Notez des films
Mon AlloCiné
    Split Second
    Split Second
    Date de sortie inconnue / 1h 30min / Science fiction, Epouvante-horreur, Action, Policier
    De Tony Maylam, Ian Sharp
    Avec Rutger Hauer, Kim Cattrall, Neil Duncan
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    En 2008 Londres est en plein chaos. Le niveau de la mer a monté et une grande partie des terres est immergée sous les eaux. Une créature diabolique erre dans la ville. La rencontrer signifie souvent terminer le coeur arraché. Le nombre de victimes augmente d'une manière inquiétante. Le policier Harley Stone flanqué de ses deux collègues part à la recherche du monstre.

    Acteurs et actrices

    Rutger Hauer
    Rôle : harley stone
    Kim Cattrall
    Rôle : michelle
    Neil Duncan
    Rôle : dick durkin
    Michael J. Pollard
    Rôle : The rat catcher
    Casting complet et équipe technique

    Photo

    Infos techniques

    Nationalité britannique
    Distributeur -
    Année de production 1992
    Date de sortie DVD -
    Date de sortie Blu-ray -
    Date de sortie VOD -
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage -
    Budget -
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1992, Les meilleurs films Science fiction, Meilleurs films Science fiction en 1992.

    Commentaires

    • Henri M
      Un flic aux méthodes expéditives enquête sur des meurtres causés par une créature psychopathe dans un Londres glauque et futuriste.Vous prenez Blade Runner pour l’ambiance et la description d’une ville plongée dans la pénombre, Predator pour la créature qui se fait un malin plaisir à trucider ses victimes et les gros actionner bourrins de type Stallone ou Schwarzenegger pour le flic dur à cuir à la gâchette facile et vous obtenez Killer Instinct.Inconnu au bataillon me direz-vous. En effet, très peu d’écho à sa sortie, le film de Tony Maylam et Ian Sharp est un film d’action tartiné d’horreur assez conventionnel qui se contente de piocher à droite, à gauche dans certains grands classiques et d’en ressortir que l’essentiel. Et c’est ça qui est bien avec Killer Instinct, il ne va qu’à l’essentiel. Pas de bavardage intempestif ou de leçons de morale, ça va droit au but ; une enquête sur un psychopathe qui arrache le cœur de ses victimes, un flic, ancien alcoolique désespéré à l’idée de ne pas pouvoir mettre la main sur la peau de son ennemi mais qui n’hésite pas à ouvrir le feu avec la grosse artillerie quand l’occasion se présente et un équipier qui sera finalement bien plus utile que sa trogne laisse croire, le tout dans une ambiance qui pue la pollution et la mort. Un scénario bateau qui laisse des traces, notamment grâce à l’effort mis en avant sur les scènes d’action, certes ce n’est pas du John Woo, mais les gunfight ont du punch et un certain sens de l’esthétisme, cependant on est quand même plus prés de Commando que de The Killer. La prestation de Rutger Hauer y’est pour beaucoup, acteur massif mais néanmoins talentueux qui fit ses premières armes chez Verhoeven et dont son premier grand rôle fut dans Blade Runner. Ce dernier s’impliquant avec une hargne sans nom et balançant de temps à autre quelques vannes plus ou moins foireuses, mais qui font le plus souvent mouche, digne des meilleurs actionner des années 80.Killer Instinct est sans conteste une réplique de Predator (notamment au niveau de la créature, possédant le même instinct de survie et la même rage ; cependant les similitudes s’arrêtent avec la créature de Stan Winston), mais une copie qui a de la gueule. Possédant les qualités nécessaires au bon film d’action tartiné d’horreur (gore, enquête simpliste et efficace et antihéros charismatique), Killer Instinct séduit par son envie de faire un film basique mais propre et cohérent, même si on peut reprocher que l’histoire part dans un micmac pseudo religieux qui fait tâche, alors qu’un scénar bien plus simple aurait été plus adéquate.Rutger à la classe et l’a toujours eu. On peut le remercier de ces petits moments de plaisir coupable mais autrement plus distrayant.
    Voir les commentaires
    Back to Top