Mon compte
    Kuessipan
    note moyenne
    4,0
    222 notes dont 31 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 31 critiques par note
    7 critiques
    15 critiques
    9 critiques
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Kuessipan ?

    31 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1413 abonnés Lire ses 3 606 critiques

    3,5
    Publiée le 16 mai 2021
    Leur territoire a été spolié par les colons blancs et ils sont désormais confinés dans des réserves. Ils s'adaptent tant bien que mal à un mode de vie qui les éloigne de plus en plus de leurs traditions ancestrales. Quiconque a "visité" un jour ces réserves indiennes d'Amérique du Nord a pu ressentir cette tristesse infinie qui flottait dans l'air. Ce n'est pas que Kuessipan soit un film revendicatif ou politique mais, basé sur le roman éponyme de Naomi Fontaine, issue de la communauté innue du nord du Québec, son côté naturaliste est l'une de ses qualités, d'autant que Myriam Verreault, avant ce premier long de fiction a tourné des documentaires. Elle est également monteuse et Kuessipan, qui est avant tout une superbe histoire d'amitié féminine, montre une grande habileté en la matière, dans ses ellipses temporelles. Si le matériau littéraire a nourri le film, avec notamment une voix off qui poétise un peu trop, Myriam Verreault n'a pas en revanche su pleinement tirer parti des richesses visuelles du territoire qu'elle a investi. La mise en scène, simplement correcte, manque un peu d'ampleur, dommage. L'histoire, en revanche, gagne en émotion à mesure que les deux héroïnes du film arrivent à l'âge adulte et au moment d'une alternative douloureuse : partir de la réserve ou y rester, leur existence future en dépendra. Les deux interprètes principales de Kuessipan sont magnifiques et vibrantes d'authenticité.
    Coric Bernard
    Coric Bernard

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 162 critiques

    4,5
    Publiée le 30 mars 2020
    Ce film québecois raconte l'histoire de l'amitié de deux jeunes filles d'une communauté innue au Québec avec des destins différents. Librement adapté du roman « KUESSIPAN » de Naomi FONTAINE, la réalisatrice et co-scénariste de ce film a plutôt bien réussi ce film.
    A travers l'histoire émouvante de cette amitié, le film est également une réflexion très intéressante sur les conditions de vie de ces communautés dans ces territoires ou réserves au Québec. L'étude psychologique des personnages du film est très bien restituée.
    La réalisation très soignée, est parfaitement maîtrisée, avec de bons cadrages et le scénario est riche et consistant avec de l'émotion parfois teintée d'humour.
    C'est un film de qualité.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 743 abonnés Lire ses 1 432 critiques

    3,0
    Publiée le 7 juillet 2021
    On est face à une œuvre pétrie de bonnes intentions de toutes parts et cela on ne peut le lui enlever. Et en tous points sincères qui plus est… Mais l’adage est connu : les meilleures intentions ne font pas forcément les meilleures œuvres et si « Kuessipan » n’est pas désagréable à regarder, il souffre de menus défauts et de maladresses propres aux premiers films. Pourtant c’est le second pour Myriam Verreault, dix ans après « A l’ouest de Pluton », mais c’est tout comme si c’était son premier car elle tombe dans pas mal des travers de ces premières œuvres un peu naïves, passionnées et trop généreuses. Cela a pour effet de rendre « Kuessipan » parfois inabouti et loin de l’excellence auquel il pouvait prétendre bien qu’on ait le droit à de nombreux beaux moments.



    Il y a également le fait que ce long-métrage se déroule majoritairement dans une réserve inuite, territoire traditionnellement peu vu au cinéma (tout juste se souvient-on du thriller « Frozen River » par exemple). Et cela occasionne un petit souci. Car si « Kuessipan » se singularise par ce contexte intéressant de Québec du bout du monde près de Sept-Îles et lui permet ainsi une certaine originalité, il semble trop capitaliser dessus au détriment du reste. Le film met le doigt sur certains traits de la culture inuit et certains problèmes inhérents à leur réserve et leur intégration mais c’est fait de manière trop survolée sans véritablement rentrer dans le cœur de ces traditions et/ou problèmes, ce qui laisse un sentiment de frustration ou d’inachevé. Mais le problème majeur de ce petit film est sans conteste sa longueur tut court et ses longueurs un peu tout du long. Il y en a trop et partout dans une œuvre qui aurait pu faire un quart de durée de moins sans problème. Rien que la fin s’étire inutilement avant de conclure.



    Mais ces réserves mises de côté, « Kuessipan » n’en demeure pas moins un beau film sur l’amitié avec quelques moments de grâce. Si le cheminement psychologique des personnages est classique, voire attendu, et que la voix off est pompeuse, c’est toujours juste et souvent touchant. De plus, c’est servi pas un joli duo d’actrices naturelles et complices. Leur histoire d’amitié, parfois contrariée, on y croit de bout en bout. Quant aux histoires satellitaires vécues par chacune d’elles, elles enrichissent parfaitement leurs personnages respectifs. Donc, en dépit des gros défauts cités plus haut (on pourrait également lister un manque de musique et une manière de filmer bien trop fonctionnelle, sans aucune recherche d’embellissement de l’image), ce second long-métrage touche souvent au cœur et plonge de manière intéressante et sans clichés dans une communauté trop peu vue au cinéma. Rien que pour cela, il mérite d’être vu.


    Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 568 abonnés Lire ses 2 399 critiques

    3,5
    Publiée le 7 juillet 2021
    Pour son premier long métrage de fiction, la réalisatrice québécoise Myriam Verreault a choisi d’adapter le roman "Kuessipan", paru en 2011 et écrit par Naomi Fontaine, une jeune romancière de 23 ans, membre de la nation innue d’Uashat. Myriam et Naomi ont associé leurs forces et leurs talents pour l’écriture du scénario : ce fut long, il y eut plusieurs versions, deux personnages se sont imposés qui ne sont pas dans le livre à proprement parler, un livre dont elle se sont souvent éloignées, mais sans jamais en trahir l’esprit. "Kuessipan" a voyagé dans des festivals un peu partout dans le monde et a très souvent été récompensé. "Kuessipan" n’est pas un film « sur » les innus, c’est un film « avec » des innus. Avec ce film, une nouvelle preuve est apportée qu’un film de fiction peut nous apprendre autant de choses sur un sujet, voire davantage, qu’un documentaire pur et dur. En nous intéressant à l’évolution de l’amitié entre deux jeunes filles fort différentes l’une de l’autre et en posant les bonnes questions quant aux limites entre ce qui ressort de la protection de la culture d’un peuple et un repli identitaire, Myriam Verreault a très bien réussi son premier long métrage de fiction.
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 177 abonnés Lire ses 2 081 critiques

    3,0
    Publiée le 12 juillet 2021
    Portrait d 'adolescentes qui vaut surtout pour le coté culturel différent entre deux communautés proche au canada mais éloigné pour nous en france. Intéressant ethniquement de voir ces deux monde.
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 156 abonnés Lire ses 2 632 critiques

    4,5
    Publiée le 2 février 2021
    L'amère et bouleversante réalité de la jeunesse québécoise au sein des communautés innues. Dans cette oeuvre on suit des tranches de vies émouvantes et poignantes d'authenticité. Un film d'une grande richesse, à voir absolument.
    norman06
    norman06

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 1 356 critiques

    3,0
    Publiée le 27 juillet 2021
    Le scénario et l'approche semi-documentaire sur une communauté peu filmée sont intéressants, de même que le recours à des non-professionnels. Mais sur le plan du cinéma, le film n'apporte pas grand-chose, et agace par son recours à la sensiblerie et au pathos. On passe globalement un bon moment.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 674 abonnés Lire ses 2 377 critiques

    3,5
    Publiée le 18 juillet 2021
    À Sept-Îles, sur les bords du Saint-Laurent, la population innue est parquée dans des réserves. Deux enfants, Mikuan et Shaniss y ont grandi, la première dans une famille unie, la seconde séparée de ses parents violents et alcooliques, y sont devenues inséparables. Mais au sortir de l'adolescence, leurs chemins semblent emprunter des chemins différents. Mikuan, éprise de littérature, ne rêve que de quitter une communauté qui l'étouffe tandis que Shaniss s'y est retrouvée piégée par un compagnon toxico et l'enfant qu'il lui a fait.

    "Kuessipan" - un mot innu qui signifie "à toi", "à ton tour" - est l'adaptation par la réalisatrice québécoise Myriam Verreault d'un roman paru en 2011, écrit par Naomi Fontaine, une jeune romancière membre de la nation innue d’Uashat, qui en cosigne le scénario. Il a été tourné sur place avec des acteurs amateurs dans des rôles souvent très proches de leurs propres vies.

    "Kuessipan" est donc un film profondément naturaliste à la limite du documentaire qui nous transporte dans des territoires exotiques, glacés et majestueux. Si quelques plans en montrent la sauvage beauté, l'objet du film n'est pas touristique ni esthétique. Il s'agit plutôt de présenter, à travers la vie de deux adolescentes, les difficultés auxquelles sont confrontés les derniers habitants d'une "nation" autochtone canadienne, soutenus à bout de bras par les subventions fédérales et régionales, repliés sur eux-mêmes dans un identitarisme inquiet que nourrit paradoxalement le regard ambigu que portent sur eux les Blancs. Ces questions identitaires sont incarnées par un personnage : Francis, le Blanc dont Mikuan tombe amoureuse, malgré l'hostilité de Shaniss qui lui reproche cette trahison, un adolescent gentil, ouvert et curieux de la communauté innue, mais dont l'ingénuité même trahit les préjugés racistes sinon l'hostilité.

    Mais "Kuessipan" ne se réduit pas à cette dimension documentaire. C'est avant tout un drame familial mettant en scène, comme son affiche l'annonce, deux héroïnes à la fois proches et dissemblables. Dans le rôle de Mikuan, l'étonnante Sharon Fontaine-Ishpatao crève l'écran. L'actrice amateure porte son obésité avec une grâce déconcertante - on pense à Gadourey Sidibe, l'interprète de "Precious". Elle joue à merveille les ambiguïtés de son personnage dont l'attachement à sa nation passe par un inéluctable éloignement. Yamie Grégoire a un rôle plus ingrat : celui d'une jeune femme trop tôt vieillie, prisonnière d'une relation toxique avec un mauvais garçon, un chouïa caricatural.

    "Kuessipan" dure près de deux heures car son histoire connaît des rebondissements qu'on n'escomptait pas. Mais il est suffisamment rythmé, suffisamment prenant pour qu'on ne s'y ennuie jamais. Au contraire ! On sort de la salle transporté par cette histoire lumineuse.
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 408 abonnés Lire ses 1 938 critiques

    4,0
    Publiée le 4 avril 2020
    un film qui laisse une belle émotion, une émotion constructrice????On est en immersion avec des québécois et des inuites, différences de culture, différence de "territoire" le mot est important car associé à la liberté dans le langage inuite;;;Le film est bien interprété, les personnages deviennent au fil du film très attachants, et nous délivrent de beaux messages d'amour, d'amitié de solidarité…Ils nous apprennent à vivre, tout simplement ou à nous regarder autrement pendant 2 heures...c'est bien filmé dans des décors souvent enneigés, avec une douce musique…..indubitablement, le film est humain et transmet de l'émotion, c'est ce que l'on retiendra en plus d'une délicatesse de la mise en scène, J'ai aimé
    Loïck G.
    Loïck G.

    Suivre son activité 176 abonnés Lire ses 1 238 critiques

    4,0
    Publiée le 7 juillet 2021
    C’est un film riche et magnifique qui aborde de manière très discrète et efficace de nombreux thèmes aussi disparates que celui des femmes battues, de l’identité culturelle, de l'amitié ,du tiraillement entre les peuples, des frontières linguistiques … Ce dernier thème est joliment illustré par l’utilisation de la langue maternelle innue chez les aînés quand leurs enfants répondent en français. C’est drôle, touchant, vivant, à travers l’amitié indéfectible de deux jeunes femmes, depuis leur plus tendre enfance. Au fil des années, elles vont devoir affronter leurs différences éveillées dans la confrontation de deux mondes qui s’éloignent. La raison et l’intelligence auront le dessus. C’est aussi de l’amour nous dit ce premier roman de Naomi Fontaine, co-scénariste de ce très beau film réalisé par Myriam Verreault.
    Pour en savoir plus : lheuredelasortie.com
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 848 critiques

    3,0
    Publiée le 16 juillet 2021
    Beau portrait d'une ado innue, en voie d'émancipation vers la ville de Québec. Ses relations avec son amie d'enfance, avec sa famille, sont peintes de façon frontale et un peu répétitives mais toujours avec sincérité. On peut sans doute regretter une cinématographie paresseuse. Cependant, l'interprétation émouvante de la jeune actrice principale mérite à elle seule le détour.
    Dois-Je Aller le voir ?
    Dois-Je Aller le voir ?

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 1 200 critiques

    4,5
    Publiée le 23 août 2021
    Mikuan et Shaniss, deux amies inséparables, grandissent dans une réserve de la communauté innue. Petites, elles se promettent de toujours rester ensemble. Mais à l’aube de leurs 17 ans, leurs aspirations semblent les éloigner

    C'est Myriam Verreault qui adapte le recueil de récits poétiques "Kuessipan : À toi", écrit par Naomi Fontaine. Elles ont écrit le scénario ensemble.

    J'ai mis un peu de temps à pouvoir voire ce drame Québécois, mais je suis finalement totalement ravi car cela en valait la peine.





    J’ai adoré le cinéma venu de chez nos amis Canadiens, et encore une fois celui-ci est à la hauteur. Pour la première fois, je vois un film se déroulant chez les Innus, cette communauté autochtone du Québec. Le tournage c’est d’ailleurs déroulé dans la réserve indienne Uashat. Une immersion totale, d’autant plus que la grande majorité des acteurs ne sont pas professionnel, et issu des Innus.



    Ce contexte est important car Kuessipan va beaucoup tourner autour de l’attachement à une communauté. En effet, le fait de vivre dans une réserve fait que les protagonistes vont être énormément tournée vers les leurs. On sent même une défiance envers ceux extérieur à celle-ci car ils ont l’image de ceux ayant pillé les terres de leurs ancêtres. C’est très intéressant de voir le comportement de chacun entre les parents baignant totalement dans la culture traditionnelle, Shaniss ne s’imaginant pas bouger de la réserve, et enfin Mikuan qui va dénoter avec cela en rêvant d’ailleurs.





    C’est surtout autour de cette dernière que le film va tourner. Comment va-t-elle essayer de s’épanouir, sans pour autant renier les siens. Un jeu d’équilibriste pas évident surtout au vu de la pression sociale indirecte qu’elle a. Afin de se rendre compte réellement de la difficulté que cela doit être, la réalisatrice va insister sur son lien fusionnel avec Shaniss. Deux sœurs de cœur que la vie ne pousse pas dans la même direction. J’ai adoré cette complicité entre elles. Les deux actrices Sharon Fontaine-Ishpatao et Yamie Grégoire sont géniales.

    Le dérouler va donc être très poignant. À de nombreuses reprises on ressent la douleur de ces protagonistes. Ce n’est pas évident pour eux d’évoluer humainement mais il faut passer avec force cette période charnière de leur vie. Les déceptions vont être nombreuses mais il ne va pas falloir baisser les bras. Certaines scènes vont être magnifiques et d’autres extrêmement triste. La réalisation douce nous met dans une situation d’empathie.
    Mélany T
    Mélany T

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 138 critiques

    3,0
    Publiée le 7 juillet 2021
    C'est dommage, la mise en scène manque de moyens et de travail mais le contexte novateur, le joli récit, les personnages forts et la fin émouvante font passer un beau moment.
    Jipéhel
    Jipéhel

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 63 critiques

    4,0
    Publiée le 9 juillet 2021
    Kuessipan

    Une certaine idée de la liberté

    Pour son 1er film, la jeune canadienne Myriam Verreault – dont on ne peut ignorer ici le passé de documentariste -, nous propose un drame identitaire dont l’intérêt ethnologique nous emporte au sein d’une communauté à la fois loin et proche de nous. 117 minutes d’un voyage qui prend aux tripes dans le nord du Québec. Mikuan et Shaniss, deux amies inséparables, grandissent dans une réserve de la communauté innue. Petites, elles se promettent de toujours rester ensemble. Mais à l’aube de leurs 17 ans, leurs aspirations semblent les éloigner : Shaniss fonde une famille, tandis que Mikuan tombe amoureuse d’un blanc et rêve de quitter cette réserve devenue trop petite pour elle... A travers cette belle histoire d’amitié fusionnelle, ce film pose une question cruciale : Quelle est la limite juste entre la protection de la richesse culturelle d’un peuple et le repli identitaire ? Passionnant !
    Ce drame est adapté du recueil de récits poétiques Kuessipan : À toi, écrit par Naomi Fontaine, une Innue de Uashat - petite baie du Fleuve St-Laurent enclavée dans la ville Sept-Îles -, qui vit aujourd’hui à Québec. L'auteure voulait clairement donner à voir des visages, des lieux et des moments vécus dans sa communauté. On assiste à une véritable passation entre la romancière et la réalisatrice, une transmission de volonté et de savoir. Avant Kuessipan, ces personnages étaient invisibles, absents de l’image que l’on peut se faire du Québécois. Pour convaincre, il fallait évidemment tout tourner sur place. On comprend ainsi combien le mot « réserve » possède une connotation négative, et ici ces gens nous sont montrés dans ce lieu à travers leur vraie vie. Le racisme latent évoqué par certains moments dans le film est surtout montré comme une peur de l’autre. Ce peuple a un véritable destin de résistance. Mais, ils sont moins de vingt mille, pas huit ou 10 millions et c’est donc d’autant plus difficile de faire entendre sa voix. C’est pourtant ce que fait ce film avec force et conviction en mettant en avant une certaine idée de la liberté qui va bien au-delà des préjugés. Osez le voyage, il en vaut la peine.
    Les comédiens du film sont pratiquement tous des Innus de la communauté pour qui il s'agissait de la toute première expérience professionnelle de jeu. Et pourtant, les Sharon Fontaine-Ishpatao, Yamie Grégoire, Etienne Galloy et tous les autres sont formidables de sensibilité et de justesse. Ils incarnent toutes les questions que l’on doit se poser sur le rapport au territoire, les rapports aux autres et les aspirations pour le futur. Voilà un moment d’une grande richesse à voir absolument.
    Christian L.
    Christian L.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 19 critiques

    4,0
    Publiée le 10 juillet 2021
    Film souvent drôle avec de beaux moments d'émotion.Très Intéressante et dépaysante, l'histoire sillonne au gré de débats et de belles relations humaines. De plus tout en douceur, le film dissémine quelques réflexions et vérités qui font échos à nos vies. Un film qui transporte qui fait rire et qui émeut !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top