Notez des films
Mon AlloCiné
    L'Esprit s'amuse
    note moyenne
    3,2
    46 notes dont 18 critiques
    répartition des 18 critiques par note
    1 critique
    1 critique
    13 critiques
    3 critiques
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur L'Esprit s'amuse ?

    18 critiques spectateurs

    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2114 abonnés Lire ses 5 650 critiques

    3,0
    Publiée le 26 septembre 2011
    Un Lean loin de ses futurs films qui feront son succès et sa reconnaissance mondiale ici on est assez proche du vaudeville avec une comédie flirtant avec le fantastique (une veuve revient sous la forme d'un fantôme verdâtre) parfois mordant pourtant L'Esprit s'amuse semble une comédie bien sage de nos jours. Cependant L'Esprit s'amuse s'avère un sympathique divertissement.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 316 abonnés Lire ses 1 427 critiques

    3,5
    Publiée le 5 septembre 2013
    David Lean s'essaye ici aux histoires de fantômes, et on peut dire que l'essai est transformé. Malgré un déroulement attendu (hormis une véritable surprise bien trouvée), on est véritablement enchanté par cet humour fonctionnant à merveille, et aussi par ces acteurs aussi doués qu'attachants. "L'esprit s'amuse" est un agréable moment de cinéma, où la magie opère avec succès.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 513 abonnés Lire ses 3 465 critiques

    3,0
    Publiée le 17 mars 2018
    David Lean est essentiellement connu pour les trois films épiques qu'il tourna pour Hollywood, inscrits aujourd'hui dans le patrimoine mondial. Difficile en effet pour le reste de sa filmographie d'exister face au "Pont de la rivière Kwaï" (1957), à "Lawrence d'Arabie" (1962) et au "Docteur Jivago" (1965). Si "Vacances à Venise" avec Katharine Hepburn et "La fille de Ryan" avec Robert Mitchum parviennent à se frayer un chemin pour parvenir à notre souvenir, qui hormis les cinéphiles avertis se souvient vraiment qu'après une carrière de monteur, David Lean tourna dix films en Angleterre son pays natal, de 1942 à 1954 ? Il commença pourtant en excellente compagnie aux côtés de Noël Coward avec quatre films adaptés des pièces du célèbre dramaturge. "L'esprit s'amuse" (1945) emprunte aux films de revenants pour offrir une digression du meilleur effet à propos de l'éternel trio amoureux. Charles Condomine, écrivain joué par un jeune Rex Harrison juste avant son départ pour Hollywood, organise une séance de spiritisme chez lui afin de documenter son prochain livre. Avec Ruth sa femme (Constance Cummings), il invite la très excentrique Madame Arcati (Margaret Rutherford délicieuse comme toujours). La séance fait malencontreusement se réveiller l'esprit d'Elvira (Kay Hammond) la première femme de Charles. Celle-ci n'est visible et audible que de Charles. Ce drolatique et troublant incident permet à David Lean de broder autour du problème de la vie antérieure qui vient souvent tourmenter l'harmonie des couples. Peut-on être vraiment sûr que son nouveau partenaire a oublié celui ou celle qui vous a précédé? L'apparition du fantôme d'Elvira qui finira par devenir réalité pour Ruth grâce au phénomène du Poltergeist (déplacements d'objets inexplicables) va déclencher une cohabitation toute particulière qui fait tout le sel du film. "L'esprit s'amuse" qui porte bien son nom n'est certes pas un chef d'œuvre mais il a le grand mérite de dévoiler une facette méconnue de l'activité de David Lean à la grande période des Studios Ealing. Une rareté à savourer sans modération.
    Ti Nou
    Ti Nou

    Suivre son activité 191 abonnés Lire ses 2 700 critiques

    3,0
    Publiée le 30 juillet 2014
    Après un portrait familial peu joyeux, David Lean s'essaie à la comédie et il le fait plutôt bien. Sans être un film majeur de sa filmographie, "L'esprit s'amuse" est un divertissement qui fonctionne grâce à des touches d'humour noir.
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 503 critiques

    5,0
    Publiée le 25 juin 2013
    Chef-d’œuvre absolu de la comédie anglaise. Le premier grand film de David Lean, réalisé un an avant ses "Grandes espérances" qui montrait déjà son exceptionnel sens de la mise en scène, son don inné pour la légèreté, le recul de la caméra, comme s'il ne s'agissait ici que de capter le meilleur pour l'écran. Bref, une impression de facilité due essentiellement à un travail acharné en amont, un sens aigu du détail. Comment faire autrement pour réaliser une comédie si réussie, toujours légère, subtile, et d'une incroyable modernité de ton et d'esprit. Ajoutons à cela un scénario magique (étrange qu'il n'y ait jamais eu de remake de ce film !), et une interprétation rayonnante du quatuor composé de Rex Harrison, Constance Cummings, Joyce Carey et Margaret Rutherford. Un vrai moment de grâce et de bonheur.
    Nelly M.
    Nelly M.

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 525 critiques

    3,5
    Publiée le 9 décembre 2011
    Projeté à Univerciné Britannique Nantes décembre 2011. Excellent divertissement en technicolor, alerte, avec de bons mots réguliers. Ils sont tous au mieux de leur forme au sortir de la guerre ces acteurs qui se rient de la mort. C'est tiré d'une pièce passant en revue les petites taquineries du couple encore épris qui virent aux squelettes ressortant du placard, de quoi se projeter pour de vrai grâce à la superposition d'images, dans l'éternelle et mutuelle hantise de la concurrence. Savoureux personnages, en premier Elvira la fantômette verte à l'accent traînant, la bonne, une brave fille qui trotte dès qu'on l'appelle, le couple bien installé dans son ronron qui en vient aux tirades assassines. Fracassante arrivée de la voyante, elle captive d'entrée de jeu bien qu'on puisse ensuite s'ennuyer de démonstrations très laborieuses. Curieux aussi qu'il faille aller jusqu'à la dernière image, ce pont qui donne des ailes, pour comprendre le soudain flegme masculin du deux fois veuf.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3122 abonnés Lire ses 7 252 critiques

    4,0
    Publiée le 7 novembre 2011
    Troisième et avant-dernière collaboration entre David Lean et Noël Coward, « L’Esprit s’amuse » possède plusieurs caractéristiques communes avec « Heureux Mortels », tourné un an auparavant et où nous constations notamment l’effacement de Lean au profit du texte et de l’esprit de Coward, avec à la clé une oeuvre honorable, à défaut d’être mémorable. Pourtant, s’il est à nouveau évident que Lean ne réalise pas ici son plus grand film et que celui-ci vaut une fois de plus avant tout pour la qualité de la pièce d’origine, le résultat n’en est pas moins réjouissant. Coward semble s’être fait plaisir en nous proposant une intrigue originale et souvent surprenante, pimentée de dialogues savoureux au possible. Cette histoire d’épouse défunte obligeant par sa présence son ex-époux remarié à un ménage à trois ne manque pas de sel, d’autant que l’auteur n’hésite pas à mettre le doigt sur des sujets encore assez tabous à l’époque, surtout en Angleterre. Sexe et adultère sont ainsi évoqués à plusieurs reprises frontalement, mais sans jamais tomber un seul instant dans le vulgaire ou le scabreux. Il n’est toutefois pas question d’être dans l’hilarité permanente, et d’ailleurs nous sourions beaucoup plus que nous nous esclaffons. Mais c’est aussi ce qui fait le charme du film : un parfait équilibre, sans temps mort, avec un rythme mené à grand train (on songe à Feydeau parfois), notamment grâce à la relation assez complexe qu’entretient le héros avec sa femme défunte. Très loin de la douceur et de l’élégance qui caractérise habituellement ce type de personnages, Elvira, le fantôme sensuel, s’avère tantôt agaçante et vulgaire, tantôt touchante et émouvante. Le fait que celle-ci soit verte ne fait qu’accentuer cette étrangeté, ce décalage amusé qu’incarne à l’écran avec un plaisir communicatif la belle Kay Hammond. L’interprétation est d’ailleurs globalement satisfaisante : car si Rex Harrison est malheureusement moins inspiré qu’à l’accoutumée, on ne pourra que se réjouir de la prestation de la magnifique Constance Cummings, mais surtout du tourbillon Margaret Rutherford, comme toujours géniale, dans un rôle de voyante vraiment pas comme les autres. Au final, si l’on regrettera un Technicolor vraiment très moyen, « L’Esprit s’amuse » n’en reste pas moins un petit festin, mélange saisissant de comédie et de fantastique (à noter d’ailleurs des trucages du plus bel effet) pour un résultat typiquement anglais, parfaitement enivrant.
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    3,5
    Publiée le 14 juillet 2011
    Troisième film de David Lean, L’esprit s’amuse est une délicieuse histoire de fantômes faisant resurgir le goût du passé et la nostalgie des choses disparues. Le film est tiré d’une pièce de Noel Coward qui a écrit lui-même le scénario pour donner ce petit intermède où un homme est aux prises avec les fantômes de ses femmes disparues… Finalement, tout s’arrangera pour le mieux dans le meilleur des mondes ! Rex Harrison est juste parfait en mari accablé mais ne perdant jamais son phlegme et son humour pour autant, Constance Cummings et Kay Hammond forment un duo contrasté et amusant. Il n’y a que Margaret Rutherford, dans le rôle de la medium, qui soit un cran au-dessous dans cette interprétation pour un léger excès de cabotinage mais cela ne gâche pas l’impression d’ensemble. La réalisation de David Lean est légère et inspirée et fait magnifiquement ressentir ce charme typiquement britannique de l’immédiat après-guerre, cette époque où tous les Anglais, heureux et fiers de leur résistance et de la victoire, pouvaient en toute liberté songer à s’amuser…
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 5575 abonnés Lire ses 10 543 critiques

    3,5
    Publiée le 31 juillet 2011
    D'abord monteur, puis collaborateur de Noël Coward pour le très beau "Ceux qui servent en mer", David Lean se fait dèjà remarquer en 1945 avec "Blithe Spirit", comèdie fantastique fort rèjouissante qu'il signe avant son premier chef d'oeuvre "Brief Encounter". Un divertissement de qualitè où chaque personnage, même secondaire, apporte sa touche notamment le fabuleux numèro de Margaret Rutherford en mèdium excentrique, avec cette pointe d'humour dont elle avait le secret! Le duo Rex Harrison-Constance Cummings est amusant et Kay Hammond est une fantôme de couleur vert-grenouille dèlicieuse! Une utilisation farfelue de la couleur et des effets spèciaux astucieux (avec en poche un Oscar des meilleurs effets visuels) apportent un plus à ce dèlicieux classique de Sir David Lean! Un joli moment de dètente...
    JR Les Iffs
    JR Les Iffs

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 1 151 critiques

    2,5
    Publiée le 29 octobre 2017
    Sorte de conte pour adulte dans lequel une épouse décédée jeune revient sur terre, grâce aux dons d'une spirite, et essaie alors de reconquérir son mari qui s'est remarié. Seul le mari peut voir et entendre le fantôme de sa première femme. Ce qui engendre beaucoup de quiproquo et la jalousie de la première épouse qui réussira à tuer sa femme actuelle et ainsi deviendra également une épouse fantôme. Scénario assez loufoque au premier abord, mais qui permet d'avoir des dialogues teintés d'humour et de bonnes réflexions sur la vie de couple. Mais cela ne va pas très loin et l'ennui affleure peu à peu, heureusement que de temps en temps il y a la médium Margaret Rutherford qui sauve un peu l'ensemble.
    Moorhuhn
    Moorhuhn

    Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 579 critiques

    2,5
    Publiée le 26 décembre 2011
    Des trois Lean que je suis allé voir au cinéma, celui-ci était le moins bon, je suis légèrement déçu même si j'en attendais pas forcément du lourd. L'ensemble m'a paru un peu faiblard malgré de bonnes idées. En fait L'esprit s'amuse accuse un peu son âge, il a un aspect vieillot, un tantinet kitsch. Ca peut plaire à certains mais moi ça m'a un peu rebuté, le coup de la musique omniprésente qui semble avoir servi déjà dans une centaine de films auparavant pas pour moi... Même la photographie n'est pas fameuse, heureusement la mise en scène reste d'un bon niveau, même si on atteint pas les sommets qu'a pu atteindre Lean par la suite. Lean a notamment une maîtrise du cadrage très intéressante mais là même si ça reste une bonne réalisation dans l'ensemble ça reste un peu figé. Forcément ça parle d'esprits et de fantômes, du coup on superpose les prises. Les trucages ont un peu vieilli mais ça passe encore, et puis ça contribue à cette ambiance un peu kitsch. L'histoire quant à elle est sympathique. L'intrigue donne lieu à la formation d'un improbable triangle amoureux où Charles le personnage principal se retrouve tiraillé entre l'arrivée de l'esprit de sa première femme décédée et sa femme actuelle, bien vivante elle. Les dialogues du film sont plutôt savoureux, bien écrits, certains assez jouissifs et même assez osés pour l'époque. Enfin relativisons, tous les dialogues ne sont pas forcément comme ça dans le film. Et je trouve aussi que les acteurs ont une légère tendance à surjouer même si le cadre théâtral de l'Esprit s'amuse appuie un peu cette démarche. J'ai moyennement accroché, c'est un peu moyen, c'est un Lean mineur, pas forcément essentiel dans la filmographie du réalisateur mais ça reste un divertissement tout à fait convenable.
    il_Ricordo
    il_Ricordo

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 407 critiques

    3,5
    Publiée le 12 mai 2012
    Blithe Spirit, comme tous les premiers films de David Lean, reflète davantage l'esprit de Noël Coward que celui de Lean. Comédie fantastique, elle réemploie le thème classique du couple fantôme, avec d'amusants effets spéciaux récompensés aux oscars. Mais si l'histoire est loin d'être intéressante, les acteurs sont tous merveilleux, Rex Harrison en tête, et la plus grande qualité du film est bien entendu le dialogue. Dès le début, on sent qu'il s'agit d'une pièce de théâtre cinématographique, et les décors typiquement britanniques sont là pour nous le rappeler. Osés, sophistiqués, cinglants, les dialogues sont l'essence même de L'Esprit s'amuse. Ils fusent dans tous les sens, de la même façon que les spectres devant les mortels désemparés. David Lean brillera par la suite dans ses grandes fresques épiques, mais il n'est pas moins bon dans la détente cérébrale avec cette comédie dont on regrette néanmoins la légèreté vexante. Vexante car David Lean est certainement le plus grand de tous les cinéastes britanniques, ce dont on a pu se rendre compte uniquement grâce à ses œuvres ultérieures.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1766 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    3,0
    Publiée le 8 juillet 2011
    Celui qui s'attend à un pur film de David Lean sera déçu car c'est juste une adaptation sans grande originalité et sans personnalité dans la mise en scène, si ce n'est des effets visuels (justement récompensé par un Oscar!!!) de très grande qualité qui arriveront sans mal à convaincre nos chers et difficiles yeux modernes, d'une pièce de Noël Coward. Mais comme celle-ci est d'une très grande qualité d'écriture, en particulier pour ce qui est de dialogues bien acidulés avec quelques petits sous-entendus par-ci, par-là, d'une fantaisie et d'un cynisme dignes du divin Oscar Wilde... Donc à moins d'y mettre vraiment de la mauvaise volonté, je ne vois pas qui ne peut pas apprécier ce film. Des numéros d'acteurs en grande forme bien sûr avec une jolie petite mention spéciale pour la future Miss Marple Dame Margaret Rutherford qui se taille la part du lion. Il n'y a vraiment pas de raison de ne pas s'amuser devant ce film comme le fait l'Esprit.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 462 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    3,5
    Publiée le 11 mai 2015
    Écrivain à succès, Charles Condomine organise un dîner où il invite une voyante loufoque et excentrique. Suite à une séance de spiritisme, ils constatent qu'elle a tout raté... jusqu'à ce que Charles soit hanté par les fantômes de sa première femme ! Troisième film de David Lean et second qu'il réalise en solo, L'esprit s'amuse nous entraîne au cœur de ce couple qui va voir sa vie chambouler par l'apparition fantomatique de l'ex-femme de Charles. Bénéficiant de plusieurs bonnes idées, les péripéties sont bien trouvées et Lean joue surtout sur l'humour et les situations que va provoquer cette apparition. L'aspect fantastique n'est pas ou peu exploité, il est surtout présent pour créer des problèmes dans ce couple, ce que Lean ne manquera pas d'exploiter. Comme lors de sa première oeuvre en solitaire, Lean adapte Noël Coward et sert une mise en scène assez théâtrale. Fort heureusement, il évite les défauts de ce genre et bénéficie de personnages consistants et surtout d'exquis dialogues. L'intrigue nous réserve son lot de surprises et la mise en place de cet étrange ménage à trois ne manque pas de piquant tandis que Lean aborde, avec subtilité, sous-entendu et humour, plusieurs thèmes tabous (adultères, sexe...). Sa réalisation est assez classique mais à nouveau élégante et il fait ressortir tout le charme de sa production. Si j'ai tout de même une préférence pour le Lean Hollywoodien (Docteur Jivago bien évidemment mais aussi La fille de Ryan ou Le pont de la Rivière Kwai), c'est vraiment plaisant à suivre, bien rythmé et dont la qualité d'écriture permet au film de tenir sur la durée. Si Rex Harrison a déjà été plus inspiré, son flegme est toujours parfait tandis que les deux femmes l'entourant sont exquises et participent pleinement à la réussite du film, tant la sensuelle (et verte !) Kay Hammond que Constance Cummings. Débordant d'excellentes idées, L'esprit s'amuse permet à Lean d'adapter à nouveau avec brio Noël Coward avec cette sympathique et piquante comédie fantastique. Bénéficiant d'une excellente qualité d'écriture et de parfaits interprètes, il continue sur sa lancée et démontre qu'il était déjà un réalisateur de talent.
    JohanJett
    JohanJett

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 209 critiques

    3,0
    Publiée le 30 novembre 2012
    Il est évident que cette comédie britannique est moins bien que celle qui fut réalisée un an plus tard par Powell/Presburger,"Une question de vie et de mort". Pourtant cette comédie de David Lean ne manque pas de charme à la sauce So British,non pas en ce qui concerne la mise en scène mais l’interprétation des acteurs. Les effets spéciaux sont moins bien que ceux de Powel/Presburger mais pour son époque le style est bien réussit. C'est dommage que son Technicolor soit trop délavé avec les deux spectres verdâtres,ce n'est pas très beaux tout ça?Par contre ce qui était intéressant chez Lean ,c'était son introspection de ses personnages,oublions certains second rôles insignifiants,comme ceux du début de l'histoire ,dans cette comédie, 5 personnages sont importants, le mari,les deux mortes,la voyante, et la gouvernante ,tout ce petit monde va jouer un rôle capital dans ce film . Commençons par le mari deux fois veuf,Rex Harrison ,si vous avez bien remarquez pour ceux qui ont vu cette comédie fantastique ,que l'acteur britannique ressemble physiquement énormément au personnage de Ian Fleming,James Bond.La raison est simple Coward et Fleming étaient très amis,ce dernier demandera à Rex Harrison si celui ci pouvait s' inspirer de son personnage fictif,qu'il créa 8 ans plus tard,Harrison acceptera,mais ce dernier sera le premier à refuser le rôle de Bond au cinéma. L'acteur se sent mal à l'aise dans cette comédie à effets spéciaux, il jouait ici les maris volages,il se rattrapera plus tard dans d'autres comédies,notamment le chef d'oeuvre de Cukor,My Fair Lady. Les deux mortes ,l'une était frivole,mais elle avait toujours le béguin pour son mari et l'autre aimaient son mari sincèrement ,toute les deux spoiler: l'auront définitivement vert la fin,car on n'échappe pas à son destin,la mort est inéluctable ,La voyante qui était remarquablement bien jouée par excellentissime Margaret Rutheford,grande dame et actrice britannique qui croit avoir résolu l'affaire avec sa boule de cristal est un vrai régale de l'avoir joué .et la gouvernante ,la pauvre innocente par qui les spectres vont spoiler: disparaitre .Si le film à une bonne interprétation ,le défaut se trouve dans le maquillage,il n'est très bien réussit,on voit les véritables traits roux de ses cheveux teintés en noir de Harrisson,la couleur verdâtre spectrale n'est pas très jolie etc...etc,Heureusement que Lean se rattrapera dans quelques années plus tard dans le Technicolor avec des Masterpierces comme Lawrence D’Arabie,Dr Jhivago, la Fille de Ryan,etc...etc..Blithe Spirit est une bonne comédie fantastique ,mais certainement pas le meilleur film du cinéaste britannique.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top