Mon AlloCiné
    L'Amant Double
    note moyenne
    2,7
    2462 notes dont 266 critiques
    répartition des 266 critiques par note
    22 critiques
    54 critiques
    62 critiques
    58 critiques
    33 critiques
    37 critiques
    Votre avis sur L'Amant Double ?

    266 critiques spectateurs

    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 842 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    1,0
    Publiée le 5 juin 2017
    Présenté en compétition officielle du Festival de Cannes 2017, L'amant double avait tout pour plaire : une bande annonce attirante, des acteurs talentueux au casting et un synopsis intéressant et très intrigant dans la forme. Arrivé à la fin de la projection, c'est une immense déception ! Pas étonnant que nous étions que deux dans la salle (moi et mon amie). Le film est spoiler: tout le contraire de cette bande annonce mensongère.
    François Ozon est difficile à cerner puisqu'il est capable du meilleur (Frantz) comme du pire (avec celui-ci). Son nouveau long-métrage est vide, sans âme ! C'est incompréhensible, et tellement bête qu'on sourit même dans les moments les plus gênants... Il n'y a pas vraiment de suspense spoiler: - on le savait déjà qu'ils étaient jumeaux -
    et puis lors de l'émission de Yann Barthès, l'animateur nous avait carrément « spoiler » ce récit à tiroirs... Le réalisateur mélange sans cesse spoiler: le rêve et la réalité
    à travers cet Amant double, le spectateur peut être souvent perdu car il faut le dire, c'est un véritable capharnaüm dans tous les sens du terme ! Il ne ressemble guère à un Enemy du brillant cinéaste québecois Denis Villeneuve. Le film se veut choquant, spoiler: rien que pour la première séquence - lorsqu'on voit le vagin de l'actrice -
    mais aussi lors de ses scènes de sexe violentes et ça ne ressemble pas à un soft Fifty Shades of Grey. Choquer signifie provoquer et troubler l'auditoire... Le réalisateur le fait très mal et ce n'est pas rassurant... Pourtant, il utilise pas mal de références spoiler: - le chat fixe le couple entrain de faire l'amour - peut faire penser au film particulier de Paul Verhoeven, Elle.
    Des acteurs qui font le minimum syndical pour éviter le naufrage complet... Jérémie Renier, un acteur sous estimé et peu reconnu, qui nous avait offert un excellent biopic de Cloclo vient ici, spoiler: jouer un double rôle pour une double personnalité. On voit son côté honnête et son côté mauvais.
    La sublime Marine Vacth (découverte dans le portrait d'une jeune fille dans Jeune et Jolie du même réalisateur) est complétement à côté de la plaque dans L'Amant double. Le public ne s'y attache guère ! Un manque de rebondissement pour cause d'un manque de suspense affligeant avec un lot de dialogues risibles spoiler: - « ma b*te te manque », ; « je vais t'enc*ler »...
    Et une finale spoiler: qui frôle la bêtise...
    Ozon a une représentation tordue de la femme ! Reste une mise en scène correcte et une bande son pour le moins angoissante. En l'espèce, L'Amant double possède tous les défauts d'un film sans intelligence. On préfère revoir le magnifique Frantz des centaines de fois que de voir ce film dans son intégralité. A oublier très vite !
    Alexandre Cacheux
    Alexandre Cacheux

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 339 critiques

    3,5
    Publiée le 10 juin 2017
    Je suis un fidéle de François Ozon. J'apprécie la diversité et la qualité de son oeuvre. Avec l'amant double, Ozon nous entraîne dans un nouveau délire bourgeois. Comme d'habitude, interprétation exceptionnelle et esthétisme parfait. Sans plus...ni moins. Un peu froid un peu gratuit un peu vain. on pourra préférer Frantz qui présentait une épaisseur plus significative. Quel plaisir de revoir Jacqueline Bisset !!
    titicaca120
    titicaca120

    Suivre son activité 272 abonnés Lire ses 2 179 critiques

    3,0
    Publiée le 26 mai 2017
    un thriller érotique sulfureux sur le thème de la gémellité faut chercher le vrai du faux pour comprendre un peu car c'est pas mal alambiqué. bon jeu d'acteurs mais le moins 16 ans aurait été mieux adapté car certaines scènes sont assez hards.
    Nathalie M
    Nathalie M

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 25 critiques

    0,5
    Publiée le 28 mai 2017
    Au vu de la bande annonce, je m'apprêtais à voir un thriller dans la veine de "Faux-semblant" de Cronenberg. En sortant de la salle, je ne sais toujours pas ce que je viens de voir.
    Claudine G
    Claudine G

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 414 critiques

    2,5
    Publiée le 26 mai 2017
    Dès les premières images et la musique associée, on rentre dans le vif du sujet. Chloé (Marine Vacth), jeune femme dépressive, souffrant de violents maux de ventre, se voit orienter par sa généraliste vers un psy, avouant que c'est dans la tête que cela se passe. Elle décide de passer à l'action et va consulter un psy Paul (Jérémie Rénier), entre eux le fait de se livrer totalement, de parler librement, font qu'un sentiment amoureux se noue. Respectant l'éthique de sa profession, Paul ne peut plus garder Chloé en tant que patiente. Ils emménagent ensemble et elle pense qu'en fait, elle est guérie. C'est alors que rentrant de son travail elle l'aperçoit sur un trottoir parlant à une autre femme, alors qu'il était censé être dans un tout autre lieu. Elle se rend donc à cette adresse et découvre une copie conforme, un frère jumeau. C'est là que tout se complique pour elle et sa vie de couple. F. Ozon joue avec le spectateur, il nous entraîne dans des méandres qui circulent entre la réalité et les fantasme, le réel et l'irréel, les flash-back, le vrai du faux. Il nous embrouille la tête (enfin pour ma part) ce qui fait qu'au final on ne sait pas tirer la vérité. Pour ma part, je suis sortie déboussolée. Coup de chapeau aux deux acteurs principaux sans oublier l'apparition de J. Bisset. C'est le côté psychologique qui m'a surtout intéressée, mais comme je n'ai pas obtenu toutes les réponses à mes questions, je reste un peu sur ma faim.
    desiles ben
    desiles ben

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 204 critiques

    0,5
    Publiée le 28 mai 2017
    Ozon rate un film sur deux. Comme Frantz était une réussite, l'Amant double est raté. Manifestement, les délires psychanalytiques ont tourneboulé le cerveau de monsieur Ozon. On s'ennuie ferme, on se perd, on s'agace. Le film sombre dans le grotesque à force de vouloir être "transgressif" puisqu'il est dit qu'aujourd'hui il ne saurait y avoir de grand film sans transgression. Obscène et inintéressant.
    Angelina.J
    Angelina.J

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 265 critiques

    4,0
    Publiée le 30 mai 2017
    un thriller fantastique erotique, sur le thème des jumeaux exploité, vu sous un angle pervers complice, perturbant, violant, complémentaire, une exploration psychiatrique jouée par une Marine Vacth sublime sensuelle et déséquilibrée. les acteurs sont très bien filmés , l image est belle, la mise en scène est elle aussi perturbée pour mieux nous embarquer dans le sulfureux, la psychose, c'est brillant. a voir pour votre filmographie.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 681 abonnés Lire ses 1 349 critiques

    3,0
    Publiée le 26 mai 2017
    François Ozon est l’un des cinéastes français les plus prolifiques en activité ! Il tourne à la vitesse d’un Woody Allen et n’est pas loin de nous offrir un film par an. A peine neuf mois après le très appliqué « Frantz », le revoici avec un nouveau long-métrage qui lui ressemble absolument. Il retrouve Marine Vatch pour un thriller à la fois psychologique et érotique mais également à la lisière du fantastique qui convoque les thèmes de la gémellité et du double maléfique. C’est un peu un pot pourri de nombreuses thématiques qu’il a pu aborder depuis une quinzaine d’années dans sa filmographie et qu’il compile à travers un élégant film de genre qui a peut-être le tort à posteriori de ne pas briller par son originalité et de plier sous le poids de quelques références. Élégamment filmé et épicé par quelques scènes bien crues mais pas gratuites dont il a le secret, « L’Amant double » souffre d’un démarrage poussif dû aux longues discussions des futurs amants qui se rencontrent dans le cadre d’une psychanalyse. Puis le mystère prend forme et notre intérêt s’éveille sans pour autant que l’on soit totalement captivé. La faute certainement au manque de rythme d’un film qui aime prendre son temps et nous gratifie de quelques scènes trop répétitives. Mais ne nous plaignons pas, pour une fois que le montage d’un thriller de ce type n’est pas épileptique… Il faut faire attention aux nombreux détails parsemés tout le long d’une œuvre très riche en symboles et en indices, qu’ils soient visuels (décors, actions des personnages, …) ou nichés dans les dialogues. C’est assez ludique mais il faut accepter de se perdre entre fantasme et réalité, chose qui pourrait rebuter certains spectateurs. Les performances du duo en tête d’affiche sont irréprochables et au diapason, Marine Vatch jouant le jeune femme inquiète et perturbée à merveille tandis que Jérémie Rénier étonne dans un double rôle miroir dévoilant des recoins plus sombres de son jeu qu’on lui laisse rarement l’occasion de montrer. On aurait aimé cependant être davantage passionné par cette histoire à tiroirs dont le postulat de base éveillait pourtant grandement la curiosité. Les révélations sont au final sporadiquement intéressantes et la clé de tout cela nous apparaît quelque peu grossière et décevante. Il n’empêche, nous sommes dans un film de François Ozon et la somme des qualités de « L’Amant double » rattrape relativement celle de ses défauts quand bien même le tout est plus intriguant que réellement inoubliable.
    Charles R
    Charles R

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 410 critiques

    3,5
    Publiée le 4 juin 2017
    Le revoilà donc, ce cher François Ozon qui a entrepris - le doute n'est plus permis - de nous surprendre à chaque nouveau film. Après le classicisme sage et teinté d'une douce mélancolie qui faisait tout le charme de "Frantz", voici donc l'impertinent et ultra-sophistiqué "Amant double" qui a de quoi troubler tant il prétend explorer le sous-sol de l'inconscient le plus sulfureux. Chloé est une jeune femme à la beauté parfaite : Marine Vacth en a la grâce, nous le savons depuis "Jeune et jolie". Mais à la jeune fille à la beauté solaire a succédé une femme hitchcockienne à souhait, toujours aussi ravissante mais cette fois porteuse de troubles intérieurs qui se révèlent dès les premières images. Mal de ventre, mal à l'âme : on a bien compris que cette belle personne va nous conduire à un redoutable "vertigo" ou si l'on préfère - en français dans le texte - à de terribles sueurs froides. Bref Chloé doit consulter un psychiatre : ce sera Jérémie Renier, toujours beau gosse, qui ne saura résister face à sa patiente à une pulsion sexuelle fort compréhensible. Mais un seul psychiatre ne saurait suffire : un autre va surgir qui n'est autre que... Enfin on aura vite compris le sens du titre qui eût pu se suffire à lui-même, n'était qu'il fallait peut-être aussi comprendre "l'amante double". Et les choses vont bougrement se compliquer. Peut-on clamer à l'issue de la projection que l'on aura tout compris ? Bien sûr que non, François Ozon souhaite du reste des lectures plurielles et si possible parfaitement antithétiques de son film. Il a raison : l'âme humaine est trouble et le thème du double invite à la plus grande prudence quand il s'agit de l'expliquer. Ce qu'on pourra affirmer en toute sûreté, c'est que le thème de la gémellité y est décliné sous toutes ses faces et qu'il alimente un film résolument fantastique. Ficelles, pourra-t-on s'exclamer ! Effectivement c'est là où le bât blesse : François Ozon rassemble de grosses ficelles et - en cela il est tout excusé - il s'en amuse. Certaines séquences frôlent le ridicule, mais là où d'autres eussent essuyé un fiasco, Ozon ne reculant devant aucune audace - comme il porte bien son nom ! - enfonce le clou et ose le jusqu'au-boutisme. Âmes sensibles qui vibrez au moindre petit choc cinématographique, abstenez-vous ! Et vous, très chers tartuffes qu'une pointe de sein saurait effaroucher, n'allez pas voir ce film où le dévêtu est de rigueur ! Au demeurant, si vous souhaitez voir un film intelligent à prendre au deuxième ou troisième degré et si vous vous sentez solides pour affronter quelques images-chocs, courez découvrir cet opus certes mineur dans l’œuvre du cinéaste, mais qui a de quoi vous ravir. Et vous aurez le plaisir de retrouver des actrices de grand talent telles que Jacqueline Bisset, Myriam Boyer et Dominique Reymond dans des rôles que l'on qualifie de seconds mais qui n'ont rien de négligeable. Car il faut bien reconnaître que si François Ozon aime à se dédoubler ou plutôt à se surmultiplier à chaque nouveau film, il est une chose qui se reconnaît entre toutes : sa patte qui est celle d'un extraordinaire metteur en scène qui sait tirer tout le parti des acteurs dont il s'entoure.
    Dominique L.
    Dominique L.

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 7 critiques

    0,5
    Publiée le 27 mai 2017
    Que dire..!!.. Une bouse stratosphérique..!!..Pourtant, j'avais bien aimé " 8 femmes", " dans la maison ", " Frantz " ou encore " jeune et jolie ", mais là, rien de rien..!!.. Et l'érotisme malsain juste là pour attirer le chaland - un cunnilingus sanglant, une sodomie au gode-ceinture, ne rattrape pas ce naufrage..!!..
    golgot13
    golgot13

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 62 critiques

    0,5
    Publiée le 27 mai 2017
    Une épreuve de force que de rester jusqu'au bout de ce film...je pense qu'il vient d'atteindre mon panthéon des mauvais films! Que l'on compare ce film à Hitchcock, il doit se retourner dans sa tombe. Il réussi quand même à faire un hommage au Alien de Ridley Scott. Le film est glauque, sale, pervers avec une vision misogyne...
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 517 abonnés Lire ses 3 253 critiques

    5,0
    Publiée le 13 juin 2017
    8 Femmes, Swimming Pool, Potiche, Jeune & Jolie, Une nouvelle amie, Frantz… François Ozon est un réalisateur français de renom qui a su au fil des années imposer un style en renouvelant toujours les genres. Avec L’Amant Double sur la croisette, il nous promettait un moment torride entre Marine Vacth et Jérémie Renier. En réalité, l’érotisme du film résidera surtout dans les fantasmes de notre personnage féminin plutôt que dans les images. L’Amant Double est avant tout un thriller et vous avez intérêt à avoir le cœur bien accroché. Chloé est une jeune femme qui tombe amoureuse de son psychothérapeute. Comme c’est souvent connu, celle-ci va faire un transfert sur le professionnel. Au point que dès la seconde séance, elle lui révèlera avoir rêvé de lui en train de la violer. Ce désir malsain va malgré-lui provoquer entre eux une relation stable et plutôt saine. Mais Chloé va découvrir une zone d’ombre chez son partenaire. Ou peut-être est-ce son propre subconscient qui revient à la surface. Nous ne révélerons rien de ce film haut en tension dont on ne sort pas indemne. Si la mise en scène glamour et la photographie subtile sont bien là, c’est bien dans un drame hitchcockien que nous sommes. Brillamment mené par un duo, ou un trio pour ceux qui souhaitent le penser, qui délivrent aujourd’hui leurs meilleures performances, L’Amant Double est une claque visuelle, musicale et émotive inattendue. Car oui, nous nous attendions à une tension sexuelle évidente, c’est plutôt notre psychologie qui est devenue vertigineuse. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 414 abonnés Lire ses 1 828 critiques

    4,0
    Publiée le 26 mai 2017
    Entre curiosa et tératologie, voici le retour de la manière "sulfureuse" du cinéaste, après le chaste "Frantz" de l'année dernière. "L'Amant double" (qui pourrait aussi se lire en "L'Âme en double"... subtil jeu d'introspection, d'identité et de miroirs) est à nouveau remarquable (mais cependant, pour moi, un bon cran au-dessous du sublime cru Ozon 2016 - ne serait-ce que parce que Jérémie Renier, qui assure la partie masculine, est un acteur très fade). Une troublante (et même souvent terrifiante) histoire de "chimère" spoiler: (génétique)
    , construite au cordeau (entre réalité-s et fantasme), mise en scène et montée avec une rare efficacité, et ponctuée par une musique fort réussie (par Philippe Rombi, collaborateur habituel d'Ozon).
    gabrielle S.
    gabrielle S.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

    3,5
    Publiée le 9 juin 2017
    Une claque cinématographique. Déroutant, envoûtant, dérangeant. Rythme effréné on ne peut pas en sortir indifférent.
    stanley
    stanley

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 709 critiques

    1,5
    Publiée le 28 mai 2017
    Il fut un temps où les cinéastes français ne montraient pas à l'envi leurs références cinéphiliques exacerbées. Ce temps est révolu et un d'entre eux, parmi les plus célèbres et aussi les plus surestimés, affiche sans la moindre pudeur comme il est dit dans les commentaires ci-dessous ses nombreuses citations (dont pour moi la plus liée à Brian de Palma). Manifestement, excepté le beau Sous le sable, François Ozon me semble bien plus à l'aise dans ses films de "distraction" (Huit femmes, Potiche) que lorsqu'il se prend au sérieux. Car là, nous sommes dans l'abîme de la cinéphilie. Le film est raté du début à la fin, ennuyeux, prévisible jusqu'à la caricature spoiler: (la scène du coeur)
    , aux dialogues verbeux insupportables et à la mise en scène (bien qu'Ozon garde parfois quelques savoirs faire) d'une rare platitude. Jérémy Régnier surjoue, Marine Vagt est aussi sexy qu'un poteau télégraphique et a l'expressivité de la plante verte. Le film est parfois risible dont la fausse inquiétude lorgne vainement vers Roman Polanski. Rien ou presque n'existe dans L'amant double, film brouillon inachevé et bâclé, dont on se demande ce qu'il faisait dans la sélection officielle de Cannes.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top