entendu dans un film d'animation.

    Le film est drôle, prenant,triste parfois.

    Je regrette la non-présence d'un vrai méchant face à notre duo de héros, mais cela renforce la notion de voyage, et le fait que le réel obstacle est nos propres limites.
    Le scénario est très bon,mais moins recherché et sans la multitude de niveaux de lecture vu dans Zootopie cette année. Néanmoins il en ressort des thèmes riches, universels, très campbelliens pour notre plus grand plaisir !

    Et surtout, attendez-vous à entendre et ré-entendre la chanson phare du film, qui va devenir le nouveau "Let it Go" !

    Bref un pur bonheur pour un Disney déjà culte, le meilleur film du studio depuis des années !
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 14 décembre 2016
    Jamais un Disney n'a été aussi beau. jamais.
    Mais.
    Niveau musique.. avec la palette incroyable qu'offre le cadre polynésien, je regrette qu'à mon goût une seule chanson ne se démarque (peut-être parce qu'elle revient trois fois dans le film.). Ça pollue le rythme, la où seule deux chansons ont leur utilité, ils en foutent 5, et de mauvaise facture. Celles du village est vide de paroles, celle du demi -dieu n'est pas agréable, et je n'ai pas survécu au malaise de celle du crabe bling bling.

    Des idées il y en a des fabuleuses. Le tatouage vivant, les Kaka tora (une tribu qui aura un dessin animé spin off en série, c'est un pari que je prends, tant ils sont funky et drôles)..Mais avec cette longueur, me vient un irrémédiable sentiment de "ils n'auraient pas dû le faire comme ça".

    On a compris, Vaïana n'est pas une princesse, le trait est forcé 1000 fois. "Je te préviens, si tu te mets à chanter, je te frappe" menace son compagnon de route. Bah justement, c'est ce qu'on pense au bout de 20mn. Une caricature de Disney qui fait le pari de la modernité, tout en singeant les plus grosses ficelles des années d'avant. Le rapport égalitaire entre Vaïana et le demi dieu (dont j'ai oublié le nom, Dieu merci), est intéressant, les deux se valent et se sauvent à tour de rôle. Si la détermination de Vaïana peut flancher, son sidekick lui ne peut rien sans l'hameçon des dieux. Il est presque fini le temps de la fille qu'on sauve. Anthony Kavanagh fait du Anthony Kavanagh, et ça ne prend pas pour moi. Si il est l'auteur de la vanne du tweet, qu'on l'enferme. Alors une femme peut avoir un rôle de battante mais un homme sera toujours pédant pour mieux s'écraser? 2016 les gars... Même Hercule (pourtant Demi dieu lui aussi) était plus funky.. Et parlons en des hommes... Le rôle du père est franchement caricatural. Pourquoi nous vendre des enfants de demain si c'est pour nous farcir des parents d'avant hier ? Autoritaire, mère effacée et complice une fois au pied du mur, et encore, en cachette ! Oui Vaïana est censée marquer la rupture avec ses traditions, mais bon celle-ci n'était pas nécessaire. Les parents du lapin de Zootopia étaient bien plus intéressants et réalistes.

    La conclusion de l'histoire elle-même est un peu vite expédiée. À tel point que c'est seulement en y réfléchissant 10 mn après que j'ai cru savoir où ils voulaient en venir. "En fait, la Terre, la Vie, si tu touches à son coeur, elle devient destruction".
    Nan mais OK. Mais le twist des divinités est mal amené, surtout sur une telle morale, faut pas la balancer comme ça pour rien...

    Vous ne verrez jamais un si beau film, la forme est fabuleuse. Mais le fond est un peu juste... En maniaque de Disney je le regrette un peu.
    kiki3364
    kiki3364

    28 abonnés 212 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 1 décembre 2016
    Vaiana est la nouvelle princesse trop badass de Disney. On est bien loin de toutes les anciennes meufs mielleuses de Disney genre Cendrillon.
    Vaiana, elle, ne court pas dans les bois pour échapper à un mec. Elle l'affronte. Et elle le fait bien !
    Le scénario est quand même plaisant ! J'ai bien aimé cette histoire qui se passe dans les mers, c'est original !
    Les personnages sont tous très intéressants, et le coq complètement débile atteint son but : nous faire rire.
    Les chansons sont toutes très belles et très entraînantes. C'est vraiment un des points forts de ce film.
    Bien que prévisible (comme tous les Disney aha), Vaiana nous emporte dans son univers et on kiffe ! J'ai eu pas mal de frissons. À mon avis, Vaiana n'a pas fini de faire parler d'elle, sur le chemin de Elsa, la reine des neiges.
    Seul défaut qui m'a énormément énervé : les 5 classes de maternelles qui ont débarqué dans la salle et qui ont fait bien trop de bruits notamment durant les chansons.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 28 novembre 2016
    Un voyage au cœur de la Polynésie, une héroïne comme on n'en a JAMAIS vu encore à Disney (soif de liberté, d'émancipation qu'elle réalise pour le bien de son peuple), très courageuse et sans égale. Une intrigue merveilleuse et sans histoire fleur bleue, juste une sincérité parfaite. Et enfin....led paysages, mon dieu, ce dessin animé est la perle de 2016. Je recommande sans hésiter. Pour petits et grand, pas de doute ! Je sens d'ailleurs que la bande son va avoir le même succès que la reine des neiges....
    cylon86
    cylon86

    2 358 abonnés 4 430 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 1 décembre 2016
    Décidément, Disney nous gâte cette année ! Après "Zootopie", voici donc "Vaiana", réalisé par deux routards de l'animation, responsables de "La petite sirène", d'"Aladdin" et de "Hercule". Une valeur sûre qui fait d'emblée de "Vaiana" une œuvre haute en couleurs, chaleureuse et rythmée. Certes, à y regarder de près, le récit initiatique de cette jeune femme polynésienne partant à l'aventure en mer à la recherche d'un demi-dieu sent le déjà-vu. Disney utilise les mêmes ingrédients depuis des années mais sait toujours les tourner à son avantage. Ici, c'est d'abord l'univers qui charme. La Polynésie, ses légendes et ses décors témoignent d'une belle ouverture d'esprit et d'une envie de s'élargir (Vaiana n'étant pas ici une princesse mais une femme destinée à être chef de son village) qui fait plaisir à voir. Les deux réalisateurs livrent alors un récit à l'animation tout simplement sublime où tout semble fait pour nous émerveiller. La texture de l'eau, des cheveux, tout est travaillé avec un sens du détail qui force l'admiration. Sans pour autant se reposer sur leur époustouflante mise en scène, les réalisateurs savent raconter un récit avec les éléments habituels et respectent le cahier des charges avec une énergie folle : des chansons entraînantes, des seconds rôles hilarants (le coq, clairement le plus stupide du monde ; les petits pirates semblant sortir tout droit de "Fury Road") et l'habituel flot d'émotions qui se déverse alors que le film en vient à brasser des thèmes universels mais forcément touchants. Certes, le parcours de Vaiana est tout ce qu'il y a de plus classique dans sa trame mais impossible de ne pas se laisser porter par la sensibilité du récit et la beauté d'un univers coloré qui se dévoile sous nos yeux et qui nous réchauffe en ces froids jours d'automne.
    Cinéphilion
    Cinéphilion

    51 abonnés 201 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 20 décembre 2016
    Après le succès de « Zootopie » et « La Reine des Neiges », ce nouveau Disney encre la société de production dans une nouvelle ère de dessins animés novateurs. « Vaiana, la légende du bout du monde » en est une nouvelle fois, un exemple excellemment réussi. L’orientation du récit est simple puisqu’il positionne la conquête d’une héroïne pour sauver le monde, une singularité compréhensive synonyme d’ouverture à tout type de public. Cet aspect est indéniable, l’animation étant le box-office familial de cette fin d’année 2016. Ceci étant dit, plusieurs éléments font de ce film un bijoux original et (une nouvelle fois) très surprenant ! A commencer par le personnage principal plutôt hors du commun… Loin des princesses à paillettes et des châteaux, Vaiana est une aventurière tout aussi rêveuse et ambitieuse, soutenue d’ailleurs par deux acolytes tout aussi savoureux malgré leur défaut : Maui, demi-dieu prétentieux et un poulet idiot. Les générations évoluent et Disney l’ayant bien compris, c’est tout un univers exotique qui a été étudié ! Paysages colorés, fleurs des Caraïbes, beauté de la mer, les inspirations polynésiennes sont multiples et s’enfoncent jusqu’à des références spirituelles et locales. Un vrai travail de fond résultant sur une explosion visuelle réussie emprunt d’une positivité contagieuse.

    Bilan : Surprenant et novateur, laissez vous emporter et dépaysez-vous !
    HawkMan
    HawkMan

    164 abonnés 1 137 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 8 janvier 2017
    Disney est une machine à produire des succès. Et de nouveau, la réussite est au rendez-vous. Nouvelle héroïne, Vaiana assure l'essentiel : courageuse, généreuse, belle, doué ce qui ravira toutes les petites filles. Ce film d'animation regorge de clin d’œil, de drôleries et d'inventivités. La mise en scène est soigné et la beauté des paysages est une merveille. Comme toujours, on a droit à une musique entrainante qui fera fureur. Attention toutefois pour les plus petits, ils pourront avoir peur sur certaines scènes.
    Bref : je suis déjà allé au bout du monde en Polynésie... et ce film me donne vraiment envie d'y retourner !
    Housecoat
    Housecoat

    108 abonnés 392 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 29 novembre 2016
    Vaiana, la légende du bout du monde de John Musker et Ron Clements.

    ENFIN ! On l'a attendu, on l'a enfin eu !
    2016 aura été une année plus que fructueuse en terme de films d'animation.
    - Que ce soit au Japon avec Le Garçon et la Bête et Hana et Alice mènent l'enquête.
    - En France avec Dofus, Livre 1: Julith et Ballerina.
    - Chez Pixar avec Le Monde de Dory.
    - Indépendant avec Anomalisa (que je déconseille aux enfants), Sausage Party (que je déconseille encore plus), Ma Vie de Courgette et Louise en hiver.
    - Chez Dreamworks avec Kung-Fu panda 3 et...Les Trolls (yerk !).
    - Chez Sony avec Ratchet et Clank et Angry Birds.
    - Chez Blue Sky avec L'Âge de Glace 5, Les lois de l'Univers.
    - Illumination Studios avec Comme des Bêtes.
    - Chez Laïka avec Kubo et l'Armure magique.
    - Et même Ghibli avec La Tortue Rouge.
    - Mais surtout chez Disney Animation Studios puisque nous avons eu Zootopie et maintenant Vaiana, la légende du bout du monde.

    Événement extrêmement rare, nous avons eu deux Classiques Disney en une année (bien que l'on n'en aura aucun en 2017, il faut croire que c'était le prix à payer pour avoir été autant gâté).
    Ce qui est à la bouche de tous les fans de Disney en ce moment est que nous sommes entré dans le Quatrième Âge d'Or du studio. Depuis La Reine des Neiges la confiance a regagné le public et le milliard obtenu par Zootopie était encore signe que le studio a enfin retrouvé sa noblesse après une période cataclysmique dans les années 2000. Et vu que les chiffres du nombre d'entrées de Vaiana, la légende du bout du monde sont déjà immense rien que pour les avant-première, j'ai bien l'impression que ce nouveau Classique va suffisamment marcher pour que cette période dorée continue (peut-être un nouveau milliard à la clé sait-on jamais).

    Et après les nouveaux talents Jennifer Lee, Don Hall, Chris Williams, Rich Moore et Byron Howard, c'est au tour des vétérans du studio John Musker et Ron Clements créateurs d'Aladdin et de La Petite Sirène d'apporter leur contribution à ce nouvel Âge d'Or (bien que les Studios reconnaissent que La Princesse et la Grenouille en fait partie). Et pour la première fois en animation de synthèse (même si ils ont déjà incorporés des incrustations dans chacun de leurs films).

    On pourrait penser que la première fois de ces deux réalisateurs old-school à l'animation numérique soit imparfait, mais pas du tout !
    Il s'agit même du Disney au visuel le plus beau et gracieux jamais fait. Le film est riche en couleurs vives, l'océan qui est présenté comme un personnage mystique à part entière est plus bleu que jamais (couleurs qui sont gâchés par l'inutilité quai-totale de la 3D, à voir en 2D c'est obligatoire). On passe par une multitudes de décors tropicaux qui caressent la rétine, et le film démontre une créativité bien plus fournie lorsqu'on arrive au Royaume des Monstres bien que la séquence fut courte. Cette aventure que vit Vaiana est d'ailleurs tellement riche en péripéties que l'Océan nous paraît vraiment immense. Musker et Clements ont beau n'avoir réalisé que des films en animation traditionnelle, ils ont exploité les nouveaux outils qui se présentaient à eux à fond.

    L'un de ces outils est d'ailleurs bien mieux utilisé que dans d'autres Classiques: la durée. Certains ont remarqué que les Classiques Disney durent de plus en plus longtemps pour mieux raconter leur histoire, et bien là une fois encore c'est utilisé à merveille.
    spoiler: Le film prend son temps de mettre en place ses personnages, son contexte, ses enjeux et sa culture. Il faut attendre une bonne demi-heure avant que l'action arrive. Jamais aucun Disney n'a attendu aussi longtemps avant de lancer l'aventure, l'attachement et l'identification pour Vaiana n'en ressort que plus fort. Et malgré tout on ne s'ennui pas durant cette première partie, l'environnement où évolue notre héroïne étant fascinant et les chansons magnifiques, rythmées et mémorables.

    Ah les chansons. Je ne remercierai jamais assez La Reine des Neiges d'avoir redonné confiance au studio en ce qui concerne les comédies musicales. Vaiana, la légende du bout du monde assume encore plus son statut musical que son prédécesseur et jamais gratuitement aux dépends de l'histoire. Que ce soit pour faire avancer l'histoire, exprimer les pensées des personnages ou délivrer subtilement le fond du film, elles remplissent parfaitement leur rôle tout en caressant l'oreille de morceaux faisant honneur à la culture Polynésienne. Mark Mancina, Opetaia Foa'i et Lin-Manuel Miranda ont fait de l'excellent ouvrage. Vivement les prochains Classiques musicaux comme Gigantic et La Reine des Neiges 2 maintenant que Disney a conscience du potentiel immense de ses bandes-originales.

    Mais un Classique Disney ne serait rien sans une chose primordiale: un fond, un message, une morale, une philosophie. Quelque chose qui montre que nous avons grandi avec le film et que nous ne l'avons pas vu pour rien. Fort heureusement Vaiana, la Légende du bout du monde ne fait pas exception à la règle.
    Le film n'atteint pas la puissance émotionnelle de La Reine des Neiges et ne délivre pas de message humaniste d'actualité comme Zootopie, mais il délivre une philosophie intérieure et ancestrale ainsi qu'une véritable ode à l'exploration et à la découverte.
    Et c'est une phrase qui revient souvent dans les chansons du film qui nous guide vers cette direction: spoiler: Savoir qui nous sommes.


    spoiler: Pendant toute son aventure, Vaiana ne fait que s'exprimer qu'en tant que chef de sa tribu ou comme une "élue de l'Océan" bien qu'elle se demandait constamment pourquoi elle fût choisie et doutait progressivement d'elle. Ce n'est que lorsque Maui s'en va après le premier affrontement avec Te Kã que sa grand-mère lui fait découvrir la signification de ses derniers mots avant de mourir. Elle n'est pas une élue ou une personne spéciale, elle est une jeune fille qui rêvait d'explorer l'Océan. Pour Maui, il est un demi-dieu qui fut abandonné par ses parents et qui cherchait donc la reconnaissance parmi les hommes en accomplissant des exploits surhumains pour eux (idée très inattendue et bienvenue de commencer le film par son vol du Cœur de Te Fiti). De ce fait il est imbu de lui-même et cherche donc à aider Vaiana uniquement par envie de retrouver sa notoriété d'antan. C'est lorsque Vaiana lui parle après l'affrontement avec Tamatoa (et ensuite lors de l'affrontement final avec Te Kã) qu'il comprend qu'il n'est pas caractérisé par ses exploits ou ses pouvoirs mais par ce qu'il est et ce qu'il aime faire. Cette idée se fait évidente lorsqu'il s'avère que Te Kã était en fait Te Fiti qui a été corrompue par le vol de son Cœur et qui a donc oublié qui elle était. Et lors de la fin, Vaiana ne met pas sa pierre au sommet de l'île mais elle explore enfin l'océan avec sa tribu (avec We Know The Way et How Far I'll Go mélangés en fond justement). Ses ancêtres sont resté sur une île pendant 1000 ans par peur et pour ne pas oublier leurs traditions, mais les paroles de We Know The Way expriment justement que malgré leurs multiples exodes maritimes, ils gardaient en mémoires leurs histoires et perpétuaient leurs traditions dans une "chaîne sans fin" à travers les âges et qu'ils gardent leurs foyers dans leur esprit (d'ailleurs dans la traduction Française, la chanson se nomme "Je reviendrai" qui dit que même si l'on quitte un foyer, on ne lui tourne pas le dos pour autant et que rien ne nous empêche d'y retourner). Et chose la plus importante dans cette fin et dans ce mix de ces deux chansons phares: Ils explorent l'Océan par passion, parce que c'est ce qu'ils sont et ils savent qui ils sont.

    John Musker et Ron Clements nous ont gratifié de leur meilleur film. Jamais ils n'ont atteint une telle maîtrise dans la narration de leurs histoires. Basil détective privé était un film sombre, La Petite Sirène était mignon et romantique, Aladdin et Hercule étaient des films déjantés, La Planète au Trésor était un film épique, La Princesse et la Grenouille était rythmé et coloré, Vaiana la légende du bout du monde est épique et humain.
    Dans la lignée de La Princesse et la Grenouille, Raiponce, Les Mondes de Ralph, La Reine des Neiges, Les Nouveaux Héros et Zootopie, un grand Classique Disney qui marquera les mémoires.

    L'Avenir des Classiques Disney est plus qu'encourageant...
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 28 novembre 2016
    Une Réussite Totale. Aprés les incontournables Raiponce,Zootopie,La Reine des Neiges et les Nouveaux Héros, les Studios Disney continuent sur leurs lancée avec a son bord le tandem mythique formé par Jon Musker & Ron Clements qui une fois encore nous livrent une véritable pépite d'animation Exotique,Enchanteur et Magique qui confirme un nouvel age d'or retentissant pour Disney. Pour commencer la Réalisation est majestueuse en disposant de magnifiques paysages sur les îles polynésiennes qui sont un véritable dépaysement visuel a couper le souffle et qui est accompagné d'une BO envoûtante de Lin-Manuel Miranda et Mark Mancina qui nous ensorcelle a chaque thème en collant magnifiquement au long métrage. Ensuite le Scénario parvient a être Captivante en sortant des Sentiers Battues tout en parvenant a intégré quelques thématiques qui parleront a la fois aux Jeunes et aux Adultes dont le Rythme s’accroître sans temps mort pendant 1h47, Ajouter a cela des Morceaux de Bravoures spectaculaires qui nous coupe littéralement le souffle en regorgeant de multiples références cinématographiques réjouissant et qui parvient avec maestria a y apporter quelques d'Humour,d'Emotion et de Poésie qui y sont parfaitement intégrer au récit avec en prime des Séquences Musicales mémorables et dynamiques qui renouent avec la grande tradition d’antan dont la fameuse chanson Bleue Lumiére qui est appelé a entrer dans les annales. Enfin les Personnages sont Atypiques et Attachants dont on peut saluer la performance Vocale qu livrent un formidable travail dont on retrouve en tete la talentueuse Cerise Calixte qui prete sa voix a la courageuse et intrépide Vaiana qui s'avére comme une Princesse Disney moderne et différente que l'on a habitude de voir habituellement, a ses cotés notre jeune aventurière des mers est rejoint par des animaux drolissimes comme l'adorable Pua ainsi que le Coté hystérique Hei Hei qui apporte énormément éclats de rire a leurs apparitions dont notre fameux trio feront d'innombrables rencontres au cours de cet formidable voyage dont on découvre le personnage marquant de Maui un Démi Dieu métamorphose hilarant et décontracté dont la performance de Anthony Kavannagh colle a la perfection a ce personnage désopilant digne des Personnages drôles de Disney et pour combler le tout quelques autres Personnages Surprises apportent un petit plus au long métrage. En Conclusion, Vaiana-La Légende au bout Du Monde est une véritable merveille D'Animation qui parvient a confirme l'immense génie des Studios Disney qui arrive se bonifier d'année en année et qui livrent ici une pure pépite a la fois Poétique,Drôle,Émouvant,Épique et Originale qui rentre incontestablement au rang des Meilleurs Films D'Animations du studio aux grand Oreilles mais aussi l'un des Films D'Animations les plus mémorables des années 2010 dont petit et grands seront émerveillé par ce grande aventure exotique a voir et a revoir.
    Aymeric L.
    Aymeric L.

    10 abonnés 47 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 21 janvier 2017
    Et voici un autre Disney vraiment réussi ! Pour sûr tous les ingrédients y sont présents : Décors incroyables d'îles paradisiaques et de mers turquoises, personnages aux forts caractères et musiques vraiment attrayantes. S'inspirant librement des peuples polynésiens, ce film d'animation est un petit rafraichissement éclairant et dépaysant un peu notre année.

    Ici le thème principal abordé est celui de la confiance en soi qu'il faut à tout à chacun pour affronter les difficultés de la vie, notamment de croire en son destin et en ses capacités en ce qui concerne Vaiana et Maui (Prénom qu'il faut entendre avant de pouvoir prononcer) pour parvenir à endiguer les forces ténébreuses s'emparant petit à petit du monde. Mais ceci n'est pas si simple comme vont le découvrir nos héros tout au long de cette belle histoire.

    Un autre thème se détache un peu plus aussi par rapport aux autres films Disney: Celui de connaitre son passé pour pouvoir construire son avenir car le connaitre c'est se connaitre en partie et pouvoir se trouver. Sujet rudement bien mené sur les origines et ce qu'elles peuvent apporter à notre existence et à son sens.

    Le seul petit point négatif est celui de la culture polynésienne qui n'est pas vraiment creusée en profondeur. En ce sens les chants auraient pu d'avantage s'inspirer des chants de cette zone géographique exceptionnelle débordant d'un passé riche en traditions. Mais comme dit précédemment les musiques ne sont pas une totale déception et sont plutôt sympa au final tout de même, donnant une âme à cette réalisation.

    Ainsi Vaiana la légende du bout du monde reste excellent et est désormais un incontournable dans l'extraordinaire univers de Disney. Les plus jeunes générations peuvent librement s'en inspirer pour se construire et en cela ce film d'animation sera digne d'occuper une place dans votre filmothèque aux côtés de ces prédécesseurs ayant marqués votre vie et votre enfance!
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top