Notez des films
Mon AlloCiné
    Adolescentes
    note moyenne
    4,1
    517 notes dont 61 critiques
    répartition des 61 critiques par note
    12 critiques
    27 critiques
    13 critiques
    8 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Adolescentes ?

    61 critiques spectateurs

    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 439 abonnés Lire ses 1 263 critiques

    5,0
    Publiée le 11 septembre 2020
    Le nouveau film de Sébastien Lifshitz prouve une nouvelle fois l'extraordinaire puissance de la forme documentaire, quand elle est ainsi irriguée par des personnalités aussi riches que celles d'Emma et d'Anaïs. Les deux jeunes filles sont cueillies dans leur années de troisième, et accompagnées jusqu'au bac, pendant cinq ans. Cette longue période résumée en deux heures de film, pendant laquelle les deux filles deviennent des jeunes femmes, possède un parfum de "temps qui passe" qu'on rencontre très rarement au cinéma (j'ai pensé à Boyhood, de Richard Linklater). Le fait que le film soit tourné à Brive, avec la nature toute proche qui donne à voir le passage des saisons, ajoute à la lente fluidité du film. Si Adolescentes est si attachant, c'est aussi parce que les deux amies ont des personnalités à la fois très marquées, et totalement dissemblables. Elles sont par ailleurs issues de milieux très différents, ce qui permet à Lifshitz d'interroger le déterminisme social en profondeur. Les deux amies intriguent vite le spectateur : pourquoi et comment peuvent elle être amies ? Emma est silencieuse et solitaire, et Anaïs est volontaire et sociale. Rien ne les prédispose à se rapprocher. Lifshitz suit ses personnages avec une attention d'une acuité remarquable. Il parvient à s'immiscer dans les sphères très privées de l'intimité, d'une façon qui frôle souvent l'indécence. C'est fascinant. Les parents et les proches sont aussi des personnages haut en couleur qui génèrent des sentiments d'une grande complexité chez les spectateurs (la mère d'Emma !). Certains évènements semblent scénarisés, tellement leur pouvoir dramatique est grand (l'incendie de la maison d'Anaïs, l'hospitalisation de sa maman) : la réalité surpasse la fiction dans ces séquences. Adolescentes représente l'apogée de l'art du documentaire : à voir absolument.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 508 abonnés Lire ses 2 088 critiques

    3,5
    Publiée le 10 septembre 2020
    Pendant cinq ans, le documentariste Sébastien Lifshitz a suivi Emma et Anaïs, deux adolescentes de Brive-la-Gaillarde. De la quatrième à la terminale, il a filmé leurs vies, en cours avec leurs camarades, chez elles avec leurs parents, pendant leurs loisirs… Depuis que sa sortie avait été annoncée le 25 mars, j’attendais avec une sourde impatience "Adolescentes". Pour deux raisons. La première est la grande estime dans laquelle je tiens Sébastien Lifshitz, sans doute l’un des plus grands documentaristes français contemporains. J’avais été durablement impressionné par "Les Invisibles", en 2012, qui décrivait la vie ordinaire de couples homosexuels, en démontrant, à rebours des outrances incendiaires des opposants au mariage pour tous, que les gays n’étaient ni des monstres dénaturés ni des pervers partouzeurs. La seconde est la ressemblance entre le dispositif de "Adolescentes" et celui de "Boyhood", l’un de mes films préférés de la dernière décennie, qui lui aussi faisait le pari risqué de suivre, pendant douze ans, les membres d’une même famille. Le défi est relevé haut la main. Des cinq cent heures de rushes qu’il a tournés, Sébastien Lifshitz a réussi à tirer un documentaire de deux heures qui va à l’essentiel. On y suit l’évolution de Emma et Anaïs et on en devient même si proche que, comme les membres de sa propre famille, on ne les voit plus vieillir. Anaïs vient d’un milieu très modeste. Sa mère, obèse et dépressive, enchaîne les hospitalisations. C’est à elle qu’incombe la charge de l’éducation de ses plus jeunes frères. L’adolescente en surpoids n’a pas de bons résultats scolaires et doit être orientée en seconde vers un bac professionnel. Mais cela ne l’empêche pas de garder contre vents et marées une joie de vivre communicative. Emma au contraire est plus renfermée. Elle est issue d’un milieu beaucoup plus privilégiée. Sa mère, très présente, trop peut-être, veille avec un soin jaloux à ses devoirs et à son orientation. Volontiers boudeuse, l’adolescente est en conflit permanent avec elle. "Adolescentes" raconte l’amitié de ses deux jeunes filles, réunies au collège par les hasards de la carte scolaire, mais lentement séparées au lycée par leurs études. Perce derrière ce double portrait une ambition sociologique : filmer cette France qu’on ne dit plus « profonde » mais « périphérique » depuis que le géographe Christophe Guilluy en a popularisé l’expression. D’ailleurs Sébastien Lifshitz désireux de s’éloigner de l’archétype qui fait coïncider adolescence et banlieue, dit avoir choisi sciemment de poser sa caméra en Corrèze dans une ville de province « un peu neutre et dormante » (les habitants de Brive-la-Gaillarde apprécieront !) Quelle image de la France périphérique et de sa jeunesse "Adolescentes" renvoie-t-il ? On y touche du doigt la part toujours prépondérante des déterminants sociaux – Anaïs suivra des études d’infirmière alors qu’Emma veut intégrer une école de cinéma – corrigée par les dispositifs publics – Anaïs bénéficie d’un contrat « jeune majeur » du conseil départemental lui permettant de quitter sa famille et de s’installer dans un appartement dès ses dix-huit ans. Si les deux adolescentes sont sensibles au monde qui les entoure – Lifshitz filme leurs réactions aux attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan et à l’élection d’Emmanuel Macron (hostile pour l’une, dont on comprend en tremblant que sa préférence allait à Marine Le Pen, indifférente pour l’autre) – elles vivent les mêmes épreuves que les adolescentes de leurs âges : la relation à la mère (les pères sont dans les deux familles étrangement effacés sinon absents), les premières flirts, l’éveil pudique à la sexualité… Qu’on ait seize ans ou le triple, qu’on habite Paris ou la province, on sera ému par "Adolescentes", par le portrait de ses deux attachantes héroïnes et par l’image qu’il nous renvoie d’une certaine jeunesse contemporaine.
    vidalger
    vidalger

    Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 1 052 critiques

    2,0
    Publiée le 11 septembre 2020
    Sur une idée de documentaire plus très originale aujourd’hui mais toujours passionnante - filmer des individus sur une longue durée - le réalisateur manque en partie sa cible. On comprend qu’il a dû choisir parmi des dizaines d’heures de rushs, les images qui convenaient le mieux à l’histoire qu’il voulait nous raconter. La subjectivité du réalisateur qui, il faut le reconnaître toutefois, reste toujours respectueux de ses personnages, nous montre une version de la vie de deux adolescentes de province qui mériterait plus de naturel. On sent parfois la scénarisation avec trop d’acuité. L’artificialité du procédé freine l’empathie que devrait ressentir le spectateur à force de pénétrer dans l’intimité de ces jeunes filles qui se transforment sous nos yeux en femmes. Le rôle de l’entourage - parents, enseignants ou « petits copains » - est sous-utilisé dans cette période où la formation des adolescents repose tant sur l’entourage. Le film, c’est à mettre à son actif, reste fluide et toujours intéressant malgré sa longueur.
    Bazart
    Bazart

    Suivre son activité Lire ses 43 critiques

    5,0
    Publiée le 9 mai 2020
    Sébastien Lifshitz est le réalisateur- entre autres- d'un très grand documentaire intitulé, "Les Invisibles" qui nous avait profondément marqué il y a près de dix ans. Et invisible, on peut dire que l' adverbe colle parfaitement à son nouveau- ambitieux et passionnant- long métrage "Adolescentes" En effet, pendant les 2 heures 15 que dure son film, la caméra de Lifshitz semble l'être totalement (invisible), au grand plaisir du spectateur, qui a l'impression d'être au plus près des deux protagonistes du film. En effet, Emma et Anaïs, les deux adolescentes brivistes (le cinéaste a tenu à filmer dans une ville de province assez neutre, loin de la banlieue parisienne qui sert souvent de décor à de tels portraits de jeunes gens) du film de Sébastien Lifshitz s'abandonnent tellement derrière la caméra du cinéaste, que les craintes de ce dernier, qui n'avait jamais réalisé un long métrage uniquement avec des scènes quotidiennes se sont vites révélées infondées. On sent que le dispositif restreint du réalisateur a très peu perturbé les jeunes filles et leur famille qui l'ont très vite oublié. En filmant pendant 5 années, de leur 12 ans à leur 17 ans, de leurs années collèges à la fin du bac, ces deux jeunes filles, amies dans la vie, et pourtant totalement différentes à tous les niveaux, Sébastien Lifshitz a de l'ambition à revendre. Il nous donne ainsi à vivre l'intimité de cette jeunesse française d'aujourd'hui et le résultat est aussi passionnant qu'emballant. Des premiers émois amoureux aux injonctions des parents, des professeurs, de la société dans son ensemble, en passant par les tragédies nos deux jeunes héroïnes vont devoir affronter un certain nombre d'épreuves, et malheureusement pour Anais, la jeune fille née dans un milieu social moins favorisé qu'Emma, ceux ci sont bien plus nombreux et bien plus douloureux.Alors que Sébastien Lifshitz avait d'abord prévu de filmer un jeune garçon sous une longue période de sa vie, pensant que son regard d'homme sur ces jeunes filles pourrait être pernicieux, le metteur en scène n'a pas hésité à changer son fusil d'épaules en pleine préparation et bien lui en a pris tant il sait filmer ces deux adolescents sans la moindre impudeur et avec énormément de délicatesse Après 500 heures de rush et un travail de montage- avec sa précieuse monteuse Tina Baz- qui aura duré plus d'un ans- Lifshitz filme à la fois les petits riens d'une vie qui importe et les grands drames qu'il faut endiguer malgré tout avec la même justesse et le même à propos. Entre candeur et maturité, lucidité et insouciances, ces tranches de vie captées par Sébastien Lifshitz s'avèrent être aussi touchantes que drôles . Comme à son habitude, Sébastien Lifshitz soigne particulièrement l'esthétique de son film avec une image particulièrement léchée et une bande son idoine (la musique de Tindersicks, compositeur attitré de Claire Denis ajoute énormément de mélancolie à l'ensemble) pour mettre évidemment de cinma dans cette captation du réel. Dans la lignée d'un "Boyhood" sans la béquille de la fiction mais également pas très éloigné d'une démarche à la Riad Satouf pour son cahier d'Esther, les "Adolescentes" de Sébastien Lifshitz est une chronique poignante et d'une profondeur incroyable Ce nouveau film- avant Petite fille présenté à Berlin et qui devrait sortir dans le courant de l'année- démontre si besoin était que Lifshitz est bien un de nos plus grands cinéastes, de documentaire, mais surtout cinéaste tout court
    Corbett
    Corbett

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 82 critiques

    5,0
    Publiée le 10 septembre 2020
    Sublime documentaire. Sébastien Lifshitz, qui après LES INVISIBLES, nous éblouit à nouveau.A travers 2 portraits d'adolescentes que tout sépare et qui sont pourtant les meilleures amies du monde, le réalisateur brosse un saisissant portrait de la France d'aujourd'hui.
    Le petit Gabriel
    Le petit Gabriel

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 63 critiques

    5,0
    Publiée le 14 septembre 2020
    Une fresque contemporaine à la fois intime et politique de deux adolescentes dans la France des attentats, de Macron et des inégalités sociales. On découvre leurs parcours scolaires, leurs premières fois et leurs relations familiales avec la gamme d'émotions qui va avec : le rire, les larmes, les peurs, les craintes, les colères, les joies...Un vrai chef d'oeuvre !
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 124 abonnés Lire ses 969 critiques

    4,5
    Publiée le 13 septembre 2020
    Emma est intelligente et un peu rebelle. Anaïs est généreuse et un peu rebelle aussi. Pour l’une et l’autre, leurs parents veulent le meilleur même s’ils n’ont pas le même capital intellectuel et matériel à transmettre. Quels parents ne se retrouveront-ils pas, ainsi que leur progéniture, dans ces portraits ? Souvent lorsqu'on regarde ses enfants on se désole, mais quand on compare on se console. Ici c’est à dessein plus lisse. Ni Emma, ni Anaïs, deux provinciales, ne sont hors sol. On les suit donc avec davantage d’attention, tant on se reconnait soi-même au travers de leurs parents qu’on les reconnait elles au travers de nos enfants pour ceux qui ont (eu) les mêmes à la maison. Emma veut se consacrer au cinéma (oh le regard de la mère ! qui se demande sans le dire si c’est un métier ça). A coup sûr on la reverra car elle dégage un talent naturel. Anaïs s’oriente vers le médico-social, l’aide à la personne. Aucun doute, elle y affirmera sa personnalité elle qui n’est pas née avec une cuillère d’argent dans la bouche. Deux heures en leur compagnie, c’est habituellement long pour un documentaire mais on ne voit pas le temps passer ou plutôt si. On traverse cinq années de l’histoire contemporaine la plus récente, celle des attaques terroristes et du sursaut ( ?), des interrogations en tout cas sur ce qu’est notre monde, ce que les jeunes générations qui seront à la barre et la manœuvre dans quelques années voudront ou pourront en faire. Ces images-là qui appartiennent à l’Histoire sont éprouvantes. Public sensible, je ne dirais pas s’abstenir (surtout pas) mais être suffisamment informé pour être prêt à revivre ces moments. Et puis, une bande son qui accompagne superbement les émotions. Un travail cinématographique remarquable. Quelque chose de rare y compris dans le genre documentaire souvent boudé sur grand écran. Au grand public, je dis : ce serait dommage de rater ça. La chaîne Arte (producteur) finira certes par programmer ce document mais avec le risque que ça n’atteigne cette fois encore qu’un public restreint. Je pense que, le moment venu, il y aura bien quelques prix ou nominations pour donner davantage de visibilité à cette réalisation.
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 2 005 critiques

    3,0
    Publiée le 15 septembre 2020
    Rien de bien nouveau dans le monde de l'adolescence , premiers amours , l’école , les conflits parentaux... On s'attache quand mème a leur parcours malgré le manque de chronologie et la durée du film trop longue.
    CinÉmotion
    CinÉmotion

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 148 critiques

    3,5
    Publiée le 18 septembre 2020
    Documentaire très audacieux, puisqu'il prend le parti pris de suivre et filmer sur cinq années la vie, les espoirs et les désespoirs de 2 jeunes adolescentes habitant Brive. Le film fait tout de suite penser à Boyhood, qui reprend le même concept excepté qu'il soit à l'échelle de toute une famille et étendue sur 12 ans. J'aime ce genre d'exercice de style et de concept dans un format documentaire car c'est généralement plus impactant et frappant de voir l'authenticité de la pensée humaine qui évolue sur un si court laps de temps. Et la période d'adolescence reste extrêmement riche à traiter et intéressant d'un point de vue psychologique et social. Alors ici, les 2 jeunes filles retenues ne sont probablement pas des cas de figure illustrant les cas les plus extrêmes ou des situations les plus brutales de la vie que l'adolescence peut connaître et engendrer mais en même temps, impossible d'anticiper leur vie avant de la connaître face caméra... Le risque était aussi là à ce niveau. De ce fait, le film et les enjeux ne pouvaient se tisser qu'au fil des années et la difficulté est alors de trouver des points de vue et angles d'attaque assez pertinents et intéressants pour que le documentaire fasse sens et soit fort humainement. J'ai trouvé la première partie un peu ennuyeuse et peu marquante, car à 13-14 ans la maturité est moindre que celle déjà acquis à 15-16 ans. Les propos tenus font sourire mais sont trop peu pertinents pour leur âge. Là où le documentaire a vraiment suscité de l'intérêt pour moi, c'est dans sa deuxième partie, où elles arrivent ici vraiment dans le dur de l'adolescence, entre doutes, questionnements de soi, rapport aux corps et aux autres avec un vrai point de vue personnel qu'elles défendent (certes à partir des discours qui émanent de l'entourage mais pas toujours, et cela se fait toujours avec une force de caractère déjà affirmée). Et c'est ça qui est hyper intéressant de découvrir. Je pense d'ailleurs qu'il aurait fallu davantage intégrer le relationnel avec les parents et les premiers petits-amis, pour au final confronter l'éducation et le point de vue adulte avec celui des 2 adolescentes. Les meilleures scènes qui ressortent partent d'ailleurs de cette thématique. Par exemple la scène d'Emma et sa mère face aux choix et décisions prises sur la plateforme parcoursup était très drôle et très parlante ! D'un fait simple de la vie quotidienne d'une adolescente et sa mère, on en dit énormément. L'angoisse de la mère face aux rêves de sa fille aspirant à se former à un métier artistique, est loin de l'enjouer, la mère préférant plus de sécurité pour l'avenir de sa fille, mais ne serait-ce que cet échange et ce décalage complet sur la vision respective qu'elles ont des choses étaient très attachant et intéressant. Ou encore les scènes des réactions des 2 adolescentes face à la tuerie de Charlie hebdo... Voir ces 2 jeunes filles en train d'acquérir littéralement sous nos yeux une conscience politique et des angoisses légitimes pour leur avenir, c'est beau ! C'est vraiment ces instants magiques et ces éclats de vie ici ou là durant le documentaire qui était vraiment génial de suivre. J'aurai aimé en voir davantage sur l'influence des parents et sur les premières relations amoureuses, quitte à recentrer le documentaire sur un laps de temps plus court 15-16-17 ans. Il faut d'ailleurs saluer le travail titanesque du montage, avec près de 500 heures de rushes et 1100 séquences à décortiquer et sélectionner, c'est fou ! Un véritable journal intime numérisé ! Un premier montage de 12 heures de film a été effectué avant de le restreindre à 2h pour permettre la sortie du film !! Incroyable défi. Le documentaire et la démarche sont donc hyper louables, mais le film aurait je pense pu être encore plus percutant en recentrant peut-être plus sur la relation mère-fille, et mettre en parallèle l'amour maternelle / les premiers amours, et les conflits et peurs intérieurs qui se jouent dans l'un et l'autre. Mais j'ai quand même passé un agréable moment, enclenchant forcément un sentiment de nostalgie et d'introspection sur notre propre période de vie d'adolescent.
    Ceiner M
    Ceiner M

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 83 critiques

    2,5
    Publiée le 22 septembre 2020
    Le cercle de Canal Plus, le masque et la plume ont encensé ce documentaire....Je ne partage pas cet enthousiasme. j'ai trouvé cela trop long et un peu redondant...Et malgré le talent d'Emma, son agressivité vis à vis de sa mère me l'a rendue antipathique. Anais par contre m'a plus intéressée...car malgré les difficultés, elle va de l'avant sans se plaindre ...Pour ma part, pas la peine d'aller au ciné le voir : ça peut largement attendre une diffusion sur Arte.
    VILLE.G
    VILLE.G

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 466 critiques

    2,5
    Publiée le 21 septembre 2020
    Ce n'est pas vraiment un film mais plutôt un reportage du genre de ceux que l'on voit à la télévision sur la vie quotidienne. Il est plutôt bien fait dans le genre (mais redoutable pour les protagonistes) mais ce n'est pas vraiment du cinéma. Attendre qu'ARTE le diffuse.
    Bernard D.
    Bernard D.

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 252 critiques

    2,0
    Publiée le 5 octobre 2020
    Avec un retard que je vous prie d’excuser : « Adolescentes » de Sébastien Lifshitz. L’idée de base – suivre la mutation d’un enfant lors de l’adolescence – n’est plus très originale mais l’intérêt potentiel de ce film-documentaire était de suivre le parcours de 2 copines a priori d’école primaire, vivant à Brive-la-Gaillarde. Dans les 2 cas le père est absent : l’un car il est directeur commercial et l’autre parce qu’hélas absent sur le plan intellectuel et psychologique. Les 2 mères sont totalement opposées : celle d’Emma est très à cheval sur l’éducation de sa fille (a priori unique) et surveille presque par réflexe professionnel (lol) son travail scolaire alors que la mère d’Anaïs très dépressive (bipolaire ?) et souvent hospitalisée témoigne de son amour pour sa fille via des embrassades et c’est tout, Anaïs semblant gérer en partie la famille et ses 2 petits frères. Le grand loupé de ce film est que ces 2 filles sont loin d’être issues d’un milieu socio-culturel similaire et de ce fait la « fêlure » entre les 2 amies va aller croissant et évidente lorsque d’Emma s’oriente vers un bac littéraire option Arts plastiques (chant, chorale, théâtre) et Anaïs vers un bac professionnel option Assistance Sociale. Les échanges entre les 2 amies deviennent de plus en plus pauvres et se limitent in fine aux angoisses avant les résultats du Brevet puis du Bac, et aux premières questions concernant la sexualité. Mais curieusement il n’y a aucune discussion de fond sur le sens de la vie, la religion … et même la politique malgré les évènements (Charlie hebdo, Bataclan et élection présidentielle). De même mais c’est peut-être voulu par le réalisateur, il n’y a aucune discussion entre les copains/copines de ces 2 filles et même au sein des familles sur ces sujets y compris sur le tournage du film. Si Anaïs semble mieux préparée à sa future vie … mais à une vie peut-être fade malgré une indépendance obtenue à 18 ans via un contrat « jeune majeur » du conseil départemental, le devenir d’Emma reste un grand mystère lorsqu’elle débarque à Paris pour faire du cinéma. De façon humoristique, notons qu’une de ces adolescentes de 18 ans trouve déjà que les filles de 14 ans ont bien changé ! Bref je suis sorti frustré de ce documentaire de 2 h 15 issu de 500 heures de tournage et dont la bande annonce est très alléchante. Mais il pourra par exemple servir de base de discussion entre parents en difficulté et psychologues/éducateurs.
    stephils
    stephils

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 45 critiques

    1,0
    Publiée le 10 octobre 2020
    Ne perdez pas votre temps à aller voir ce "documentaire" qui nous montre des jeunes filles perdues et insolentes envers leurs insignifiants parents et personnages auxquels on ne croit pas. Heureusement que notre jeunesse est différente dans sa grande majorité. Détail horripilant, la mise en scène est à peu-près nulle avec en particulier une majorité de scène filmée en gros plans. Pour moi rien d'intéressant à retenir
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    Suivre son activité 2116 abonnés Lire ses 5 802 critiques

    3,0
    Publiée le 13 novembre 2019
    Sébastien Lifshitz nous invite au cœur d’un voyage envoutant dont on ne voit pas passer le temps. Durant 2h, il nous convie dans le quotidien de deux jeunes filles, deux adolescentes qu’il a suivies durant 5 années, de leurs 13ans jusqu’à leur majorité. Une immersion à travers laquelle on se laisse happer, tant ce qu’il nous dévoile face caméra s’y révèle drôle, captivant & sincère. Deux jeunes filles, deux milieux sociaux que tout oppose mais qui n'influent pas sur leur amitié. De leur insouciance à leur désinvolture, de leur immaturité à leur (étonnante) maturité lors de certaines séquences, de leur innocence à leur premiers émois amoureux. La vie d’Anaïs et Emma, ces deux amies de Brive-la-Gaillarde n’a que peu de secret pour nous. Tout y est montré, de leurs fous-rire à leurs peines, de leurs échecs scolaires à leurs réussites, sans oublier les hilarantes brouilles familiales (mention spéciale à Emma et sa mère). Sébastien Lifshitz s’est immiscé au cœur de leur vie, de leur adolescence et nous fait vivre à leurs côtés leurs tourments, leurs échecs, leurs réussites, leurs peines comme leurs joies. 5 années durant lesquelles elles auront eu le temps de faire le deuil de leur enfance pour entrer lentement mais surement dans celui du monde des adultes. Se cherchant un avenir ou tout simplement une place dans ce monde qu’elle ne cesse de découvrir et qui les effraient (filmé entre 2013 & 2018, on découvre en même temps qu’elles les attentats de 2015 qui ont secoués la France). Un très beau et émouvant documentaire, à l’image de son précédent (Les Invisibles - 2012), où Sébastien Lifshitz nous retranscrit une tranche de leur vie sans fard et ce, sans jamais verser dans le voyeurisme ou le jugement. Une chronique de la jeunesse tout simplement belle et juste. http://bit.ly/CinephileNostalGeek
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 468 abonnés Lire ses 2 266 critiques

    3,5
    Publiée le 7 septembre 2020
    Alors que, jusqu’à "Plein Sud" en 2009, Sébastien Lifshitz alternait avec bonheur documentaires et films de fictions, il semble que sa carrière ait pris ensuite une direction plus affirmée, ses 5 derniers films étant des documentaires : les remarquables "Les invisibles", "Bambi" et "Les vies de Thérèse", sortis en 2012, 2013 et 2016, le prochain, "Petite fille", qui doit sortir en février 2021, et celui qui sort en ce mois de septembre," Adolescentes". "Adolescentes" a été présenté et primé à la Semaine de la Critique du Festival de Locarno 2019. Ce film était a priori un exercice difficile : un filmage étalé sur 5 années, la captation de scènes de la vie quotidienne sans que la présence de la caméra et d’une équipe technique ait une trop forte influence sur tout ce qui était filmé. Au final, l’état des lieux de la société française actuelle qu’il nous propose est très intéressant et on s’attache aux deux adolescentes qui ont grandi devant sa caméra, même si, parfois, on les trouve injustes, voire horripilantes.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top