Mon compte
    Bienvenue Mister Chance
    Note moyenne
    3,8
    446 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Bienvenue Mister Chance ?

    48 critiques spectateurs

    5
    8 critiques
    4
    20 critiques
    3
    12 critiques
    2
    2 critiques
    1
    4 critiques
    0
    2 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    septembergirl
    septembergirl

    581 abonnés 1 069 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 25 décembre 2014
    Une comédie dramatique qui met en scène Monsieur Chance, un jardinier simplet qui, grâce à sa sottise et naïveté naturelles, parvient à accéder aux hautes strates de l’Amérique des années 1970. Peter Sellers incarne ici son dernier personnage de façon drôle et touchante, mais toujours très juste. Une réalisation qui, sous ses apparences de fable comique, livre un discours radical sur le pouvoir et les médias. Une satire socio-politique bien amenée, beaucoup plus acerbe et cynique qu’elle n’y parait !
    this is my movies
    this is my movies

    657 abonnés 3 087 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 16 novembre 2018
    Oh mon Dieu, ce bijou de comédie drôle et acide, peinture peu reluisante du monde, qui a encore cours aujourd'hui, et même plus que jamais. En faisant de ce simplet un objet d'attention, le film égratigne salement le monde de la politique et des médias, tapant là où ça fait très mal, sans aucune retenue. P. Sellers est juste fabuleux dans ce film, traversant la vie de ces puissants avec indifférence, faisant fantasmer ses interlocuteurs tout en débitant des propos au 1er degré qui ne veulent rien dire, lui qui aime juste jardiner et regarder la télé. Mais, incapable de sortir de leurs carcans, il fera la joie d'un puissant financier mourant et de sa femme, du président des USA (également impuissant au lit avec bobonne, fallait oser !), des médias et des ambassadeurs, tandis que les services secrets s'échinent à savoir qui il est, échafaudant des théories insensées. Puissant, profond, hilarant, un film incroyable, qui ose beaucoup de choses, narrant tranquillement la destinée hallucinante de cet homme, qui se contente d'être là et de dire des choses avec placidité, laissant ses interlocuteurs interpréter ça à leur façon. Génial, même si c'est peut être un peu trop long. D'autres critiques sur thisismymovies.over-blog.com
    chrischambers86
    chrischambers86

    12 690 abonnés 12 266 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 15 février 2017
    il s'agit du dernier film tournè en intègralitè par le gènial et regrettè Peter Sellers, mondialement connu pour avoir interprètè à multiples reprises le cèlèbre inspecteur Clouzot dans la sèrie "The Pink Panther" de Blake Edwards! spoiler: Dans "Being There" d'Hal Ashby, Sellers est Chance, un jardinier illettrè et naïf qui a gardè le comportement d'un petit garçon! Ayant toujours vècu coupè du monde, ce dernier est invitè à la suite d'un accident, dans la demeure du conseiller privè du Prèsident des Etats-Unis! Ses rèponses naïves sont interprètèes ici comme de puissantes mètaphores et Chance, devient sans comprendre, le nouveau gènie de la Maison Blanche! Au point même de sèduire un certain Melvyn Douglas qui incarne dans ce film le conseiller privè du Prèsident!
    Sellers nous a quittè en 1980, Douglas en 1981...deux acteurs parfaitement utilisès à l'aube de leur mort! Un bon Ashby qui nous montre que la naïvetè peut rendre quelqu'un d'important! Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Melvyn Douglas...
    Grouchy
    Grouchy

    111 abonnés 1 033 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 10 avril 2014
    Les rôles d'imbéciles ont toujours été une habitude chez Sellers. Dans ce film, son personnage lui a fait atteindre un autre niveau du jeu d'acteur. Il y incarne l'imbécile heureux, qui n'a d'yeux que pour ses plantes et sa télévision, qui l'accompagne matin et soir, et qui l'empêche de faire certaines activités. Le film est une belle leçon sur l'arrivée d'un inconnu au pouvoir et sa médiatisation : on montre Chance plongé dans le monde impitoyable du show télévisé et de la presse, médias qui peuvent modeler son image à leur façon. Egalement dans le milieu politique, où par une méprise, les renseignements ne trouvent aucun dossier sur Chance, comme s'il était arrivé du ciel, et cela grâce à un accident causé par la télévision. Avec un texte très bien écrit, le réalisateur Ashby a su créer un film humain et poignant : par exemple, il a su mettre en avant le montage son : le son de la télévision est parfois en harmonie avec la situation de Chance. Ou encore la séquence de la découverte du monde extérieur par Chance, un monde couvert d'ordures, avec une chanson jazz reprenant les notes de Ainsi parlait Zaratoustra de Strauss. Seulement est-ce que le film dénonce une forme de racisme dans la société américaine ( la bonne ou les délinquants ) ? peut-être, mais les coulisses de la télévision, des médias et de la politique sont aussi explorés. Tout cela en passant par le point de vue du personnage brillamment interprété par Sellers, qui, sous ses "Je comprends" répétés, ne comprends en réalité pas le pouvoir qu'il tient entre ses mains, se fixant toujours sur la réalité que lui a transmise la télévision. Le personnage n'évolue pas, mais l'histoire n'en conserve pas moins une humanité, une simplicité étonnante.
    VodkaMartini
    VodkaMartini

    43 abonnés 410 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Si "Forrest Gump" avait été un bon film, il aurait été........ce film. Satire contemplative, douce-amère, porté par un Peter Sellers en état de grâce, "Being There" donne autant de tendresse que d'amertume. La scène finale en est la preuve, burlesque et mystique à la fois.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    1 001 abonnés 4 921 critiques Suivre son activité

    1,5
    Publiée le 15 novembre 2022
    Le film est en quelque sorte une adaptation du conte d’Andersen: les habits neufs de l’empereur.
    Comme le dit la femme du début : il est bête comme ses pieds.
    Et personne ne le voit comme dans le conte où les tailleurs se moquent du roi en lui faisant croire que seuls les gens intelligents voient le tissu dont il est affublé alors qu’en fait il n’a pas d’habits…
    Le conte a cette particularité, c’est qu’il est plaisant et facétieux.
    Ici je trouve ce film insupportable.
    C’est effectivement aussi un Forest gump des années 70 mais quel ennui abyssal.
    Le ton du film est monotone, la musique atroce, le style vieillot et la télé tout le temps détestable.
    Pas du tout emballé. Même avec tous les acteurs connus.
    Y Leca
    Y Leca

    24 abonnés 933 critiques Suivre son activité

    1,5
    Publiée le 8 juin 2024
    Trop lent, trop long, trop malaisant. Ce Forrest Gump avant l'heure n'a pas la vivacité, le charme et la drôlerie de son successeur. On ne rit pas, on s'ennuie, on ne croit jamais que ce simple d'esprit puisse charmer son entourage. Si le message d'Ashby était que n'importe qui peut devenir Président des USA, Trump l'a ensuite prouvé. Et ce n'est pas drôle non plus....
    halou
    halou

    111 abonnés 1 532 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 7 mai 2008
    Agréable surprise, film accessible, Peter Sellers toujours au top.
    Jahro
    Jahro

    49 abonnés 684 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 29 avril 2015
    Forrest Gump avant l’heure, Mister Chance est un niais magnifique. Nourri et blanchi par un homme dont il n’a jamais su quel lien il avait avec lui, il se réveille brutalement après cinquante ans quand le destin le force à se construire une vie. Pur et limpide, il intègre par hasard les arcanes du pouvoir et étend progressivement son aura par une série de quiproquos dont il reste en tout point innocent. Lui qui n’a de science que pour l’horticulture, il renvoie ses auditeurs à leurs certitudes, ravive leurs espoirs et leurs peines perdues, touche et rassure les âmes en leur rappelant Voltaire : nous devons cultiver notre jardin. Being there joue des invraisemblances avec un naturel désarmant. Son Candide aux tenues des années trente, qui s’abrutit de télévision et lâche des punchlines inspirées des fleurs, apporte un grand bol d’air au cinéma d’alors. La réalisation d’Hal Ashby, discrète et tout en retenue, laisse place au charme un peu usé de Peter Sellers, dont c’est le dernier rôle de son vivant – la panthère rose nous quittant prématurément l’année suivant la sortie dans les salles. Rien que ça vaudrait que l’on s’y attarde, mais l’essai, simple, rieur et faussement léger, a bien plus à offrir qu’une amère épitaphe. Une belle surprise.
    Gellis
    Gellis

    4 abonnés 76 critiques Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 19 janvier 2013
    Que l'on soit prêts à gober bien des ineptiies, que la presse nous fasse avaler des heures et des vies de vacuité, que de grosses fortunes se placent sous la coupe de gourous improbables …….
    De là à ce qu'un demeuré intégral, analphabète singeant la télé, enfant sauvage de la maison de la Belle au bois dormant devienne l'inspirateur d'un président de la République, le confident éclairé d'un puissant homme d'affaire, l'amant de sa femme (ou presque) et le nouvel hérault des médias, pour finir par marcher sur l'eau....
    Le miracle n'a pas eu lieu. Jamais, je ne suis rentré dans la drôlerie supposé de ce film, jamais je n'ai esquissé un sourire, à des scènes qui pourtant dans un autre contexte m'aurait sans nul doute tordu de rire
    ptiverat
    ptiverat

    13 abonnés 80 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 21 mai 2013
    Un chef d'oeuvre!
    Je me souviens d'avoir vu ce film à Vancouver à sa sortie. La salle se vidait les gens ne comprenaient rien. Je me suis retourné et il y avait une vieille dame avec son mari, elle pleurait, elle m'a montré l'écran en me disant : This is life!.... J'ai été flabergasté par le film,par sa profondeur sous son insouciante légereté! Tiré de la nouvelle : La Présence....Si on comprend ce mot , si on l'associe au personnage qui est toujours dans l'instant présent,alors le film s'éclaire. Le monologue de la fin est sublime! Un des grand monologues du cinéma...comparable à celui de Chaplin dans le Dictateur!Avec une petite touche d'absurde... La marche sur l'eau , trouvé par Ashby à la dernière minute est poétique, ouverte, fascinante! rejoint le mythe....Ceux qui ne voient que le premier degré et s'y ennuie sont sûrement mieux de visionner des films au premier degré style Bond et Cie...Donc amateurs de tout-cuit et “easy listeners” s'abstenir
    Eselce
    Eselce

    1 277 abonnés 4 238 critiques Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 10 février 2015
    Le film est véritablement absurde. Un jardinier simplet a vécu toute sa vie en tant que jardinier chez un vieil homme qui vient de mourir. Il se retrouve du jour au lendemain à la rue et est recueilli chez le vice-président à la suite d'un coup du sort. Son langage naturel va émerveillé tout le monde, médias compris, qui vont boire ses paroles comme du petit-lait sans se rendre compte comme il est benêt. Le film est lent, les dialogues absurdes à mon goût. Je l'ai visionné pour la scène préférée de F. Berléand. Je ne remets pas en cause le jeu des acteurs mais je n'étais pas loin de somnoler pendant tout le film. Et le final... spoiler: le proposer à la Présidence ?
    est parfaitement ridicule, même s'il dépeint une société de médiatisation favorable à l'aura d'une personne plutôt qu'à ses compétences. Je n'ai pas du tout aimer les dialogues, les personnages et ai trouvé le film extrêmement fade. Joué d'une manière monotone et monocorde au possible, même lors des moments humoristiques. Il dure 2 longues heures !
    Julien D
    Julien D

    1 148 abonnés 3 461 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 10 novembre 2014
    A la façon d’un père spirituel de Forest Gump, le dernier personnage qu’incarna l’inénarrable Peter Sellers roule sa bosse dans les strates les plus élitistes de l’Amérique des années 70 grâce à sa sottise naturelle. Avec cette petite fable comique Hal Ashby signe là son film le plus grand-public mais son discours sur le pouvoir et les médias n’en reste pas moins radical. La façon dont les politiques et les journalistes sont y montrés comme étant tellement cantonnés dans leur langue de bois que la naïveté d’un quidam leur apparait comme une force de discernement, est annonciatrice de la vacuité intellectuelle des médias et des discours publics contemporains. La glorification de la bêtise humaine dans un monde où tout n’est qu’apparats et manipulations est donc astucieusement dénoncée par ce scénario mais la façon dont la réalisation adopte le rythme de son héros, d’ailleurs trop peu crédible pour être touchant et trop pitoyable pour être amusant, plombe le pouvoir comique de cette satire socio-politique à laquelle la toute dernière scène va donner une toute autre dimension.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 21 avril 2011
    UN ange ce Mister Chance.

    il arrive à passer les étapes sans s en prendre une ! comme quoi ,nous pauvres humains,c est la trouille doit nous rendre si arrogant...

    j ai adoré la scène quand il part dans les rues, la musique y est pour beaucoup...
    Claude DL
    Claude DL

    84 abonnés 1 626 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 24 mai 2024
    Trop drôle ! Peter Sellers, toujours prompt à jouer les crétins de service, effectue ici une prestation de très haut niveau. On assiste à une satire jubilatoire du milieu politique et économique US : l’origine de Mister Chance n’étant trouvée ni par le FBI ni la CIA, après la demande du Président lui-même, ce dernier ne trouve plus le sommeil et a sa panne sexuelle : franchement hilarant. Au départ, tout vient d’un accident bénin de Mister Chance par la voiture d’un « vieux » très haut placé de l’économie américaine, habitué des contacts avec le Président, et tout s’enchaîne avec un humour décapant. Partout où il passe, Mister Chance attire la sympathie par ses propos directs toujours positifs et ses comparaisons avec les règles du jardinage que le Président veut appliquer à sa politique. Franchement à voir, d’autant que Shirley Maclaine, en épouse insatisfaite du vieux grand patron immensément riche, est tout simplement sublime.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top