Mon AlloCiné
    Conjuring 3 : sous l'emprise du diable
    note moyenne
    3,3
    1315 notes dont 204 critiques
    répartition des 204 critiques par note
    27 critiques
    44 critiques
    64 critiques
    46 critiques
    13 critiques
    10 critiques
    Votre avis sur Conjuring 3 : sous l'emprise du diable ?

    204 critiques spectateurs

    Sandy M
    Sandy M

    Suivre son activité Lire ses 15 critiques

    4,0
    Publiée le 3 juillet 2019
    La série Conjuring, reste mes films d'horreur préféré même s'ils ne font pas forcément peur.
    L'intrigue et l'histoire sont tellement poussé et originale que l'on ne peut forcément qu'accrocher aux personnages au fil des films. Je recommande !
    AM11
    AM11

    Suivre son activité 3466 abonnés Lire ses 6 159 critiques

    3,5
    Publiée le 4 juin 2021
    "The Devil Made Me Do It" est le troisième volet de la franchise "Conjuring", et le premier à ne pas être réalisé par James Wan qui officie tout de même en tant que scénariste. Si les spin-offs mettant en scène les époux Warren ne m'ont pas vraiment convaincu, les films "Conjuring" m'ont toujours fait passer de bons moments, et c'est également le cas de celui-ci. Le film de Michael Chaves est surement le moins effrayant des trois, et je n'ai pas eu l'impression qu'il cherchait réellement à l'être, par contre l'histoire est très solide. Comme pour les précédents films, l'histoire est basée sur des faits réels, en l'occurrence cette fois du procès d'Arne Cheyenne Johnson. Il ne s'agit pas d'une simple histoire de possession, mais de quelque chose d'un peu plus complexe et surtout plus sombre. J'ai trouvé l'histoire vraiment bonne et captivante jusqu'au bout, par contre il m'a quand même manqué ce petit frisson que l'on retrouve habituellement. Comme j'ai dit juste avant, on ne dirait pas que le réalisateur cherche à nous faire peur et le film est plus proche d'un thriller horrifique que d'un vrai film d'horreur comme les précédents. Après, c'est peut-être aussi simplement dû à la qualité du réalisateur, même si j'ai apprécié "The Curse of La Llorona" de cette même personne. En tout cas, "The Devil Made Me Do It" est un bon film, il ne faut simplement pas s'attendre à un grand film d'horreur.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2582 abonnés Lire ses 5 199 critiques

    3,0
    Publiée le 16 juin 2021
    Cette fois le couple Warren, détectives anti-démons, s'intéresse à une affaire qui a la particularité de ce fait divers est que c'est la première affaire criminelle américaine où l'accusé invoque la possession démoniaque pour sa défense ! Cette fois le terme "inspiré d'un fait réel" est (pour une fois) crédible. Le fait qu'il y a eu procès apporte une légitimité certaine. Le film se scinde en deux parties, celle de Arne Cheyenne Johnson et celle indirectement liée de l'enquête de la sorcière. La partie du "tueur démoniaque" est plutôt fidèle à 90%, à l'exception notable de la conclusion. La partie procès et famille Glatzel est passionnante car reposant sur des faits avérés (presque ?!), mais on est alors loin du film d'horreur, plutôt dans le thriller judiciaire. La partie sorcière est sympa car le climax et les effets inhérents au genre sont toujours efficaces mais ça reste trop balisé, jamais innovant et que la dimension horreur-gore est complètement râtée. Pour finir, ce film n'est pas assez sous tension pour mériter le titre de film d'horreur, trop sage sur ses effets frisson, mais le mystère autour de l'affaire Johnson fascine assez pour compenser.
    Site : Selenie
    RedArrow
    RedArrow

    Suivre son activité 869 abonnés Lire ses 1 213 critiques

    3,5
    Publiée le 5 juin 2021
    Fini les amuse-gueules à base de poupée maléfique, nonne métalleuse et pleurnicheuse vêtue de blanc, on passe enfin aux choses sérieuses avec la découverte d'une troisième affaire encore une fois bien étrange des époux Warren !
    Étant donné que les deux premiers "Conjuring" constituent le principal socle qualitatif de cet univers au milieu de spin-off bien moins consistants, le départ de James Wan à la réalisation (il reste évidemment producteur et à l'origine de cette nouvelle histoire) mais également celui des scénaristes Chad Hayes & Carey W. Hayes (David Leslie Johnson-McGoldrick prend la relève après avoir officié en tant que co-scénariste sur "Le Cas Enfield") pouvaient faire craindre le pire, d'autant plus que Wan passe le flambeau de metteur en scène à Michael Chaves, responsable de l'insipide film dérivé sur la Llorona. Cependant, si "La Malédiction de la Dame Blanche" n'a pas laissé un grand souvenir (et ce à juste titre), on pouvait néanmoins déjà y déceler une certaine prédisposition familière avec les codes de l'épouvante associée à la réalisation de James Wan, faisant de Michael Chaves un élève appliqué et idéal pour prendre le relais sur la saga-mère.

    On s'y attendait un peu, le bonhomme fait tout pour nous prouver qu'il est bien à sa place dès l'ouverture de ce "Conjuring 3" ! Chaves y prend d'ailleurs un gros risque en se frottant d'emblée à une séquence d'exorcisme. Visuellement, tout semble avoir été fait sur le sujet et les films se centrant principalement sur ce thème se cassent souvent les dents à tenter d'en renouveler les poncifs, ne serait-ce que pour impressionner un minimum le spectateur par l'image des agissements chocs d'un(e) possédé(e). Eh bien, sans pour autant agrémenter l'offre d'innovations fracassantes, on peut dire que Michael Chaves en livre une variante fort efficace, avec évidemment un clin d'oeil appuyé à l'incontournable du genre mais aussi avec un sens certain du crescendo, où la palette d'effets sert une très plaisante montée en puissance dans le spectaculaire surnaturel. Bref, nos retrouvailles avec les Warren plongés au cœur de l'action commencent déjà sur un bonne note !

    L'introduction de "Conjuring 3" marque aussi un bouleversement scénaristique comparé aux deux précédents épisodes. Le film débute en effet sur ce qui est habituellement l'apogée d'une enquête des Warren et où l'on pourrait croire que ce passage n'est qu'un hors-d'oeuvre avant la révélation d'une nouvelle affaire plus centrale. Pas de ça ici, il en est en réalité le véritable point de départ qui va amener nos investigateurs du surnaturel à en explorer à la fois les causes et les conséquences tout au long du long-métrage.

    Dans cette structure narrative nouvelle pour la saga, la remontée aux origines de ce mal va constituer le meilleur et la principale quête de ce troisième film, faisant étonnamment sortir le schéma des aventures des Warren de son confort habituel pour l'emmener vers ce qui ressemble plus à un thriller basé sur l'occulte. Car, s'il est encore bien évidemment question de forces surnaturelles toujours promptes à se manifester pour essayer de faire frissonner le public, la menace qui se cache derrière est en fait d'une autre nature et va même presque ironiquement devenir un des adversaires les plus coriaces des Warren.
    Face à ce danger inattendu qui joue sur le même terrain qu'eux, le lien d'affection tissé entre le spectateur et le couple au fur et à mesure de la franchise aura toute son importance, faisant du pouvoir de Lorraine un élément capital de la résolution de cette affaire lors d'excellente scènes de visions (qu'on aurait sûrement plus de mal à accepter dans d'autres films) et convoquant le soutien indéfectible qui les unit face à des manipulations fantastiques particulièrement retorses. Comme d'habitude, à ce jeu, malgré quelques passages moins subtils qu'à l'accoutumée (la rencontre mièvre), Vera Farmiga et Patrick Wilson excellent à faire ressentir la tendresse amoureuse qui unit leurs personnages, même dans les plus incroyables épreuves.

    Lorgnant désormais plus du côté du thriller d'épouvante, ce "Conjuring 3" suivra un parcours certes un brin balisé au sein de ce registre, ponctué de reconstitutions et de rencontres (on vous parie un tonneau d'eau bénite qu'un spin-off est déjà envisagé sur la jeunesse du personnage de John Noble) avant qu'un inévitable petit twist vienne lever le voile sur ce qui se cachait derrière tout ça, toutefois, l'ensemble est suffisamment bien exécuté à travers de vrais temps forts et de belles idées (la forêt, la morgue, les apparitions de l'adversaire, le dernier acte et on en passe) pour que l'on se prenne réellement au jeu.
    Pour autant, c'est peut-être là la limite de Michael Chaves comparé à son modèle James Wan : il est un réalisateur "de bons moments" là où Wan savait instituer une atmosphère constante que ce soit dans le ressenti d'une époque (Chaves tente de s'approprier les artifices de son prédécesseur sans l'égaler) ou cette impression que le paranormal pouvait envahir l'écran à tout moment (ici, malgré leur réussite, on sent que chaque passage marquant est pensé comme segmenté afin de ressortir du reste).
    Et, sur la partie "conséquences" de cette histoire que l'on n'a pas encore abordé, c'est probablement là que Chaves se montre le plus fébrile, ne sachant pas trop quoi faire des corollaires judiciaires induits par cette affaire, pourtant potentiellement passionnants à explorer mais bazardés de façon expéditive, et se servant du point de vue du jeune Arne comme d'un simple prétexte à remplir le quota standard de l'épouvante avec des apparitions d'ailleurs bien moins réussies que le reste (notons également qu'Arne et son entourage "humain" peinent à être aussi attachants que les familles des autres films).

    L'absence de James Wan derrière la caméra se fait donc sentir et on pourrait parfaitement comprendre que, couplé avec certaines autres maladresses, ce troisième film soit considéré comme un "Conjuring" plus faible que les deux autres épisodes mais, en optant pour le contre-pied sur certains standards installés par la franchise, "Sous l'Emprise du Diable" offre finalement un lot de nouvelles variantes intéressantes et inattendues à cet univers, déplaçant le curseur du simple long-métrage d'épouvante vers de nouveaux horizons qui pourraient encore plus bousculer les enquêtes des Warren à l'avenir.
    Et puis, dans le cas où l'on aurait absolument besoin d'une constante à laquelle se raccrocher au travers de ces films pour se rassurer, il restera toujours l'indéboulonnable ancre émotionnelle représenté par la puissance du lien sentimental des Warren. Après tout, ici plus encore qu'auparavant, ils font ressortir la plus belle part d'humanité capable de venir à bout des nombreux visages du mal...
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 834 abonnés Lire ses 3 464 critiques

    3,0
    Publiée le 16 juin 2021
    Voici déjà le huitième film de la saga Conjuring et ses dérivés. Le premier reste à mes yeux le meilleur. A chaque fois ensuite cela n'a été que de mal en pis. Celui-ci remonte un peu le niveau même si on atteint pas les sommets d'effroi de Conjuring : Les dossiers Warren. D'entrée la scène d'exorcisme donne le ton et laisse envisager un film à la hauteur. Mais la tension retombe assez vite. Malgré quelques scènes choc, le suspens n'est jamais vraiment ni effrayant ni haletant. La mise en scène est assez mollassonne mais la direction artistique réussie, les effets spéciaux tiennent la route. Le duo formé par Vera Farmiga et Patrick Wilson fonctionne toujours aussi bien une fois de plus. Pas vraiment peur donc mais dire que tous ces films sont inspirés de faits réels (et de la vie des époux Warren) peut par contre faire froid dans le dos. C'est dommage car il ne manque peut être pas grand chose pour avoir un grand film d'horreur façon L'exorciste (dont les références ne manquent d'ailleurs pas ici). Pas le meilleur de la saga donc mais pas le plus mauvais non plus...
    Alice025
    Alice025

    Suivre son activité 837 abonnés Lire ses 1 056 critiques

    3,0
    Publiée le 11 juin 2021
    Troisième opus mais sans James Wan derrière la caméra et ça se ressent. Nouvelle affaire de possession, nous retrouvons ce cher couple Warren, toujours brillamment interprété par Vera Farmiga et Patrick Wilson. La scène d'introduction commence fort et on rentre directement dans le vif du sujet. Puis vient un long temps d'enquête parsemés de jump scare assez (trop?) classiques ou exagérés (les bruits de craquements des os par exemple...). La fin est convenable mais manque tout de même d'originalité.
    Personnellement, il reste correct mais c'est loin d'être le Conjuring qui m'a le plus marqué et fait frissonner.
    http://cinephile-critique.over-blog.com
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 697 abonnés Lire ses 1 371 critiques

    3,5
    Publiée le 9 juin 2021
    L’univers partagé créé par la Warner depuis le premier volet de « The Conjuring » est en dents de scie. Si cette saga principale, basée sur les enquêtes des époux Warren, est très qualitative dans le genre horrifique, on peut même dire qu’elle est devenue le porte-étendard des films de possession des dernières années, il n’en est pas de même pour les films dérivés tous aussi mauvais les uns que les autres (« La Nonne », les « Annabelle », …). Et quand on voit que James Wan a laissé sa place de metteur en scène à Michael Chaves, réalisateur de l’un des pires films de cet univers (« La malédiction de la Dame blanche ») on s’inquiétait de la qualité de ce troisième opus. Fort heureusement, il n’en est rien. Et cet épisode, s’il n’atteint pas la perfection du premier, égale sans souci le second plutôt bon également.



    Chaves s’approprie les effets de son prédécesseur, sans innover certes, mais avec brio. La scène d’ouverture est tétanisante et les frissons qu’elle procure sont du meilleur effet. On a droit à des visions assez inédites et mémorables (on pousse la torsion des corps à son paroxysme) Pareil pour le final tout aussi réussi que pour les deux autres volets, entre atmosphère baroque et sombre dans les souterrains et clin d’œil au magistral « Stigmata » sorti il y a vingt ans dans la prison. Le fait d’insérer dans cette enquête - encore une fois inspirée d’une histoire vraie - le satanisme et les sectes qui y sont rattachées est une valeur ajoutée très intéressante. La direction artistique est toujours de qualité entre la reconstitution des eighties et des images savamment choisies tout en nous gratifiant de plans bien trouvés. Les jump scares poussifs sont évités et il est vrai que si ce n’est pas le film de peur du siècle, il fait gentiment son office et on ne s’ennuie pas un seul instant.



    On aime également le fait qu’un flashback reconstitue la rencontre des Warren. Il dénote du reste mais nous conquiert en apportant une dose d’humanité supplémentaire à ce couple. On en voudrait même plus tant on finit par s’attacher à ces enquêteurs de l’étrange, ancêtres des Mulder et Scully des années 90. Après, il faut avouer que si l’histoire de fond et l’intrigue mise en branle pour l’occasion sont tout à fait honorables, « The Conjuring 3 » n’est pas non plus un sommet du genre. Il y a forcément un peu de déjà-vu et rien d’extraordinaire au niveau de l’horreur et des effets qui vont avec. Mais, sur près de deux heures, le train fantôme proposé ici contient assez de frissons, de tension et d’épouvante pour qu’on en sorte satisfait et on ne dira pas non à un quatrième volet.



    Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 537 abonnés Lire ses 3 298 critiques

    3,5
    Publiée le 15 juin 2021
    Les films de l’univers “Conjuring” font partie des meilleurs films d’horreur de ces dernières années. Alors que “Les dossiers Warren” nous avaient terrifiés en 2013 et que “Le cas Enfield” était une suite convenable, “Sous l’emprise du diable” se révèle être un excellent troisième chapitre. Le duo charismatique Vera Farmiga et Patrick Wilson reprend avec panache son rôle respectif de Lorraine et Ed Warren. Dès l’introduction, le couple se bat pour protéger l’âme d’un enfant. Alors que tout le monde croit à la réussite de l’exorcisme, le démon a simplement pris possession du grand frère. Suite au départ de James Wan à la réalisation, Michael Chaves prend la relève avec honneur. L’enquête policière et judiciaire prime sur l’effet huis clos habituel et permet à la franchise de ne pas s'essouffler. On en apprend également davantage sur la relation et la complicité du couple désormais mythique. Si “Conjuring 3 : sous l’emprise du diable” est moins effrayant que ses aînés, c’est une suite bien écrite qui ouvre la saga vers plus de possibilités.
    D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    L'AlsacienParisien
    L'AlsacienParisien

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 1 376 critiques

    2,5
    Publiée le 15 juin 2021
    Huitième opus de la saga "Conjuring", spin-offs inclus, "Conjuring : Sous l'emprise du diable" s'inspire d'un fait divers sordide qui date de 1981, connu pour être la première affaire criminelle américaine où l'accusé d'un meurtre a mis en avant la possession démoniaque pour plaider sa cause. Ici, on quitte le dispositif confiné de maison hantée pour un thriller d'enquête, garni d'intrusions horrifiques. C'est un peu déconcertant suite aux deux premiers volets qui mettent la barre très haute en terme de frissons, mais d'un autre côté, c'est ce qui fait la spécificité de cette suite qui ne cherche pas bêtement à user des mêmes ressorts. Après une mise en bouche saisissante et costaud, "Conjuring 3" bascule dans un autre genre, où les Warren, experts en démonologie, vont devoir prouver l'existence des forces paranormales à la police ainsi qu'à la justice. La dimension horrifique accuse le coup et s'amenuise, laissant la place à une chasse aux indices, révélations et autres découvertes qui sonnent le glas des rebondissements. Bien que j'apprécie beaucoup l'alchimie entre Vera Farmiga et Patrick Wilson, dont l'amour est placé au centre du récit, ce chapitre m'a moins convaincu. Je l'ai trouvé peu surprenant malgré sa nouvelle direction, moins investi de la part des protagonistes et gratuitement abracabrantesque. En effet, les nombreux éléments sensés nous faire peur sont d'une pauvreté affligeante, assurant le minimum syndical en terme de sons et lumières (et de sens !) pour maintenir notre attention. J'étais vraiment déçu, en partie à cause du grand "méchant" qui n'est pas mémorable pour un sous et qui, je trouve, a trop peu de présence à l'écran. Alors oui, il y a un suspense et quelques trouvailles visuelles sympathiques mais ça n'est pas plus qu'une déception au final.
    Benito G
    Benito G

    Suivre son activité 308 abonnés Lire ses 2 866 critiques

    3,5
    Publiée le 12 juin 2021
    Évidemment l originalité de la saga principale qui se veut au dessus des différents spin off ou autre qui en ont decoulé, n est plus de mise. Le pari est donc plus dur et le duo ne pouvait qu être présent... Bonne idée mais qui tire le film un peu plus dans un thriller horrifique, mais pour qui aura vu la BA, risque comme souvent d être peut être déçu.
    Débuter le film par un exorcisme n a rien de nouveau mais nous laisse imaginer que l on va être fasse a du lourd... Mais ce n' était peut être pas l idée la plus bonne ou du moins en montrer moins aux spectateurs auraient pu être plus judicieux. Mais au moins, le réal lance le sujet d entrer de jeu... Mais pour le reste, on sent bien là touche Conjuring, mais on aurait aimé que cela se démarque un peu... Amener plus ou moins habillement l ensemble de l horreur a une touche un peu plus thriller. En laissera sans doute sur leur faim. Sans pour autant, être en deçà des soins off, Annabelle et compagnie.... Mais il faut se rappeler qu il s agit du 3eme opus... Donc pour un 3eme, globalement le film ne se perde pas dans de longueurs interminable malgré près de 2h. Le titre pourrait résumer l histoire... Avec toutefois, notons le ; une petite touche d amour que les précédents opus ni tenait pas vraiment compte... Donc tenter de rafraîchir la saga avec une thriller / enquête policière ; parallèlement au diable... Sera t il vraiment ce que cherche le public et en sera t il convaincu? On est tout de même loin d un opus totalement ennuyeux... Mais ne pas s'attendre à certains jumpscares des précèdents dont certains s en rappelle encore. Après il arrive a garder le côté épouvante avec divers péripéties sans vouloir spoilers. Et cet opus possède un véritable angle d'approche, ou il fait un effort conséquent pour ne pas se répéter. Qui sera a la hauteur pour certains et moins pour d autres.
    S'il tente d'autres approches de la démonologie (malédiction, Sabbath,...) le film ne parvient pas à sortir d'un genre hyper codifié et fortement utilisé par les films de ses dernières années et cela sera le cas, peut importe le réalisateur etc.... Bref un opus qui se respecte dans la lignée des deux précédents qui peut clôturer la saga par rapport a Conjuring ou les attentes sont bien plus forte que pour les réalisations qui les entourent.... Mais globalement, ce fut une bonne surprise, de préférence a apprécier en salle évidemment.
    Ufuk K
    Ufuk K

    Suivre son activité 229 abonnés Lire ses 965 critiques

    3,0
    Publiée le 16 juin 2021
    "Conjuring : Sous l'emprise du Diable" troisième opus de la franchise est un film plutôt moyen dans son ensemble. En effet le moins bon des Conjuring selon moi, la faute à un effet de surprise qui a complément disparu , un scénario parfois faiblard et en roue libre, cependant certaines séquences font toujours son effet et l'histoire tirée de faits réels se suit avec un certain intérêt.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 2 071 critiques

    1,5
    Publiée le 7 juin 2021
    Si The Conjuring: The Devil Made Me Do It constitue le volet le plus faible de la saga, c’est en raison de son absence d’identité narrative, tonale et visuelle. Le récit multiplie inutilement les sauts dans le temps sous la forme d’analepses et de prolepses, occasionnant une gesticulation pénible à l’écran de plans qui se choquent sans jamais s’influencer ni se nourrir les uns les autres. La confusion entre réalité et surnaturel, qui procède ici par un emboîtement des niveaux, ne donne naissance à aucune esthétique particulière ni fulgurance notable : nous sommes loin de l’infini nébuleux du premier Insidious, sorte de no man’s land situé au-delà de la porte rouge. Un budget trop faible semble contraindre le film à des décors peu impressionnants – une forêt à côté d’une route, des intérieurs domestiques, un poste de police – que le paranormal ne vient jamais perturber en tant que tels. Les acteurs s’avèrent aussi transparents que l’artificialité congénitale des personnages qu’ils campent, dépourvus d’enjeux personnels et de profondeur. Un épisode pour rien, qui se vautre dans une outrance choc pour mieux masquer sa carence en vision et en âme. Ce qui est paradoxal pour une œuvre axée sur le dialogue avec le monde des esprits.
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 219 abonnés Lire ses 852 critiques

    3,5
    Publiée le 11 juin 2021
    5 ans après la sortie du deuxième volet dans l'univers paranormal entourant les affaires des époux Warren, une nouvelle enquête est ici proposée à nos deux intrépides aventuriers du surnaturel diabolique.
    Comme dans les opus précédents, Patrick Wilson et Vera Farmiga incarnent à merveille Ed et Lorraine Warren dans un film certes très centré sur l'horreur et l'épouvante, mais tenant vraiment en haleine avec un scénario crédible digne d'un très bon thriller.
    Quel plaisir également de retrouver l'ensorcelant John Noble, alias Walter Bishop de la série culte "Fringe".
    Terrifiant, mais délicieusement réussi !
    Site CINEMADOURG.free.fr
    elriad
    elriad

    Suivre son activité 196 abonnés Lire ses 1 495 critiques

    1,5
    Publiée le 14 juin 2021
    Vu et revu, il y a des tas de films comme celui-ci et il y en aura encore. Mais nul n'a encore atteint le niveau de " l’exorciste, revu il y a peu et qui n'a pas pris une ride. Scénario alambiqué, verbeux, tension sans cesse cassée, il n''y a pas grand chose à tirer de cet opus et l'ennui est au rendez-vous. Un petit film venu d'Argentine, " Atterado" parvient lui, à surpasser de beaucoup ce film typiquement hollywoodien qui n'a franchement aucun intérêt...
    Shephard69
    Shephard69

    Suivre son activité 166 abonnés Lire ses 2 107 critiques

    3,5
    Publiée le 10 juin 2021
    Dernier volet de l'excellente trilogie "Conjuring", sans compter l'univers étendu qui, lui, s'avère nettement plus décevant, un film d'épouvante qui s'inscrit totalement dans les standards du studio New Line Cinema avec une atmosphère prégnante et angoissante agrémentée de jump-scares mais un ensemble qui a perdu en puissance narrative par rapport aux deux précédents opus à cause d'une mise en scène qui est devenue un peu trop prévisible et des personnages secondaires qui manquent cruellement de profondeur psychologique, tout juste effleurés dans leur présentation pour que l'on s'intéresse vraiment à leurs mésaventures à l'image du personnage pourtant central à l'intrigue incarné par Ruairi O'Connor. Chargé de références criantes au genre horrifique comme "L'exorciste", un long-métrage qui s'oriente de façon plutôt surprenante et agréable vers le polar ou le film noir en suivant le couple Warren mener une véritable enquête policière riche en rebondissements et en faux-semblants donnant aussi à l'ensemble un peu plus alambiqué qu'une classique possession démoniaque comme dans les deux premiers films. Une alchimie entre Patrick Wilson et Vera Farmiga qui est toujours aussi intéressante mais des seconds rôles un peu ternes et un scénario à tiroirs qui manque de cohésion avec un dénouement trop centré sur un axe. Pas mal mais loin de me convaincre pleinement, strictement divertissant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top